Grève des soins de la prisonnière politique Kurde Iranienne Zeynab Jalalian

Grève des soins de la prisonnière politique Kurde Iranienne Zeynab Jalalian 

6 et 10 Décembre 2017 nouvelle qui nous sont parvenue par le biais du site Kurde de défense des droits humains du réseau du Kurdistan Human Rights Network -KHRN. Notre camarade la prisonnière politique Kurde Zeynab Jalalian qui est actuellement enfermée dans la prison de la ville de Khoy (Province du Kurdistan Iranien ou Rojhelat) s’est lancée dans une action de grève médicamenteuse depuis le mois Février 2017, afin de protester contre la négligence des autorités à l’égard de ses besoins urgents de soins médicaux.

L’administration pénitentiaire de la prison de Khoy a également fait falsifier les rapports d’analyses des médecins de l’infirmerie sur son état réel de santé. Tout en la privant depuis le mois de Septembre 2017 de son droit le plus légitime de recevoir des visites de sa famille et de ses amis.

« Zeynab souffre de graves problèmes de santé, elle est victime depuis des mois de crises de Pterygium – une croissance anormale des tissus oculaires s’attaquant à la cornée de ses yeux qui risque à court terme de lui faire perdre la vue –Ndr et d’infections répétées de ses muqueuses buccales. Tous ses problèmes de santé n’ont fait qu’empirer au fil du temps en raison de sa grève médicamenteuse et surtout du manque de soins médicaux dans la prison. Sa famille est extrêmement préoccupée par son état de santé », a déclaré une source locale bien informée aux militants et activistes du site du Kurdistan Human Rights Network -KHRN.

« Malheureusement, en plus du manque de soins médicaux, elle a été soumise à de plus en plus de pressions de la part les autorités pénitentiaires qui l’ont privée du droit d’avoir des visites hebdomadaires des membres de sa famille. Il y a également eu un cas de conflit physique entre Zeynab et l’une des gardienne chef de la prison nommée Karimi. Suite à la réaction de cette prisonnière politique envers le comportement irrespectueux envers elle de la part de cette gardienne en question qui durent depuis très longtemps », a conclu cette même source.

« Zeynab Jalalian s’est lancée dans cette action de grève de soins pour une durée illimitée, afin de protester contre les actions mensongères des autorités administratives de la prison de Khoy qui comprennent des falsifications régulières des rapports de son carnet de santé que celles-ci on envoyée  à des institutions internationales de défense des droits humains. Toutes ces actions ne sont destinées qu’a restreindre les droits de ma cliente à avoir accès à de nouveaux examens et soins médicaux » a déclaré son avocat M. Amir Salar Davoodi dans une lettre envoyée à la Haute autorité Judiciaire

Dans cette lettre ouverte adressée à l’Ayatollah Hazrat Montazeri l’actuel Haut procureur de la « République Islamique d’Iran », l’avocat de notre camarade Kurde Zeynab Jalalian a exprimé sa profonde préoccupation au sujet de l’état actuel de santé de sa cliente qu’il juge plus que préoccupant en rappelant les fait suivants :  « Les autorités administratives de la prison de Khoy, les autorités judiciaires et les services de sécurité de la ville de Khoy, les autorités judiciaires de la province de l’Azerbaïdjan occidental et les autorités de L’État Iranien devraient s’assurer de la santé mentale et physique de ma cliente. Cette grève des soins de ma cliente se poursuivra jusqu’à ce que les membres des autorités administrative de la prison de Khoy qui ont enregistré des rapports inexacts dans son carnet de santé susmentionné soient identifiés et poursuivis ».

Zeynab Jalalian qui est maintenant âgée de 35 ans, est une activiste Kurde Iranienne originaire du village Deim Qeshlaq situé près de la ville de Maku dans la province de l’Azerbaïdjan Oriental Iranien Elle a été arrêtée en Février 2007 à Kermanshah par des agents des services du Ministère des renseignements, sur la base d’accusations d’appartenance au groupe de résistance armé Kurde Iranien du P.J.A.K. Elle avait ensuite été interrogée dans un centre de détention secret géré par les services de renseignements Iranien qui lui ont fait subir à plusieurs reprises des tortures physiques et psychologiques, avant de la faire transférer dans la prison pour jeunes de la ville de Kermanshah. Des pressions qui ne se sont pas arrêtées la bien au contraire, puisque Zeynab a été transférée plusieurs fois de suite, depuis cette prison de Kermanshah vers le premier centre de détention secret du Ministère des Renseignement où elle avait précédemment enfermée pour des « Compléments d’interrogatoires ».

