Nouvelle vague d’arrestations arbitraires anti Arabes dans la province du Khuzestân

Nouvelle vague d’arrestations arbitraires anti Arabes dans la province du Khuzestân.

Ahwaz-arrests2

13 et 15 Avril nouvelles qui nous sont parvenue via le site Radio Zamaneh et celui du le collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’Homme Human Rights News Agency :: Des militants défenseurs des droits de l’homme de la ville d’Ahwaz – située dans la province méridionale du Khuzestân. Ont rapporté que plusieurs dizaines de citoyens de la minorité Arabo-Iranienne, avaient été arrêtés en prévision d’une grande manifestation de protestation qui devait avoir lieu ce Mardi 15 avril 2014, contre les plans de Téhéran visant à des changements démographiques et ethniques qui pèsent sur les communautés Arabes de la région.

Ces dizaines d’arrestations on été effectuées par les force répressive de Téhéran. Qui ont violement embarqué plus de 60 personnes dans les localités d" Abadan, de Falahieh, d’Ahwaz et de Mahshahr. Karim Dahimi un militant local a déclaré à un journaliste de Radio Zamaneh que d’autres de ces arrestations "préventives", avaient eu lieu dans des villages environnants de la ville Ahwaz.

Inspirées par les protestations et les soulèvements populaires qui avaient éclatés dans la province en Avril 2006, les populations Arabes du Khuzestân, se réunissent depuis chaque année aux alentours du 15 Avril pour commémorer ces événements, des commémorations qui chaque année qui passe dans la région se terminent par des vagues d’arrestations et d’emprisonnements d’activistes locaux.

Le gouvernement iranien et son nouveau "président modéré" Hassan Rouhani, avait pourtant nié encore récemment, avoir mis un plan pour changer la démographie de cette région du pays, ou vit une population qui est à majorité Arabe.

- Selon le collectif Hrana La listes des personnes arrêtées et embarquées par les forces répressives de Téhéran et qui ont pu être identifiées par leurs noms est la suivante: Mr Abdulkarim Zargani un habitant du village de Zargan, emprisonné depuis le Mercredi 9 Avril 2014 pour des activités religieuses "illégales", Jaber Sakhravi un résident du village de Kouy-Alavi situé prés de ville d’Ahvaz emprisonné depuis le Mardi 8 Avril 2014, Jasem Zargani fils d’Aboud Zargani marié et père de deux enfants, un habitant du village de Zargan emprisonné depuis le Mercredi 9 Avril 2014, Mohammad Zargani fils de Hamid Zargani, marié et père d’un enfant, un habitant du village de Zargan emprisonné depuis le Mercredi 9 Avril 2014, Hossain Zargani fils de Shaker Zargani, un habitant du village de Zargan, emprisonné depuis le Mercredi 9 Avril 2014, Aref Sarkhi un habitant du village de Kouy-e-Malashiyah embarqué à 5 heures du matin (heure locales) le Mercredi 9 Avril et emprisonné dans un lieu de détention inconnu depuis lors, Mehdi Halfi un habitant du village de Kouy-e-Alavi situé prés de la ville d’Ahvaz , emprisonné depuis le Mardi 8 Avril 2014, Ali Dabeh Hovaizeh fils de Karim Hovaizeh un habitant du village de Kouy-e-Alavi, emprisonné depuis le Jeudi 10 Avril 2014, Reza Zargani fils de Gaeid Zargani un habitant du village de Zargan, emprisonné depuis le Mercredi 9 Avril 2014;

Les Arabes Awhazis d’Iran qui sont pour la plupart majoritairement Chiites, font partie des nombreuses grandes minorités régionales du pays (Avec les Kurdes, les Baloutches et les Azéris) ils forment près de 3% de la population du Sud du pays et de la province du Khuzestân frontalière avec l’Irak. Des populations victimes du racisme d’état institutionnel de Téhéran à leur encontre et qui vivent dans une extrême pauvreté, alors que cette province est l’une des plus riches du pays, tant par ses ressources pétrolières qu’agricoles.

Voir aussi sur:
http://archive.radiozamaneh.com/english/content/dozens-arrested-ahead-iranian-arab-protests
Et sur:
https://hra-news.org/en/tens-arab-citizens-arrested

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

L’exécution de la jeune prisonnière Iranienne Reyhaneh Jabbari à été provisoirement suspendue

L’exécution de la jeune prisonnière Iranienne Reyhaneh Jabbari à été provisoirement suspendue.

Reyhaneh2

17 Avril 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via la page Face Book Freedom Messenger et par le biais de camarades et ami-es Iranien-nes : Craignant que de nouvelles protestations contre la peine de mort n’éclatent sur place en Iran, et sentant des pressions croissante venant de la communauté et de l’opinion publique internationale , le régime des Mollahs a été forcé de battre en retraite et la sentence de mort qui avait été annoncée comme étant applicable dés le Mardi 15 Avril 2014 dernier, contre la jeune prisonnière Iranienne Reyhaney Jabbari qui est actuellement âgée de 26 ans, a été provisoirement suspendue et reportée .

Cette suspension d’exécution a lieu après que plusieurs groupes d’opposantes Iranienn-es aient organisés un rassemblement devant le siège du Pouvoir Judiciaire du régime de Téhéran pour demande la grâce de Reyhaneh. D’autres rassemblements de Solidarité internationaux ont également eu lieu en Europe, en Amérique du Sud et du Nord. Plutôt gêné aux entournures par l’ampleur de ces manifestations et par ces soutiens en faveur de l’accusée, dés la soirée du Lundi 14 Avril 2014, le procureur général du "Système judiciaire" Iranien Gholam Hossein Mohseni Ejeie, a indiqué pour sa part dans un communiqué laconique et très évasif, que les informations affirmant comme quoi Mme Reyhaneh Jabbari serait ou pouvait être exécutée dans les jours prochains, n’étaient que de: "Pures spéculations" ourdies (sic): "Par un nouveau complot international visant à décrédibiliser la République Islamique d’Iran".

- Ahmed Shaheed le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les question des droits de l’homme en Iran avait appelé le régime des Mollahs ce même Lundi 14 Avril 2014 , à arrêter immédiatement la procédure d’exécution contre Reyhaney Jabbari . En rappelant aux autorités Iraniennes que même si Reyhaney avait tué en 2007 l’ancien Agent du Ministère des Renseignement du nom de Morteza Abdolali Sarbandi, celle ci l’avait fait sous le coup de la légitime défense,après que celui l’ait drogué pour tenter de la violer.

Ahmed Shaheed a également déclaré: "Nous ne pouvons que remettre en question cette accusation et ce jugement , surtout depuis que nous savons que Mme Jabbari a été contrainte d’avouer "son crime" sous la torture et que le tribunal qui l’a hâtivement jugée ,n’a pas pris en considération tous les éléments de preuves contre les agissements pourtant prémédités de longue date par Morteza Abdolali Sarbandi dans le but de l’obliger à avoir des rapports sexuels non consentis avec lui . Si les allégations soulevées par Reyhaneh sont vraies alors celle ci sera peut être victime deux fois, elle sera victime à la fois des attaques et des pressions de cet homme qui avait prémédité de la violer mais aussi victime du Système Judiciaire Iranien. Qui est censé comme tout les autres pays du monde devoir protéger les femmes de son pays, contre les attaques physiques , les viols et les agressions sexuelles".

- "Nous n’avons pas non plus oublié que régime iranien a déjà fait exécuter plus de 170 personnes dont deux femmes depuis les premiers mois 2014, des personnes qui sont souvent exécutées sur la base de motifs d’accusations très flous, après des procès bâclés sans même parfois que ces personnes n’aient le droit d’avoir accès à des avocats pour les défendre". à conclu Ahmed Shaheed dans sa déclaration.

Notes Collectif Soliranparis: les campagnes internationales demandant la grâce immédiate et sans condition de Reyhaneh Jabbari restent donc toujours d’actualité, pour notre part nous appelons toutes les organisations Françaises et Francophones, Féministes et de défense des droits des femmes , ainsi que celle de défense des droits humains et de lutte contre la peine de mort, à rester mobilisées et a continuer par tous leurs moyens et par tous leurs réseaux de luttes, à maintenir la pression contre le régime Totalitaire, Misogyne, Sexiste et Patriarcal d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani, afin que celui ci n’assassine pas impunément Reyhaneh ainsi que les centaines d’autres condamné-es à mort en Iran toujours enfermé-es dans les prisons de ce pays.

- Une pétition de soutien à Reyhaneh peut être signée ci dessous.

https://secure.avaaz.org/en/petition/Catherine_Ashton_Ban_Ki_Moon_Ahmad_Shaheed_Save_26_year_old_woman_from_being_hanged_in_Iran/?tGDIVdb
Page Face Book en Persan et en Anglais Save Reyhaney Jabbari.
https://www.facebook.com/SaveReyhaneh
Voir aussi pour les dernières nouvelles sur Reyhaneh et celles d’autres prisonnier-eres en Iran sur:
https://fa-ir.facebook.com/Freedom.Messenger

reyhaneh-jabbari2

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Urgent la prisonnière Iranienne Reyhaneh Jabbari pourrait être exécutée dans moins de 48 heures

Urgent la prisonnière Iranienne Reyhaneh Jabbari pourrait être exécutée dans moins de 48 heures.

sauvonreyhaneh2

13 et 14 Avril 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights ainsi que par le blog de notre camarade féministe Iranienne Mariam Namazie: La jeune femme Iranienne et prisonnière condamnée à mort âgée de 26 ans Reyhaneh Jabbari, pourrait être exécutée dans moins de 48 heures. Reyhaneh a été condamnée à mort pour l’assassinat présumé d’un ancien agent du Ministère des Renseignements du nom de Morteza Abdolali Sarbandi qu’elle a commis en légitime défense alors que celui ci tentait de la violer, il y a sept ans auparavant. Iran Human Rights demande instamment à ce que tous les pays ayant des relations diplomatiques avec l’Iran d’utiliser l’ensemble de leurs canaux et de leurs moyens afin d’arrêter l’exécution programmée de Reyhaneh pour après demain. Iran Human Rights appelle également toutes les organisations Internationales de défense des droits de l’homme et les groupes militants pour la défense des droits de femmes à se mobiliser pour la sauver.

- Iran Human Right -13 avril 2014: Selon des rapports non officiels en provenance d’Iran les activistes d’H.I.R ont appris la peine mort prononcée en 2009 par un "Tribunal pénal révolutionnaire" contre la jeune femme Reyhaneh Jabbari pourrait être appliquée, ce Mardi 15 Avril 2014.

Reyhaneh Jabbari qui est maintenant âgée 26 ans, avait été arrêtée en 2007 pour l’assassinat présumé de Morteza Abdolali Sarbandi un ancien agent du Ministère des Renseignements -la deuxième police politique du pays-NDLR. Après son arrestation Reyhaneh avaitété maintenue en cellule d’isolement pendant deux mois, dans la sinistre prison d’Evin à Téhéran, période pendant laquelle elle fut totalement coupée du monde sans avoir eu le droit de pouvoir chercher un avocat et de contacter sa famille.

Si Reyhaneh Jabbari avait avoué immédiatement l’assassinat après son arrestation et déclaré l’avoir commis sous le coup de la légitime défense, suite à une tentative de viol de Morteza Abdolali Sarbandi, il convient de noter qu’il n’y avait pas d’avocat présent au moment où elle avait fait sa "confession", ce qui est bien sur illégal au regard même des lois de la "République Islamique d’Iran".

Reyhaneh Jabbari a ensuite été condamné à mort par un "Tribunal révolutionnaire" pénal de Téhéran en 2009 en vertu de la loi Iranienne de la Qisas dite de "réparation en nature" qui n’est pas autre chose que la loi du Talion en version régime de Khamenei. La peine de mort avait ensuite été confirmée par la Cour suprême Iranienne au cours de la même année. C’est par le biais de sources non officielles et de recoupements faits avec des membres de la famille de Reyhaneh qui avaient pu êtres contactés en Mars 2014 dernier, Que les activistes d’Iran Human Rights ont appris que cette jeune femme risque d’être exécutée après demain dans la matinée du 15 Avril 2014.

- Iran Human Rights et le RSI exhortent la communauté internationale à agir immédiatement pour faire arrêter l’exécution de Reyhaneh . Mr Mahmood Amiry -Moghaddam , le porte-parole du RSI , a déclaré: " Des réactions internationales fortes peuvent êtres la seule possibilité pour sauver Reyhaneh . Nous demandons à tous les pays ayant des relations diplomatiques avec l’Iran d’utiliser l’ensemble de leurs canaux pour arrêter l’exécution planifiée de cette jeune femme Iranienne" .

Selon le rapport annuel publié par Iran Human Rights et le RSI sur la peine de mort en Iran au moins 687 personnes ont été exécutées en 2013 ce qui le chiffre le plus élevé du nombre d’exécutions appliquées dans ce pays depuis 15 ans. Pour les seuls premiers mois de l’année 2014, au moins 170 personnes ont été exécutées. On reste donc loin du chiffre des 96 exécutions annoncées par les "Rapports officiels" du régime totalitaire, misogyne, patriarcal et sexiste de Khamenei et d’Hassan Rouhani.

Voir aussi sur:

http://iranhr.net/2014/04/urgent-iranian-woman-reyhaneh-jabbari-26-at-imminent-danger-of-execution/

http://freethoughtblogs.com/maryamnamazie/2014/04/11/rayhaneh-is-to-be-reportedly-executed-on-tuesday/

Une pétition peut être signée ci dessous.

https://secure.avaaz.org/en/petition/Catherine_Ashton_Ban_Ki_Moon_Ahmad_Shaheed_Save_26_year_old_woman_from_being_hanged_in_Iran/?tGDIVdb

Page Face Book en Persan et en Anglais
https://www.facebook.com/SaveReyhaneh

condamnéeàmortiran2

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Reprise brutale des exécutions après les fêtes de la nouvelle année Iranienne de Norouz

Reprise brutale des exécutions après les fêtes de la nouvelle année Iranienne de Norouz

arbedilexecutions

 

9 et 13 Avril 2014 nouvelles qui nous sont parvenues Iran Human Rights: Après une pause très relatives dans les exécutions à l’occasion des fêtes de la nouvelle année Iranienne de Norouz , les exécutions de masse ont repris en Iran . Un prisonnier a été pendu dans la cour de la prison de la ville d’Ardebil tôt dans la matinée du 8 Avril 2014 dernier, par ailleurs les exécutions de trois autres prisonniers qui devraient êtres pendus dans la province du Sistan Baloutchistan , sont planifiées dans les jours à venir.

Tôt dans la matinée du 8 Avril , 2014: Un prisonnier a été pendu dans la prison de la ville d’Ardebil – située dans le nord-ouest de l’Iran ont rapporté plusieurs agences médiatiques d’État. Selon le site internet officiel du pouvoir judiciaire iranien de la ville d’Ardebil , le prisonnier qui n’a pas pu être identifié par son nom , avait été reconnu coupable de la possession présumée de 964 grammes d’héroïne .

L’ agence médiatique Iranienne officielle de l’IRNA News a publié un rapport sur les exécutions programmée dans un proche avenir de trois personnes dans la province du Sistan -Baloutchistan .

Citant Ebrahim Hamidi le chef du pouvoir judiciaire de cette province le rapport disait que ces trois personnes allaient être exécutées prochainement après avoir été reconnues coupables d’êtres des « Moharebeh » – c’est à dire d’êtres des « ennemis de dieu en inimité avec dieu »- selon la loi Iranienne -NDLR . Mais aussi pour des affaires de : « constitution et organisation de groupes armés » et le meurtre présumé du procureur de Zabol- une ville située dans le Sud-Ouest de l’Iran . L’heure exacte et le lieu des exécutions seront annoncés bientôt a conclut ce même rapport de l’IRNA News .

Iran Human Rights ou IHR avait déjà mis en garde la communauté internationale, contre une prochaine vague d’exécutions massives qui aurait lieu dans la province du Baloutchistan, en représailles à l’enlèvement récent de cinq « Gardiens de la révolution » du corps de l’IRGC prés de la frontière Irano-Pakistanaise. Selon les médias du régime de Khamenei un des gardes-frontières aurait été exécuté par les ravisseurs appartenant au groupe armé Baloutche du Jeysh-ol-Adl *1 .

Voir aussi sur :
http://iranhr.net/2014/04/one-prisoner-hanged-in-northwestern-iran-three-to-be-hanged-in-baluchestan/
 Notes voir sur :
-*1 : http://archive.radiozamaneh.com/english/content/rohani-calls-truth-about-captive

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Inquiétudes pour Roya Saberi Negad Nobakht une jeune Britannique d’origine Iranienne qui pourrait être exécutée après avoir prétendument insulté le régime de Khamenei et l’Islam sur sa page Face book

Inquiétudes pour Roya Saberi Negad Nobakht   une jeune Britannique d’origine Iranienne qui pourrait être exécutée après avoir prétendument insulté le régime de Khamenei et l’Islam sur sa page Face book
Roya Saberi Negad Nobakh2

Roya Saberi Negad Nobakht

3 et 7 Avril nouvelles qui nous sont parvenue via un article du journal The Independant et la page Face Book Freedom Messenger : Selon une déclaration récente du mari de Roya Saberi Negad Nobakht une jeune femme britannique d’origine Iranienne qui a été placée en cellule d’isolement et au secret depuis maintenant cinq mois, celui ci craint qu’elle soit exécutée de manière imminente, pour avoir publié sur sa page Face Book: Des commentaires supposément " insultants contre l’Islam et le gouvernement du pays"

Les proches et ami-es Roya Saberi Negad Nobakht une jeune femme Britannique d’origine Iranienne âgée de 47 ans et qui vivait dans la ville de Stockport, ont exprimé de vives inquiétude sur le sort qui lui est réservé, depuis qu’elle a été accusée par un Tribunal local d’avoir écrit des: " Commentaires insultant contre l’Islam et la République Islamique d’Iran", un crime qui peut être puni de mort dans le pays. Le Foreign and Commonwealth Office ou FCO, a déclaré qu’il était: " Plus urgent de se pencher sur cette affaire" , malgré le fait que les négociation risquent d’être plus difficiles, du fait que la Grande-Bretagne n’aie pas actuellement d’ambassade et de représentations consulaires et diplomatiques en Iran.

