L’Iran à fait pratiquer l’énucléation de l’œil d’un prisonnier au titre de sa loi de rétribution en nature

L’Iran à fait pratiquer l’énucléation de l’œil d’un prisonnier au titre de sa loi de rétribution en nature.déni

cheshm2

5 et 4 Mars 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights: l’Iran a fait procéder à l’ablation de l’œil d’un prisonnier qui avait agressé un autre homme en lui jetant de l’acide au visage, au titre de sa loi de rétribution en nature – la loi du Talion en version régime Iranien- Ndlr. Iran Human RightsRSI condamne ce châtiment barbare appliqué par les autorités Iraniennes, et prie instamment la communauté internationale à réagir.

Ce Mercredi 4 Mars à 2015 plusieurs médias d’État iraniens ont rapporté que la punition d’un homme par l’ablation d’un de ses deux yeux, avait eu lieu dans la sinistre prison de Ghohardasht Rajaee Sharh située dans la ville de Karaj (Province de Téhéran). Selon le journal Hamshahri News un homme qui n’a pas pu être identifié par son nom a été amputé de son œil gauche, ce Mardi 3 Mars 2015. Selon ce rapport l’œil de ce prisonnier a été amputé sans anesthésie, et Iran Human Rights n’a pas pu pour le moment déterminer si cette procédure horrible, avait été menée par du personnel médical ou par l’offensé en personne.

Ce prisonnier avait été condamné à l’énucléation de ses deux yeux, et à une peine de dix ans de prison, au titre de la loi de la « Diyeh » ou loi dites du prix du sang – selon la « Justice » du régime Ndlr, pour avoir commis une agression en jetant de l’acide sur le visage d’un autre homme qui avait conduit à la cécité de ses deux yeux. Toujours selon le rapport publié par le journal Hamshahri News on sait aussi que l’ablation du second œil de ce prisonnier, à pour le moment été reportée à une date ultérieure.

Iran Human Rights et le RSI ont fermement condamné l’application de ce nouveau châtiment barbare commis par les autorités iraniennes. M. Mahmood Amiry-Moghaddam, le porte-parole du RSI a déclaré :  » Les autorités Iraniennes ont encore montré la encore, une autre facette de leur brutalité et de leurs pratiques barbares. Le manque de condamnations fermes de la communauté internationale qui accepte que de tels actes barbares puissent être commis en toute impunité par le régime Iranien, ne peuvent êtres que considérés comme des signes d’acceptations venant de la part de celle-ci » […] « Les rares personnels Médicaux qui coopèrent avec les autorités Iraniennes pour pratiquer de tels actes, ont brisé le serment d’Hippocrate et ne peuvent pas continuer de se considérer comme des Médecins ».

Une autre peine  d’énucléation des yeux, émise contre un autre prisonnier devait également avoir lieu-Hier Mercredi 4 Mars 2015. Ce prisonnier avait lui aussi été condamné pour avoir agressé un autre homme identifié sous le nom de Davoud Roushanaei, en lui ayant jeté de l’acide au visage ce qui avait conduit à la perte d’un de ses yeux et de l’une de ses oreilles.

Alors que tout était prêt pour la mise en œuvre de cette procédure, selon plusieurs médias d’Etat, Davoud Roshanaei avait convenu de faire reporter l’application de celle-ci, après la fête du nouvel an Iranien qui commence selon le calendrier Persan pour l’année 2015 le 20 Mars prochain. L’Application de cette peine a en fait plus prosaïquement été reportée de deux mois, parce qu’une grande majorité des médecins de Téhéran travaillant pour les grands hôpitaux de la capitale, avaient à l’époque strictement refusé de collaborer a cette « Décision judiciaire » ignoble *1.

Voir aussi sur: http://iranhr.net/2015/03/iranian-authorities-have-implemented-blinding-punishment-of-a-prisoner/
 -*1 voir sur: http://iranhr.net/2015/01/man-sentenced-to-lose-of-eye-and-ear-in-iran-doctors-deny-carrying-out-the-sentence/
https://twitter.com/iranhr

ablation-oeil-iran

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les six prisonniers politiques Kurdes Sunnites ont été exécutés à quatre heures du matin dans la prison de Gohardasht Rajae Sharh

Les six prisonniers politiques Kurdes Sunnites ont été exécutés à quatre heures du matin dans la prison de Gohardasht Rajae Sharh

6sunni-edami3

4 Mars nouvelles qui nous sont parvenues via le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Human Rights Activists News Agency ou HRANA, et le site Iran Human Rights les mauvaises nouvelles concernant les sorts réservés à ces détenus se sont précipitées au cours de la nuit: Les prisonniers politiques et de conscience Kurdes Sunnites condamnés à la peine capitale. Hamed Ahmadi, Kamal Molai, Jamshid Dehghani, Jahangir Dehghani, Sedigh Mohammadi et Seyed Hadi Hosseini, ont été exécutés à huis clos ce matin de bonne heures, à l’intérieur de la prison de Gohardash Rajaee Shahr à Karaj.

Selon les tous derniers rapports parvenus ce matin aux militant-es et activistes de l’agence Iranienne de défense des droits de l’Homme HRANA, les six prisonniers qui avaient été transférés hier Mardi 3 Mars 2015 à 08h30 – Heure locale depuis la Quartier numéro 10 vers de la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Sharh, vers le Quartier des cellules d’isolement, ont été exécutés aujourd’hui Mercredi 4 Mars 2015 à quatre heures du matin.

« Une ambulance a quitté la prison vers cinq heures du matin et toutes, et toutes nos familles se sont précipitées vers elle. Nous ne pouvions pas voir les corps de nos enfant, mais ils nous ont qu’ils avaient été pendus tous les six, et nous pourrions récupérer les corps au cimetière de Bibi Sakine « : a déclaré l’un des parents d’Hamed Ahmadi

Amnesty International ainsi que d’autres grandes Organisations Internationales et Iraniennes de défense des droits de l’Homme et de lutte contre la peine de mort, avaient publié plusieurs communiqués hier, exigeant des autorités Iraniennes qu’elles suspendent sans conditions l’exécution de ces six prisonniers.

family-prisonners-deathrow2

-Les familles des condamnés à mort bloquées toute la nuit par les forces spéciales de la police pénitentiaire devant la prison de Gohardasht Rajaee Sharh.

Les familles des six condamnés à mort Kurdes Sunnites se sont rassemblées toute la nuit devant la prison de Gohardasht Rajaee Shahr. Dans le même temps les portes de tous les Quartiers et de toutes les sous Sections, avaient été verrouillées, et des forces spéciales anti émeutes avaient été déployées en grand nombre dans le couloir d’accueil principal de la prison.

Toujours selon le rapport du site de l’agence Iranienne de défense des droits de l’Homme HRANA, dés les transferts en cellules d’isolement d’Hamed Ahmadi, Kamal Molai, Jamshid Dehghani, Jahangir Dehghani, Sedigh Mohammadi et Seyed Hadi Hosseini terminés, les autorités administratives pénitentiaires de la prison de Gohardasht Rajaee Shahr, ont donné l’ordre de lock-out complet de tous les Quartiers , et de déployer en grand nombres des forces spéciales anti émeutes dans l’entrée principale et aux alentours de la prison.

« Les portes de nos cellules sont toutes verrouillées, et les forces spéciales sont placées partout dans les trois étages du centre », A déclaré un détenu de la prison de Gohardasht Rajaee Shahr qui a pu entrer malgré tout en contact avec les familles et leurs amis devant la prison « Mardani, le chef de la prison et Amirian, le gestionnaire des affaires internes de la prison sont également a l’intérieur » a rajouté cette même source.

Les familles de ces six prisonniers avaient été convoquées hier à la dernière minute, pour venir rendre une dernière visite à leurs enfants bien-aimés avant qu’ils ne soient exécutés, mais certaines de ces familles n’ont pas pu arriver à temps à Karaj, car elles vivent dans la province du Kurdistan.

De nombreux et éminents militants et défenseurs des droits de l’Homme Iraniens, comme Mme Narges Mohammadi et M. Mohammad Nourizad ont également rejoint les familles de ces six prisonniers devant la prison, pour les soutenir dans ces terribles épreuves.

Iran Human Rights et HRANA avaient publiés plusieurs rapports indiquant qu’Hamed Ahmadi, Jamshid Dehghani et son jeune frère Jahangir Dehghani, Kamal Molai, Hadi Hosseini et Sedigh Mohammadi, avaient été condamnés à mort après avoir été reconnus coupables d’infractions basées sur des motifs très vagues, teintées de nombreuses irrégularités judiciaire, et d’être des « Moharebeh » – c’est à dire d’être des « Ennemis de dieu en inimité contre celui-ci » et pour « Crimes de diffusion de la Corruption sur terre ». Ils convient de noter que tous les six, ont été soumis à de violentes tortures physiques et psychologiques, à des violences et des mauvais traitements quotidiens, dés les premiers jours de leurs incarcération, ainsi qu’a des procès inéquitables.

- Contexte: les frères Jamshid Dehgani et Jahangir Dehgani ,Hamed Ahmadi et Kamal Molai avaient été arrêtés en 2009. Ils avaient été accusés avec six autres de leurs compagnons d’infortune, d’implications dans l’assassinat d’un Haut Clerc religieux Sunnite ayant des liens avec les hautes autorités religieuses Iraniennes.

Ils ont toujours formellement niés toutes implications dans ce crime présumé, et déclaré que leurs arrestations et leurs mises en détention, avaient précédé l’assassinat de cet Imam de plusieurs mois. Peu de temps après ils furent condamnés a mort par la Cour de la Branche numéro 28 du « Tribunal Révolutionnaire » de Téhéran, après avoir été reconnus coupables d’êtres des « Moharebeh » (des Ennemis de dieu en inimitié contre celui-ci) et pour de soi-disant « Actes en vue d’organiser des atteintes contre la sécurité nationale « . Leur procès n’avait duré à peine que 10 minutes et ils n’ont pas eu le droit de consulter leurs avocats durant celui-ci, selon des sources qui avaient pu à l’époque entrer en contact avec le site Iran Human Rights -RSI.

Voir sur: https://hra-news.org/en/6-sunni-prisoners-executed-rajai-shahr-prison
https://hra-news.org/en/last-efforts-stop-6-sunni-prisoners-execution
https://hra-news.org/en/families-sunni-prisoners-gather-front-rajai-shahr-prison
Et sur Iran Human Rights: http://iranhr.net/2015/03/six-sunni-kurdish-prisoners-were-executed-this-morning/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Urgent Six prisonniers politiques et de conscience Kurdes Sunnites détenus dans la prison Gohardasht Rajaee Sharh doivent être exécutés ce Mercredi 4 Mars 2015

Urgent Six prisonniers politiques et de conscience Kurdes Sunnites détenus dans la prison Gohardasht Rajaee Sharh doivent être exécutés ce Mercredi 4 Mars 2015

six-sunni-prisonners2

Hamed Ahmadi, Kamal Molai, les frères Jamshid Dehghani, Jahangir Dehghani, Sedigh Mohammadi et Seyed Hadi Hosseini qui doivent êtres exécutés cette après midi

3 et 4 Mars 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Human Rights Activists News Agency ou HRANA, le site Iran Human Rights et celui du Kurdistan Human Rights Network:

Alors que nous sommes toujours sans nouvelles depuis de 12 jours Saman Naseem et de ses cinq autres codétenus condamné à mort de la prison d’Urmiyeh, depuis qu’ils ont été transférés dans d’autres couloirs de la mort des prisons de Qazvin , Tabriz et Zanjan, la machine de mort et d’exécutions de masse du régime théocratique et fasciste d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani continue ses basses œuvres, avec une brutalité toujours croissante: Les six prisonniers politiques et de conscience Kurdes Sunnites et condamnés à mort: Hamed Ahmadi, Kamal Molai, Jamshid Dehghani, Jahangir Dehghani, Sedigh Mohammadi et Seyed Hadi Hosseini ont été brutalement transférés vers les cellules d’isolement du Quartier réservé aux prisonniers en attentes d’exécution de la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Sharh – situé dans la ville de Karaj -Province de Téhéran- Ndlr.