Le 3 décembre 2008, Zeynab Jalalian fut condamnée à mort par la Cour du « Tribunal Révolutionnaire » de la ville de Kermashah pour des accusations « D’actions armées contre la République islamique d’Iran et appartenance au PJAK » […] « Détention illégale d’armes » et « Propagande contre le système et la République islamique d’Iran ». Cette condamnation à la peine capitale fut confirmée plus tard le 2 Avril 2009 par le juge Ali Mohammad Roshani présidant la Cour d’appel de Kermanshah, malgré les demande d’ajouts de nouvelles pièces dans son dossier par son son avocat.

La Cour suprême Iranienne avait ensuite confirmé sa condamnation à mort le 26 novembre 2009. Zeynab Jalalian fut ensuite transférée de la prison de Kermanshah vers un lieu de détention inconnu avant d’être emmenée à la prison d’Evin à Téhéran début Mars 2010 où elle passé cinq mois dans le Quartier 209 – une aile de cette prison réservée aux prisonnières et prisonniers politique gérée et contrôlée illégalement par les services de renseignements du corps d’armée des « Gardien de la révolution » – Ndr.

Zeynab fut ensuite transféré depuis Evin vers la prison de Dizel-abad, parce qu’elle avait refusé d’accepter les conditions et les pressions des autorités judiciaire Iraniennes pour une éventuelle grâce de sa peine de mort. Celle-ci avaient exigée de Zeynab qu’elle fasse des « Confessions filmées de ses crimes » qui seraient ensuite diffusées par la chaine de télévision et agence de presse d’État Iranienne PRESS-TV*1.

A cette époque de nombreuses organisations Kurdes, Iraniennes et internationales de défense des droit humains avaient craint que l’exécution de Zeynab n’allât être imminente. Avant qu’on apprenne par le biais de son avocat en Novembre 2011 que sa peine de mort initiale avait été commuée par un troisième jugement en cassation en une peine de prison à perpétuité.

En Novembre 2014, Zeynab a de nouveau été transférée vers la prison de la ville de Khoy qui se trouve a plus de trois heures de transport du lieu de résidence des membres de sa famille et en particulier à ses parents qui sont très âgés et de condition modeste, ce qui rend les visites à leur fille d’autant plus difficile. Au cours des dix années passées depuis les débuts de son incarcération Zeynab a essuyé plusieurs refus dans ses demandes de « Congés médicaux » qui lui aurait permis d’être libérée temporairement pour être soignée convenablement dans un hôpital public extérieur à la prison. Alors même qu’elle est gravement malade des suites des séquelles de toutes les tortures et des violences qu’elle à subie depuis les débuts de sa détention.

Voir aussi sur : http://kurdistanhumanrights.net/en/zeynab-jalalian-continues-medicinal-strike-at-khoy-prison/

-*1 Sur les méthodes particulièrement ignobles de la chaine de télévision et agence de presse D’État Iranienne PRESS-TV, consistant à diffuser régulièrement à des heures de grande écoute en Iran, de prétendus « Aveux » et de soi-disant « Confessions de leurs crimes » de prisonnières et de prisonniers politiques condamnés à mort, généralement extorquées par le biais de tortures physiques et psychologiques assorties de pressions contre leurs familles ,relire les dossiers précédents sur ces affaires sur :

https://alencontre.org/moyenorient/iran/iran-press-tv-nest-pas-un-media-comme-un-autre-et-les-elections.html

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article37291

https://soliranparis.wordpress.com/2016/02/29/press-tv-nest-pas-un-media-comme-un-autre/

https://soliranparis.wordpress.com/2016/02/27/press-tv-la-chaine-detat-du-regime-iranien-et-les-agents-du-ministere-des-renseignements-veulent-a-nouveau-contraindre-la-prisonniere-politique-kurde-zeynab-jalalian-a-faire-des-confessions-forcees/

Contact – Collectif Soliranparis

Cet article, publié dans "Confessions" et aveux forcés de prisonnier-ères diffusées par la chaine de Tv Iranienne de l'IRIB World service, « Confessions » et aveux forcés de prisonnier-es diffusés par la chaine d’état Iranienne PRESS-TV, Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Haine des femmes Institutionnelle en Iran, Humiliations quotidiennes des prisonnières et prisonniers politiques en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Misogynie et sexisme d'Etat du régime des Mollahs, Oppression et répression en Iran, Racisme du régime des Mollahs, Résistance à la dictature en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s