Mme Roya Saberi Negad Nobakht s’était rendue en Iran pour visiter sa famille, en Octobre 2013 de l’année dernière, quand elle avait été arrêtée par la police , lors de son arrivée par avion à l’aéroport de Shiraz – une ville située dans le Sud-ouest du pays -NDLR. Selon un compte rendu donné par son mari, Daryoush Taghipoor, à un ami de la famille vivant en Grande-Bretagne. Elle avait ensuite été transférée vers une prison à Téhéran et accusée de "De collusion criminelle et participation à des activités illégales dans l’intention de commettre des atteintes contre la sécurité nationale " et de "Publications de propos et commentaires insultants contre l’Islam", selon une copie de son acte d’accusation qui a été transmise à des reporters et journalistes de la rédaction du journal The Independent.

M. Daryoush Taghipoor son mari qui est actuellement en Iran, a affirmé que l’arrestation de sa femme était uniquement basée sur des commentaires qu’elle avait faits sur un groupe Facebook ou elle disait que le gouvernement Iranien était trop religieux à ses yeux. Et qu’on l’avait obligé à faire une "confession" faite sous la contrainte et sur la base de requêtes judiciaires Iraniennes faites auprès du siège International réseau social . Questionné à ce sujet l’entreprise Facebook à refusée de commenter l’affaire et de répondre aux questions posées par de nombreux journaliste. Roya Saberi Negad Nobakht serait actuellement détenue au secret dans le quartier des cellules d’isolement de la prison d’Evin, à Téhéran, qui est connu tant pour ses conditions difficiles de détention et pour le chiffre énorme des prisonniers politiques qui y sont enfermés.

Le couple qui avait pu obtenir récemment la double nationalité Britannico-Iranienne a vécu dans la banlieue Heald Green de la ville de Stockport au cours des six dernières années. Mme Roya Saberi Negad Nobakht avait été étudiante au Stockport College, mais un porte-parole de celui ci a déclaré aujourd’hui qu’elle avait quitté il ya quatre ans de cela.

M.Taghipoor a déclaré au journal Manchester Evening New: " Nous sommes moi et ma familles dans une très mauvaise situation, nous ne savons pas ce qui se passe actuellement pour Roya, la seule chose que je sais c’est qu’elle a perdu trois dents au cours de séances d’interrogatoires qu’elle a subie. Et qu’elle est terrorisée à l’idée de pouvoir être exécutée".

La situation de Mme Roya Saberi Negad Nobakht n’a été médiatisée seulement qu’après que son mari ait demandé à son ami ancien employeur M. Nasser Homayoun – Fekri, qui vit lui aussi dans la ville de Stockport d’écrire une lettre à son député local M. Andrew Stunell. " Je lui ai demandé de le faire pour des motifs humanitaires ainsi que pour l’amour de la justice, en lui disant s’il pouvait exercer toutes les pressions possibles sur le gouvernement Anglais pour faire tout ce qui en son possible pour la libération de cette citoyenne Britannique innocente" a déclaré M. Taghipoor qui a continué en disant: " Surtout quand nous savons que la République Islamique d’Iran, a été reconnue par les Nations Unies … comme un des pays du monde parmi les plus notoirement connu pour ses atteintes au droit de l’homme, pour ses jugements inéquitables, et pour ses arrestations et détentions arbitraires".

M. Nasser Homayoun – Fekri à déclaré a la rédaction du journal The Independent qu’il avait pu parler à M. Taghipoor mardi 1er Avril mais que sa ligne téléphonique avait ensuite été coupée depuis Téhéran. " Il m’a permis de m’occuper de son affaire en priorité. Je tiens à dire que Roya et son mari n’ont jamais fait de politique ou parti de groupes d’opposition " – à ajouté Nasser Humayun – Ferri. " C’est pour cela que j’ai été très surpris quand M. Taghipoor m’a dit que son épouse avait été arrêtée".

Le député Britannique M. Stunell à déclaré qu’il avait " toutes les raisons de croire " que le récit de M. Taghipoor était vrai et qu’il avait demandé pour cela à la FCO d’engager des procédures consulaires et diplomatiques pour Mme Roya Saberi Negad Nobakht soit libérée dans les plus brefs délais. En précisant cependant que les négociations avec l’Iran s’avèreront difficile, puisque l’ambassade britannique à Téhéran a été fermée depuis longtemps et que seulement des tierces personnes, pourraient agir comme des intermédiaires, pour toute les demandes de grace ou de libération faites pour Roya ." Je ne pense pas que quiconque sache exactement et précisément pourquoi et pour quelles raisons exactes Roya été arrêtée " a t-il ajouté. " Le caractère aléatoire de ces choses est l’un des principaux sujets de mes préoccupations [...] Tout ce que je peux dire c’est qu’elle semble avoir accusée d’avoir commis une infraction en écrivant des propos jugés contre la sainteté de l’Islam, qu’elle aurait faite sur internet, ce qui pour le gouvernement Iranien a justifié son arrestation".

Plusieurs groupes d’opposition Iraniens en exil et des organisation internationale de défense des droits humains ont exprimé leur inquiétude sur les raisons de l’arrestation de Mme Nobakht. Mr Bahareh Davis un des responsables d’Amnesty International pour les questions relatives aux atteintes aux droits de l’homme en Iran a déclaré: "Si Mme Roya Saberi Nejad Nobakht a été détenue uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression elle doit être libéré immédiatement et sans condition [...] " Malheureusement , les accusation formulées contre Roya sont vagues et mal définis, des termes et des charges judiciaires comme " tentatives de rassemblement et collusion contre la sécurité nationale" ou encore "insultes contre l’Islam " sont souvent utilisés par les autorités iraniennes pour étouffer et parfois éliminer physiquement, ceux qui pacifiquement expriment leurs opinions dissidentes , ou encore quand ils critiquent simplement un peu trop le gouvernement et le régime de la République Islamique".

Faraz Sanei un militant et chercheur spécialiste de l’Iran travaillant pour Human Rights Watch , a déclaré que son organisation avait publié de nombreux documents et rapports: "sur de nombreux cas des ou militants politiques Iraniens avaient été arrêtés sur de fausses accusations " et que l’Iran avait " utilisé précédemment des informations et des commentaires public sur les sites Facebook et des médias sociaux et d’autres points de vente électroniques pour inculper des individus en les accusant d’ insulter le gouvernement ".

Le FCO qui jusqu’a présent était resté très évasif sur les menaces pesant sur Mme Roya Saberi Negad Nobakht à déclaré dans un communiqué récent: " Nous sommes conscients des cette affaire et l’étudions de toute urgence". Malgré l’absence de présence d’une ambassade britannique à Téhéran, les relations entre les deux pays semblent récemment s’être "décongelées". En Janvier dernier l’ancien ministre de l’Intérieur Anglais , Jack Straw a dirigé la première délégation britannique à se rendre en Iran depuis cinq ans auparavant , il était accompagné par l’ancien chancelier Lord Lamont , le député conservateur Ben Wallace et député travailliste Jeremy Corbyn qui étaient présent en tant qu’invités du Parlement Iranien – connu aussi sous le nom de Majlis -NDLR.

M. Straw avait déclaré à son retour qu’il avait trouvé: "que l’atmosphère était maintenant plus légère " dans le pays , ajoutant qu’il croyait que le nouveau président prétendument "Modéré" Hassan Rouhani s’était engagé: "dans des changements tout en souhaitant le réchauffement des relations avec l’Occident".

evin-2

La prison d’Evin : beaucoup moins agréable que son nom et sa localisation "Bucolique" à la campagne ne l’indique

La prison d’Evin est située presque à la campagne dans la banlieue nord de la capitale iranienne de Téhéran , les Iranien-nes l’ont mainte fois surnommée ironiquement "l’Université d’Evin " en raison du nombre effrayant de prisonniers politiques et de condamné-es à mort qui y sont détenu-es. Mais la réalité de cette sinistre prison, qui a été construite en 1972 à l’époque de la dictature monarchiste du Shah, est beaucoup moins agréable que son nom et sa localisation "Bucolique" ne l’indique.

-Située au pied des montagnes de l’Alborz , il y a dans cette prison d’immenses problèmes de surpopulation carcérales , une prison où plus de 15 000 détenus s’entassent dans des conditions particulièrement déplorables et insalubres , y sont détenus beaucoup de prisonniers dits "de droits communs" , des condamné à mort , mais aussi un chiffre impressionnant de dissidents, d’intellectuels, d’opposant-es aux régime, de militants politiques étudiants ou syndicalistes . De nombreux anciens détenus qui on été enfermé à Evin se sont plaints de violations des droits de l’homme qu’ils ont subis sur place, incluant des coups, des tortures, des violences, des pressions psychologiques et physiques, des refus de soins aux prisonniers malades, ou encore des refus systématiques de droits de visites pour les proches et familles des prisonniers politiques jugés comme " trop récalcitrants" par l’administration pénitentiaire et le "Tribunal Révolutionnaire" d’Evin.

Hamid Ghassemi- Shall , un homme d’affaires Irano-canadien qui a été récemment libéré de la prison Evin en Septembre 2013 de l’année dernière après avoir été reconnu coupable d’une supposée "Affaire d’espionnage" et condamné à mort . A raconté à Amnesty International comment a plusieurs reprises les gardiens lui avaient bandé les yeux avant de le rouer de coups et de le faire chuter dans des escaliers, et comment on l’enfermait ensuite pendant de longues heures dans des cellules d’isolement, en le convainquant qu’il allait être exécuté sous peu.

L’un des cas les plus notoires d’assassinat politique commis au sein de la prison d’Evin fut celui de Zahra Kazemi, une célèbre photographe Irano-canadienne qui avait été arrêtée en 2003 alors qu’elle effectuait un reportage sur les familles et parents de prisonniers politiques devant la prison d’Evin. Embarquée sans autre formes de procès par les matons elle fut victime de leur part de violences, de viols et de tortures, avant d’être transportée d’urgence à l’hôpital avec des blessures graves ou elle décéda quelques heures plus tard. Les officiels du gouvernement Iranien et le procureur Saeed Mortazavi de sinistre mémoire*1 affirmèrent à l’époque que Zahra avait souffert d’un accident vasculaire cérébral consécutif à une: "Chute dans des escaliers arrivée malencontreusement pendant ses séances d’interrogatoires".

-Une pétition émanant du Comité de soutien Roya Saberi Negad Nobakht demandant sa libération sans condition, peut être signée si dessous merci de la relayer le plus largement possible dans vos réseaux de luttes.  http://www.gopetition.com/petitions/free-iranian-british-student-roya-saberi-negad-nobakht-illegally-imprisoned-for-criticizing-regime-on-facebook.html
 Voir aussi sur:
 http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/british-woman-jailed-in-tehran-for-insulting-islam-and-iranian-government-on-facebook-fears-execution-9233732.html
 http://www.dailymail.co.uk/news/article-2594981/British-wife-held-Iranian-prison-arrested-writing-Facebook-country-Islamic-trip-visit-family.html
 Notes:
 -*1 sur le CV du procureur juge et boucher Saeed Mortazavi, pourtant rattrapé par la justice pour ses exactions et violences qu’il avait ordonnées contre des manifestants lors des soulèvements populaires postélectoraux de Juin 2009 avant d’être blanchi par Khameneivoir en anglais sur:
 http://en.wikipedia.org/wiki/Saeed_Mortazavi
 http://www.iranhumanrights.org/2013/07/mortazavi_sentence/
 http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2013/02/06/004-iranien-mortazavi-libere-prison.shtml

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Persécutions contre la communauté Bahaïe début de longues peines de prison pour les sœurs Nava Kholousi et Nika Kholousi

Persécutions contre la communauté Bahaïe début de longues peines de prison pour les sœurs Nava Kholousi et Nika Kholousi.

NavaKholousiNika Kholousi

3 et 4 Avril 2013 nouvelles qui nous sont parvenues via le collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’Homme Human Rights News Agency : Le 30 Mars 2014 dernier les agents du Ministère des Renseignements ont arrêté Nava Kholousi et Nika Kholousi. Deux jeunes filles membres de la communauté Bahaïe – une minorité religieuse Iranienne particulièrement réprimée et discriminée-NDLR.

Selon le rapport parvenu au militant-es et activiste du site Human Rights News Agency ou Hrana, lors de la journée du 30 Mars 2014, Nava Kholousi a été arrêtée à son domicile dans la ville de Mashhad. Tandis que sa sœur Nika Kholousi qui était partie avec ses parents, faire une sortie pour la fête de Norouz à été arrêtée au cours de cette même journée dans la ville de Babolsar.

Quelques mois auparavant Nika Kholousi avait été condamnée à une peine de 6 ans de prison, et sa sœur Nava Kholousi à une peine quatre ans et demi de, a la suite d’accusations de "Propagande contre le régime" et pour des " Participation à des activités Illégales en rapport avec la religion et la foi Bahaïe". Selon des témoignages locaux ces arrestations semblent marquer le début de leurs peines d’emprisonnements.

Voir aussi sur:
https://hra-news.org/en/kholousi-sisters-begin-long-prison-terms

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Pressions contre des citoyens Kurdes Iraniens après qu’ils aient été convoqués par les agents du Ministère des renseignements et de la Vevak

Pressions contre des citoyens Kurdes Iraniens après qu’ils aient été convoqués par les agents du Ministère des renseignements et de la Vevak.

Wezaret-Ettelaat-Iran-2

30 Mars et 3 Avril 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Rojhelat.info: Coïncidant avec l’approche du 67e anniversaire de la mort du chef de la République du Kurdistan Qazi Mihemed et des ses partisans le 31 Mars 1947 à Mahabad , le régime Islamique d’Iran continue d’accroitre ses pressions contre les activistes civils et politiques et la population Kurde dans son ensemble . Malgré les promesses faites par le gouvernement d’Hassan Rouhani d’améliorer les libertés publiques et les problèmes socio-économiques de cette partie du pays, la population locale continue de souffrir, à cause des dégradations de ses conditions de vie et de l’oppression coloniale du régime des Mollahs.

Abbas Hashemi un militant syndicaliste Kurde Iranien membre du Comité de coordination pour aider à la formation de syndicats libres a été récemment brutalement convoqué par les agents des forces répressives du Ministère des renseignements et de l’Ettelaat de la ville de Shino le 20 Mars 2014 dernier, selon un rapport publié par les militant-es et activistes du Collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Hrana.

Le Comité de coordination pour aider à la formation de syndicats libres a informé le collectif et l’agence Hrana que M. Abbas Hashemi avait été violemment interrogé pendant plus de quatre heures et demie et que les fonctionnaires de l’Ettelaat avaient fait pression sur lui pour l’obliger à démissionner de son Comité syndical, tout en le menaçant d’une détention qui été censée avoir été ordonnée en "haut lieu" par le gouvernement s’il refusait de se plier à leur volonté .

Après qu’Abbas Hashemi ai refusé d’obéir aux demandes de démission de son Comité, faites par les agents de l’Ettelaat de la ville de Shino, ceux ci ont été forcées de le libérer.

Selon d’autres rapports publié par Hrana ,il a été aussi signalé que deux autres de ces "convocations" avait eu lieu dans la ville de Selmas le26 Mars 2014 dernier, celles ci visaient Mehin et Loqman Ehmedî un couple de jeunes Kurdes originaires du conté de Lelos . Qui ont finalement été libérés fautes de preuves, après avoir été menacés, interrogés et roués de coups pendant plusieurs heures dans les locaux de l’Ettelaat de la ville de Selmas.

La même source à rajouté que les responsables du Ministère des renseignements de l’Ettelaat ont interrogé le couple à plusieurs reprises, en voulant leur mettre sur le dos, des accusations mensongères de coopération avec le groupe de résistance du Parti Pour Une Vie Libre au Kurdistan ou PJAK.

Quelque jours auparavant Amnesty International , dans son rapport annuel pour l’année 2103*2, à classé l’Iran comme faisant parti après la Chine, de la liste des pays qui violent le plus les droits de l’homme dans le monde.

Voir aussi sur:
http://rojhelat.info/en/?p=7421
-*2 voir sur: http://rojhelat.info/en/?p=7414

Soliranparis contact nomore@risup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Le militant syndicaliste Shahrokh Zamani est en grève de la faim depuis son transfert à la prison de Ghezelhesar

Le militant syndicaliste Shahrokh Zamani est en grève de la faim depuis son transfert à la prison de Ghezelhesar

shahrokh-zamani2

29 Mars et 3 Avril 2014 nouvelles qui nous sont parvenues, via le collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’Homme Human Rights News Agency: Notre camarade et militant syndicaliste Iranien emprisonné Shahrokh Zamani est en grève de la faim, depuis son transfert vers la prison de Ghezelhesar. Une prison voisine de celle de Gohardasht Rajaee Sharh située elle aussi prés de la ville de Karaj -Ndlr.

Selon le rapport parvenu aux militant-es et activistes du site Human Rights News Agency ou Hrana le militant syndicaliste Shahrokh Zamani , qui avait été transféré à la prison de façon brutale et inattendue vers la prison de Ghezelhesar le mardi 11 Mars 2014 dernier , s’est mis en grève de la faim depuis son arrivée dans ce centre de détention. Il convient également de noter que depuis son arrivée à la prison de Ghezelhesar, ce prisonnier politique a été maintenu à l’isolement pendant 7 jours, sans aucune possibilités de joindre sa famille pour lui donner de ses nouvelles.

Shahrokh Zamani
s’était simplement plaint de la fermeture de la bibliothèque de prison de Gohardasht Rajae Shahr , pour cela il avait déjà été placé en cellule d’isolement le 15 Février 2014 dernier .Un peu plus tard 22 Février 2014 Shahrokh avait été convoqué par un tribunal de la vile de Karaj avec un autre codétenu du nom de Rasoul Badaghi. Le même jour le procureur de ce tribunal leur signifia qu’ils étaient tous deux accusés : " d’Incitation à l’émeute" de " Perturbations de l’ordre public et de la discipline dans une prison d’État" et de " Tentatives d’agressions contre les gardiens".

Notre camarade syndicaliste Shahrokh Zamani avait déjà été convoqué puis arrêté pour ses activités militantes et syndicales, avec un autre de ses camarades nommé Mohammad Jarahi, en Janvier 2012, après une parodie de procès ils furent tout deux condamnés à purger une peine de 11 ans prison.
-Le 7 Juin 2012, ce militant syndicaliste qui avait été déjà arrêté à Tabriz une première fois par les agents du Ministère des renseignements, avait été était temporairement libéré après avoir payé une lourde caution.