Selon les premiers rapports parvenus aux militant-es et activistes du site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’Homme HRANA, les six prisonniers politiques et de conscience et condamnés à mort Kurdes Sunnites Hamed Ahmadi, Kamal Molai, les fréres Jamshid Dehghani, Jahangir Dehghani, Sedigh Mohammadi et Seyed Hadi Hosseini ont été transférés ce Mardi 3 Mars 2015 à 08h30 du matin – (heure locale) du Quartier numéro 10 de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh, pour être emmenés ensuite vers les cellules d’isolement du quartier réservées habituellement aux prisonniers en attente d’exécutions. Ils devraient être exécutés tous les six aujourd’hui dans l’après midi de cette journée du Mercredi 4 Mars 2015.

En réponse a cette nouvelle horreur du régime, Hamed Ahmadi, Kamal Molai, les fréres Jamshid Dehghani, Jahangir Dehghani, Sedigh Mohammadi et Seyed Hadi Hosseini , accompagnés par au moins 77 autres prisonniers Sunnites, eux aussi détenus dans cette même prison de Karaj, ont entamé une action collective de grève de la faim en prison, pour protester contre cette décision et demander qu’on mette fin à ces exécutions

Les autorités pénitentiaires de la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Shahr, avaient cyniquement la veille demandé aux familles de ces 6 prisonniers, d’êtres présentes cette après midi à 16 heures – (heure locale), pour visiter leurs proches une dernière fois avant qu’ils ne soient exécutés. « Leurs familles vivent toutes dans la province du Kurdistan, et il leur faut au moins 10 heures de route pour se rendre à Karaj en voiture » a déclarée une source bien locale bien informée, à l’un des journalistes du site du collectif HRANA.

« Durant leurs transferts hier matin, ces six prisonniers ont été roués de coups, menottés et enchaînés avec une telle violence qu’ils ont été blessés aux poignets et aux chevilles. Ils ont été insultés et battus par les gardiens qui leur font subir en plus, des pressions psychologiques énormes »: a continué la même source.

Voir aussi https://hra-news.org/en/6-sunni-prisoners-scheduled-executed-tomorrow-morning
Et sur: http://iranhr.net/2015/03/six-kurdish-sunni-prisoners-at-imminent-danger-of-execution/
Sur le site du Kurdistan Human Rights Network
http://kurdistanhumanrights.org/six-kurdish-prisoners-at-imminent-risk-of-execution-in-iran/

our-silence-death1

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Déclaration du KODAR sur la situation des prisonniers politiques kurdes dans la prison Darya de la ville d’Urmiyeh

Déclaration du KODAR sur la situation des prisonniers politiques kurdes dans la prison Darya de la ville d’Urmiyeh

KODAR-Urmiye-Prison2

1er et 2 Mars 2015 nouvelles qui nous sont parvenue par le biais de l’agence Kurde Rojhelat.info et le Kurdistan Human Rights Network : Récemment le régime théocratique et totalitaire de la République islamique d’Iran a lancé une campagne d’attaques massives contre la nation Kurde vivant dans le Kurdistan de l’Est (Rojhelat). Cette vague d’agressions contre les populations Kurdes est à mettre en parallèle avec une répression politique accrue à l’égard des prisonniers politiques et civils Kurdes , actuellement détenus dans les prisons du régime des Mollahs.

Il ressort de tout cela que le régime Iranien se prépare visiblement à une campagne de répression plus large dirigée contre toute la communauté kurde dans l’Est du Kurdistan. Où le nombre de personnes incarcérées pour des activités politiques est en augmentation constante. Aujourd’hui les sorts réservées aux six détenus politique, Ibrahim Isapoor, Sirwan Nejawi, Habib Afshari et Ali Afshari, Saman Naseem et Yunes Aghaiyan*1 qui sont confrontés à la mort par pendaison, reste inconnu à l’heure ou nous publions cette déclaration, surtout maintenant que nous savons qu’ils ont étés transférés vers d’autres lieux de détention dans l’attente de leurs exécutions qui pourraient intervenir dans les jours prochains, il est du reste évident que le silence des responsables politiques Iraniens qui se moquent ouvertement des souffrances et de l’angoisse de leurs familles, n’est pas autre chose pour nous qu’un autre moyen de tortures psychologiques et mentales dirigées contre celles-ci, doublé d’un mépris affiché et ostensible de tout le peuple Kurde.

Selon les dernières informations qui sont parvenue à la connaissance du public par les biais de plusieurs organisations locales de défense des droits de l’homme, deux de ces prisonniers, nous savons que Sirwan Nejawi et Ibrahim Isapoor, sont maintenant en grève de la faim depuis cinq jours , et que le sort réservé à Saman Naseem et Yunes Aghaiyan reste totalement incertain . Simultanément à cette attitude de mépris du gouvernement iranien, nos observateurs ont assisté à des préparations d’opérations militaires des Pasdarans et de l’IRGC qui ont eu lieu dans les régions des localités de Mako, Serdeşt, Mahabad, et Sine. Les mêmes genres d’activités et de préparations militaires ont également pu être observées dans les zones frontalières entre l’Iran, l’Iraq et la Turquie, celles-ci nous font donc soupçonner que de nouvelles vagues d’agressions Iraniennes, sont en préparation contre le mouvement de libération Kurde dans l’Est du Kurdistan.

Ces mesures et manœuvres militaire de la République islamique d’Iran interviennent au moment où d’autres parties du Kurdistan sont attaquées, et ou la pression contre la nation Kurde est en augmentation. Et il est fort probable qu’arrivé à un certain stade les forces militaires belligérantes de la région s’uniront de nouveau dans leurs agressions contre les populations Kurdes du Rojhelat.

On a déjà vu dans le passé comment ces forces d’agressions militaires et d’occupations régionales pouvaient s’unir malgré leurs « Antagonismes », les exemples évidents qui nous reviennent en mémoire, sont les offensives militaires Iraniennes dirigées contre les mouvements de résistance dans le Rojhelat au cours de l’année 2011, période durant laquelle l’État Iranien était allé très en avant pour rétablir de bonnes relations diplomatique avec l’État Turc qui avaient tenté tous deux de faire pour « l’exemple » un maximum de victimes sur place, dans le seul but de réduire au silence toutes les velléités d’émancipations de la nation Kurde, la encore à la même époque conjointement à ces attaques militaires dans les zones montagneuses de Qandil, nous avions pu assister à une autre vague de répression sans précédents dirigée contre les prisonniers politique Kurdes en Iran. Malgré cela l’ensemble de ces plans avaient échoué, et le gouvernement Iranien, n’avait pas pu rétablir l’équilibre politique régional auquel il avait tant espéré parvenir.

De tous les pays de la région la République islamique d’Iran, doit pourtant pertinemment savoir que le niveau d’organisation et de conscience politique actuel du mouvement de libération Kurde est a son apogée. Et que pour cette raison ce n’est pas en multipliant les emprisonnements et les exécutions d’activistes politiques Kurdes, ni en multipliant ses planification d’agressions et d’attaque armées dans le l’Est du Kurdistan qui n’ont aucuns effets sur notre nation quelle pourra de cette façon nous réduire au silence. l’Iran doit se rappeler que ce si type de planifications de politiques agressives ont déjà largement échouées par le passé, c’est bien du fait de la résistance imprévue qu’il a rencontré dans le Rojhelat au cours des dix dernières années, et du fait que la population a toujours approuvé et remercié l’esprit de courage, des centaines de martyrs Kurdes d’Iran tombés pour le combat de notre liberté.

Sur cette base, en tant que représentants de la Société Libre et Démocratique du Kurdistan de l’Est – KODAR nous avertissons le régime iranien et l’appelons à mettre un terme définitif à cette politique et à ces attitude agressives contre les population Kurdes du Rojhelat. Ce régime doit maintenant mettre fin à ses attaques contre ces six prisonniers politiques et contre leurs familles qui n’ont ni les moyens de se défendre et de se protéger. Nous répétons ce que nous avions annoncé précédemment, en disant que les exécutions par pendaisons de ces prisonniers sont une ligne rouge qu’il ne faudra pas dépasser, et que nous nous préparons à réagir très fortement si la République Islamique d’Iran venait à les appliquer. Nous espérons que le régime islamique d’Iran ne traversera pas cette ligne rouge que nous avons fixée, et sommons celui-ci de s’expliquer devant la communauté internationale, sur le sort réservés aux prisonniers et condamnés à mort de la prison de la ville d’Urmiyeh.

En attendant nous demandons à toutes les forces résistantes présentes dans toutes les parties du Kurdistan, et en particulier celles présentes dans le Rojhelat, à tous nos ressortissants Kurdes vivant à l’étranger de se mobiliser pour demander la libération sans conditions tous les prisonniers politiques et civils Kurdes en Iran soient libérés et que soient graciés tous ceux que le régime des Mollahs à fait condamner à mort. Nous demandons également a toutes les familles des prisonniers politiques Kurdes d’Iran de s’unir en gardant dans le jours à venir la plus grande vigilance sur la situation de ces détenus , mais également de se préparer a réagir à toutes les formes d’agressions militaire que l’Iran et en voie de préparer contre nos populations de l’Est du Kurdistan au cours des prochaines semaines.

- Avec toutes nos attentions révolutionnaires.
Co-présidence de la Société Libre et Démocratique du Kurdistan de l’EstKODAR25 Février 2015

Voir aussi sur: http://rojhelat.info/en/?p=8251
-*1 sur le site du Kurdistan Human Rights Network ou KHRN: http://kurdistanhumanrights.org/the-latest-status-of-political-prisoners-on-death-row-in-orumiyeh/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Des dizaines de milliers d’enseignants dans les rues en Iran

Des dizaines de milliers d’enseignants dans les rues en Iran.

profs-iran-protests

2 Mars 2015 article paru sur le site de nos camarades et ami-e du site Communisme Ouvrier et que nous relayons ici: Selon un communiqué du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran -PCOI, ce sont des dizaines de milliers d’enseignantes et d’enseignants qui ont manifesté dimanche 1er mars à travers l’Iran pour dénoncer une hausse de salaire qui ne leur permettrait même pas de dépasser le seuil de pauvreté.

Des rassemblements et manifestations ont ainsi eu lieu à  à Téhéran, Ispahan, Chiraz, Yazd, Kermanshah, Sanandaj, Mashhad, Ahvaz, Bandar Abbas, Bouchehr, Qazvin, Zanjan, Khorram Abad, Marivan, Javanrud, Paveh, Piranshahr, Miyankuh, et dans de nombreuses autres villes et localités.

En plus de leurs revendications pour les salaires et les indemnités de logement, les enseignants ont scandé des slogans pour la libération des prisonniers politiques, et en particulier des syndicalistes enseignants, et pour la liberté syndicale. A Téhéran, Ispahan et ailleurs, des infirmières, des ouvriers, des étudiants et des retraités se sont joints aux manifestations des enseignants. A Ispahan, les retraités qui luttent contre le retard dans le paiement de leurs pensions de retraites et le cortège des enseignants se sont rejoints pour une manifestation commune. Le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran appelle partout à ce que la lutte des enseignants s’étende partout aux autres secteurs du monde du travail contre le gouvernement de la République Islamique.

Voir aussi sur: https://communismeouvrier.wordpress.com/2015/03/02/des-dizaines-de-milliers-denseignants-dans-les-rues-en-iran/

Vidéos et photos ci dessous qui nous sont parvenues via la page Face Book Freedom Messenger.

iran-teachers-protests2

iran-teachers-protests1

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Une femme et sept hommes ont été pendus en Iran au cours des journées du vingt sept et vingt six Février

Une femme et sept hommes ont été pendus en Iran au cours des journées du vingt sept et vingt six Février.

edam-iran

28 Février et 1er Mars 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Human Rights Activists News Agency ou HRANA: Lors des journées du 25 et 26 Février 2015 , huit prisonniers dont une femme ont été exécuté-es dans les prisons de Kerman (Shahab), de Bandar Abbas, de Jiroft, et d’Adel Abad à Chiraz.