Voir aussi sur:
https://hra-news.org/en/labor-activist-hunger-strike-ghezelhesar-prison

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Le Brésil devrait supporter les luttes syndicales et ouvrières en Iran par Mansour Osanlou

Le Brésil devrait supporter les luttes syndicales et ouvrières en Iran par Mansour Osanlou.

mansour2

Mansour Osanlou

25 et 29 Mars 2014 International Campaign for Human Rights in Iran : En tant que militant syndicaliste et travailleur Iranien, j’ai toujours cherché des modèles que mon pays peut suivre à améliorer . Trouver un équilibre entre les droits des travailleurs , l’évolution économique , le commerce international , et les sociaux- programmes vitaux, ce n’ est en effet pas une tâche facile, surtout pour les pays ayant passé trouble comme le mien .

Chargé des défis sans précédent après une transition difficile vers une démocratie en 1985, le Brésil a agréablement surpris le monde . Le Brésil est aujourd’hui un acteur mondial qui est devenu un modèle à suivre pour les États émergents comme l’Iran, en particulier en ce qui concerne les droits des travailleurs et des droits de l’homme .

En tant qu’organisateur et chef du syndicat libre des conducteurs de bus de Téhéran et de sa banlieue de la Vahed Bus Company, je suis parfaitement conscient des obstacles que rencontrent les ouvriers en Iran. Pour la plupart des Iraniens, les salaires sont dangereusement bas, l’hygiène et la sécurité n’existent pas au travail et les programmes sociaux nécessaires sont régulièrement supprimés ou revus à la baisse.

Mais en Iran il est hors de question pour nous de défendre les droits des travailleurs ou des pauvres. La simple planification d’organisation de réunions syndicales libre, la participation à des manifestations, par exemple peuvent avoir des conséquences très graves

J’en ai moi-même fait l’expérience. J’ai été emprisonné plus de cinq ans. J’ai été torturé physiquement et menacé de mort et de viol. Mon épouse, ma belle fille et mes enfants ont été harcelés, emprisonnés et violemment maltraités. Mon crime supposé : avoir simplement demandé une augmentation de salaire pour mes camarade conducteurs de bus de Téhéran.Un pays peut-il progresser quand son gouvernement ne tolère pas les vues divergentes de ses propres citoyens ? Les citoyens iraniens ordinaires peuvent-ils trouver la dignité dans leur travail alors qu’ils ne peuvent jamais revendiquer de meilleures conditions de travail ?

Contrairement aux allégations et belles promesses des chargés de communication du nouveau gouvernement, la situation des droits humains ne s’est pas améliorée depuis l’arrivée au pouvoir d’Hassan Rouhani il y a huit mois auparavant et alors que les médias occidentaux le présente comme un "Modéré" pour les travailleurs Iraniens, les perspectives sont toujours aussi mornes.

Le nouveau gouvernement a revalorisé le salaire minimum à un niveau qui ne couvre que le quart de ce dont les familles de travailleurs auraient besoin pour subvenir à leurs besoins et vivre dignement. En moyenne, cinq travailleurs sont quotidiennement victimes d’accident du travail sur les chantiers de construction et dans les usines. Les travailleurs qui se plaignent peuvent être convoqués dans les bureaux locaux des Herassat ( Des agents de sécurité rendant des comptes au Ministère des renseignements et à la police politique de la Vevak ) qui existent dans la plupart des entreprises publiques, des associations techniques et dans toutes les universités ; le personnel de ses bureaux est composé de représentants du ministère du renseignement ; et ces travailleurs peuvent être licenciés. Bien sûr les sanctions impacté l’économie iranienne, mais la plupart de ces politiques hostiles aux travailleurs sont antérieures à ces sanctions.

Il y a tout juste deux semaines, deux travailleurs de la compagnie des bus de Téhéran et de sa Banlieue qui voulaient recréer le syndicat de notre compagnie ont été arrêtés. Hassan Saedi et Morteza Komsari avaient tenté d’organiser des réunions informelles durant lesquelles ils enseignaient aux travailleurs les bases de la défense, soulignaient les droits dont ils pouvaient bénéficier et rassemblaient des signatures pour une pétition demandant la réouverture de notre syndicat. Alors qu’ils venaient d’obtenir pas moins 2.000 signatures, ils ont ensuite porté la pétition au ministre iranien du travail. A peine une semaine plus tard, ils étaient arrêtés sans vraie justification légale, sous le fallacieux prétexte « d’actes contraires à l’ordre public et atteintes à la sécurité nationale. ». Alors que l’Iran continue à reculer tant sur les droits sociaux que politiques le Brésil a fait des progrès significatifs durant la dernière décennie. En tant qu’enfant de travailleur et membre du syndicat ABC des métallurgistes, l’ancien président Luiz Inacio Lula Da Silva a réussi d’importantes réformes et a défendu leur dignité aux travailleurs de son pays. Les victoires obtenues par le gouvernement de Lula, comme l’augmentation du salaire de 40.000 métallurgistes de la région Sao Paulo en 2010, ont été une large source d’inspiration pour le mouvement des travailleurs Iraniens et nous à montré un chemin à suivre.

Les travailleurs iraniens n’ont pas seulement besoin du Brésil en tant que modèle social et de défense des droits de l’homme. Le Brésil doit aussi être un allié pour l’amélioration des droits humains et des travailleurs qui luttent pour leur dignité en Iran.

Pendant la visite de Lula en Iran en 2010, je lui ai écrit depuis ma prison, lui demandant de défendre les droits humains et la liberté des travailleurs à s’organiser. Lula est un ancien prisonnier de conscience et a offert l’asile à une Iranienne condamnée à la lapidation. La présidente Dilma Rousseff qui a également été une ancienne prisonnière politique, s’est constamment tenue aux côtés des Iraniens en votant à deux reprises au Conseil des Droits Humains des Nations Unies pour la nomination d’un expert indépendant et d’un Rapporteur Spécial, pour surveiller spécifiquement la situation des droits humains en Iran.

Sans pressions internationales, le gouvernement iranien continuera à intimider et à emprisonner les travailleurs et les autres défenseurs des droits humains sans en supporter les conséquences.

Les prisons iraniennes sont cruelles. Pendant sept mois et 23 jours, j’ai été  placé dans une cellule à l’isolement, dans un trou de béton à peine assez grand pour contenir un homme. Les maltraitances physiques et psychologiques comme les simulacres d’exécutions, sont considérées par les "Juges" de notre pays comme des techniques d’interrogatoire valables. Mon frère Afshin, qui était syndicaliste lui aussi est mort en prison le 21 Juin 2013 dernier après que ses ravisseurs et gardiens lui aient refusé tout traitement médical et de le soigner pendant qu’il le ramenait à la prison d’Evin. Il y a au moins 900 prisonniers politiques et de conscience en Iran, dont au moins 30 syndicalistes qui sont condamnés à de lourdes peines.

Lula, la présidente Rousseff et le parti des travailleurs, malgré beaucoup de difficultés, ont essayé de faire ce qu’il fallait pour leur pays. J’espère que, quand la situation se présentera, ils défendront aussi le nôtre. En tant que leader global et équilibré, les décisions du Brésil ont un impact majeur, même au Moyen-Orient. Des pressions internationales m’ont aidé à retrouver la liberté il y a quelques années, ce qui prouve le pouvoir que la communauté internationale peut avoir quand elle se concentre sur la responsabilité et la justice. Le 24 mars 2014 prochain, le Brésil aura de nouveau le pouvoir d’influencer le vote du conseil des droits humains des nations unies sur la situation des droits humains en Iran. Un vote en faveur de cette résolution donnera au Brésil l’occasion de prouver globalement son implication en faveur des mouvements des travailleurs et d’honorer les centaines d’Iraniens qui luttent pour leurs droits humains.
Mansour Osanloo est un activiste politique et militant Syndicaliste et défenseur des droits humains et des travailleurs, il a été emprisonné à plusieurs reprises en Iran pour de simples faits de syndicalisme avant de fuir le pays. Il est aussi l’un des anciens leaders du syndicat libre des travailleurs chauffeur de Bus de Téhéran et de sa banlieue de la Vahed Bus Company.

Relire également les nouvelles que nous avions relayée à propos de la mort d’Afshin Osanloo le frère de Mansour mort dans des circonstances troubles le vendredi 21 juin 2013 dernier après un transfert de l’ hôpital où on devait le soigner vers la sinistre et tristement célèbre prison d’Evin à Téhéran.

Afshin_Osanlou2

Obsèques de notre Camarade syndicaliste Iranien Afshin Osanlou à Téhéran Été 2013
http://soliranparis.wordpress.com/2013/06/30/mort-en-prison-du-militant-syndicaliste-afshinosanloo-en-iran/
Voir aussi sur
http://www.iranhumanrights.org/2014/03/osanlou-brazil/
http://www.estadao.com.br/noticias/impresso,brasil-precisa-apoiar-luta-dos-sindicalistas-iranianos,1143788,0.htm
http://www.iranhumanrights.org/2013/08/osanloo_memorial/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Craintes d’exécutions pour Ali Chebeishat et Seyed Khaled Moussavi deux prisonniers Arabes Ahwazis transférés vers des lieux de détention inconnus

Craintes d’exécutions pour Ali Chebeishat et Seyed Khaled Moussavi deux prisonniers Arabes Ahwazis transférés vers des lieux de détention inconnus.

ahwazpoliticalprisonerindeathrow

Ali Chebeishat et Seyed Khaled Moussavi 

24 et 27 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights: Deux prisonniers politiques et condamnés à mort Arabes Ahwazis, Ali Chebeishat – qui est âgé de 49 ans et Seyed Khaled Moussavi – qui est âgé de 36ans ont été transférés de la prison de Dezful vers un nouveau lieu de détention inconnu. Iran Human Rights ou IHR, craint que leurs exécutions ne soient imminentes et appliquées dans les jours à venir, et prie instamment la communauté internationale, ainsi que toutes les organisations mondiales de défense des droits de l’homme et de lutte contre la peine de mort à réagir.

24 Mars 2014: Selon des sources fiables qui ont pu rentrer en contact avec Iran Human Rights ou IHR, deux prisonniers et condamnés à mort Arabes Ahwazis, Ali Chebeishat et Seyed Khaled Moussavi ont été brutalement transférés de la prison de Dezful vers un lieu de détention inconnu. Ils ont été tous deux condamnés à mort pour des accusations liées à de soit disant "Atteintes à la sécurité nationale", mais on ne sait pas si leurs condamnations à mort ont été approuvées par la Cour suprême de la "République Islamique d’Iran". Des militants défenseurs des droits de l’homme locaux, ainsi que les familles des deux prisonniers craignent que leurs transferts de la prison de Dezful puissent signifier la mise en œuvre de leurs condamnations à mort.

Six autres prisonniers Arabes Ahwazis avaient été exécutés en Décembre 2013 et Janvier 2014 *1, sans que leurs familles ou leurs avocats, n’aient été prévenu de leurs exécutions à l’avance. Iran Human Rights et le RSI expriment de sérieuses inquiétudes sur le bien-être de Ali Chebeishat et Seyed Khaled Moussavi et exhorte la communauté internationale à réagir .

-Contexte de l’affaire et médiatisation sordide de celle ci, par Press-Tv.ir la principale chaine de Tv et de propagande médiatique de la dictature d’Ali Khamenei et Hassan Rouhani.

Ali Chebeishat, Seyed Khaled Moussavi, et Salman Chayani avaient été arrêtés le 10 Novembre 2012 dernier, dans le village de Khalaf Kaab Imsallam près de la ville de Suse , située dans la province méridionale Iranienne du Khuzestân . Ils ont été retenus illégalement au secret pendant sept mois dans un centre de détention du Ministère des renseignements dans la ville d’Ahwaz une ville située dans le sud ouest de l’Iran. Une période pendant laquelle on leur a refusé d’avoir le droit et l’accès à un avocat et de prendre contact avec les membres de leurs familles, les agents de ce même Ministère des renseignements les ont aussi soumis à de violentes tortures psychologiques et physiques, dans le but de leur extorquer des aveux forcés, afin de les impliquer dans l’explosion et le "Sabotage" du pipeline de gaz naturel Chogha Zambil- qui avait eu lieu en Octobre 2012 dans le conté de Zanbil, situé près du village de Khalaf Kaab Imsallam .

Le 16 Novembre 2013 la principale agence de propagande Télévisuelle du régime Press-Tv.ir a diffusé un "reportage" ou les trois prisonniers "Avouaient" leurs participations supposées au "Sabotage" et à l’explosion du pipeline de gaz naturel Chogha Zambil.

Mais part de ces "aveux" forcés et médiatisés, obtenus sous la contrainte et par la torture , il n’existe aucune preuve formelle en ce qui concerne le sabotage du pipeline de gaz naturel de Chogha Zanbil par les trois accusés.

En effet les autorités Iraniennes ont d’abord déclaré que l’explosion était accidentelle, malgré cela le 9 Septembre 2013 dernier, le juge Seyed Mohammed Baqir Mousavi qui préside la deuxième branche du "Tribunal révolutionnaire" de la ville d’Ahwaz a condamné les trois hommes sous des accusations d’êtres des "Moharebeh"- c’est à dire d’être des "ennemis de dieu en inimité avec dieu"- selon la loi Iranienne-Ndlr. Avec pour résultats les condamnation à mort de M. Ali Chebeishat et M. Sayed Khaled Moussavi et une condamnation contre M. Salman Chayani à une peine de 25 ans d’emprisonnement en exil intérieur dans la prison de la ville de Yazd une ville situé dans le centre de l’Iran , une peine qui est pourtant une violation flagrante des codes de lois nationaux.

Voir aussi sur:
http://iranhr.net/2014/03/fear-of-imminent-execution-two-ahwazi-arab-death-row-prisoners-transferred-to-unknown-location/
 -*1 voir aussi sur:
 http://iranhr.net/2013/12/iran-human-rights-condemns-execution-of-four-ahwazi-political-prisoners-3/
 http://iranhr.net/2014/01/two-ahwazi-activists-hadi-rashedi-and-hashem-shabani-have-been-executed/

prisonersiran

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Notre camarade syndicaliste Iranien Reza Shahabi retourne en prison malgré le fait qu’il ai besoin d’une nouvelle opération chirurgicale

Notre camarade syndicaliste Iranien Reza Shahabi retourne en prison malgré le fait qu’il ai besoin d’une nouvelle opération chirurgicale.

reza2
23 et 27 Mars 2014 pas plus tôt nous avions publié la lettre de fin d’année de notre camarade syndicaliste Iranien que d’autres mauvaises nouvelles de lui nous parvenaient via le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’Homme Human Rigths News Agency: Notre camarade Iranien Reza Shahabi Zakaria, le militant Syndicaliste et prisonnier politique Iranien, a été renvoyé en prison malgré le désaccord du médecin qui s’occupait de lui, lors de son séjour à l’Hôpital Imam Khomeiny de Téhéran.

Selon un rapport parvenu aux militant-es et activistes du site Human Rights News Agency ou Hrana notre camarade Reza Shahabi Zakaria, le militant syndicaliste et prisonnier politique détenu dans la section 350 de la prison d’Evin, et qui avait été hospitalisé dans un centre médical en dehors de la prison en raison de grave problèmes de dos et de moelle épinière, a été renvoyé en prison par le biais d’un ordre du procureur de Téhéran, malgré le désaccord des médecins qui le suivait.

Une source bien informée a déclaré à une journaliste du site Hrana: " Reza était censé subir une opération chirurgicale lourde, pour ses problèmes de dos et de moelle épinière dans les jours prochains ".

Reza Shahabi était avant son incarcération, membre du conseil d’administration du Syndicat libre des chauffeurs de bus de Téhéran et de Banlieue de la Vahed Bus Company, Il avait également reçu le mois dernier un prix pour son militantisme en tant que syndicaliste et défenseur des droits de l’homme.

Il est bon d’être également mentionné que ce militant Syndicaliste et ouvrier, à été condamné à une lourde peine de prison, qu’il a déjà passé quatre ans de prison. Et qu’il a aussi été condamné par une autre Cour d’appel de la "République Islamique d’Iran" aux peines supplémentaires de Cinq ans d’interdiction de toutes activités militantes et syndicales, ainsi qu’à une amende de 70 millions de rials Iraniens payable en fin de peine le jour de sa libération.

Voir aussi sur:
https://hra-news.org/en/reza-shahabi-returned-evin-prison-surgery

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Message de notre camarade syndicaliste Iranien emprisonné Reza Shahabi pour la nouvelle année Iranienne 1393

Message de notre camarade syndicaliste Iranien emprisonné Reza Shahabi pour la nouvelle année Iranienne 1393.

free-reza-shahabi2

19 et 25 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site de nos camarades et amis de Mission Free Iran: Message de notre camarade syndicaliste Iranien emprisonné Reza Shahabi à l’occasion de la nouvelle année Iranienne de Norouz 1393

Solidarité avec les femmes, solidarité avec les travailleurs, solidarité avec les étudiants d’Iran et du monde. Publié le 19 Mars, 2014 par le Comité de défense de Reza Shahabi.

L’année Iranienne 1392 *1 se termine alors que dans notre pays des familles de travailleurs continuent de souffrir et de subir moments difficiles en raison d’une inflation fulgurante qui atteint plus de 40 pour cent , d’une incontrôlable hausse des prix, et à cause d’un manque de programmes politiques appropriés pour améliorer la situation économique et sociale .

En cette fête de fin d’année , j’aurai voulu ne pas parler de toutes ces difficultés , ni de la dureté et de nos déceptions qui ont été publiées dans divers médias visuels et écrits, et que j’ai trop souvent mentionnés dans mes écrits précédents .

Ce que je veux avant tout vous dire, c’est que si nous les travailleurs d’Iran n’arrivons pas à former ensemble des organisations syndicales fortes et indépendantes, pour nous faire connaître au sein de notre classe, nous ne serons pas aptes à combattre le système capitaliste, car c’est seulement l’unité et la solidarité qui peuvent nous ouvrir des horizons lumineux quand nous savons ce qu’il y à combattre en face de nous.

Au cours des dernières années des camarades la classe ouvrière Iranienne et mondiale, ont lutté au coude à coude, pour atteindre à plus de liberté , de démocratie et de justice sociale , ainsi qu’a une vie digne . Ces camarades ont payé très cher le prix de leurs luttes, cela c’est traduit pour certain-nes d’entre nous par des peines d’emprisonnements , des tortures, des expulsions et des licenciements. A l’heure qu’il est maintenant en Iran comme ailleurs dans le monde nous – les travailleurs , les enseignants , les femmes , les étudiants et les gens épris de liberté – nous avons besoin de nous unir pour atteindre nos objectifs finaux , qui sont la justice , la liberté et l’égalité . en nous regroupant autour de slogans comme " Où est mon syndicat indépendant ? " " Où est mon pain ? " " Où est mon travail ? " Et " Où est ma demeure ? ". Nous devons pour cela plus que jamais lutter ensemble dans l’unité et la solidarité .

Tout en souhaitant une bonne et heureuse année à tous les travailleurs d’Iran et du monde, à mes camarades militants syndicaux et collègues de la Société Vahed, ainsi qu’a toutes les personnes honorables et éprises de liberté. En tant que travailleur et en tant que trésorier et membre du conseil d’administration du Syndicat libre de la Vahed incarcéré depuis quatre années consécutives, ainsi qu’au nom de tous mes collègues et syndicalistes Iraniens qui ont également été emprisonnés, je demander à tous et à toutes de s’unir, pour mettre fin à toutes les manifestations de tyrannie et d’oppression perpétrées par le système capitaliste, contre les travailleurs et les peuples opprimés du monde .

-Reza Shahabi Zakariya Travailleur de la Société de Bus Vahed , trésorier et membre du conseil d’administration du Syndicat libre regroupant les travailleurs et chauffeurs de Bus de Téhéran et de sa banlieue de la Vahed Bus Company.

Hôpital Imam Khomeini 18 Mars 2014

-*1 - L’année du calendrier persan 1392 correspond à Mars 2013 – Mars 2014 du calendrier grégorien.

Traduction du Farsi par Mission Free Iran.

Voir aussi sur:
http://missionfreeiran.org/2014/03/20/reza-shahabis-message-on-the-occasion-of-the-iranian-new-year-norouz-1393/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Mobilisons nous pour sauver la prisonnière Iranienne Reyhaneh Jabbari de la pendaison

Mobilisons nous pour sauver la prisonnière Iranienne Reyhaneh Jabbari de la pendaison

Reyhaneh2

25 et 24 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenue via le blog de notre camarade féministe Iranienne Maryam Namazie : La jeune prisonnière Iranienne Reyhaneh Jabbari est sur le point d’être exécutée. Elle risque la mort pour avoir tué un médecin et ancien membre des services du Ministère des renseignements du nom de Morteza Abdolali Sarbandi, qui avait tenté de la violer. Elle est maintenant âgée de 26 ans et est toujours enfermée dans la tristement célèbre prison d’Evin de Téhéran depuis 2007.

En Juillet 2007 alors que Reyhaneh était seule à l’intérieur d’un café et qu’elle parlait par téléphone à une amie de son travail d’architecte spécialisée en décoration intérieure. Un médecin et ancien agent du redouté Ministère des renseignements du nom de Morteza Abdolali Sarbandi, qui avait entendu la conversation, l’a abordée et lui a demandé son numéro de téléphone pour lui demander si elle pouvait rénover son bureau, quelque temps après cette première rencontre , le 7 juillet 2007 Morteza donna un rendez vous d’affaires à Reyhaneh afin qu’elle vienne visiter son bureau pour voir les travaux qu’elle aurait du y faire.

Selon des témoignages locaux peu de temps avant le rendez vous en question, Morteza a arrêté sa voiture devant une pharmacie pour y acheter des préservatifs, puis il est rentré chez lui attendre Reyhaneh. Une fois que celle ci est rentrée dans son appartement il a fermé la porte d’entrée après lui avoir offert à boire. Morteza a ensuite tenté à plusieurs reprise de forcer Reyhaneh à avoir des rapports sexuels avec lui, affolée et apeurée par cette tentative de viol Reyhaneh avait pu se saisir d’un couteau pour tenter de se défendre, avant de le poignarder à l’épaule droite, quelques minutes après celui succomba d’une hémorragie due à la blessure. Il convient de noter que des analyses médicales postérieures permirent de constater que Morteza avait également mis des sédatifs puissants dans le verre qu’il avait offert à boire à Reyhaneh pour tenter d’arriver à ses fins.

Lors des premiers constats dans l’appartement Reyhaneh déclara clairement à l’interrogateur de la police qu’elle était innocente, qu’elle ne connaissait Morteza que depuis une semaine avant le rendez vous, et qu’elle l’avait tué en état de légitime défense.

Reyhaneh a ensuite expliqué que c’est un des amis de Morteza qui était aussi présent le jour de leur rencontre au café qui l’avait renseigné sur le fait qu’elle était architecte d’intérieur. Elle a ajouté : " Des amis de Morteza que je ne connaissais pas et qui avaient eux aussi obtenu mon numéro de téléphone, mon ensuite appelée à plusieurs reprises pour me demander de l’aider à transformer son appartement en cabinet médical privé. Lorsque je suis arrivée au rendez vous vers 18H05. J’ai rapidement été très inquiète et anxieuse par l’attitude suspecte de Morteza, c’est quand il a commencé à devenir insistant et violent que j’ai saisi ce couteau et que je l’ai poignardé à l’épaule droite, je n’avais pas d’autre choix c’était ça ou il me forçait à avoir des rapports sexuels avec lui".

Reyhaneh a ensuite été jugée et condamnée à mort malgré son témoignage et les conclusions de médecins qui avaient constaté que Morteza avait prémédité son geste et tenté d’arriver à ses fins en mettant des sédatifs dans son verre, alors même qu’en Iran, la légitime défense ne justifie pas la peine de mort- en particulier en cas de viol ou de tentative de celui ci.

La décision d’exécution a ensuite été confirmée par la Cour suprême de la "République Islamique d’Iran". Reyhaneh peut être maintenant exécutée par pendaison à tout moment. Le groupe féministe Fitnah demande à toutes les associations et organisations Internationale de défense des droits des femmes et de lutte contre la peine de mort, de se mobiliser et d’organiser des actions de solidarité, afin de stopper la procédure d’exécution dont elle est victime.

Tous les jours dans la "République Islamique d’Iran". Des femmes, des hommes et même des enfants mineurs sont victimes d’exécutions. Les "juges" de ce pays condamnent systématiquement à la peine de mort des personnes sur la base de lois archaïques définissant 131 infractions et "crimes" supposés ou présumés passibles de cette même peine. Certains de ces " crimes" incluent l’adultère, le vol, l’homosexualité, la possession de drogue et la dissidence politique.

L’Iran est le pays qui pend plus de personnes par habitant que tout autre pays dans le monde , depuis l’élection du président prétendument "Modéré" Hassan Rouhani , on ne peut que constater qu’il y a eu une augmentation constante de nouvelles exécutions . La plupart des victimes qui sont pendues en Iran, le sont souvent sans preuves formelles, après des parodies et des simulacres de procès appliqués en totale contradiction avec les normes judiciaires internationales , et généralement dans la plupart des cas sans même avoir le droit d’avoir accès à des avocats de la défense ainsi qu’ à des jurys impartiaux.

Voir aussi sur:
http://freethoughtblogs.com/maryamnamazie/2014/03/24/iran-save-rayhaneh-jabbari-from-execution-by-hanging/

Des pétitions demandant la grâce de Reyhaneh Jabbari peuvent être signées si dessous. En signant celles ci vous lui donnez une chance de survie, une chance pour surseoir à son exécution en Iran.

 https://secure.avaaz.org/en/petition/Catherine_Ashton_Ban_Ki_Moon_Ahmad_Shaheed_Save_26_year_old_woman_from_being_hanged_in_Iran/?fgoyhhb
 http://www.gopetition.com/petitions/save-reyhaneh-jabbari.html

Page Face Book Sauvons Reyhaneh Jabbari ci dessous:

https://www.facebook.com/SaveReyhaneh

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Abdolreza Rahmani Fazli le ministre de l’intérieur du régime de Khamenei déclare que l’Iran restera opposé à l’abolition de la peine capitale pour les trafiquants de drogue

Abdolreza Rahmani Fazli  le ministre de l’intérieur du régime de Khamenei déclare que l’Iran restera opposé à l’abolition de la peine capitale pour les trafiquants de drogue.

abdolreza-rahmani-fazli3 Abdolreza Rahmani Fazli  le ministre de l’intérieur du régime de Khamenei

19 mars et 23 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site de lutte contre la peine de mort Nessunotocchicaino  : Le ministre de l’Intérieur du régime totalitaire de la "République Islamique d’Iran" Abdolreza Rahmani Fazli  à déclaré que l’Iran resterait fermement opposé à  l’abolition de la peine de mort pour les trafiquants de drogue,  à rapporté l’agence de nouvelles et de propagande médiatique d’État de l’IRNA News.

Abdolreza Rahmani Fazli  qui représentait l’Iran, lors  la 57eme session de la Commission Internationale sur les stupéfiants qui a eu lieu dans la capitale autrichienne Vienne les 13 et 14 Mars 2014 dernier,  à déclaré que l’Iran resterait également opposé à toute  légalisation de différents types de stupéfiants.

"Nous nous  opposons également à cette déclaration publiée par certains États européens sur l’abolition de la peine de mort pour les trafiquants de drogue", a déclaré le ministre en poursuivant: "Ce genre de contrebandiers ne sont pas seulement impliqués dans  des trafics de drogue, mais aussi dans la lutte armée, dans  les franchissements illégaux de nos frontière, le blanchiment d’argent, dans des viols et des assassinats ainsi que dans diverses activités terroristes".

Abdolreza Rahmani Fazli a ensuite conclu en déclarant que la décision finale sur l’abolition de la peine de mort pour les trafiquants de drogue en Iran. Ne serait prise par son pays que lors de la prochaine réunion de la Commission Internationales sur les stupéfiants qui aura lieu en 2016. (Sources: BERNAMA, 19/03/2014)

Voir aussi sur:
http://english.nessunotocchicaino.it/news/index.php?iddocumento=18302595

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Prochaines dates Solidarité Syrie Fac de Paris 8 et CICP

Prochaines dates Solidarité Syrie Fac de Paris 8 et CICP

Evenementsyrieparis

Dates envoyé par mail par des camarades et ami-es Syrien-nes et que nous relayons Ici Dans le cadre de la Semaine des Arts de l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis Projections et table ronde Vendredi 28 mars 14h-20h  CINÉMA SYRIEN – HISTOIRES DE LUTTES

Depuis 2011, les acteurs de la révolution syrienne se sont massivement emparés de la vidéo comme d’une arme au service de la contestation. Avant eux, plusieurs générations de réalisateurs syriens ont fait du cinéma un art de l’engagement. Leurs films racontent des histoires de luttes dont l’actualité est aujourd’hui renouvelée. C’est à la fable médiatique d’un Orient éternellement compliqué(1) qu’on s’attaque en se retournant sur leurs images. Elles nous rappellent d’où vient le peuple syrien. Peuvent-elles nous dire aussi où il va?

1. Nous empruntons cette formule à la tribune publiée par le collectif de cinéastes syriens Abounaddara dans Le Monde du 25 septembre 2013 sous le titre « En Syrie, refusons la fable d’un Orient compliqué».

14H-16H / PROJECTION I : COURTS-MÉTRAGES DOCUMENTAIRES (AMPHI X)
Séance présentée par Anaïs Farine (Université Paris 3) et Jennifer Verraes (Université Paris 8°

. Film-essai sur le barrage de l’Euphrate (1970, 12 min) — Omar Amiralay
. Pas à pas (1978 , 22 min) — Oussama Mohammad

. Bleu-gris (2003, 23 min) — Mohamad Al Roumi

. Un cinéma muet (2001, 30 min) — Meyar Al Roumi 

Programme complet en pièce jointe

16H-18H / TABLE RONDE : SOLIDARITÉS ET HÉRITAGES (AMPHI X)
Modération : Anaïs Farine (Université Paris 3) et Serge Le Péron (Université Paris VIII)

Invités :

Hala Mohammad: Née à Latakieh à la fin des années 1950, Hala Mohammad est poète et réalisatrice. Elle a étudié le cinéma à l’Université Paris 8, travaillé avec des cinéastes syriens en tant que scénariste, costumière et assistante à la réalisation et réalisé six documentaires dont Voyage dans la mémoire (2006).

Mohamad Al Roumi
: Né en 1945 en Mésopotamie, Mohamad Al Roumi, est un photographe et réalisateur syrien. Il participe régulièrement à des missions photographiques et archéologiques. Bleu-gris est son premier film. Depuis 2012, il est président de l’association Souria Houria, groupe de soutien à la révolte de peuple syrien www.souriahouria.com.

Oussama Mohammad
: Né à Latakieh en 1954, Ossama Mohammad a étudié le cinéma au V.G.I.K. de Moscou. De retour en Syrie, il a travaillé avec Mohamed Malas comme assistant pour Les Rêves de la ville (1983) et comme scénariste pour La Nuit (1992). En 1988, il a réalisé son premier long- métrage Etoiles de jour. Exilé en France pour avoir critiqué le régime de Bachar el-Assad, il a réalisé Syrie Autoportrait…Amour…Mort et Liberté (2013) à partir des vidéos mises en lignes par des apprentis cinéastes qu’il a formés par écrans interposés.

Meyar Al Roumi
:Né en 1973 à Damas, Meyar Al Roumi a étudié aux Beaux-Arts de Damas, à l’Université Paris 8 et à la Fémis (section image, 2001). Avant de réaliser Round Trip (2012), son premier long- métrage de fiction, il a tourné plusieurs documentaires dont L’Attente du jour(2003) et Six histoires ordinaires (2007).

18H / PROJECTION II : SACRIFICES — OUSSAMA MOHAMMAD
2001 – fiction – 113 minutes – (salle de projection, A1 181)
Séance présentée par Emma Raguin (Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient) et Cécile Sorin (Université Paris VIII)

« L’intrigue de Sacrifices, un film conçu selon un langage cinématographique très élaboré, peut se résumer simplement : le patriarche d’un clan familial expire sans avoir pu désigner son successeur. Une lutte s’engage entre les trois jeunes cousins susceptibles d’accéder à cette position. Le film montre comment chacun des enfants va développer sa relation au pouvoir : celui qui est prêt à toutes les bassesses et les stratagèmes pour s’imposer, celui qui préfère se soumettre à la loi du plus fort et celui pour qui cette quête paraît absurde mais qui en subit les conséquences malgré lui [...] Les trois protagonistes reflètent des figures adultes. Néanmoins, ce n’est pas un positionnement par rapport à une norme morale qui justifie ce choix. En montrant la relation de chaque enfant à l’autorité et à la quête de pouvoir, Oussama Mohammad interroge plus largement, et de manière implicite, les mécanismes de la domination politique et les fondements de sa légitimité.»

Extrait de la thèse de doctorat de Cécile BoëxLa contestation médiatisée par le monde de l’art en contexte autoritaire. L’expérience cinématographique en Syrie au sein de l’Organisme général du cinéma, 1964-2010 (Université Aix-Marseille III, 2011), à paraître chez L’Harmattan.

LA SEMAINE DES ARTS À L’UNIVERSITÉ PARIS 8 VINCENNES – SAINT-DENIS -Des expositions, des concerts, des forums, des ateliers, des spectacles, des débats, des projections, des performances, des tables rondes… Cinéma et Danse, Arts plastiques et Philosophie, Musique et Photographie, Théâtre et Images numériques (ATI), toutes les formations en Art de l’Université Paris 8 y sont engagées.
Programme complet : http://www-artweb.univ-paris8.fr

L’HISTOIRE CONTINUE AU PANORAMA DES CINÉMAS DU MAGHREB ET DU MOYEN-ORIENT À L’ECRAN DE SAINT-DENIS, DU 29 AVRIL AU 11 MAI 2014.
Cette année, la Semaine des Arts est partenaire du Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient. Au programme, rencontres avec des cinéastes syriens et projections : Round Trip (2013) de Meyar Al RoumiComme si nous attrapions un cobra (2012) d’Hala Alabdalla, Une échelle pour Damas (2013) de Mohamed Malas et Les chebabs de Yarmouk (2013) d’Axel Salvatori Sinz. Programme complet : http://www.pcmmo.org/

Comité d’organisation : Anaïs Farine, Serge Le Péron, Nicolas Philibert, Cécile Sorin, Jennifer Verraes.Partenariats : le Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient, la Semaine des Arts, l’équipe d’accueil ESTCA, le Labex Arts-H2H.

Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis – 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis CEDEX. Métro : Ligne 13, Saint-Denis Université.

Programme 28/03/2014 Cinema Syrien

-29 Mars 2014 Paris : Soirée de solidarité avec les réfugiés palestiniens en Syrie

Le Samedi 29 Mars 2014 de 19h à 22h Au CICP 21 ter Rue Voltaire Paris 11 Voir l’événement sur Facebook Des associations et organisations politiques soutiennent l’initiative comme: Manifeste des Liberté, ACDA, Souria Houria,Intercollectifs de soutien aux luttes des peuples dans le mondes arabe, collectif Urgence syrie, AJPF

Evenement_201403291Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Transfert du journaliste emprisonné Khosro Kordpour vers la prison de Tabriz

Transfert du journaliste emprisonné Khosro Kordpour vers la prison de Tabriz.

kordpour-brothers2

Khosro Kordpour et Massoud Kordpour

20 et 21 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Radio Zamaneh: A la veille de  la fête de Norouz – le nouvel an en Iran – Ndlr.  Le journaliste  Kurde Iranien et militant défenseur des droits humains emprisonné Khosro Kordpour, a été brutalement transféré vers la prison centrale de la ville de Tabriz.

L’Agence Kurde indépendante Mukerian News Agency  à rapporté que le mercredi 19 Mars 2014 dernier, les autorités pénitentiaires Iraniennes avaient brutalement fait transférer  Khosro Kordpour qui était l’ancien rédacteur en chef de la Mukerian News Agency  , vers la prison de la ville Tabriz, ajoutant que  ce transfert  s’était fait sans que  ni l’avocat ni la famille de Khosro Kordpour, n’aient été prévenu de celui ci.

Khosro Kordpour a déjà passé un an en prison pendant un an, après avoir été condamné  à des peines successives d’un an de prison pour des activités de: " propagande contre le régime", à cinq ans de prison en exil  intérieur dans la ville de Tabriz pour : " assemblage et  collusion d’activité illégales contre la République Islamique d’Iran", et à une peine supplémentaire de deux ans d’exil  intérieur à effectuer en résidence surveillée dans la ville Kerman après sa libération.