Selon le rapport parvenu aux militant-es et activiste du site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme HRANA, au cours des journées du 25 et du 26 Février 2015, sept hommes et une femme ont été pendus dans les prisons de Kerman (Shahab), Bandar Abbas, Jiroft, et Adel Abad de Chiraz.

Deux prisonniers qui on pu être identifiés sous les noms de Hossein Shahriari et Davood Jamal Barezi, et qui avaient été accusés et impliqués dans des affaires de trafics de drogue, ont été exécutés dans la matinée du 26 Février 2015, dans la prison de la ville de Jiroft. Toujours à la même date, une prisonnier du nom Mansoor Kargar, qui avait été accusé et impliquée dans une affaire d’adultère et d’assassinat, a été exécuté dans la prison de la ville de Bandar Abbas.

Auparavant au cours de la journée du 25 Février 2015 des prisonnier-es qui ont pu être identifié-es sous les noms: d’Ali Barsalamat, Moradbakhsh Saboki, Ali Dashtestan et Marzieh Hossein Zehi qui avaient été condamné-es à mort après avoir été impliqués dans des affaires de trafics de drogue, ont été exécutés dans la prison Shabab située dans la ville de Kerman. Tandis qu’un autre prisonnier qui a pu être identifié sous le nom d’Amir Bagherpoor, et qui avait été condamné à mort pour une affaire d’assassinat, a été exécuté dans la prison d’Adel Abad située dans la ville de Chiraz.

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/7-men-1-woman-executed-iran

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Rapport spécial du réseau du Kurdistan Human Rights Network ou KHRN concernant la disparition de Saman Naseem et celles cinq autre prisonniers politiques condamnés à mort depuis leurs transferts de la prison d’Urnmiyeh il y a 8 jours

Rapport spécial du réseau du Kurdistan Human Rights Network ou KHRN concernant la disparition de Saman Naseem et celles cinq autre prisonniers politiques condamnés à mort depuis leurs transferts de la prison d’Urnmiyeh il y a 8 jours

urmiyeh-prisonners-deathrow

25 et 27 Février 2015 nouvelles qui nous sont parvenues par le biais de l’agence Kurde Rojhelat.info :Des sources intérieures de la prison centrale Darya de la ville d’Urmiyeh ont signalé au réseau Kurde de défense des droits de l’homme du Kurdistan Human Rights Network ou KHRN que le Mercredi 18 Février à exactement 10 heures, heure locale , un certain nombre d’agents en civil de la police politique et du Ministère des Renseignements accompagnés de gardiens en tenues anti émeute, avaient brutalement fait irruption dans le Quartier numéro 12 de la prison Darya de la ville d’Urmiyeh, où sont traditionnellement détenus un grand nombre de prisonniers politiques Kurdes.
Les gardiens avaient dans un premier temps convoqué le prisonnier Kurde Kurde Sirwan Nejawi au bureau de la sécurité intérieure. Cependant comme Sirwan était encore sous la douche au moment de cette convocation et qu’ils ne l’avaient pas trouvé, ils se sont rabattus aussitôt sur les frères Ali Afshari et Habib Afshari, qui ont été rapidement embarqués les yeux bandés et menottés des pieds à la tête. Selon cette même source peu de temps aprés Sirwan Nejawi et Ibrahim Isapoor étaient embarqués à leur tour puis emmenés de force dans des locaux spéciaux. Suite à cela la même équipe de matons est retournée dans le Quartier numéro 12 pour embarquer Saman Naseem, qui avait été informé de manière « informelle ». Quelques jours avant de la mise en œuvre de son exécution par ces mêmes gardiens. Les gardiens se sont ensuite emparés de Saman avant de le jeter dans un fourgon qui l’attendait à l’entrée principale du centre de détention.

Saman a alors commencé courageusement à protester en criant des slogans, et un certain nombre d’autres prisonniers ont commencé à crier et à manifester leur colère avec lui. Suite à cette perturbation, les gardiens son entrés dans le hall du Quartier numéro 12 et on demandé brutalement à un autre détenu du nom de Kamal Silo de quitter les lieux et de se taire, la situation s’est ensuite extrêmement tendue, et deux gardiens ont alors violemment menacés de frapper à coups de matraques, un groupe de cinq autres prisonniers qui se trouvaient dans le même hall.

Cette source intérieure de la prison, a également souligné et témoigné sur ce qui s’était passé dans le cas de Yunes Aghayan: « Au moment même où le prisonnier politique Yunes Aghayan qui était enfermé dans le Quartier numéro 1 de la prison Darya, a tenté de prévenir sa famille depuis les cabines téléphoniques fixes dans le hall ,parce qu’il venait d’apprendre qu’il allait être transféré ailleurs , les gardiens appuyés par un grand nombre d’officiers et d’agents du Ministère des Renseignements en civil, se sont emparés de lui, ils l’ont ensuite menotté et lui ont bandé les yeux, puis ils l’ont obligé violemment à rejoindre le groupe des autres prisonniers que j’ai cité plus haut, parmi lesquels se trouvaient Sirwan Nejawi, Ibrahim Isapoor ,Ali Afshari et Habib Afshari qu’ils ont ensuite jeté dans des fourgons cellulaires qui sont sorti ensuite de la prison par la porte principale ».

La même source a aussi noté que les « Fonctionnaires » de la prison Darya avaient une semaine avant ces événements, comptabilisés tous les prisonniers politiques susceptibles d’être « Trop remuants » pour les séparer de leurs autres codétenus, mais aussi préparer des futurs transferts dans d’autres prisons du pays, c’est ce qui s’était passé par exemple pour le cas du prisonnier politique Ahmad Soleiman qui seulement une semaine à peine, après avoir arrêté sa participation à une action de grève de la faim collective qui avait duré plus de 23 jours dans la prison le mois de Décembre dernier, avait en représailles été transféré depuis la prison Darya d’Urmiyeh vers celle de Tabriz.

D’autres sources ont également relevées que malgré les déconnexions et les brouillages quotidiens des lignes téléphonique et des cabines de téléphones fixes réservées aux détenus qui ont lieu depuis les 8 derniers jours, date de la disparition du groupe de ces six condamnés à mort , la mise en place de mesures de rétorsions lourdes, la présence accrue dans les diverses Sections et Quartiers du centre de détention d’agents des forces spéciales anti émeutes de l’administration pénitentiaire, l’accroissement des contrôles et des fouilles de cellules sous couvert de la prévention des trafics, des informations avaient quand même pu filtrer, et que celles-ci indiquaient qu’il y avait de fortes présomptions d’exécutions imminentes contre ces six prisonniers. Et que l’Officier responsable de la distribution de l’information aux détenus, les avait informé qu’un certains nombres de prisonniers politiques et condamnés à mort, allaient sous peu êtres exécutés ou transférés ailleurs: « Parque leur sort étaient désormais entre les mains du Ministère des Renseignements ».

Le réseau de défense des droits de l’homme du Kurdistan Human Rights Network avait pu contacter les familles et les parents de Saman Naseem, Sirwan Nejawi, Ali Afshari et Habib Afshari, Yunes Aghayan, Ibrahim Isapoor le Samedi 19 Février, après la publication d’informations parues sur plusieurs sources indépendantes et dans de nombreux réseaux sociaux d’opposition , rapportant des rumeurs inquiétantes sur les possibles exécutions de ces six prisonniers au cours de cette même journée. Des responsables et des militants de l’organisation du KHRN s’étaient rendus à la prison centrale Darya de la ville d’Urmiyeh, et demandé par téléphone aux autorités gouvernementales Iraniennes de leur donner plus de détails. La seule réponse officielle qu’ils purent obtenir fut que la famille de Saman Naseem avait appris de la Cour du « Tribunal Révolutionnaire » d’Urmiyeh que selon ses dernières ordonnances judiciaires, leur fils Saman avait été transféré dans un centre de détention inconnu. Quelques heures après alors même que la famille n’arrivait toujours pas à obtenir de plus amples informations. Un homme se présentant à la famille par Téléphone, comme un Officier de la sécurité intérieure, demanda à celle ci de venir a la date du Samedi 21 Février 2015 pour reprendre les effets personnels de leur fils qui aurait été exécuté la veille. A ce jour la famille de Saman malgré ses demandes n’a toujours pas pu obtenir, le nom et la véritable identité de cet Officiel en question, ni même savoir si ce coup de fil provenait vraiment bien de la prison d’Urmiyeh.

Un membre de la famille de Saman Nasseem à informé le KHRN et lui a rapporté que des agents des bureaux locaux du Ministère des Renseignements des villes d’Urmiyeh et de Merîwan, étaient entré en contact par Téléphone avec eux dés le Jeudi 19 Février 2015 , et que ceux-ci les avaient aussitôt menacés de représailles, en insistant lourdement sur le fait, de ne pas entrer en contact avec des médias Iraniens ou étrangers et avec eux d’évoquer l’affaire, de ne pas organiser de services funéraires, de cérémonie religieuse à la Mosquée locale, ni le moindre rassemblement à sa mémoire devant le domicile familial, s’il était exécuté ce jour la. Il convient également de rappeler que depuis ce coup de fils de menaces, les membres de la famille de Saman mais aussi celles de Sirwan Nejawi, Ali Afshari et Habib Afshari, Yunes Aghayan, Ibrahim Isapoor subissent d’intenses pressions et des tentatives d’intimidations constantes, émanant des diverses agences des forces répressives du régime. Un autre membre de la famille de Saman a également rajouté qu’il avait été menacé par un coup de Téléphone « Anonyme » lui disant que la famille ne pourrait jamais récupérer son corps, si elle n’obéissait pas strictement aux injonctions que lui avait transmis le Ministère des Renseignements.

Le vendredi 20Février 2015, le réseau des militant-es et activiste du Kurdistan Human Rights Network ont reçu des informations de plusieurs de leurs sources fiables en Iran. Qui ont pu se procurer des informations enregistrées provenant des ordinateurs de la prison Darya de la ville d’Urmiyeh qui contenaient des informations très précises quant à leur lieux de détentions actuels, il apparait après leurs analyses approfondies qu‘Ali Afshari et Habib Afshari avaient été transférés au secret et en cellules d’isolement dans la prison de Qazvin (Région de Téhéran), Sirwan Nejawi et Ibrahim Isapoor dans la prison de Tabriz (Nord de l’Iran) , et Saman Naseem et Yunes Aghayan dans la prison de Zanjan (Au Nord ouest du pays non loin de la frontière Turque).

On a également appris que dés le Vendredi 20 Février 2015 dernier, des agents de l’administration pénitentiaire et du bureau local du Ministère des Renseignements de la ville d’Urmiyeh, avaient contactés les membres de la famille Habib Afshari et Habib Afshari pour les informer officiellement de l’exécution des deux frères. Et que ces agents avaient menacés ensuite la famille de ne tenir aucunes cérémonies funèbres et de commémorations religieuses dans la Mosquée locale sous peine de représailles. Le même jour le réseau du Kurdistan Human Rights Network qui a pu contacter la famille et l’épouse d’Ali Afshari a appris par son biais qu’ont lui avait annoncé et confirmé « officiellement » les exécutions de leurs deux fils, par la suite Rahim Afshari un autre parent de cette famille, a confirmé avoir lui aussi bien reçu une confirmation officielle de celles- ci, émanant du bureau local du Ministère des Renseignement. A ce jour – soirée du 27 au 28 Février -Ndlr –  on a également appris qu’un membre de famille Afshari qui subi des menaces et d’intenses pressions de la part d’agents du bureau du Ministère des Renseignements de Mahabad, avait accepté de s’engager par écrit,  a ne pas organiser de funérailles publiques, et qu’on lui avait ordonné  de préparer le deuil des deux frères dans la plus stricte discrétion.