Massoud Kordpour le frère de Khosro Kordpour est également en prison pour ses activités journalistiques,  il purge actuellement une peine de trois année d’emprisonnement dans la prison de la ville de Mahabad.

Khosro Kordpour  a maintenant été transféré  dans la section des mises en quarantaine de la prison de la ville de Tabriz, tandis que son frère Massoud Korpour reste lui détenu dans la prison de la ville de Mahabad.

Voir aussi sur:
http://archive.radiozamaneh.com/english/content/jailed-journalist-transferred-tabriz-prison
Et sur:
http://archive.radiozamaneh.com/english/content/court-confirms-sentences-journalist-brothers
http://iranhr.blogspot.fr/2014/03/update-khosro-kordpour-sentenced-after.html
http://kurdistantribune.com/2013/stop-persecution-of-kurdish-journalists-activists-iran/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Kurdistan Iranien nouveau meurtre d’un jeune Kolber Kurde par les troupes de l’IRGC

Kurdistan Iranien nouveau meurtre d’un jeune Kolber Kurde  par les troupes de l’IRGC

kolbers-kurdistan-2

19 et 21 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Kurde Rojhelat . info: Omer Kerimi un jeune kurde Kolber  âgé de 29 ans, originaire du village de Dezli  situé dans la région de la ville Meriwan a été lâchement abattu  par les gardiens de la révolution Iraniens de l’IRGC le 16 Mars 2014 dernier. Omer Kerimi  s’était  marié il y a un an auparavant, il rejoint la longue et triste liste des milliers de petits transporteurs nomade Kurdes Kolbers- qui sont massacrés depuis plus d’une dizaine d’années par les troupes d’occupations Iraniennes de l’IRGC. Dans la région frontalière située entre l’Irak, la Turquie et l’Iran.

Quand la population de Dezli a appris que la famille d’Omer Kerimi venait de perdre leur fils, par solidarité les gens ont cessé toute leur activités, en fermant l’école, le dispensaire, les commerces et le supermarché local.

Chaque année, des centaines de jeunes Kolbers kurdes, des petits vendeurs nomades qui transportent généralement à dos d’homme des marchandises, pour les vendre sur les marchés des villages isolés de la région frontalière du Nord-Est du Kurdistan située à cheval entre l’Irak, la Turquie, et l’Iran, perdent leurs vies ou sont grièvement blessés par des tirs  systématiques émanant des forces répressives et des polices frontalières Iraniennes et Turques qui les accusent conjointement de : "Faire de la contrebande". Mais aussi également par ses mines terrestres, les avalanches ou encore le froid  quand ils tentent d’éviter les patrouilles de ces mêmes polices des frontières

Voir aussi sur:
http://rojhelat.info/en/?p=7365

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Enfin l’Amnistie pour Sakineh notre amie Iranienne qui avait été condamnée à la lapidation

Enfin l’Amnistie pour Sakineh  notre amie Iranienne qui avait été condamnée à la lapidation.

sakineh-mohammadi-ashtiani2

Sakineh Mohammadi Ashtiani

19 et 18 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le blog de nos camarades et ami-es  Communisme Ouvrier et celui de la journaliste Iranienne Keyhani Parisa: 

-Le cauchemar de Sakineh Mohammadi Ashtiani, notre amie Iranienne qui s’est fait connaître à la fin des années 2000 pour avoir été condamnée à la lapidation pour adultère, a pris fin ce mardi 18 mars, après huit années passées en prison. La nouvelle a été annoncée par le secrétaire général du Haut conseil iranien pour les droits de l’homme, Mohammad-Javad Larijani, lors d’une conférence de presse à Téhéran, qui évoquait "son comportement positif en prison", comme la principal raison de cette décision de la justice iranienne.

La nouvelle a été annoncée par le secrétaire général du Haut conseil iranien pour les droits de l’homme, Mohammad-Javad Larijani, lors d’une conférence de presse à Téhéran, qui évoquait "son comportement positif en prison", comme la principal raison de cette décision de la justice iranienne.

Condamnée en 2006 pour ses "relations extraconjugales" avec deux hommes après la mort de son mari, cette Iranienne de 47 ans a été condamnée à 99 coups de fouet. Quelques mois après sa condamnation et au cours du jugement du présumé meurtrier de son mari, cette originaire de Tabriz, ville au nord-ouest de l’Iran, a été accusée d’adultère avec l’accusé. Elle a plaidé coupable et a été condamnée, à ce titre, à la lapidation, ainsi qu’à dix ans de prison pour "complicité dans le meurtre de son mari". Ses peines ont été confirmées en mai 2007.

Sakineh Mohammadi Ashtiani est ainsi devenue, à la fin des années 2000, l’ultime victime de l’Etat "archaïque" et "obscurantiste" pour ses fervents détracteurs dans le monde entier. Sa condamnation à la lapidation a provoqué un grand tollé médiatique international.

De son côté, le pouvoir iranien n’a eu de cesse de dénoncer "l’ingérence" des Occidentaux et des médias qui instrumentalisaient l’affaire de Sakineh Mohammadi Ashtiani.

Face à cette mobilisation internationale, les autorités iraniennes ont annoncé, en juillet 2010, par la voix de l’ambassade d’Iran à Londres, la suspension de sa peine de lapidation. Or, certaines autorités judiciaires ont laissé planer le doute quant à une possible transformation de la lapidation en pendaison. La déclaration de ce mardi de M. Larijani a ainsi fait disparaître ce risque.

"Sur la scène internationale, ils ont fait beaucoup de bruit à propos de ce dossier. Mais nous n’y avons pas fait attention. Nous avons obtenu le pardon de la famille de la victime, s’est ainsi félicité M. Larijani. Sa peine a donc été ramenée à dix ans de prison. Et elle a été graciée en raison de son comportement positif en prison."

M. Larijani, a également reconnu que si cette affaire a pris une telle dimension, c’était, en partie, à cause d’une mauvaise communication des autorités iraniennes.

Le premier avocat de Sakineh Mohammadi Ashtiani, Mtre Mohammad Mostafavi, s’est exilé en 2010 en Norvège, évoquant les représailles dont sa famille et lui ont fait l’objet. Son deuxième avocat, Javid Houtan Kian a été arrêté en octobre 2010 alors qu’il donnait un entretien à deux journalistes allemands de l’hebdomadaire Bild am Sonntag, en compagnie du fils de la prisonnière. Condamné à six ans de prison, Javid Houtan Kia a été libéré de la prison de Tabriz à l’été 2013, après avoir purgé la moitié de sa peine.

La nouvelle de l’amnistie de Sakineh Mohammadi Ashtiani tombe à l’heure où reprennent, à Vienne, les négociations entre Occidentaux et Iraniens sur le dossier nucléaire de Téhéran.

Notes Soliranparis: nous reviendrons bientôt dans de prochains articles, sur certaines "Bonnes âmes" et autre "intellectuel-es"  d’une certaine "Gauche Alter" prétendument "Anti impérialiste"  et "Post coloniale" Franchouillarde profondément confuse et réactionnaire – qui avaient cru bon en 2010, de hiérarchiser et de faire des différences pour le moins morbides, entre la condamnation à mort (et l’exécution le 23 Septembre 2010) de la prisonnière américaine Teresa Lewis et  la condamnation à mort par lapidation de Sakineh qui selon ces crétin-es utiles  et autres  VRP’s du régime totalitaire , fasciste , théocratique, misogyne, patriarcal, homophobe  et sexiste de Khamenei  , sous entendaient de manière fort grossière, ignoble et  indécente, que la condamnation à mort de Teresa  "avait"  (sic) "été moins médiatisée"  que celle de Sakineh, comme si la peine de mort était moins ignoble en Iran qu’aux États Unis, alors que c’est l’évidence même que celle est tout aussi ignoble dans  tous les pays – fussent-ils "démocratiques" qui la pratiquent encore en 2014.

Voir aussi sur:
http://keyhani.blog.lemonde.fr/2014/03/18/amnistie-pour-sakineh-liranienne-condamnee-a-la-lapidation/
https://communismeouvrier.wordpress.com/2014/03/18/amnistie-pour-sakineh-liranienne-condamnee-a-la-lapidation/
http://en.wikipedia.org/wiki/Teresa_Lewis

Soliranparis contact nomore@riseu.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Malgré le fait que l’Iran ai fait exécuter 328 personne pour des affaires liée a des trafics de drogue présumées l’UNODC continue de coopérer avec lui dans cette politique meurtrière

Malgré le fait que l’Iran ai fait exécuter 328 personne pour des affaires liée a des trafics de drogue présumées l’UNODC continue de coopérer avec lui dans cette politique meurtrière.

Drugs-execution-iran

13 et 17 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights: Selon le rapport annuel des militant-es et activiste Iran Human Rights ou RSI, sur la peine de mort en Iran qui vient d’être publié ci dessous*1, au moins 328 personnes ont été exécutées en 2013, pour des accusations liées à des affaires de drogue présumées ou supposée. L’Office des Nations Unies en charge de la lutte contre la drogue et le crime organisé  ou UNODC, a encore activement coopéré (et le fera encore en 2014)  avec les autorités judiciaires et les forces  répressives Iraniennes dans leur " lutte contre le trafic de drogue". En réponse Iran Human Rights ou RSI invite cet organisme de l’ONU, à prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre les exécutions arbitraires de prisonniers en Iran quand ils sont exécutés sur la seule base d’accusations de "crime et délits" liés à des "affaires de drogue".

Avec un chiffre de  plus de 687 exécutions appliquées en 2013 en Iran, ce chiffre à été l’un des  plus élevé dans le pays depuis 15 ans. Il est bon également de rappeler que plus de 68%  de ces nouvelles exécutions  appliquées en Iran cette année la, ont eu lieu après les élections présidentielles du 14 Juin 2013  et l’arrivée au pouvoir du président soi-disant "Modéré" Hassan Rouhani.

yury_fedotov2Yury Fedotov  le directeur et "Monsieur drogue" de l’ONU et de l’UNODC  ou comment féliciter l’Iran dans ses politiques meurtrières de "Lutte contre la drogue"

Les militant-es et activistes du site Iran Human Rights tiennent à rappeler que le 12 Mars 2014 selon un article publié l’agence Reuters  le monsieur anti-drogue de l’ONU Mr Yury Fedotov a  de nouveau chaleureusement  salué le combat de l’Iran contre le trafic de stupéfiants. Et que toujours dans le même article  Yury Fedotov  le directeur de l’UNODC , a ensuite déclaré aux journalistes avant une réunion internationale qui se tenait à Vienne les 13et 14 Mars 2014 dernier sur les efforts mondiaux dans le "combat contre les trafic de stupéfiants" les propos suivants :  "l’Iran joue un rôle très actif dans la lutte contre les trafics de drogues illicites avec des résultats très impressionnants  [...]  la preuve en est je me réfère pour cela, à un rapport publié en 2012 stipulant que pour cette seule année, l’Iran a saisi 388 tonnes d’opium , soit l’équivalent de 72 pour cent des saisies de cette drogue dans le monde entier ".

Ce nouvel éloge de la politique répressive et meurtrière de la "République Islamique d’Iran"  à été déclamé par le diplomate Yury Fedotov le "Monsieur drogue" de l’ONU et de l’UNODC en dépit du fait que des centaines de prisonniers sont exécutés en Iran , une fois qu’il sont reconnus coupables d’accusations de trafic ou de consommation de drogue supposées ou présumées. Selon le Rapport annuel sur la peine de mort en Iran en 2013 qui vient d’être publié  le 13 Mars 2014 dernier par Iran Human Rights ou RSI,, au moins 328 personnes ont été pendues l’année dernière en Iran pour des "affaires de drogues ".

Au cours des deux dernières années du Iran Human Rights et d’autres ONG’s et groupes internationaux de défense des droits de l’homme et de lutte contre la peine de mort, avaient appelé l’UNODC  à arrêter sa coopération avec l’Iran et la reconsidérer , tout en l’incitant celle ci a voter un moratoire total sur la peine de mort, pour toutes accusations liées à des "affaires de drogue". Selon plusieurs rapports publiés par Iran Human Rights,  au cours des quatre années précédentes et depuis  l’année 2010, plus de 1800 personnes ont été exécutées en Iran pour des accusations liées à  ces mêmes "affaires de drogue".

Mahmood Amiry -Moghaddam Le porte-parole d’Iran Human Rights ou RSI, a déclaré: " Si la quantité de drogues saisies est le seul résultat positif que l’UNODC et  les autorités iraniennes peuvent présenter à la communauté internationale. Il n’existe dans les faits aucune preuve que la coopération de l’UNODC  avec l’Iran ai conduit à une diminution du trafic de drogue International. En outre, l’UNODC ne peut pas être et rester  indifférente à l’exécution aveugle de centaines de prisonniers dans ce pays, sous le prétexte de seule lutte contre le trafic de drogue .l’UNODC doit prendre sa part de responsabilité dans cette collaboration et en tirer les conclusions qui s’impose".

Voir aussi sur:
http://iranhr.net/2014/03/despite-328-executions-for-drug-related-charges-in-2013-unodc-praises-irans-drug-fight/

annualrapportirandeathpenalty

-*1 Rapport annuel sur la Peine de mort en Iran pour l’année 2013:
http://iranhr.net/2014/03/report-death-penalty-iran-2013/
Ce Rapport est téléchargeable en PDF ci dessous
http://iranhr.net/wp-content/uploads/2014/03/Rapport-iran-2014-GB-030314-bd-e.pdf
Sur  voir ci dessous le Cv de Yury Fedotov  le directeur et "Monsieur drogue" de l’ONU et de l’UNODC
http://www.unodc.org/unodc/fr/eds-corner/french-curriculum-vitae.html

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Khuzestan refus de soins systématiques dirigés contre 19 prisonniers politiques Arabes Ahwazis

Khuzestan refus de soins systématiques dirigés contre 19 prisonniers politiques Arabes Ahwazis

zendan2

- 13 et 14 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Hrana News Agency: Une fois de plus la politique raciste et d’apartheid du régime totalitaire et fasciste d’Ali Khamenei et du soi disant nouveau président Iranien "Modéré" Hassan Rouhani, frappe 19 prisonniers politiques et de conscience Arabes Ahwazis originaires de la province méridionale du Khuzestân, à qui les autorités judiciaires et pénitentiaires refusent systématiquement d’accorder des soins médicaux et des mises en liberté conditionnelles pour raisons de santé, alors que ceux ci sont tous gravement malades et que leurs demandes légitimes ne sont pas pourtant contraires aux règlements intérieurs même des prisons de la "République Islamique d’Iran".

Karim Dahimi  un militant Iranien défenseur des droits humains, a récemment déclaré à l’agence Human Rights New Agency ou Hrana : "Des centaines de prisonniers politiques et civils de la ville d’Ahwaz et d’autres prisons en Iran, sont de plus en plus privés de leurs droits de bénéficier de soins médicaux de base . Parce que le système pénitentiaire de notre pays ne reconnaît pas les droits fondamentaux de ces prisonniers. Le nombre croissant de prisonniers et le manque d’espace  a peut être engagé des campagnes de construction de nouvelles prisons, mais le problème face à la surpopulation et au nombre toujours plus croissant de détenus, reste en suspens de manière significative".

Il a ajouté: "Dans la prison de la ville d’Ahwaz par exemple malgré des températures estivales pouvant atteindre les 50 ° Centigrades, les prisonniers souffrent énormément a cause des mauvais systèmes d’air conditionné. Ces systèmes de climatisation défectueux et insalubres obligent les prisonniers à utiliser en grande quantité l’eau des robinets de la prison  pour se rafraichir un temps soit peu. Mais comme celle ci n’est qu’à peine potable une majorité d’entre eux contractent régulièrement des maladies graves. Ce qui fait qu’un nombre élevé de malades qui ont été placé à l’infirmerie, souffrent de pathologies telles que des, problèmes de peau, d’infections cutanées,  de  calculs rénaux ainsi que de graves infections gastriques et intestinales".

Karim Dahimi  a également déclaré : " Malgré le fait que des militants et défenseur des droits de l’homme locaux de la ville d’Ahwaz, aient récemment interpellé l’opinion publique Iranienne, après avoir été informés d’une liste croissante de maladies graves qu’avaient contractées des prisonniers politiques Arabes Ahwazis. Les autorités pénitentiaires locales,  ont malgré tout systématiquement limité ou interdit l’accès aux droits de ces détenus de pouvoir bénéficier de traitements médicaux adéquats " .

Ce qui suit est une liste de prisonniers politiques gravement malades – issus de la minorité Arabe Ahwazie qui ont été systématiquement privés de leurs droits légitimes à bénéficier de soins médicaux. Ils sont pour la plupart détenus dans la prison Karoun de la ville d’Ahwaz, dans d’autres prisons de la province du  Khuzestân, ainsi que dans celles d’autres parties du pays.

 1 - Gholam- Abbas -Saki -Saeid Saki  - Est un prisonnier politique Arabe Ahwazi qui avait tenté de se refugier à Damas et qui avait été arrêté en Syrie en 2006. Il fut ensuite extradé de force vers l’Iran. Il a déjà passé plus de 3 ans dans des cellules d’isolement dans un centre de détention secret du Ministère des renseignements de la ville d’Ahwaz  puis trois autres mois dans la prison d’Evin à Téhéran . Il est actuellement incarcéré dans des conditions sanitaires inhumaines et désastreuses au sein de la prison de Dezful, alors qu’il souffre de divers problèmes de santé et de pathologies très graves.

2 – Rasoul Mazraeh  est un autre  citoyen Arabe de la ville d’Ahwaz  qui avait été lui aussi arrêté en Syrie en 2006 (après avoir tenté de s’y réfugier). Puis extradé de force vers l’Iran. Il  avait ensuite été accusé d’être un "Moharebeh" -  c’est à dire d’être un: "ennemi de dieu en inimité avec dieu"-selon la loi Iranienne - Ndlr. Il est actuellement emprisonné  dans la prison de la ville de Yasouj  et souffre d’un cancer de la prostate, malgré cela les autorités pénitentiaires locales,  lui ont limité l’accès à un traitement médical approprié.

3 - Ramazan Ezari Nasseri -  Est un activiste et militant Arabe emprisonné – Ramazan qui vivait dans la région du conté de Kout – Abdollah de la ville d’Ahwaz, avait été arrêté en 2006 il avait ensuit été accusé  d’être un  "Moharebeh" -  c’est à dire d’être un: "ennemi de dieu en inimité avec dieu"-selon la loi Iranienne - Ndlr. Puis condamné à une peine de 30 ans de prison. Il souffre de plusieurs infections et d’autres graves problèmes de santé.