Les toutes dernières enquêtes du réseau du Kurdistan Human Rights Network, ont pu nous confirmer que Sirwan Nejavi et Ibrahim Isapoor avaient bien été transférés dans la prison de la ville de Tabriz où ils sont enfermés depuis la soirée du 21 Février, cependant on ne sait pas encore s’ils se trouvent dans le couloir de la mort du Quartier où sont habituellement enfermés les condamnés à mort, on sait seulement pour le moment qu’ils ont été placés dans des cellules d’isolement spéciales. Qu’ils n’ont pas le droits de téléphoner et de recevoir de visite de leurs familles et dans l’obligation d’être menottés pieds et aux mains toute la journée. Aux toutes dernières nouvelles le réseau du KHRN a également eu la confirmation que dés leurs arrivées à la prison de Tabriz le 21 Février, Sirwan et Ibrahim s’étaient lancés immédiatement dans des actions de gréves de la faim, pour protester contre l’aggravation de leur situations.

Depuis le Dimanche 22 Février 2015 dernier le réseau du Kurdistan Human Rights Network, a pu savoir que le père de Yunes Aghayan qui subi lui aussi d’intenses pressions de la part du régime, avait été informé officiellement par l’administration pénitentiaire d’Urmiyeh que leur fils avait bien été transféré vers la prison de la ville de Zanjan. Le KHRN qui a pu le même jour contacter par téléphone M. Aghayan père, a également pu l’informer de la confirmation du transfert de son fils Yunes ainsi que celles d’autres de ses codétenus qui lui avait été transmise par des membres du personnel de la prison d’Urmiyeh. On sait pour le moment que depuis son arrivée à Zanjan, Yunes a été placé en cellule d’isolement, et qu’il a été donné l’ordre qu’il ne reçoive aucunes visites et qu’il ne puisse pas pouvoir donner de ses nouvelles par Téléphone à sa famille.

Au cours de la même journée du 22 Février 2015 les militants du KHRN on pu également avoir une longue conversation téléphonique avec le frère de Saman Naseem, celui-ci leur a rapporté qu’il avait durant toute cette journée du 22 Février, tenté d’obtenir la confirmation officielle de la part de l’administration pénitentiaire d’Urmiyeh, du transfert de Saman vers une autre prison et que toutes ces démarches avaient été suivies de réponses négatives et de fin de non-recevoir. Finalement que ce n’est seulement qu’a la fin de la journée, et après s’être rendus ensemble au « Tribunal Révolutionnaire » local que les membres de la famille, ont enfin pu avoir la confirmation officielle du transfert de Saman vers la prison de Zanjān.

Deux jours après le 24 Février la famille de Saman Naseem a de nouveau été convoquée à la cour du « Tribunal Révolutionnaire » d’Urmiyeh, où on leur a enfin cyniquement « expliqué » que leur fils n’avait pas encore été exécuté, mais qu’il avait été transféré vers la prison de Zanjan, pour des « Raisons disciplinaires » en raison de sa participation à la gréve de la faim des prisonniers politiques Kurdes du mois de Décembre dernier, durant laquelle il aurait scandé à plusieurs reprises des slogans hostiles au gouvernement et crié des propos: « Insultants contre le régime et l’administration pénitentiaire ».

Lors de la même journée du 24Février le KHRN a également pu avoir une autre conversation téléphonique avec le père de Yunes Aghayan, au cour de laquelle il a rapporté que les autorités pénitentiaires d’Urmiyeh lui avait « expliqué » que Yunes avait été transféré vers la prison de la ville de Zanjan en raison de sa participation à la grève de la faim de Décembre dernier dans le Quartier numéro 12, et que durant celle ci il avait scandé des slogans hostiles: « Dénonçant abusivement la surpopulation carcérale« . Le père de Yunes Aghayan a ensuite déclaré à la fin de sa conversation avec les militant-es du KHRN qu’il avait demandé aux autorités pénitentiaires d’Urmiyeh, de voir son dossier et leur avait demandé une confirmation officielle de leur part, sur les allégations porté contre son fils, mais toutes ses demandes sont restée vaines à ce jour. On se demande du reste comment Yunes aurait pu scander ces « Slogans hostiles  » puisque d’après des témoignages d’autres prisonniers, on sait qu’il n’avait joué aucun rôle actif dans cette action de grève de la faim. Et que de surcroit il était enfermé à l’époque dans le Quartier numéro 1, et non dans le Quartier numéro 12 où celle ci avait éclatée.

Le Kurdistan Human Rights Network déclare que ses enquêtes et ce rapport prouvent que le régime essaye rétroactivement par ces basses manœuvres ,de punir et de briser physiquement et psychologiquement tous les prisonniers politiques Kurdes qui avaient participés à une action collective de gréve de la faim de 23 Jours qui avait éclatée dans le Quartier numéro 12 de la prison centrale Darya de la ville d’Urmiyeh. Et que cette attitude monstrueuse de cynisme de la « République Islamique d’Iran » ne peut que renforcer les inquiétudes et les préoccupations croissantes des Organisations Internationales de défenses des droits de l’homme, et de lutte contre la peine de mort tant Internationales que de l’Opposition Iranienne. Quant à la possibilité d’exécutions secrètes appliquée contre les prisonniers politiques Saman Naseem, Sirwan Nejawi, Ali Afshari et Habib Afshari, Yunes Aghayan et Ibrahim Isapoor

Voir sur le site Rojhelat.info: KHRN’s Special Report: Regarding the previous seven days of the sudden transfer of six political prisoners on death row

http://rojhelat.info/en/?p=8241
Et sur le site du Kurdistan Human Rights Network  :
http://kurdistanhumanrights.org/
http://kurdistanhumanrights.org/special-report-from-the-7-days-of-sudden-shift-for-six-political-prisoners-sentenced-to-death/
Kurdistan Human Rights Network sur Twitter et Face Book
https://twitter.com/kurdistanmaf
https://www.facebook.com/kurdistanhuman

sirwan-ibrahim2

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Yazd protestation ouvrières et nouvelle grève des mineurs de Bafgh après les licenciements brutaux de 17 de leurs camarades

Yazd protestation ouvrières et nouvelle grève des mineurs de Bafgh après les licenciements brutaux de 17 de leurs camarades

bafgh-iron-mine2

25 et 27 Février 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Radio Zamaneh: Les mineurs à la mine de fer de la ville de Bafgh située dans la province de Yazd (Centre du pays) sont entrés dans leur quatrième jour de grève, les mineurs se sont lancés dans ce nouveau mouvement social, pour protester contre les licenciement de 17 de leurs camarades, et dénoncer la direction des ressources humaines qui n’a quasiment tenue aucune des promesses qu’elle avait faite au travailleurs au cours des deux derniers mois, après les grands mouvements de grève qui avait agité cette mine en Automne 2014.

L’agence de l’ILNA News liée au monde du travail et proche des  courants d’opposition « réformateurs » à rapporté que l’un des représentants des travailleurs avait déclaré à l’un de ses journalistes que depuis le Mardi 24 Février 2015 dernier, les agents de sécurité de la société refusaient de permettre aux travailleurs licenciés, le droit d’entrer dans les locaux de l’entreprise et sur le carreau de la mine.

Depuis la semaine dernière les travailleurs de la mine de Bafgh, se mobilisent contre les licenciement de 17 de leurs camarades, ainsi que contre les promesse non tenues de la direction après les mouvement sociaux précédents qui avaient éclaté dans la mine à l’Automne dernier, ils s’étaient également mobilisés et remis en grève en Décembre 2014, pour protester contre des arriérés et des impayés de salaires qui atteignaient pour certains d’entre eux plusieurs mois de retards.

Les travailleurs ont également été tentés d’organiser et de monter un syndicat libre, car ils se disent très préoccupés des répercussions des politiques économiques et de gestion de l’entreprise, sur leurs emplois et leurs avenirs à long terme.

La mine de fer de Bafgh Iron Kooshk company est géré par une société privée , dont le patron et la « direction des ressources humaines » se moquent complètement des conditions de travail déplorables et des difficultés de fin de mois croissantes de leurs salariés, les équipements et les matériels de chantier sont vétustes et hors d’âges, les accidents du travail fréquents , tous les jours les équipes de jour et de nuit qui comptent environ 350 mineurs chacune sont obligée de descendre à pied au fond de la mine, en empruntant un escalier qui fait plus de 600 marches , des escaliers que ces même travailleurs doivent remonter de la même façon, une fois leur journées de travail terminée. Malgré le caractère dangereux et difficile de leur travail, Ils ne sont payés que 6000 Toumans par mois. soit environ a peu prés entre 186 et 200 euros mensuels- Ndlr.

Voir aussi sur: http://archive.radiozamaneh.com/english/content/miners-continue-strike-over-firings-right-protest
Et sur le site Iran Labor Report: http://iranlaborreport.com/?p=2493
Et aussi sur: http://www.iranhumanrights.org/2014/08/bafgh-workers-strike/
http://www.industriall-union.org/industriall-demands-release-of-arrested-iranian-miners

iran-bafgh-miners1

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Vingt et un prisonniers ont été exécutés en Iran au cours des dernières Quarante-huit heures

Vingt et un prisonniers ont été exécutés en Iran au cours des dernières Quarante-huit heures.

pendaison-iran2

23 et 24 Février 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Human Rights Activists News Agency ou HRANA alors que nous sommes toujours sans nouvelles du prisonnier politique Kurde Saman Naseem et de ces cinq autres codétenus qui se trouveraient toujours à l’isolement dans les couloirs de la mort de la prison Darya de la ville d’Urmiyeh depuis le  mercredi 18 Février 2015 dernier, la machine à exécutions de masse du régime théocratique et fasciste d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani a continué dans ses sordides basses œuvres : 21 prisonniers qui étaient dans les couloirs de la mort de la prison d’Adel Abad à Chiraz, dans celle de Bam et  celle de Bandar Abbas ont été exécutés au cours des dernières 48 heures.

Il convient de noter qu’aucunes des sources médiatiques et judiciaires officielles habituelles de l’État Iranien, n’ont rapportées ces exécutions, et que de fait que du silence du régime sur cette nouvelle vague d’exécutions, celles-ci peuvent de nouveau être considérées comme des exécutions clandestines et occultées volontairement.

Selon les derniers rapports parvenus aux militant-es et activiste du site du collectif de l’agence Iranienne de défense HRANA, nous avons appris qu’au cours des dernières 48 heures, 21 prisonniers avaient été exécutés par pendaison dans trois prisons différentes, celles d’Adel Abad à Chiraz, à Bam et à Bandar Abbas.

Au cours des dernières 48 heures, neuf prisonniers qui avaient étés condamnés à mort, après avoir été impliqués dans des affaires de trafics de drogue, et au titre de la loi de la Qisas – la loi du talion en version régime Iranien – Ndlr, ont été pendus à huis clos dans la cour de la prison de la ville de Bandar Abbas. Trois d’entre eux avait été enfermés dans le Quartier numéro 1 et quatre autres dans les Sections 7 et 2 du Quartier numéro 2 de cette prison. Les noms de ces prisonniers exécutés qui ont pu être identifiés à ce jour sont les suivants: Sajad Ghochany, 27 ans originaire de Téhéran, Mohammad Gholami, 33 ans, originaire de Tabriz, Mohammad Kazem Yazdani Doboron, 55 ans originaire de Mashhad, Alireza Razmi, 45 ans originaire de Bushehr, Mehdi Shahdadi , 31 ans originaire d’Iranshahr, Mosa Nekoei Zadeh, 22 ans originaire de Bandar Abbas, Ghasem Moradi Zadeh, 35 ans originaire de la ville de Yazd.