4 – Ali Helfi – est un citoyen Arabe de la ville d’Hamidieh qui avait été arrêté en 2005 . Il avait  ensuite été accusé d’être un "Moharebeh" -  c’est à dire d’être un: "ennemi de dieu en inimité avec dieu"-selon la loi Iranienne - Ndlr. Puis condamné à une peine de 30 ans de prison. Il souffre d’un ulcère de l’estomac et de graves problèmes d’infections intestinales.

5 – Ali Manbouhi – est lui aussi un citoyen Arabe  de la ville d’Hamidieh qui avait été  arrêté en 2009. Il avait  ensuite été accusé d’être un "Moharebeh" -  c’est à dire d’être un: "ennemi de dieu en inimité avec dieu"-selon la loi Iranienne - Ndlr. Puis condamné à une peine de 25 ans de prison dans la prison de Jīroft – située prés de la ville de Kerman. Il souffre d’une grave maladie cardiaque et de diabète qui nécessitent des attentions médicales immédiates.

6 – Rahim Afravi - est un citoyen Arabe du quartier Alavi de la ville d’Ahwaz – qui avait été en 2009. Il avait ensuite été accusé d’être un "Moharebeh" -  c’est à dire d’être un: "ennemi de dieu en inimité avec dieu"-selon la loi Iranienne - Ndlr. Puis condamné à une peine de 25 ans de prison dans la prison de Jīroft- située dans la ville de  Kerman. Il souffre lui aussi d’une maladie cardiaque et de diabète  qui nécessite une attention médicale immédiate.

7 - Abdol Zahra Halij  qui est le fils de Abdol Zahra Halij est un citoyen Arabe du comté de Shekargah situé prés de la ville d’Ahwaz – qui avait été  arrêté en 2005. Il avait ensuite été accusé d’être un "Moharebeh" -  c’est à dire d’être un: "ennemi de dieu en inimité avec dieu"-selon la loi Iranienne - Ndlr. Puis et condamné à une peine de  prison à vie a purger dans la prison Karoun de la ville d’Ahwaz . Il souffre d’une grave infection du pied droit et des suites d’une opération chirurgicale bâclée (on lui a placé des broches métalliques dans le pied n’importe comment). Et doit maintenant  faire l’objet d’attentions médicales immédiates  ainsi que d’une nouvelle opération, pour lui enlever ses broches sous peine de risque d’amputation.

8 – Hasan Abiat  est  le fils de Jalav Abiat  il est né en 1978 – est un citoyen Arabe de la ville d’Hamidieh  qui avait été arrêté en 2011 . Il avait ensuite été accusé d’être un "Moharebeh" - c’est à dire d’être un: "ennemi de dieu en inimité avec dieu"-selon la loi Iranienne - Ndlr. Il est actuellement  toujours détenu dans prison Karoun à Ahwaz et dans l’attente d’un nouveau procès en appel. Il souffre de problèmes d’infections gastriques et intestinales très grave.

9 – Abdol – Emam Zayeri est le fils de Mahmoud -Zayeri – est un citoyen Arabe originaire du comté de Kantex situé prés de la ville d’Ahwaz qui avait été arrêté en 2005 . Il a ensuite été accusé d’être un "Moharebeh" -  c’est à dire  d’être "ennemi de dieu en inimité avec dieu"-selon la loi Iranienne - Ndlr. Puis condamné à une peine de prison à vie, il est actuellement détenu dans la prison Karoun à Ahwaz. Il souffre d’hémorragies internes et d’infections intestinales récurrentes.

10 – Yahya Nasseri est le fils de Mansour Nasseri -  est un citoyen Arabe originaire de la ville d’Ahwaz  qui avait été arrêté en 2005 . Il a ensuite été accusé d’être un "Moharebeh" -  c’est à dire  d’être "ennemi de dieu en inimité avec dieu"-selon la loi Iranienne - Ndlr. Puis condamné à une peine de  prison à vie, il est actuellement détenu dans la prison Karoun à Ahwaz. Et souffre d’une grave maladie cardiaque qui nécessite une attention médicale immédiate.

11 – Kazem  Khoshnamak Khaziravi  est le fils d’Abdol Hossein Khaziravi -est un citoyen Arabe originaire de la ville d’Abadan qui avait été arrêté en 2008 . Il a ensuite été accusé d’être un "Moharebeh" -  c’est à dire  d’être "ennemi de dieu en inimité avec dieu"-selon la loi Iranienne - Ndlr. Puis condamné à une peine de 15 ans de prison, il est actuellement détenu dans la prison de Karoun à Ahwaz et souffre d’hypertension artérielle et de crises aiguës de diabète.

12 – Majid Torfi  est un citoyen Arabe de la province du Khuzestân qui a été accusé "de diffusion de propagande en vue d’agir contre la sécurité nationale". Puis condamné à une peine de 6 ans de prison. Il souffre de graves problèmes du système nerveux non soignés qui entrainent des complications et des troubles psychologiques. Il a besoin d’une attention médicale immédiate et d’une hospitalisation dans les plus brefs délais.

13 – Abdol – Amir Matoori est un citoyen Arabe originaire de la ville de Khorramshahr qui avait été arrêté en 2009. Il a été accusé:  "d’Action contre la sécurité nationale et diffusion de  propagande contre la République islamique". Puis condamné à une peine de 5 ans de prison par le "Tribunal révolutionnaire" de la ville d’Ahwaz . Il souffre de graves problèmes du système nerveux et de crises d’épilepsie récurrentes.

14 – Jalil Heidari  est un autre prisonnier politique Arabe originaire de la province du Khuzestân qui a été condamné à une peine  prison à vie, il souffre de complications rénales graves et récurrentes, malgré cela  les autorités pénitentiaires du centre de détention où il est incarcéré, lui refusent systématiquement le droit de se faire soigner.

15 – Majid Sari est un citoyen Arabe originaire du comté de Seyed Karim situé prés de la ville   d’Ahwaz –  qui avait arrêté en 2009 . Il avait ensuite été accusé "d’Actions contre la sécurité nationale en connexion avec des agents étrangers". Puis condamné à une peine de 20 ans de prison. Il souffre lui aussi de graves problèmes du système nerveux et de crises d’épilepsie récurrentes.

16 – Adel Maferavi  qui est le fils d’Adnan Maferavi est un activiste politique et citoyen Arabe originaire de la province du Khuzestân qui a été condamné à une peine de 15 ans de prison. En raison des violences et de tortures qu’il a subies, il souffre de sévères problèmes de dos et des suites d’une grave blessure à la hanche mal soignée qui nécessite des soins immédiats dans un hôpital.

17 – Nazem Berihi  qui est le fils de Sagban Berihi  est né en 1986, est un citoyen Arabe originaire de la ville d’Hamidieh . Il faisait parti d’un groupe d’étudiants qui avaient été violement arrêtés en Octobre 2005 lors d’un raid des forces répressives Iraniennes contre une école religieuse locale. Il avait ensuite été accusé d’être un "Moharebeh" -  c’est à dire  d’être "ennemi de dieu en inimité avec dieu"-selon la loi Iranienne - Ndlr. Puis condamné à une peine de prison à vie par le "Tribunal révolutionnaire" d’Ahwaz. Il souffre de graves maladies de peau et d’infections cutanées récurrentes.

18 – Taleb Savari est un prisonnier politique et citoyen Arabe qui avait  déjà été arrêté une première fois en 1998 puis une seconde en 2007. Il avait été condamné à une peine de  10 ans de prison, il est actuellement détenu dans la prison Sepidar de la ville d’Ahwaz et souffre de graves maladies de peau  ainsi que de complications de son système oculaire,  des pathologies que nécessitent une attention médicale et une hospitalisation immédiate.

19 - Ghazi Heydari est le fils de Zahra Abdol Heydari qui est né en 1976 – est un citoyen et un Ingénieur Arabe originaire de la ville d’Ahwaz , ainsi qu’un militant culturel et défenseur des droits humains local  respecté qui avait  arrêté par les agents locaux, travaillant pour le compte du Ministère des renseignements. Il avait été accusé: "d’être en contact avec des agents étrangers et ennemis de l’État Iranien par le biais d’informations publiée sur un site web illégal". Puis condamné malgré le fait qu’il a toujours nié ces allégations, à une peine 10 ans de prison par le "Tribunal révolutionnaire" de la ville d’Ahwaz en 2009. Ghazi qui a subi depuis les débuts de son incarcération de violentes tortures physiques et psychologiques. Souffre des séquelles de ses blessures qui entrainent chez lui,  des douleurs dans la poitrine, des vertiges et des troubles auditifs graves qui nécessitent une attention et une hospitalisation immédiate.

 Voir aussi sur:
https://hra-news.org/en/lack-medical-attention-arab-political-prisoners-ahwaz

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Quatre nouvelles exécutions publiques dans la ville de Bandar Abas

Quatre nouvelles exécutions publiques dans la ville de Bandar Abas.

bandarabbas2

11 et 9 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via les site Iran Human Right: Les vagues d’exécutions sommaires se poursuivent en Iran.  Fidèle  à ces mises en scènes horribles le régime totalitaire et fasciste de Khamenei et d’Hassan Rouhani, a de nouveau pratiqué des exécutions publiques, quatre prisonniers ont été pendus dans une des rues principales de Bandar Abbas (Une ville située dans le Sud du pays), avec ces nouvelles exécutions  cela fait au moins plus de 160 personnes  qui ont été exécutées, depuis  les  trois premiers mois de l’année 2014

Très tôt dans la matinée du 8 Mars 2014 quatre hommes ont été pendus en public dans la rue Shahnaz Street , une grande artère de la ville de Bandar Abbas , on rapporté plusieurs agences médiatiques  Iraniennes d’État.

Selon l’agence officielle de presse Iranienne de  l’IRNA News, les quatre hommes ont été identifiés sous les noms de Moslem.A,  Mohammad-Hossein.F, Abdolreza F  et Hamzeh.T. Les trois premiers hommes avaient été reconnus coupables de viols,  tandis que le quatrième  l’homme avait été reconnu coupable d’assassinat. Ces  quatre prisonniers avaient tous étés condamnée à mort selon la procédure "judiciaire" de la Qisas – c’est à dire sous le coup de  la loi du Talion en version régime Iranien – Ndlr.

- En moyenne  cela  deux personnes par jour  a êtres sommairement exécutées en Iran,  depuis le début de l’année  2014.

Voir aussi sur:
http://iranhr.net/2014/03/another-horror-show-in-iran-four-public-executions-this-morning/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Un jeune de 21 ans exécuté alors qu’il était mineur au moment de sa condamnation à mort

Un jeune de 21 ans exécuté alors qu’il était mineur au moment de sa condamnation à mort.

edam-isca2

7 et 10 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights: Un jeune homme àgé de 21 ans a été pendu dans la cour d’une prison du Nord de l’Iran , tot dans la matinée du 7 Mars 2014, pour un assassinat présumé qu’il aurait commis à l’âge de 17 ans- Malgré le fait que le régime totalitaire et fasciste de Khamenei ai signé les accords et une  ratification Internationale de la Convention des Nations Unies sur les droits des enfants, les autorités iraniennes continuent de pratique des exécution de jeune mineurs "délinquants".

Un site de nouvelles locales du nom de Bloghnews, a publié la semaine dernière un rapport à  propos de l’exécution d’un jeune homme âgé de 21 ans qui avait été condamné à mort, pour un assassinat présumé qu’il avait commis à l’âge de 17 ans. Selon ce rapport, le garçon qui a pu être identifié sous le nom de Mehras Rezaei, avait  été reconnu coupable du meurtre de son cousin Ramin quatre ans auparavant.

Mehras avait été condamné à mort en vertu de loi de la Qisas – la loi du Talion en version régime Iranien – Ndlr. L’article de Bloghnews a également rapporté que le grand-père des deux garçons avait  personnellement, aidé et participé  à l’application de l’exécution qui a eu lieu dans la cour d’une prison du Nord de l’Iran.

Iran Human Rights  ou IHR a maintenant pu apprendre par une source indépendante en provenance d’Iran. Que la planification de l’exécution de Merhas aprés son procès, avait bien été confirmée et décidée par un "Tribunal révolutionnaire", malgré le fait qu’il n’était âgé  que de 17 ans, au moment de la perpétration de l’infraction alléguée.

L’Iran est l’un des rares pays dans le monde qui émet encore des condamnations à la peine de mort, contre des mineurs "délinquants".

Voir aussi sur:
http://iranhr.net/2014/03/execution-of-a-minor-offender-in-iran/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Le chef du Conseil des droits de l’homme et de l’appareil judiciaire Iranien Mohammad Javad Larijani se félicite des taux accrus des exécutions dans le pays

Le chef du Conseil des droits de l’homme et de l’appareil judiciaire Iranien  Mohammad Javad Larijani  se félicite des taux accrus des exécutions dans le pays.

Mohammad-Javad-Larijani2

Mohammad Javad Larijani l’un des pire criminels du régime de Khamenei

5 et 7 Mars 2014  nouvelles qui nous sont parvenues via le site de l’ International Campaign for Human Rights in Iran: Le chef du Conseil des droits de l’homme et de l’appareil judiciaire iranien Mohammad Javad Larijani a déclaré le 4 Mars 2014 dernier  sur le site de l’agence de presse Iranienne Tasnim News (voir image plus bas) que le taux d’exécution accrue de l’Iran était ni plus ni moins qu’un marqueur positif, de la réussite du régime de la "République Islamique d’Iran" et déclaré: "Au lieu de critiquer l’Iran pour son nombre croissant d’exécutions ,nous attendons des organisations internationales et du monde qu’ils soient reconnaissant pour ce grand service que nous rendons à l’humanité ".

S’exprimant lors d’une réunion de coordination du Conseil des droits de l’homme , Mohammad Javad Larijani  a continué en disant : "Malheureusement  au lieu de célébrer l’Iran pour son travail , les organisations internationales ne voient dans le nombre accru d’exécutions causée par la confrontation quotidienne, de nos autorités policières et judiciaires, avec le trafic de drogue international qu’un prétexte de plus pour attaquer notre République Islamique, en l’accusant d’atteintes aux droits de l’homme".
Larijani  a ensuite réitéré ses propos dans son allocution en disant: "L’occident oublie de dire que notre pays est celui qui à le plus haut record de confrontation, avec le trafic de drogue International et de les délits connexes qui en résultent"  il  a ensuite accusé les gouvernements occidentaux et leurs dirigeants politiques de "Participations actives à de vaste vastes réseaux de trafic de drogue"  et : "De tirer profit de ceux ci pour financer d’énormes revenus servant leurs activités politiques , offensives, séditieuses et même terroristes ".

Mohammad Javad Larijani a déclaré que le but réel des pays occidentaux dans leurs critiques des taux d’exécutions en Iran appliquées selon la  "loi islamique" de la Qesas – la loi du Talion en version régime Iranien - Ndlr. N’avaient pour seul but que de "vouloir décrédibiliser l’Iran aux yeux des autres pays musulmans". Tout en concluant en disant que la Qesas était un "droit légitime pour les citoyens Iraniens pour lesquels le droit à la vie existe aussi".

Aux militant-es des organisations de défenses des droits humains tant Iranien-nes qu’internationales qui ont critiqué à la suite de cette réunion "la "République islamique d’Iran"  pour ses pratiques moyenâgeuses-telles que des exécutions publiques, des peines de mort par lapidation , l’amputation de membres et même d’yeux (en cas de vol) , ou encore des peine de flagellation et de mises publiques au pilori, décidées par des tribunaux du régime de Téhéran, basées sur la "loi Islamique" de la Qesas et qui sont en augmentations constantes depuis l’année 2011.  Mohammad Javad Larijani  a rétorqué avec son arrogance et  sa morgue habituelle " La Qesas et une très belle chose pour notre pays et elle n’est pas négociable".

En Février 2014 dernier le Bureau des Nations Unies pour le Haut Commissariat des droits de l’homme ou OHCHR avait annoncé que l’Iran avait selon les chiffres "officiels" que ses autorités avaient bien daignées lui transmettre, fait  exécuter officiellement au moins 80 personnes en 2014 . L’OHCHR  avait exprimé sa profonde inquiétude: "au sujet de l’augmentation croissante du nombre d’exécutions en Iran"  en disant: " Qu’au cours des sept premières semaines de l’année 2014, au moins 80 personnes y avaient été exécutées".

- Certaines sources fiables de l’opposition et d’organisation de défense des droits de l’homme Iraniennes, indiquent que ce chiffre pouvait s’élever en fait à plus de 95 personne exécutées , avait déclaré Ravina Shamsadani  le porte-parole du Haut Commissariat des droits de l’homme de l’OHCHR, en rappelant que la grande majorité de ces exécutions sont pour la plupart liés à des affaires présumées de trafics de drogue. La plupart des conventions internationales décidées par l’Onu ces dernières années*1 stipulent pourtant bien que la peine capitale devait être " en principe" réservée qu’aux "crimes les plus graves"  et que les délits et infractions liées à la drogue ne pouvaient pas êtres considérées comme faisant partie de cette catégorie.

Un autre organe de l’ONU a déclaré récemment  qu’il était plus préoccupé par les exécutions récentes  d’Hadi Rashedi et d’Hashem Shabani Amouri , deux  membres de la communauté Arabe d’Ahwaz en Iran  qui ont été condamnés à mort sur accusations d’être  des " Moharebeh" – des "ennemis de dieu en inimité avec dieu" selon la loi Iranienne – Ndlr"Propagation de la corruption sur terre" et: "Actions contre la sécurité nationale".

-*1 Notes Soliranparis :  Pour notre part nous considérons la Peine de mort, (au même titre que la torture, les violences policières, l’emprisonnement, les lois racistes , ségrégationnistes ou d’exclusions institutionnalisées comme celles par exemple qui frappent les sans papiers dans les pays occidentaux)comme faisant partie intégrante  de ce qu’on appelle des crime contre l’humanité. Et donc tous les pays qui l’appliquent encore- y compris des pays prétendument "démocratiques" comme les États Unis comme des pays pratiquant des exécutions de masse donc de facto comme des pays cautionnant des crimes contre l’humanité.

larijani1

Les propos haineux et dénués de toute humanité de Mohammad Javad Larijani publiés sur Tasnim News
Voir aussi sur:
http://www.iranhumanrights.org/2014/03/larijani-executions/
http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=47198&Cr=death+penalty&Cr1#.UxmikIXYKUl

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Commentaires

Iran condamnation de la militante féministe et étudiante Maryam Shafipour à sept ans de prison pour propagande contre le régime

Iran condamnation de la militante féministe et étudiante Maryam Shafipour à sept ans de prison pour propagande contre le régime.