Selon les informations des journalistes du collectif HRANA, et toujours au cours des dernières 48 heures, neuf autres prisonniers dont les identités ne sont pas encore connues, ont été exécutés dans la prison d’Adel Abad de la ville de Chiraz. Ils avaient été condamnés à mort, après avoir été accusés dans des affaires de trafics de drogue, et au titre de la loi de la Qisas (Rétribution en nature). Dans le même temps trois autres prisonniers qui ont pu être identifiés sous les noms suivants : Mohammad Abadi Hojat, Rasool Naderi, et Hossein Mir Dost dont le père est nommé Shah Bakhsh, qui avaient été  condamnés à mort, pour des infractions liées à des affaires de drogue,  ont été exécutés à huis clos dans la prison centrale de ville de Bam.

En outre le collectif HRANA a reçu de nombreuses informations rapportant qu’au cours de ces même dernières 48 heures, l’Iran aurait fait de nouveau exécuter deux prisonniers en public. Le premier était un prisonnier qui avait été accusé dans des affaires de trafics de drogue , aurait été pendu dans la ville de Chiraz sur la place Kozeh Garai Square, le second qui a pu être identifié sous le nom d’Hamid Mohammadi qui était âgé de 27 ans, avait été accusé de viol, et aurait été exécuté à la place du marché au poisson de la ville de Bandar Abbas, Toutefois les militant-es et activistes du site HRANA précisent que pour le moment, ils ont été incapables de vérifier ces deux rapports, de manière fiable et indépendante.

Voir aussi sur : https://hra-news.org/en/21-prisoners-hanged-iran-48-hours

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Toujours aucune confirmation officielle de l’exécution du militant Kurde Iranien Saman Naseem et de cinq autres de ses codétenus de la prison centrale Darya à Urmiyeh

Toujours aucune confirmation officielle de l’exécution du militant Kurde Iranien Saman Naseem et de cinq autres de ses codétenus de la prison centrale Darya à Urmiyeh.

iam-saman2

23 et 24 Février, 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights et le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits humain Human Right News Agency avec un cynisme des plus sordide doublé d’un irrespect total envers les familles victimes de ses assassinats d’état, les autorités politiques du régime théocratique et fasciste d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani continuent de souffler le chaud et le froid, en refusant de rendre à leurs familles les corps des 3 prisonniers politiques Kurdes de la prison de la ville d’Urmiyeh, Saman Naseem, Ali Ashari et Habib Afshari qui auraient été exécutés ce Vendredi 20 Février 2015 dernier, et en refusant toujours de donner des informations précises et claires à ces mêmes familles ?

Malgré plusieurs rapports non officiels et plusieurs articles publiés par des journalistes travaillant pour des agences de presse Kurdes indépendantes à propos de l’exécution du jeune prisonnier politique Kurde Saman Naseem, les autorités Iraniennes n’ont toujours pas voulues fournir d’informations précises et claires à sa famille, lui rapportant s’il avait été vraiment exécuté où pas .

Le vendredi 20 Février 2015, plusieurs sources indépendantes avaient rapporté que des membres de la famille de Saman Naseem, avaient été invités par les officiels de la prison Darya de la ville d’Urmiyeh, à venir rechercher les effets personnels et le corps de leur fils durant la journée du Samedi 21 Février, en lui apprenant que Saman Naseem avait été exécuté. Mais cependant selon les tous derniers rapports parvenus d’Iran, la famille de Saman n’a toujours pas pu obtenir ni la levée du corps, ni obtenir de confirmations officielles sur l’exécution de leur fils.

Iran Human Rights ou IHR prie instamment la communauté internationale, ainsi que toutes les organisations Internationales de défense des droits de l’homme, et de lutte contre la peine de mort qui s’étaient mobilisées contre l’exécution de Saman, à maintenir la pression sur les autorités Iraniennes afin d’obtenir des réponses claires de celles ci.

Saman Naseem avait été arrêté alors qu’il n’était âgé que de 17 ans au moment des faits, puis condamné à mort pour son appartenance au groupe d’opposition et de résistance Kurde iranien du Parti Pour Une Vie Libre au Kurdistan ou PJAK. Mercredi 18 Février 2015 dernier, Il avait été transféré avec cinq autres prisonniers politiques et condamnés à mort vers un lieu de détention inconnu,en vue de préparer son exécution qui était prévue selon les autorités Iraniennes pour le Jeudi 19 Février. Depuis lors aucunes informations officielles concernant le sort de Saman n’ont été rapportées par les officines judiciaires et les agences médiatiques de propagande du régime.

- Rapport publié par le collectif de l’agence Iranienne de défense des trois humain HRANA:

- Malgré les nombreux rapports et spéculations contradictoires concernant les situations actuelle dans lesquelles se trouveraient les six prisonniers politique condamnés à mort de la prison Darya située dans la ville d’Urmiyeh,Saman Naseem, Sirwan Nejawi, Ibrahim Isapoor, Ali Afshari, Habih Afshari qui ont disparu depuis cinq jours. Les fonctionnaires de l’administration pénitentiaire refusent toujours de transmettre des informations claires concernant leurs statuts. Ce comportement à causé des préoccupations croissantes au sujet du sort réservé à ces prisonniers.

Selon les tous derniers rapports parvenus aux militant-es et activiste du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits humains HRANA, on ne connait toujours pas le lieu dans lequel ces prisonniers ont été transférés, depuis le Mercredi 18 Février 2015 dernier. Différents gouvernements et plusieurs rapporteurs des Nations unies sur les questions des atteintes aux droits de l’homme en Iran, aux cotés d’organisations internationales comme Amnesty International ou Human Rights Watch avaient averti à plusieurs reprises la communauté internationale, de l’imminence des exécutions de ces six prisonniers, et en particulier de celle de Saman Nassem qui n’avait que 17 ans au moment de son arrestation puis de sa condamnation à mort.

Depuis que ces six prisonniers on été transférés du Quartier numéro 12 de la prison Darya de la ville d’Urmiyeh vers un lieu de détention inconnu, et malgré la douleurs et l’angoisse de leurs familles respectives, les fonctionnaires judiciaires de la région refusent toujours de fournir des explications officielles sur leurs executions, tout en faisant courir le plus cyniquement du monde des rumeurs contradictoires sur celles ci, dans de nombreux médias officiels et sur les réseaux sociaux.

Une source locale bien informée a déclaré à un journaliste du collectif HRANA: « un membre du service du Ministère des Renseignements a dit à l’un des parents au deuxième degré des frères Habib Afshari et Ali Afshari, que leurs exécutions ainsi que celle de autres prisonniers politiques avaient été effectuées ». Alors que néanmoins aucun des membres de la famille Afshari, n’ont été informé directement de celles-ci par télephone ou par courriers officiels.

D’autres sources locales ont déclaré au site HRANA: « les parents de Yunes Aghayan ont dit être prés à organiser ses funérailles, alors même que les autorités refusent toujours de les informer, pour leur dire s’il a été vraiment exécuté ou pas« . Une source proche de Ibrahim Isapoor, un des autres prisonniers disparu a dit à un journaliste du site HRANA: « nous ne avons aucune information concernant son statut et personne ne nous a appelés pour nous informer« . Le frère de Saman Naseem quant a lui a déclaré: « nous n’avons toujours aucune information sur la situation actuelle de mon frère depuis Vendredi dernier, date à laquelle ils nous ont demandé de venir le lendemain rechercher ses effets personnels « .

- Coupures et brouillage des cabines de téléphone fixes pour les détenus, et mesures de de rétorsions contre ceux-ci de la part de l’Administration pénitentiaire de la prison d’Urmiyeh.

Il convient aussi de mentionner que selon des sources locale, on avait constaté qu’au cours de ces cinq dernier jours que les cabines téléphoniques fixes de la Prison centrale Darya de la ville d’Urmiyeh qui permettent habituellement aux détenus d’avoir des nouvelles de leurs proches, avaient été à plusieurs reprise systématiquement coupées, en raison de la mise en place de nouveaux systèmes de brouillages mis en place sur ordres du gouverneur et de l’administration pénitentiaire locale qui ne veulent visiblement pas que sortent des information sensibles sur le sort réservé à certains des prisonniers politiques qui sont enfermés sur place. Une série d’incidents a répétition qui n’ont fait qu’accroitre un peu plus le niveau de tension et les inquiétudes d’autres familles de détenus, dont les proches sont eux aussi des condamnés à mort – qui sont rappelons-le plusieurs dizaines dans cette prison -Ndlr.

Amnesty International ainsi que plusieurs autres grandes Organisations Internationales de défense des droits de l’Homme, et de lutte contre la peine mort, ont fermement condamné le comportement cynique des autorités politique régime totalitaire de la « République Islamique d’Iran », à l’égard des membres des familles de ces six prisonnier condamnés à mort à qui elles refusent toujours de répondre. Tout en sommant aussi celles-ci d’assumer ses responsabilités en donnant des réponses, immédiates claires et précises à ces mêmes familles.

Voir aussi sur: http://iranhr.net/2015/02/still-no-official-information-about-the-fate-of-saman-naseem/
Et sur le site: https://hra-news.org/en/fate-saman-naseem-prisoners-uremia-still-unclear
Voir aussi sur le Seul média Français (ou presque) qui a daigné évoquer l’Affaire, mais il est vrai que dans notre soi-disant « Démocratie » Française, depuis les Tacherons et décomposés politiques d’une certain mouvance  » Altermondialiste » prétendument de « Gauche Radicale «  que appelons ironiquement ici l’Extrême glauque anti impérialiste qui grenouillent et combine  dans les rédacs du « Monde diplomatique » et sur un tristement célèbre sitaillon « Bolivarien » de Vrp’s des dictatures  aka Le Grand Soir regroupant un ramassis de crétins utiles et de véritables Cas de pathologies politiques du Confusionnisme, se prenant pompeusement pour un « Journal militant d’information alternative » , jusqu’aux bas du front de la Complosphère 2.0 et de la Fachosphère « new look »  de type Marine Le Pen - Alain Soral-Dieudonné, en passant par les tréfonds réactionnaires puants du Medef de Gattaz dont la délégation Métallurgie était partie le mois de Février de l’année dernière à Téhéran pour « Parler affaire » et gros sous avec les officines patronales des Mollahs  , c’est le consensus parfait et le gros Pas touche à nos Dictatures généralisé.
Mêmes sons de cloches dans certaines de nos hautes sphères politiques, dont certains « Élus » et non des moindres copinent sans même se planquer avec les propagandistes des régimes fascistes de Bachar et a Khamenei et leurs Fan clubs franchouillard coopté par le député UMP Jacques Myard  et ses amis de l’officine Barbouzarde de L’académie Géopolitique de Paris qui squatte et qui a pris racine de longue date,sous les lambris dorés des salons de l’Assemblée nationale*1 que l’on pourrait paraphraser sans aucun problème Vol au dessus d’un Nid de conspirationnistes:
http://www.france24.com/fr/20150220-iran-execution-jeune-kurde-saman-naseem-mobilisation-internationale-amnesty-international/
-*1 Relire l’excellent article du journaliste Robin D’Angelo paru sur le site Streepress traitant des amis Khameneidolatres et Bacharistes du député UMP  Jacques Myard - la secte Moon, l’Action Française, et l’ambassadeur d’Iran invités … à l’Assemblée nationale:
http://www.streetpress.com/sujet/1418638207-la-secte-moon-l-action-francaise-et-l-ambassadeur-d-iran-invites-l-assemblee

save-saman2

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Procès et convocations de camarades syndicalistes Iraniens pour avoir lancé une pétition contre les bas salaires et la précarité

Procès et convocations de camarades syndicalistes Iraniens pour avoir lancé une pétition contre les bas salaires et la précarité.

jafar-azimzade-jamil-mohammadi2

19 et 21 Février 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Human Rights Activists News Agency ou HRANA: Notre camarade syndicaliste Iranien Jamil Mohammadi,un membre du conseil d’administration du Syndicat libre des travailleurs en Iran, a été jugé par la Branche numéro 15 du Tribunal révolutionnaire de Téhéran le dimanche matin, le 8 Février, , Jafar Azimzadeh, un autre de ses camarades et militant syndicaliste a également été convoqué officiellement devant le même tribunal.

Selon le rapport parvenus aux militant-es et activistes de l’agence Iranienne de défense des droits humains HRANA, notre Camarade Jamil Mohammadi et membre du conseil d’administration du Syndicat libre des travailleurs en Iran, a été convoqué puis jugé par la Cour du « Tribunal Révolutionnaire » de Téhéran dans la matinée du Dimanche le 8 Février 2014 dernier.

Un fois sur places Jamil Mohammadi a été informé par la Cour des charges judiciaires et des accusations retenues contre lui qui sont axées principalement sur le fait qu’il ai participé à l’organisation d’une pétition contre les bas salaires ayant récoltée plus de 40 000 signatures, il est également accusé de: « Collecte d’informations en vue d’organiser une collusion dans le but de commettre des crimes contre la sécurité nationale ». Jamil a nié toutes ces accusations arbitraires, et a souligné qu’il n’avait fait juste que se mobiliser pour défendre les droits de ces camarades, ainsi que pour la défense des droits fondamentaux de tous les travailleurs en Iran.

Jamil Mohammadi et Jafar Azimzadeh, qui sont deux des principaux coordonnateurs d’une pétition signée par quarante mille travailleurs contre les bas salaires et la précarité, avaient été arrêtés à leurs domiciles le 30 Avril 2014 à minuit (heure locale), au cours d’un raid des agents des forces du Ministère des Renseignements , leurs domiciles avaient été perquisitionnés et fouillés de fond en comble et a la suite de celui-ci, il avaient été respectivement détenus pendant 23 jours et 46 jours, dans la Section 209 de sinistre mémoire de la prison d’Evin à Téhéran.

Ces arrestations interviennent après le lancement de cette pétition de protestation lancée par les coordinateurs du Syndicat libre des travailleurs en Iran qui a réuni plus de 40 000 signatures , après que le Conseil suprême du Ministère du travail de la « République Islamique » ai une fois de plus violé ouvertement l’Article 41 de la loi sur le travail sur le salaire minimum par le biais d’une nouvelle directive qui été imposée aux travailleurs ,dans le but selon eux, de les maintenir en dessous des seuils de pauvreté en vigueur en Iran.

Les organisateurs de cette pétition tentaient par la, de donner une occasion au Ministère du travail de réviser enfin comme cela avait été promis, les tarifs du salaire minimum fixé pour l’année 2014-2015, ces travailleurs se basaient aussi sur une manifestation lancée 2 années auparavant, où ils avaient également exigés, des révision des salaires minimums fondées sur l’Article 41. Face à l’indifférence de ce ministère ils avaient également écris une lettre ouverte publique à celui-ci, lui annonçant que s’il continuait à persister par ses travaux et ses directives, à maintenir des milliers de travailleurs en dessous des seuils de pauvreté, ils se verraient dans l’obligation d’organiser pour le 1er Mai 2014 de nouvelles manifestations et protestation devant ses bureaux de Téhéran.

En réponse à cette lettre écrite par les coordinateurs de cette pétition ayant réuni les signature de plus de quarante mille travailleurs, les forces répressives de la police politique et du Ministère des Renseignement avaient brutalement attaqué et perquisitionné les domiciles de nos deux camarades Jamil Mohammadi et Jafar Azimzadeh lors de la nuit du 30 Avril 2014, ils avaient été ensuite transférés dans la section 209 de la prison d’Evin où ils furent détenus respectivement pendant 23 jours et 46 jours. Avant de pouvoir bénéficier de « Mises en liberté provisoires » et d’être frappé un peu plus tard de nouvelles convocations en vue jugements ultérieurs devant des « Tribunaux Révolutionnaires » qui pourraient les faire condamner, à de lourdes peines de prison et à des énormes amendes.

 – Jamil Mohammadi a été jugé le 8 Février 2014, date à laquelle on l’a accusé successivement de: « Collecte d’informations en vue d’organiser une collusion dans le but de commettre des crimes contre la sécurité nationale », et de « Troubles à l’ordre public et à la sécurité public, dans le but de perturber la sécurité nationale et de porter atteinte à l’image du régime par l’usage de propagandes mensongères ». Notre autre Jafar Azimzadeh quant à lui sera jugé le 1er de Mars 2015 de cette année, pour des charges judiciaires et des accusations similaires, il encoure aussi comme Jamil une lourde peine de prison et une forte amende.

Jamil Mohammadi est membre du conseil de l’Union libre des travailleurs en Iran et l’un des principaux coordinateurs de la pétition de quarante mille travailleurs, c’est aussi l’un des six représentants de milliers de travailleurs Iraniens qui se plaignent quotidiennement contre les détournements et combines diverses des gestionnaires des Fonds de la Sécurité Sociale de la « République Islamique » qui disposent pourtant d’une réserve estimée à Trois mille milliards de Tomans censés lutter contre les inégalités et être redistribué aux millions de travailleurs du pays.

 Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/trade-unionist-tried-tehran-revolutionary-court

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le régime théocratique et fasciste d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani et les bourreaux à leur service ont fait lâchement exécuter le prisonnier politique Kurde Saman Naseem

Le régime théocratique et fasciste d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani et les bourreaux à leur service ont fait lâchement exécuter le prisonnier politique Kurde Saman Naseem

 saman_naseem

21 et 20 Février 201 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights : Selon plusieurs sources indépendantes, des membres de la famille de Saman Naseem ont été prévenus hier dans l’après-midi qu’ils devraient venir recueillir les effets personnel et le corps de leur fils demain Samedi 21 Février 2015. Malgré tous les appels et toutes les mobilisations internationales de solidarité pour faire suspendre l’exécution, le jeune prisonnier Kurde Iranien Saman Naseem a été pendu hier Jeudi 19 Février 2015. Iran Human Rights ou IHR condamne fermement l’exécution de Saman, et tient le « Guide Suprême » et leader des autorités iraniennes Ali Khamenei comme le principal responsable de son exécution.

Le prisonnier politique kurde Saman Naseem qui avait été condamné à mort pour des infractions commises alors qu’il n’avait que 17 ans au moment des faits allégués et de son arrestation, a été lâchement exécuté dans la prison centrale Darya de la ville d’Urmiyeh (Nord-ouest de l’Iran). Iran Human Rights et le RSI, avait rapporté un peu plus tôt hier dans la soirée que selon plusieurs sources indépendantes, des membres de la famille de Saman, avaient été contactés par les autorités pénitentiaires d’Urmiyeh pour venir recueillir les effets personnels de leur fils, par la suite la famille a été également prévenue qu’elle devrait venir un peu plus tôt pour préparer la levée du corps de Saman qui aura lieu demain Samedi 21 Février 2015. A l’heure de la publication de ce rapport par Iran Human Rights, il est encore difficile et trop tôt pour savoir si Saman a été exécuté hier Jeudi ou le lendemain durant la journée du Vendredi 20 Février.

Iran Human Rights et le RSI condamne fermement l’exécution illégale, arbitraire et inhumaine de Saman Naseem. M. Mahmood Amiry-Moghaddam le porte-parole du RSI, a déclaré: « Ali Khamenei le leader suprême des autorités iraniennes doit être tenu, comme le principal responsable de tous les traitements inhumains qu’a subi ce prisonnier, et de l’exécution de Saman Naseem. Nous exhortons la communauté internationale à condamner fermement cette exécution. L’exécution de Saman Naseem a eu lieu en dépit des appels répétés de la communauté internationale pour faire suspendre cette procédure inique. Ces violations continuelles de l’Iran contre les droits humains fondamentaux, doivent avoir des conséquences politiques pour les autorités iraniennes ».

La Fédération Internationale des Droits de l’Homme -FIDH un membre fondateur de la Coalition mondiale contre la peine de mort, et ses organisations membres Iraniennes telles que le collectif HRANA la Ligue pour la défense des droits de l’homme en Iran –LDDHI, le Centre des défenseurs des droits de l’homme –DHRC, ont fermement condamné :  » l’exécution illégale qui aurait eu lieu hier matin en Iran de Saman Naseem, alors qu’il était mineur au moment des faits qui lui sont allégués « . Malgré la ratification par l’Iran de la Convention des Nations Unies sur les droits des prisonniers civils et politiques, ainsi que celle relative à la Convention internationale sur les droits de l’enfant, qui stipule et interdit strictement l’utilisation de la peine de mort, contre les personnes qui avaient moins de 18 ans, au moment de la commission du crime présumé ou supposé. Le régime théocratique et totalitaire de la « République Islamique » d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani, est l’un des pays du monde qui exécute le plus de jeunes mineurs « délinquants ».

Saman Naseem avait été condamné à mort en Avril 2013 par un « Tribunal Révolutionnaire » pénal de la ville Mahābād située dans la province de Azerbaïdjan occidental Iranien, après avoir été accusé d’être un « Moharebeh » – c’est-à-dire d’être un « Ennemi de dieu en inimité contre celui-ci » selon la loi Iranienne – Ndlr, et pour « Diffusion et propagation de la corruption sur terre » ou crime dit de ifsad fil-ARZ, en raison de son appartenance et de sa participation aux activités du groupe Kurde Iranien d’opposition du Parti Pour Une Vie Libre au KurdistanPJAK . Sa condamnation à mort avait été confirmée par la Cour suprême en Décembre 2013. Selon les rapports précédents publié sur son affaire Saman Naseem n’avait pas eu accès à son avocat pendant les premières enquêtes, et selon une lettre qu’il écrivit de la prison il a subi a subi durant toute sa période d’incarcération, des violences et des tortures à plusieurs reprises.

Dans cette lettre, Saman avait déclaré: Pendant les tous premiers jours de leurs séances d’interrogatoires, le niveau des tortures que j’ai subi m’avait laissé incapable de marcher sans perdre l’équilibre, Tout mon corps était noir de bleus à cause des coups. A plusieurs reprises ils m’ont laissé suspendu par les mains ou mes pieds pendant des heures, durant ces séances de tortures j’avais aussi les yeux bandés, pour ne pas que je puisse reconnaitre plus tard les agents chargé des interrogatoires.

Saman Naseem avait été transféré le Mercredi 18 Février à la veille de son exécution, avec cinq autres prisonniers politiques et de conscience eux aussi condamnés à mort, vers des cellules d’isolement dans un lieu de détention encore inconnu, parmi ceux-ci deux frères Habib Afshari et Ali Afshari dont familles ont été informées par des sources officielles du régime que leurs fils avaient été exécutés le même jour que Saman. D’après les derniers rapports parvenus aux militants du site Iran Human Rights, ceux-ci sont très inquiet au sujet de la situation de trois prisonniers qui faisaient partie du même groupe : Yunes Aghayan, Sirwan Nejawi et Ibrahim Isapour qui pourraient être exécutés dans les heures à venir

– Dernière minutes selon un article de l’Agence de presse Kurde indépendante Rojhelat citant une dépêche de la Télévision Kurde Newroz TV publiée aujourd’hui, nous avons eu aussi la confirmation des lâches exécutions des prisonniers politique Kurdes Ali Afshari et Habib Afshari qui faisaient partie du même groupe de prisonniers qui avaient été transférés en cellules d’isolement avec Saman Naseem , le Mercredi 18 Février 2015 dernier.

Habib-Ali-Afshari2

En mémoire de Ali Afshari et Habib Afshari assassinés le 19 Février 2015 par les bourreaux du régime théocratique et fasciste d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani
-Voir sur : http://iranhr.net/2015/02/saman-naseem-was-executed-yesterday/
 Voir aussi sur article du site de l’agence Rojhelat.info: Islamic Republic confirm the execution of Brothers Ali Afshari and Habib Afshari http://rojhelat.info/en/?p=8233

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Préoccupations sur le sort de Saman Naseem et rumeur croissante disant que les autorités iraniennes l’aurait fait exécuter

Préoccupations sur le sort de Saman Naseem et rumeur croissante disant que les autorités iraniennes l’aurait fait exécuter.

saman-naseem-3.