Maryam2

3 et 7  Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenue via le site de l’agence du collectif Iranien  de défense des droits de l’homme Hrana News Agency, le site de nos camarades et ami-es Solidarité Ouvrière, ainsi que celui de la journaliste Iranienne Keyhani Parisa: Expulsée de l’Université internationale Iranienne de Qazvin une jeune activiste et militante féministe et étudiante, du nom de Maryam Shafipour a été condamné à sept ans d’emprisonnement.

Selon le rapport  parvenu aux militant-es et activistes du site Human Rights News Agency ou Hrana, la 15e chambre du "Tribunal révolutionnaire" de Téhéran a condamné Maryam Shafipour à une peine sept ans de prison sur des accusations de "rassemblement et collusion dans l’intention d’agir contre la sécurité nationale " et de  "diffusion de propagande contre le régime". Cette militante étudiante et féministe avait déjà été incarcérée dans la sinistre prison d’Evin depuis le 27 Août 2013 dernier. Une fois sur place elle avait été maintenue en cellule d’isolement pendant plus de deux mois, avant qu’elle ne soit finalement transférée vers le quartier des femmes dans la section 350 de ce même centre de détention, il convient de noter également que durant toute la période où Maryam fut placée à l’isolement, on lui avait formellement interdit de recevoir des visites de sa famille, ainsi que de prendre contact avec son avocat.

Maryam Shafipour a été reconnue coupable et condamnée à un total de 7 années d’emprisonnement pour les faits suivants : 1 – Cinq ans de prison sur l’accusation de "réunion et collusion dans l’intention d’agir contre la sécurité nationale". 2 – Un an de prison sur l’accusation d’appartenance a une organisation illégale au sein d’un Conseil d’éducation. 3 - un an de prison sur l’accusation de "diffusion de propagande contre le régime".

 Maryam Shafipour est la première militante étudiante a avoir été arrêtée et incarcérée, après l’élection du nouveau président soi-disant "Modéré" Hassan Rouhani. Elle avait également été une militante du bureau de campagne du candidat  "réformateur" Mehdi Karoubi, lors de la précédente élection présidentielle Iranienne du 12 Juin 2009.

MaryamShafipour2Ci dessus Maryam lors d’une récente visite de ces parents à la prison d’Evin

Quelques jours auparavant sa nouvelle incarcération, sa famille avait signalé et rapportée que Maryam avait été soumise a des pressions psychologique et battue à plusieurs reprises  par ses interrogateurs de sexe masculin au cours des séances d’interrogatoires, pour avoir refusé de coopérer avec eux et de leur livrer une fausse "confession".

- 3 et 7  Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenue via le site de nos camarade et ami-es du site Solidarité Ouvrière et celui de la journaliste Iranienne L’activiste féministe et militante défenseure des droits de l’homme, Maryam Shafipour a été condamnée, le 3 mars 2014, à une peine de sept ans de prison.

La nouvelle a eu l’effet d’une douche froide : la militante des droits des femmes, Maryam Shafipour, a été condamnée, le 3 mars, à sept ans de prison ferme, plus à deux ans d’interdiction d’activité sur Internet.

Arrêtée en juillet 2013 et incarcérée depuis à la prison d’Evin à Téhéran, cette membre de la campagne de Mehdi Karoubi, l’un des chefs de l’opposition, lors de la présidentielle en 2009, a été condamnée pour "propagande contre le régime" et pour sa "participation à des rassemblements perturbant l’ordre public".

Selon une source proche de sa famille, citée par le site d’opposition Kaleme, hébergé à l’étranger et proche des réformateurs, ces charges reposent sur la parabole que les agents du renseignement ont trouvée chez les parents de Maryam, ainsi que les liens critiques à l’égard du pouvoir qu’elle partageait sur Facebook, mais aussi sa lettre de candidature à des universités à l’étranger. Les deux derniers n’étant pas de délit selon les lois iraniennes.

D’autres charges concernent les aides que cette Iranienne de 27 ans a apportées aux familles des prisonniers politiques et ses contacts avec les deux responsables de l’opposition, Mehdi Karoubi et Mir Hossein Moussavi, en résidence surveillée depuis février 2011.

Cette même source a également fait l’état de tortures et d’importantes pressions psychologiques dont Maryam Shafipour a fait l’objet durant ces neuf derniers mois, notamment infligées par son interrogateur, qui la menaçait d’une peine de prison de cinq ans si elle n’acceptait pas de collaborer. Elle a passé plus de deux mois en cellule de confinement après son arrestation.

Cette ancienne étudiante en ingénieure d’agriculture à l’université internationale de Qazvin (centre), avait été expulsée de son établissement en 2010 en raison de ses activités politiques, elle a ensuite été jugée par le juge Abdolghassem Salavati. Ce dernier est connu pour ses jugements sévères à l’encontre des prisonniers politiques, notamment ceux arrêtés après les manifestations à la suite de la réélection controversée de Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009.

La lourde condamnation, ainsi que les charges retenues contre cette ancienne étudiante ont choqué de nombreux internautes iraniens proches des réformateurs, qui ont d’ores et déjà lancé une pétition, sur Facebook, en faveur de sa libération à l’attention du président Hassan Rohani "Nous, les signataires de cette lettre ouverte, espérons que vous êtes déjà au courant de la condamnation de Maryam Shafipour, la première étudiante qui soit condamnée sous votre gouvernement d’espoir et de bonne gestion [les slogans du président Rohani]."

Les signataires demandent notamment au chef de l’Etat de "faire l’usage de [son] pouvoir légal pour Mme Maryam Shafipour, compte tenu de son état physique et de son besoin d’être traitée à l’extérieure de prison". Ils lui rappellent également son "engagement en faveur des droits civiques".

Dans un communiqué publié le 3 mars, Amnesty International a également demandé aux autorités iraniennes d’annuler la peine prononcée contre cette jeune militante. Selon les parents de Maryam Shafipourson état de santé s’est détérioré en raison de mauvaises conditions de détention, suscitant ainsi leur grande inquiétude. Ils ont fait savoir que leur fille allait faire appel.

Voir aussi sur:
http://communismeouvrier.wordpress.com/2014/03/06/iran-condamnation-dune-feministe-a-sept-ans-de-prison-pour-propagande-contre-le-regime/#more-38952
http://keyhani.blog.lemonde.fr/2014/03/05/iran-condamnation-dune-activiste-a-sept-ans-de-prison/
https://hra-news.org/en/maryam-shafipour-sentenced-7-years-imprisonment
Page Facebook pour demander la libération de Maryam
https://www.facebook.com/MaryamShafipour

freeMaryam-2

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Lettre de Syndicalistes Français demandant la libération de notre camarade et militant ouvrier Iranien emprisonné Reza Shahabi

Lettre de Syndicalistes Français demandant la libération de notre camarade et militant ouvrier Iranien emprisonné Reza Shahabi.

reza

6 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via nos amis et camarades du site Iran Echo et que nous relayons ici, notre camarade Syndicaliste Iranien emprisonné Reza Shahabi fait toujours l’objet de violences, de pressions et de chantage de la part des matons de la prison où il est actuellement détenu, ainsi que de la part des autorités Judiciaires et pénitentiaires de la dictature d’Ali Khamenei et de son président soi-disant "Modéré" Hassan Rouhani de refus de soins médicaux systématique, alors qu’il est gravement malade et que son état de santé s’aggrave de jour en jour.

Déclaration des syndicats français : CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA – Adressée à Monsieur Sadegh Larijani .Chef de la magistrature Téhéran République islamique d’Iran Paris, le 28 Février 2014

-Il est urgent de faire transférer Réza Shahabi dans un hôpital civil hors du milieu carcéral

Les organisations syndicales françaises CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA, s’adressent à vous afin d’attirer votre attention sur la situation de Réza Shahabi, membre de la direction du syndicat Vahed de la Régie des transports de Téhéran et sa banlieue, emprisonné depuis juin 2010 en raison de son action en faveur des droits des travailleurs.

Réza Shahabi souffre de nombreux problèmes de santé (insuffisance rénale, hypertension, douleurs dorsales et lombaires ainsi qu’une sévère arthrose du fait de la détérioration de quatre vertèbres).  Récemment, il a subi une très longue et délicate intervention chirurgicale. A la suite de cette opération, il a été de nouveau incarcéré à la prison d’Evin où, faute des soins adaptés, son état de santé s’est sérieusement dégradé. Sa situation est préoccupante et réclame des soins urgents.

Son état nécessite donc, dans les plus brefs délais, des soins médicaux particuliers qui sont incompatibles avec ses conditions de détention. Son transfert sans délai dans un hôpital spécialisé hors du milieu carcéral, à Téhéran où à l’étranger est désormais impérieux.

Devant la gravité de la situation, dans le cas où les autorités iraniennes ne pourraient garantir que de tels soins soient assurés dans le pays, les organisations syndicales françaises l’inviteront afin de se faire soigner en France. Elles demanderont alors aux autorités iraniennes de l’autoriser à se rendre en France où il sera pris en charge pour recevoir des soins adéquats dans un hôpital.

Pour plus d’informations vous pouvez contacter:

CFDT : Philippe Réau preau@cfdt.fr + 33 6 48 36 03 93

CGT : Ozlem Yildirim o.yildirim@cgt.fr + 33 1 55 82 82 83

FSU : Michelle Olivier michelle.olivier@snuipp.fr + 33 6 15 62 15 10

Solidaires : Alain Baron contact@solidaires.org + 33 1 58 39 30 20

UNSA : Emilie Trigo emilie.trigo@unsa.org  + 33 6 21 40 16 50

Voir aussi sur:
http://www.iran-echo.com/mom_28022014.html
http://www.iran-echo.com/contact_fr_new.html

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Farzaneh Moradi une jeune femme Iranienne âgée de 26 ans à été pendue par le régime fasciste totalitaire, misogyne et sexiste d’Hassan Rouhani

Farzaneh Moradi une jeune femme Iranienne âgée de 26 ans à été pendue par le régime fasciste, totalitaire, misogyne et sexiste d’Hassan Rouhani.

womenexecutioniran2

5 et 4 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights alors que le 8 Mars 2014 prochain des millions de nos camarades Féministes manifesterons pour la Journée Internationale des Femmes  l’état fascistes, totalitaire, sexiste et misogyne des Mollahs chauvinistes "mâles" du régime de Khamenei et de son président le prétendu "Modéré" Hassan Rouhani s’en prend de nouveau aux femmes et à leurs droits, avec la haine institutionnalisée de celles ci que nous ne lui connaissons que trop : Une jeune femme Iranienne  Farzaneh – Razieh  Moradi  qui était âgée de 26 ans, a été brutalement pendue dans la cour de la prison  de la ville d’Ispahan, hier tôt dans la matinée du Mardi 4 Mars 2014.

Farzaneh avait été reconnu coupable du meurtre de son mari , à qui elle avait été mariée à l’âge de 15 ans , il convient également de noter que les autorités pénitentiaires Iraniennes avaient systématiquement empêchée la fille de Farzaneh qui n’est  âgé que de 10 ans de rendre visite à sa mère, ce qui fait qu’elle n’avait jamais pu voir sa mère depuis qu’elle avait été arrêtée et incarcérée il y a six ans de cela .

Rapport  publié par Iran Human Rights: Une jeune femme Iranienne  Farzaneh Moradi  qui était âgé de 26 ans et dont l’exécution prévue avait été reportée il ya un mois suite a des mobilisations féministes et de solidarité Internationale, a malgré cela finalement été pendue tôt dans la matinée du Mardi 4 Mars 2014.

Citant l’avocat  de Farzaneh - Maitre Abdolsamad Khoramshahi, une grande  agence de presse Iranienne à indiqué que l’exécution de Farzaneh avait été réalisée dans la cour de la  prison d’Ispahan tôt dans la matinée du 4 Mars 2014. Selon le rapport publié l’avocat de Farzaneh n’avait même pas été informé de l’exécution de sa cliente. Alors que selon même les lois iraniennes l’avocat d’un-e prévenu-e condamné-e à mort,  doit être impérativement présent à l’ heure et sur le lieu de l’exécution de son-sa client-e le jour de celle ci.

Farzaneh Moradi avait été reconnue coupable du meurtre de son mari six ans auparavant. Au début de l’affaire elle avait "avouée " l’assassinat présumé, mais plus tard elle s’était rétractée et avait déclaré que c’était un autre homme, identifié sous le nom de Saeed  qui lui avait promis d’assassiner son époux. Cependant, le "Tribunal révolutionnaire" qui l’a jugée  n’avait  pas accepté la nouvelle explication et l’avait condamnée à mort sous les charges judiciaires de la peine de la Qesas – la loi du Talion en version régime Iranien -Ndlr. Selon la loi iranienne  le seul moyen de sauver sa vie quand on est un-e condamné-e à mort, c’est que la  famille de l’offensé-e accorde son pardon*1.

Farzaneh avait été mariée à son mari Ahmad à l’âge de 15 ans et était devenue mère d’une fille quand elle n’avait que 16 ans . Selon plusieurs rapports et témoignage, de proches et de sources locales,  Farzaneh n’était pas heureuse dans son mariage . Selon elle, l’homme qui avait commis l’assassinat du mari avait promis à Farzaneh qu’ils vivraient ensemble après celui ci, tout en lui disant et en lui faisant croire qu’il "assumerait" toutes ses responsabilités pour celui ci – et qu’elle ne pourrait jamais être exécutée, parce qu’elle était la mère d’une jeune enfant.

Iran Human Rights ou IHR condamne fermement l’exécution de Farzaneh. Se référant à la peine de mort appliquée en Iran,  sous les charges judiciaires de la loi de la Qesas - la loi du Talion en version régime Iranien -Ndlr. Mahmood Amiry -Moghaddam, le porte-parole du RSI a déclaré: "Les autorités iraniennes sont entièrement responsables de l’exécution brutale de Farzaneh, même si avec l’aide de la peine inhumaine de la Qesas, celles ci veulent faire hypocritement porter la responsabilité de son exécution sur les épaules de la famille du lésé. Selon toutes les conventions relatives au droit international, la peine de mort est de la responsabilité même de l’État qui l’applique".

- Notes Soliranparis  à la veille des manifestations Féministes  et des Journées des Femmes du  8 Mars 2014 nous appelons toutes les organisations Française à manifester leur colère et leur révolte contre l’exécution brutale de  Farzaneh – Razieh  Moradi contre les autorités judiciaires et pénitentiaires de la "République Islamique d’Iran" en envoyant massivement des courriers, mails, Fax et  lettres de protestations à ses instances et représentations diplomatiques et consulaires en France.*2 - Merci également de relayer ceci le plus largement possible sur vos réseaux sociaux et vos réseau de lutte.

-Abrogation sans condition de la peine de mort et des lois racistes, sexistes , homophobes et misogynes en Iran, Libération immédiates et sans condition de tous-tes les prisonnier-éres  politiques, d’opinion et de conscience en Iran.

Voir aussi sur:
http://iranhr.net/2014/03/farzaneh-moradi-a-26-year-young-woman-was-hanged-this-morning/
Et sur le site Communisme Ouvrier  de nos camarade et ami-es de l’ I.C.O :
http://communismeouvrier.wordpress.com/2014/02/09/iran-stop-a-lexecution-de-farzaneh-moradi/
Notes voir ci dessous
-*1 : En Iran, les parents de la victime sont invités lors de l’exécution du présumé coupable. Ils peuvent pardonner et gracier la personne condamnée, accepter sa grâce en échange du paiement du "prix du sang" ou assister à l’exécution.

-*2  Adresse ou envoyer vos messages de protestation : Ambassade de la "République Islamique d’Iran" 4, avenue d’Iéna -75116 Paris. Contact  Ambassade:Téléphone accueil : 01 40 69 79 00 -Fax de l’Ambassade : 01 40 70 01 57  -Courriel : cabinet@amb-iran.fr

iran-pendaisons2

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 Commentaires

Onze nouvelles exécutions dans le nord et le sud de l’Iran déjà 153 exécutions depuis les débuts de l’année 2014

Onze nouvelles exécutions dans le nord et le sud de l’Iran déjà  153 exécutions depuis les débuts de l’année 2014.

edam-ImageHandler2

3 et 2 Mars, 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights: Quatre prisonniers qui avaient été accusés de ont été pendus à Bandar Abbas ( la capitale de la province  d’Hormozgan, située dans sud de l’Iran)  tôt dans la matinée du 2 Mars 2014, a rapporté l’une des principale agence médiatique et de propagande de  l’état ​​Iranien.

Selon le site officiel de la magistrature Iranienne de la province d’Hormozgan, ces quatre prisonniers avaient été condamnés pour des affaires concernant le trafic et la possession de drogues diverse ainsi que celle de 966 kg d’opium. Ces prisonniers qui ont pu êtres identifiés  sous les initiales de: M. R , H. A , A. P et Y.A avaient tous été condamnés à mort par le "Tribunal révolutionnaire" de la ville de Roudan.

- Sep nouvelles exécutions  dans le nord de l’Iran – plus de 153 exécutions depuis les débuts de l’année 2014

La vague des exécutions de masse toujours plus cruelle se poursuit en Iran – 153 exécutions ont été signalées depuis les débuts de l’année 2014. Seulement 82 de ces exécutions ont été signalées par les sources officielles du régime. Les militants du Iran Human Rights  ou IHR, estime  que le nombre de ces exécutions arbitraires,  ont atteint un stade qui va au-delà du niveau alarmant et exhortent la communauté internationale ainsi que  les organisations internationales de défense des droits humains à réagir .

2 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights : Sept personnes ont été exécutées dans la prison de la ville de Rasht ( une ville située dans le nord de l’Iran ) au cours de ces derniers jours .

Selon le site officiel de la magistrature iranienne de la province de Gilan, cinq prisonniers ont été pendus dans la prison de Rasht tôt dans la matinée du 1 er Mars 2014. Trois de ces prisonniers avaient été condamnés pour des affaires de  trafics de drogues supposées, ils ont été identifiés sous les initiales: d’A. Sh qui avait été reconnu coupable de la participation à la possession et à un trafic de 4 kilogrammes d’héroïne concentrée, de H. M qui avait été reconnu coupable de la vente et de l’achat de 3 kg d’opium, de 300 grammes d’héroïne concentrée ainsi que de  la vente de 257 grammes de celui-ci  et de l’achat de 3198 grammes d’héroïne concentrée , de  M .M. S qui avait été reconnu coupable de possession et  du trafic en de 13 kilogrammes et de 800 grammes de crack , a indiqué le même rapport.