20 Février 2015 toutes dernières nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights : Les responsables de la prison Darya de la ville d’Urmiyeh, ont demandé cet après-midi à la famille de Saman Naseem, de venir recueillir les effets personnels de leur fils ce Samedi. Toutefois IHR précise qu’aucune information plus précise n’a été fournie à la famille

Saman Naseem aurait dû selon les autorités iraniennes être exécuté ce Jeudi 19 Février. Trois jours avant le Mercredi 18 Février Saman et cinq autres prisonniers politiques également condamnés à mort avaient été transférés hors de leurs Quartiers pénitentiaires, puis emmenés vers des cellules d’isolement, situées dans un lieu de détention pour le moment encore inconnu.

Ce Jeudi matin du 19 Février 2015 un membre de la famille de Saman avait été informé par les autorités pénitentiaires de la prison Darya de la ville d’Urmiyeh que leur fils n’avait pas été exécuté sans lui donner plus de précisions. Mais quelques heures plus tard dans l’après-midi des fonctionnaires de cette même prison, ont demandé à un autre membre de la famille de Saman, de venir rechercher ses effets personnels ce Samedi 21 Février 2015.

 Le site Iranien d’opposition Campaign In Defense of Civil & Political Prisoners, a rapporté que Saman Naseem aurait été exécutée en présence du Procureur général de la Cour du « Tribunal Révolutionnaire » de la ville d’Urmiyeh. Le collectif et les activistes du site Iran Human Rights ou IHR, étudient en ce moment cette information, et nous donnerons prochainement plus de précisions.

Saman Naseem avait été arrêté à l’âge de 17 ,et après avoir subi plusieurs mois de tortures, été condamné à mort, pour son appartenance au parti d’opposition et de résistance Kurde Iranien du Parti Pour Une Vie Libre au Kurdistan ou PJAK.

Les militants et activistes du site Iran Human Rights ou IHR n’ont pas non plus pour le moment obtenir d’informations plus précises, sur le sort des cinq autres condamnés à mort politiques: Yunes Aghayan, Habib Afshari, Ali Afshari, Sirwan Nejawi et Ibrahim Isapoor qui avaient été transféré Mercredi dernier en même que Saman Naseem. Et restent très préoccupé et inquiets sur le sort de ces prisonniers qui auraient selon certaines rumeurs eux aussi été exécutés.

Voir aussi sur : http://iranhr.net/2015/02/increasing-concern-that-iranian-authorities-have-executed-saman-naseem/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Saman Naseem n’aurait pas été exécuté mais reste en grand danger restons mobilisés pour arrêter cet assassinat d’État par le régime fasciste des Mollahs

Saman Naseem n’aurait pas été exécuté mais reste en grand danger restons mobilisés pour arrêter cet assassinat d’État par le régime fasciste des Mollahs.

stop-execution-saman

19 Février selon plusieurs messages Twitters parus sur la page du site Iran Human Rights et des information regroupée sur plusieurs sites et page Face book d’opposition Iraniennes: L’Iran aurait arrêté pour le moment la procédure d’exécution programmé , contre le jeune prisonnier politique Kurde Iranien Saman Naseem, a cause l’indignation internationale provoquée par celle-ci, mais aussi du fait de la mobilisation internationale des groupes de défense des droit humains et de lutte contre la peine de mort, toutefois nous ne savons toujours pas, si cette peine de mort qui menace la vie de Saman, a été vraiment annulée et s’il ne s’agit pas d’un report de celle-ci.

D’autant plus que nous avons appris par un article publiée cette nuit*1 sur l’agence Kurde Rojhelat.info citant une dépêche du Kurdistan Human Rights Network que Naseem et quatre autres prisonniers politiques et condamnés à mort : Sirwan Nejawi, Ibrahim Isapoor, Ali Ashari et son frère Habib Afshari qui étaient enfermés dans le couloir de mort du Quartier numéro 12 la prison Darya de la ville d’Urmiyeh, avaient été brutalement transférés dans un quartier de cellules d’isolement d’un autre lieu de détention pour le moment inconnu . Rojhelat.info et Kurdistan Human Rights Network ont aussi pu identifier le nom d’un sixième prisonnier politique Azéri lui aussi transféré dans le groupe de Saman, qui s’appelle Yunes Aghayan qui avait été condamné à mort en raison de ses croyances, et de ses activités en rapport la religion Yarsan – une variante mystique de l’islam proche de l’Alévisme et du Yézidisme considérée comme hérétique par le régime totalitaires des Mollahs de Téhéran –Ndlr.

Nous avons également apris par les site et les dépêches publiée sur les sites d’Amnesty International, Freedom Messenger, Rojhelat.info, et le groupe du Kurdistan Human Rights Network que lors de ces transferts, ces six prisonniers avaient eu les pieds et les mains menottées et qu’on leur avait mis des bandeaux sur les yeux, mais aussi que le Dimanche 15 Février 2015 dernier, Naseem avait été battu dans sa cellule par les matons et des officiels du régime qui voulaient à nouveau le contraindre à faire une « Confessions filmée  » en vue de la diffuser sur les chaines de propagande du régime comme Press-tv.ir ou l’Irib (toutes deux habituées de longue date à genre de pratiques ignobles) ce qu’il a bien sûr courageusement refusé.

 - D’autre nouvelles et déclarations que nous avons regroupée aujourd’hui:

« Nous avons compris et savons juste pour le moment que le Bureau de la mise en œuvre des peines avait dit à la famille de Saman que l’exécution n’avait pas eu lieu ce matin du 19 Février« , a déclaré sur le site du journal IB-Times du Royaume-Uni Mme Bahareh Davis une militante d’Amnesty International chargée des dossiers sur les atteintes aux droit de l’homme en Iran […]  » Nous savons Toutefois que les autorités pénitentiaires Iraniennes n’ont pas voulu dire à la famille, où Saman est actuellement détenu, nous savons juste qu’il n’a pas été de nouveau transféré dans le Quartier de la prison d’Urmiyeh où il avait été précédemment enfermé. Nous allons essayer maintenant d’obtenir plus d’informations précises sur sa situation ».

Mahmood Amiry-Moghaddam,le porte-parole de l’ONG Iran Human Rights ou RSI, a également confirmé cette nouvelle et déclaré que les détenus de la prison Darya de la ville d’Urmiyeh, n’avaient pas revu Naseem depuis qu’il avait été transféré ce Mardi 18 Février vers une cellule d’Isolement. « Des rapports non officiels indiquent que la peine n’a pas encore été mise en œuvre, mais qu’il demeure en grand danger » a déclaré Mahmood Amiry-Moghaddam.

 - « La pression internationale est un facteur important pour ne pas que ce prisonnier soit exécuté, surtout maintenant à l’aune ou l’Iran tente d’améliorer ses relations diplomatiques avec l’Occident » […] «  il est évident que si les coûts politiques de l’exécution de Saman s’avéraient devenir assez élevés pour le régime, cela ne pourrait que contraindre les autorités Iraniennes à reculer » […] « C’est le moment de montrer que les droits de l’homme aussi peuvent bénéficier de ces dialogues qui visent à une amélioration des relations entre l’Iran et les autres parties du monde. J’espère en tous cas que tous les individus et que tous les militants défenseurs des droits humains du monde libre, continuerons leurs campagnes pour sauver Saman, car celles-ci ne peuvent que contribuer à faire une différence » a continué Mahmood Amiry-Moghaddam.

Saman Naseem qui est maintenant âgé de 22 ans, et dont l’exécution par pendaison était prévue pour ce Jeudi 19 Février 2015, avait été condamné à mort quand il avait 17 ans, après avoir été inculpé et accusé par un « Tribunal Révolutionnaire » de l’Azerbaïdjan de l’Ouest Iranien, d’être un « Moharebeh » c’est-à-dire d’être considéré comme un « Ennemi de dieu en inimitié contre celui-ci », et pour « Crime de diffusion de la corruption sur terre».

Saman avait été arrêté après une fusillade qui avait éclatée dans la région de Sardasht entre les forces d’occupations des « Gardiens de la Révolution » de l’IRGC et l’organisation militante et de résistance Kurde Iranienne du Parti Pour Une Vie Libre au Kurdistan ou PJAK, dont il est considéré comme membre. Il avait ensuite été contraint par des violences et des tortures qu’il avait subi a plusieurs reprise lors des premiers mois de son incarcération, à faire des « Aveux filmés » qui furent diffusés sur les chaines de télévision nationale de l’Irib et de Press-tv , dans lesquels il reconnaissait avoir tiré sur les soudards de l’IRGC, des  « Aveux » sur lesquels Saman était très vite revenu lors de son premier procès, en déclarant n’avoir que tiré en l’air à l’époque de son arrestation.

Saman Naseem a été inculpé et condamné à mort en Janvier 2012, mais la Cour suprême du pays avait annulé cette première condamnation, puis elle avait renvoyé l’affaire pour un nouveau procès en appel, en faisant valoir qu’il avait moins de 18 ans au moment des crimes allégués. Mais hélas lors de ce deuxième procès Saman a de nouveau été condamné à mort, et cette nouvelle procédure et cette nouvelle condamnation à mort, ont de nouveau été avalisée par la Cour suprême de la « République Islamique d’Iran ».

iranian-kurds

Voir sur les pages suivantes ; https://www.facebook.com/humanrightsiran
Et pour les dernières nouvelles sur : https://twitter.com/iranhr/
*1 voir sur http://rojhelat.info/en/?p=8229
Et sur : http://amnesty.ie/content/execution-saman-naseem-%E2%80%98enmity-against-god%E2%80%99-looms
Ainsi que sur http://en.icae-iran.com/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Urgent derniers rapports sur la situation du prisonnier politique et condamné à mort Kurde Iranien Saman Naseem qui doit être exécuté ce 19 Février dans 24 heures

Urgent derniers rapports sur la situation du prisonnier politique et condamné à mort Kurde Iranien Saman Naseem qui doit être exécuté ce 19 Février dans 24 heures

PJAK-SamanNesim2

17 Février 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Human Rights Activists News Agency ou HRANA et celui du collectif Iran Human Rights: Le jeune prisonnier et Kurde Iranien Saman Naseem âgé de 22 ans , actuellement détenu à la prison centrale Darya de la ville d’Urmiyeh qui avait été arrêté quand il avait 17 ans au moment des faits, puis condamné à mort pour des accusations d’être un « Moharebeh » – c’est a dire d’être considéré comme un « Ennemi de dieu en guerre contre celui ci » selon la loi Iranienne – Ndlr, a été examiné à des fins médicales sur ordres de l’administration pénitentiaire. Son avocat et sa famille disent que sa condamnation à mort risque maintenant d’être appliquée dans 24 heures, c’est à dire pour demain le 19 Février 2015.

Selon les tous derniers rapports parvenus aux militant-es et activistes de l’agence Iranienne de des droits humains en Iran HRANA, le jeune prisonnier et condamné à mort Saman Naseem, serait exécuté demain le 19 Février sur la base de ce que son avocat et sa famille ont déclaré, il est encore aujourd’hui toujours enfermé dans le couloir de la mort du Quartier numéro 12 de la prison centrale Darya de la ville d’Urmiyeh.

Une source bien informée au sujet de son dernier état, a déclaré à un journaliste du collectif HRANA: « Le nouvel avocat de Saman Naseem a demandé Samedi dernier à la Cour suprême Iranienne, de ne pas appliquer son exécution, mais on ne sait pas quelle réponse sera donnée à cette demande. Il faut aussi signaler que l’avocat précédent de Saman n’avait pas été autorisé à étudier et à se pencher sur son affaire, suite à un refus du Bureau d’application des lois ».

Cette même source a rajouté: « Au cours de la dernière semaine, un médecin à la prison centrale d’Urmiyeh, a examiné Saman Naseem, sans aucune explication. Nous croyons que le but de cet examen était de déterminer son âge véritable au moment de son arrestation, ce qui fait que nous espérons que les autorités veuillent arrêter cette exécution, d’où cet un examen médical avant celle ci « .