Les deux  autres prisonniers qui ont été exécutés dans la prison de Rasht le 1er Mars 2014 , avaient quand à eux été reconnus coupables d’agressions sexuelles a indiqué le rapport . Aucun de ces deux  prisonniers n’ont pu êtres identifiés par leurs noms.

Le site web officiel de la magistrature de la province de Gilan, a également rapporté que deux autres exécutions avaient eu lieu- toujours  dans la  même prison de la ville de Rasht le mercredi 26 Février 2014. Un des prisonniers qui a pu être identifié sous les initiale de F. J avait  été reconnu coupable d’une affaire d’assassinat,  tandis que l’autre prisonnier  qui à  pu être identifié sous les initiales de M. B, avait été quand à lui  accusé du trafic de 800 grammes d’héroïne .

Voir aussi sur:
http://iranhr.net/2014/03/four-prisoners-convicted-of-drug-trafficking-executed-in-southern-iran/
http://iranhr.net/2014/03/seven-executed-in-northern-iran-151-executions-in-two-months/

Soiranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Deux nouvelles dates solidarité avec la luttes du peuple Syrien

Paris  Rassemblement Trois ans sous les bombes de Bachar al Assad

Syria-years-2

-Paris 15 Mars 2014 sur le Parvis des droits de l’homme (Trocadéro) de 18h00 à 21h30

Le rassemblement comportera deux temps :18h00 à 19h30 sous le mot d’ordre : ”3 ans de lutte populaire pour une Syrie Libre et démocratique face à la terreur d’état”19h30 à 21h30 : organisé par Amnesty, Crisis et d’autres organisations internationales sous le mot d’ordre : ”Avec les syriens”

Depuis trois ans les Syriens subissent la terreur d’État, pour avoir osé briser le mur du silence et dire non face à la dictature qui dirige le pays d’une main de fer depuis plus de 44 ans.

En mars 2013 le nombre de victimes avait dépassé les 70.000 morts. Un an après, ce nombre n’a pas cessé de s’accroitre en atteignant 140.000 victimes et sans doute davantage, dont plus de 11.000 morts sont des enfants massacrés sous les Barils de TNT. Cette terreur d’État a également causé le déplacement de centaines de milliers de civils syriens, détruisant des quartiers entiers, des villages et des villes sans aucun autre objectif militaire impérieuse autre que de punir la population et de semer la terreur. Les organisations de droits de l’homme et autres organismes internationaux ont signalé, documents à l’appui, que des quartiers habités par des civils ont été entièrement rasés par l’aviation du régime. Ainsi en 2012-2013, des démolitions de grande envergure à l’explosif et au bulldozer n’ont eu d’autre but qu’une volonté punitive contre la population civile. Ces agressions ont causé un « préjudice disproportionné » aux civils, comme l’a constaté Human Rights Watch.

La nature criminelle de ce régime l’a poussé, non seulement à procéder à l’arrestation des militants pacifistes de l’opposition, mais aussi à utiliser à grande échelle la torture comme arme de punition, en recourant à l’exécution arbitraire de nombreux opposants. De même, il n’a pas hésité à larguer des barils de TNT sur les civils, ainsi que des missiles balistiques ou à fragmentation ; de même, il n’a cessé de faire massacrer les gens, enfants, femmes et vieillards par ses snipers ou par arme blanche. Il a également mené, le 21 août 2013, une attaque à l’armement chimique contre ses propres citoyens dans les faubourgs de Damas causant la mort de 1429 personnes, dont 426 enfants, ce qui a mené à la décision 2118 de l’ONU qui stipule sa destruction.

Ce régime n’a pas limité sa répression à l’utilisation des armes contre les civils pour les soumettre, mais il a également utilisé l’encerclement de certains territoires contrôlés par l’ASL, empêchant l’arrivée de l’eau potable, de vivres et d’aide médicale, ce qui a
causé des centaines de morts par la famine, comme ce fut le cas à Moadhamiya dans la Ghouta Orientale, à Daraya, à Barzeh, au camp de Yarmouk (encerclé totalement par les forces gouvernementales depuis juillet 2013), à Homs (encerclée par les forces gouvernementales depuis plus de 600 jours), ou comme à Zahraa et Nubl.

Début février le Conseil de sécurité a été saisi d’un document préparé par l’Australie, la Jordanie et le Luxembourg et soutenu par les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Le document exige, sous forme d’ultimatum et sous la menace de sanctions, des garanties d’accès à l’ensemble de l’aide humanitaire pour la population civile en Syrie. L’ambassadeur de Russie à l’ONU a osé déclarer que ce projet de texte sapait les efforts humanitaires en Syrie. Le 22 février 2014, les membres du Conseil de sécurité ont adopté à l’unanimité la résolution 2139 exigeant du régime syrien qu’il autorise l’accès humanitaire aux populations civiles. Pendant ce temps la majorité de la population civile en Syrie est privée de l’assistance humanitaire qui pourrait soulager ses souffrances qui durent depuis trois ans déjà.

A l’occasion du 3e anniversaire de la Révolution syrienne, nous appelons les forces démocrates, les partis, les organisations, les associations et mouvements citoyens, et les élus nationaux et territoriaux, ici en France et dans le monde à se rassembler le 15 mars 2014 en solidarité avec la Révolution du peuple syrien pour :

-Demander l’arrêt immédiat des bombardements des villes et villages par l’aviation gouvernementale

-Appeler au retrait de Syrie de tous les combattants étrangers.

-Exiger l’ouverture des passages sécurisés et sans conditions pour l’acheminement des aides humanitaires et médicales
notamment la levée immédiate du blocus imposé par les forces armées du régime aux quartiers, villes et villages.

- demander un soutien international qui permette de protéger la population syrienne et d’aider à la réalisation de ces exigences essentielles. Ceux qui se battent pour la chute du régime et pour une Syrie Libre au service du peuple syrien doivent parvenir à
réaliser leur projet d’un État de droit démocratique et pluraliste basé sur la liberté l’égalité et la dignité humaine.

Premiers signataires :

Le Comité de Secours à la Population Syrienne (CSPS), le Comité de Coordination de Paris pour le soutien de la Révolution syrienneCODSSYSouria Houria (Syrie Liberté), Déclaration de Damas-France, le Collectif Urgence Syrie, Chabab Al Yarmouk-France, Collectif Message to SyriaAlsace-Syrie, la LDH-Paris-15, le MRAP, ALWANEConseil National Kurde en Syrie,

Voir aussi sur:
http://souriahouria.com/15042014-paris-rassemblement-trois-ans-sous-les-bombes-de-bachar-al-assad/
https://www.facebook.com/ManifestationSyrie

Evenement-Syrie2

-21 Mars 2013 Ivry sur Seine : Soirée  Paix et dignité pour les enfants syriens

Vendredi 21 Mars à 19h Théâtre El Duende-23, rue Hoche 94200 Ivry sur Seine
Métro : terminus Mairie d’Ivry (ligne 7) Bus : ligne 132, arrêt : Jean Le Galleu

L’association Syrie MDL & l’association Ne Rougissez pas !ont le plaisir de vous annoncer la tenue d’une Soirée de solidarité avec les enfants syriens(Expo-Ciné-Spectacle & CONCERT Hip hop )& Les Refugiés du Rap

Les recettes de la soirée seront reversées au projet des Hourras «Les Gardiens de l’enfance », qui gèrent des centres de scolarisation et de soutien psychologiques pour les enfants en Syrie. Ce projet est porté par les membres du Mouvement Syrien pour la Non-violence.

Au programme : Exposition d’affiches de solidarité internationale avec la Syrie-19h00 : Une présentation des actions soutenues par la soirée, des associations et projets solidaires-19h30 : Projection de courts métrages sur la Syrie : films d’auteurs syriens produits par un collectif de réalisateurs indépendants.

-20h30 : Un concert Hip hop de groupe syrien : Les Réfugiés du Rap

-22h : Moment convivial d’échange avec les associations, autour d’un buffet syrien et d’un verre de l’amitié.Vente des cartes issues du projet 1001 cartes pour les enfants de Syrie

Tarif : 10 euros / adulte ; 5 euros / -de 18 ans

larussietuelesenfantsSyriens2

Voir aussi sur:
http://souriahouria.com/21032013-ivry-sur-seine-soiree-paix-et-dignite-pour-les-enfants-syriens/
https://www.facebook.com/ManifestationSyrie

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Nouvelles vagues d’Arrestations et de détentions arbitraires dans la province du Khuzestan

Nouvelles vagues d’Arrestations et de détentions arbitraires dans la province du Khuzestan.

ahwhaznewsagency2
25 Février et 1 er Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via la page Face Book Ahwazi Arabs infos: Environ  20 citoyens Arabes de la ville d’Ahvaz située dans la province du Khuzestan ont été arrêtés par les forces répressives  Iraniennes et les agents du Ministère que renseignements lors de la nuit du 25 février 2014, après une descente et une violente perquisition contre une maison du village Hay-Althawra situé prés de la ville d’ Ahwaz. Alors que ces personnes participaient pacifiquement à des cours de théologie Coranique et de langue Arabe.

Selon des sources  et des témoignages locaux de militant-es et défenseurs des droits de l’homme de la ville d’Ahwaz, tous les hommes qui ont été arrêtés ont été emmené vers des lieux de détention inconnus.  Les noms des 12 personnes arrêtées dont on ne sait pas encore vers quelles destination elles ont été emmenées sont les suivants:1. Abbas Ebayat .2. Hassan Ebayat , 3. Ahmad Ebayat 4. Jasem Towirat 5. Nasser Moussaoui ( qui est âgé de30 ans) 6. Jafar Sawari 7. Mousa Moussaoui 8. Abbas Moussaoui 9. Reda Moussaoui (qui est âgé de 20 ans) 10. Heidar Sawri (qui est âgé de 22 ans) 11. Mahdi Moussaoui 12. Basem Sawari (qui est âgé de22 ans) .

Comme à chaque fois que la date anniversaire de l’intifada Arabe Ahwazie  qui avait éclaté dans la province Iranienne du Khuzestân le 15 Avril 2005 approche,  fidèles a leurs tactiques d’intimidations et de violence dans le but d’instaurer un climat de peur auprès des populations civiles locales de cette province du pays,  les forces répressives et  les agents de la police politique du régime totalitaire de Khamenei et d’Hassan Rouhani, multiplient les arrestations et les détentions arbitraires, de militant-es, d’activistes et de personnalités publiques d’origines Arabes Ahwazies.

ahwhaznewsagency2

Voir aussi sur:
https://www.facebook.com/pages/Ahwaz-News-Agency/197266716979113
Pour plus d’information vous pouvez contacter aussi ces pages:
http://www.ahwaziarabs.info/
http://www.ahwaziarabs.info/p/contact.html
https://twitter.com/ahwaznews
et pour relayer l’information:
http://twubs.com/iranelection

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Pour la première fois l’Unesco organise une conférence sur les droits des minorités non Perses en Iran.

Pour la première fois l’Unesco organise une conférence sur les droits des minorités non Perses en Iran.

unesco_building2

27  Février et 1 er Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Ahwazi Arabs info: Paris  France – Pour la première fois  la branche de l’UNESCO qui dépend de l’Organisation des Nations Unies en charge des problèmes culturels, d’éducation et scientifiques, a organisé une conférence sur le multilinguisme et l’éducation multilingue en Iran, lors la Journée internationale des langues maternelles.

Des représentant-es des ONG, d’organisations de défense des droits de l’homme Iraniennes et internationales, de la société civile et des organisations politiques appartenant à des nationalités non -Persanes en Iran ont rencontré des spécialistes en éducation et en linguistique au siège de l’UNESCO à Paris le 21 Février dernier, à l’occasion de la Journée internationale 2014 des langues maternelle. L’UNESCO a accueilli cet événement sur ​​les droits au multilinguisme en Iran, où plus des deux tiers de la population parle dans des  langues maternelles autre que le Persan.

unesco-iranminorities2

Des représentant-es des nationalités et des minorités ethniques Iraniennes Non – Persanes – Arabes, Baloutches, Kurdes et Azéries- Turkmènes, on chacun-es à leurs tours abordés le problème de l’impossibilité d’utiliser et d’étudier dans leurs langues maternelles en Iran. Ils ont  également protesté sur le fait que  leurs langues sont interdites d’enseignement dans les écoles du pays et cela à la fois par son système d’éducation et les médias sociaux qui en dépendent.

Maud Vanwalleghem  une des représentante du programme de l’UNPO-une Ong se battant pour les droits des minorités régionales et ethniques non représentées à l’ONU, a assisté à la conférence et a souligné les cas de discriminations flagrantes qui frappent les population de langues non Persanes en Iran en appelant à davantage de soutien et de solidarité  de la part des fonctionnaires de l’UNESCO , tout en insistant également sur le fait que tous les peuples autochtones d’Iran ont le droit à l’éducation dans les  langues de leurs choix, a plus d’égalité sociales et politique , à l’accès aux médias sociaux ainsi qu’à pratiquer leurs cultures dans leurs langues maternelles .

Irmgarda Kasinskaite – Buddeberg  une spécialiste du programme Knowledge Societies Division,et Serena Heckler  qui représente une ONG se battant pour la reconnaissance et la défense des savoirs et cultures des peuples autochtones dans les petites Iles, ont toutes deux montrées leur sympathie a cette cause et enregistré ces préoccupations , en déclarant la nécessité pour l’Iran, d’accepter et de reconnaitre enfin que l’éducation dans leurs langues maternelles  pour les populations des minorités non Persanes, soient enfin inscrites dans ses lois constitutionnelles.

Nasser Boladai  un des  porte-parole du peuple Baloutche , Ayda Karimli une représentante des peuples d’Azerbaïdjan du Sud , Amir Saadi  le représentant de l’Organisation de défense des droits de l’homme d’Ahwaz on également participé à cette conférence pour y exposer leurs griefs légitimes et sur le droit en Iran pour ces population de langues Non Persanes, de parler, d’apprendre et d’être éduqués dans leur langues maternelles. Nasser Boladai est revenu longuement sur les souffrances et les ségrégations qu’endurent et subissent de la part du régime Iranien les populations Baloutches, en insistant sur le fait que le régime rejette depuis des années les droits des enfant Baloutches à être éduqués dans leurs langues et a disposer des mêmes droits sociaux et éducatifs que les enfants Iraniens.

Amir Saadi le représentant de l’Organisation de défense des droits de l’homme d’Ahwaz  a également présenté un rapport sur ​​la négation du droit des populations Arabes Ahwazies d’Iran à l’éducation dans leur langue maternelle qui est l’Arabe depuis plusieurs siècles. Il a montré des statistiques récentes sur les taux d’abandons et d’échecs scolaires toujours plus croissants chez les enfants Ahwazis Arabes au sein du système éducatif iranien. Selon lui le taux d’analphabétisme chez les enfants et les jeunes adolescents Arabes Ahwazis est de quatre fois supérieur à la moyenne nationale en Iran.

Amir Saadi a également fait remarquer  le fait que le droit à l’éducation dans leurs langues maternellesdes minorités vivant au sein de la "république Islamique d’Iran" que le gouvernement Iranien refuse depuis des années de mettre en œuvre, fait parti des droits humains fondamentaux de ces même populations, tout en rappelant que l’article 15 de la Constitution iranienne,  stipule pourtant bien que l’enseignement  des langues non Persanes sont en théorie et en principe autorisées sans restrictions dans le pays .

Les militants et activistes politiques et culturels, représentant les nationalités et les minorités ethniques régionales  non – Perses  qui selon certains témoignages d’observateurs, de démographes et géographes internationaux, constituent au moins la moitié des deux tiers de la population iranienne , ont depuis ces dernières années intensifiés leurs demandes pour des droits à l’éducation dans leurs langues maternelles , malgré l’opposition et les blocages systématiques orchestrés par l’Institut de la littérature et la langue persane , une institution ultraconservatrice très puissante, parrainée par le gouvernement et le clan Khamenei - qui prétend que la généralisation et l’acceptation  à l’éducation dans de ces langues régionales, affaiblirait la langue et la culture millénaire Persane tout en endommageant sa prétendue intégrité territoriale . Cet institut a fait également valoir avec pour seule "justification" à ses délires discriminatoires et racistes  que ces demandes pourtant légitimes des minorités régionales Iraniennes, ne seraient que le fruit d’un "complot venant de l’étranger" qui permettrait à plus ou moins court terme de conduire à la "débâcle nationale du pays selon des fractures partisanes et ethniques".

Ayda Karimli une militante Azérie a également rappelé la souffrance des Iranien-nes de langues turcophones qui constituent environ un tiers de la population. Elle a déclaré que, selon Hajbabaei, l’ancien ministre iranien de l’éducation, avait pourtant reconnu qu’environ 70 % des étudiants en Iran parlent des langues maternelles non – Persique. Et que malgré ces faits et ces constatations, la seule langue officiellement approuvée et déclarée comme nationale par le régime, resterait définitivement la langue Persane.

Hassan Rouhani  le président nouvellement élu , avait pourtant  affirmé et promis des "réformes"  lors de sa campagne présidentielle de Juin 2013, stipulant qu’il prendrait en compte au sein de son gouvernement des mesures allant dans le sens , de plus d’égalité et plus de droits (sociaux, politiques, éducatifs) pour les minorités régionales en Iran,  que les droits fondamentaux des étudiants Non-Perses à l’enseignement de leurs langues dans les écoles et universités du pays seraient inscrites dans la constitution par de nouvelle lois et une nouvelle charte des "droits primordiaux pour les populations d’Iran" *2  mais il n’a jamais mis en œuvre ses promesses , a conclu la militante Azérie Ayda Karimli

Voir aussi sur:
http://www.ahwaziarabs.info/2014/02/unesco-discusses-multilingualism-in.html
Note voir aussi sur:
-*1 http://www.unesco.org/new/en/international-mother-language-day/
Site de l’Unpo ou Unrepresented Nations and Peoples Organization
http://www.unpo.org/
-*2: les "promesses" non tenues de la "Nouvelle charte des droits" édictées récemment par Rouhani:
http://www.iranhumanrights.org/2014/01/draft-citizenship/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,