Il convient de souligner que Saman Naseem est né le 20 Septembre 1994, et qu’au au moment de son arrestation et des faits présumés qui ont eu lieu le 17 Juillet 2011,il n’avait à peine 17 ans. Et de rappeler qu’il ne devrait pas être exécuté du fait que les autorités gouvernementales de la « République Islamique d’Iran » ont ratifiée la Convention internationale de l’Onu relative aux droits des prisonniers civils et politiques, ainsi que celle relative à la Convention internationale sur les droits de l’enfant, qui stipule et interdit strictement l’utilisation de la peine de mort, contre les personnes qui avaient moins de 18 ans, au moment de la commission du crime présumé ou supposé.

Saman Naseem avait été condamné à mort par la Cour d’appel du « Tribunal Révolutionnaire » de la province de l’Ouest de l’Azerbaïdjan le 27 Avril 2013, pour des accusations d’être un « Moharebeh » – c’est a dire d’être considéré comme un « Ennemi de dieu en guerre contre celui ci  » selon la loi Iranienne – Ndlr, et pour son adhésion et participation aux activités armées du groupe opposition Kurde Iranien du Parti Pour Une Vie Libre au Kurdistan ou PJAK. Sa condamnation à mort avait ensuite été confirmée par la Cour suprême de l’IRI en Décembre 2013

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/latest-reports-saman-nassems-situation
Et sur le site Iran Human Rights: http://iranhr.net/2015/02/urgent-juvenile-offender-saman-naseem-scheduled-to-be-executed-in-24-hours/
http://kurdishrights.org/2015/02/09/take-action-stop-the-execution-of-22-year-old-saman-naseem-by-iran/

Le communiqué du PJAK sur l’agence Kurde Rojhelat.info: If executions become continuous, then we are forced to act strictly in this:

http://rojhelat.info/en/?p=8218

Pour notre part nous vous demandons à tous-te les militant-es contre la peine de mort de se mobiliser de toutes urgence, de relayer l’appel du site Iran Human Rights sur les réseaux sociaux, et dans leurs réseaux de lutte, afin d’envoyer un maximum de courriels et de fax aux autorités de la « République Islamique d’Iran » et à ses représentations politiques et diplomatiques en France, pour dire NON a l’exécution de Saman Naseem !!!

-Adresse de l’Ambassade de la République Islamique d’Iran en France
Adresse : 4, avenue d’Iéna 75116 Paris Tél : 01.40.69.79.00 Fax : 01.47.70.01.57 Internet : http://www.amb-iran.fr Courriel : cabinet@mfa.gov.ir
-Une lettre type peut être également téléchargée sur le site d’Amnesty international
http://www.amnesty.org/en/library/asset/MDE13/004/2015/en/6e938a31-7e0b-42ad-8c72-7ff33c436b6d/mde130042015en.html

Ci-dessous adresses des Autorités politiques et judiciaires Iraniennes ou envoyer vos lettres demandant la grâce pour Saman Naseem. Avant la date du 20 Février 2015

Leader of the Islamic Republic of Iran Ayatollah Sayed ‘Ali Khamenei : The Office of the Supreme Leader Islamic Republic Street – End of Shahid Keshvar Doust Street Tehran, Islamic Republic of Iran . Email: info_leader@leader.ir – Twitter: @khamenei_ir

Salutation: Your Excellency Head of the Judiciary Ayatollah Sadegh Larijani: c/o Public Relations Office Number 4, 2 Azizi Street intersection Tehran, Islamic Republic of Iran.

Salutation: Your Excellency And copies to: President of the Islamic republic of Iran Hassan Rouhani :The Presidency Pasteur Street, Pasteur Square Tehran, Islamic Republic of Iran. Twitter:@HassanRouhani (English) and @Rouhani_ir (Persian)

Also send copies to diplomatic representatives accredited to your country. Please insert local diplomatic addresses below: Name Address 1 Address 2 Address 3 Fax- Fax number Email Email address & Salutations

Please check with your section office if sending appeals after the above date. This is the second update of UA 234/14. Further information:
http://www.amnesty.org/en/library/info/MDE13/049/2014
Compétents d’informations en français en fichiers Htlm et PDF ci-dessous:
http://www.amnesty.org/fr/library/asset/MDE13/004/2015/fr/d19a27b9-5618-4a2c-8f5e-4c583d17dd99/mde130042015fr.html
http://www.amnesty.org/fr/library/asset/MDE13/004/2015/fr/9917eb82-316e-454a-995a-fd0c21f70bf3/mde130042015fr.pdf

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Aucune nouvelle du militant syndicaliste Iranien placé en cellule d’isolement depuis 22 jours dans la section 209 de la prison d’Evin

Aucune nouvelle du militant syndicaliste Iranien placé en cellule d’isolement depuis 22 jours dans la section 209 de la prison d’Evin.

Behnam

Behnam Ibrahimzadeh

17 et 16 Février 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Human Rights Activists News Agency ou HRANA: Après avoir passé 22 jours en cellule d’isolement dans la prison d’Evin, ni la famille ni les proches de notre camarade syndicaliste Iranien emprisonné  Behnam Ibrahimzadeh, n’ont pu avoir d’informations plus précises sur sa situation actuelle.

Selon les premiers rapports parvenus aux militant-es et activistes du site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits humains HRANA, depuis le 22 Janvier 2015 date à laquelle notre camarade syndicaliste Iranien Behnam Ibrahimzadeh a été brutalement transféré depuis le Quartier numéro 2 de la prison de Gohardasht Rajaee Shahr, vers celui du Quartier des cellules d’isolement de la Section 209 de la prison d’Evin , sa famille et ses proches sont sans nouvelles de lui, et n’ont jusqu’à présent, pas eu le droit de lui rendre visite où de le joindre par téléphone.

Une source proche de notre camarade Iranien a déclaré à un journaliste du collectif HRANA: « la famille de Behnam ne dispose d’aucune information concernant son statut actuel, et la seule réponse qu’ils ont reçu des autorités pénitentiaires, était qu’il avait été transféré dans la Section 209 de la prison d’Evin à Téhéran, alors que la raison officielle de ce transfert reste pour le moment totalement inconnue et injustifiée ».

Behnam Ibrahimzadeh
qui aurait dû être libéré prochainement après avoir purgé une peine de prison de cinq années, a malheureusement été condamné à une peine supplémentaire de plus de 9 ans et 4 mois de prison après avoir été jugé par une Cour d’un « Tribunal Révolutionnaire » de Téhéran présidée par le juge Salavati , pour sa participation supposée aux événements survenus, lors de la journée que les opposants Iraniens nomment maintenant le Jeudi Noir d’Evin, une mutinerie qui avait éclaté le 17 Avril 2014, dans la section 350 de cette même prison, à cause de fouilles de cellules abusives, et où des prisonniers avaient été violemment matraqués et passé à tabac, par les gardiens appuyés par des membre de forces spéciale antiémeutes de la capitale appartenant au corps de la Police Naja.

Behnam Ebrahimzadeh, est un militant syndicaliste et un activiste défenseur des droits des enfants, il avait été arrêté le 12 Juin 2010 par les agents du Ministère des Renseignements, jugé peu de temps après il avait été condamnée en première instance par la Cour d’un « Tribunal révolutionnaire », à une peine de 20 ans de prison. Cette peine fut ensuite commuée et réduite à une peine de 5 ans d’emprisonnement par une Cour d’appel.

Voir aussi : https://hra-news.org/en/information-behnam-ibrahimzadeh-22-days

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Nouvelle vague d’assassinats d’état en Iran plus de 1200 exécutions depuis l’arrivée au pouvoir d’Hassan Rouhani

Nouvelle vague d’assassinats d’état en Iran – plus de 1200 exécutions depuis l’arrivée au pouvoir d’Hassan Rouhani.

iran-executions-rouhani

15 et 14 Février 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via la page Face Book Fredon Messenger et le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Human Rights Activists News Agency ou HRANA: Un prisonnier a été pendu de la ville iranienne de Rasht (Nord de l’Iran) a rapporté le site du pouvoir judiciaire de la province de Gilan.

Ce prisonnier qui était âgé de 43 ans, avait été arrêté et condamné à mort pour des accusations liées à une affaire de trafic de drogue.

Le site de la magistrature et du pouvoir judiciaire de la province de Gilan, a déclaré que l’homme avait été pendu à huis clos dans la prison principale de la ville de Rasht, tôt dans la matinée le Dimanche 9 Février 2015. Les activistes qui animent la page Freedom Messenger tiennent à rappeler que depuis qu‘Hassan Rouhani est devenu le nouveau président de la « République Islamique d’Iran », plus de 1200 prisonniers ont été exécutés dans le pays.

- Deux prisonniers condamnés à mort pour des affaire de drogue, ont été exécutés dans la cour de la prison centrale de la ville d’Urmiyeh (Nord Ouest de l’Iran).

Selon le rapport parvenu aux militant-es et activistes de l’agence Iranienne de défense des droits humains HRANA, au cours de la matinée du Mercredi 3 Février 2015, deux prisonniers qui avaient été accusés pour des affaires de trafic de drogue, ont été exécutés par pendaison dans la cour de la prison centrale de la ville d’Urmiyeh.

Ces deux prisonniers qui étaient âgés respectivement de 30 et 37 ans, étaient originaires de la ville d’Urmiyeh . Au moment de la publication de ce rapport par les activistes du site HRANA, ces exécutions n’avaient toujours pas été rapportées par les médias officiels Iraniens.

- Un prisonnier, qui avait été accusé dans une affaire de trafic de drogue, a été exécuté par pendaison dans la prison Adel Abad de la ville de Chiraz (Sud de l’Iran).

Selon les premiers rapports parvenus aux militant-es et activistes de l’agence Iranienne de défense des droits humains HRANA, ce prisonnier qui a pu être identifié sous le nom d’Esmaeil Masoumi, et qui avait été accusé dans une affaire de trafic de drogue, a été exécuté par pendaison dans la cour de la prison Adel Abad de la ville de Chiraz, à l’aube du Mercredi 4 Février 2015 ,.

Ce prisonnier qui était âgé de 32 ans, était dans les couloirs de la mort de la prison de Chiraz depuis quatre ans. Cette exécution aussi, n’a pas encore été rapportée par les médias officiels iraniens.

Voir aussi sur: https://fa-ir.facebook.com/Freedom.Messenger
https://hra-news.org/en/2-prisoners-hanged-urmia-prison
https://hra-news.org/en/prisoner-executed-adel-abad-prison-shiraz

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Kurdistan Iranien suites des pressions accrues contre des militants syndicalistes

Kurdistan Iranien suites des pressions accrues contre des militants syndicalistes

mozafar-salehnia

Mozafar Salehnia

15 et 14 Février 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Human Rights Activists News Agency ou HRANA les pressions et menaces de toutes sortes venant de la part des forces répressives du régime totalitaire et anti ouvrier des Mollahs, continuent de pleuvoir sur nos camarades travailleurs dans le Kurdistan Iranien (Rojhelat): Notre camarade le militant syndicaliste et défenseur du droits des travailleurs Iraniens Mozafar Salehnia, a été convoqué au bureau du Ministère des Renseignements de la ville de Sanandaj, où il a été interrogé pendant plusieurs heures.

Selon les rapports parvenu aux militant-es et activistes du site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits humain HRANA , notre camarade militant syndicaliste Iranien, Mozafar Salehnia et membre du conseil de l’Union Libre des Travailleurs Iraniens, a été convoqué au bureau du Ministère des Renseignements à Sanandaj le 8 Février dans la matinée, où il a été interrogé de 12 h à 14 h (heures locales).

Mozafar Salehnia avait déjà été arrêté en Janvier 2011, avec son camarade de luttes Sharif Saedpanah. Ils avaient été finalement libérés après avoir passé deux semaines en « détention préventive ».

hatam-samadi

Hatam Samadi

- Une bonne nouvelle cependant le militant syndicaliste Iranien Hatam Samadi qui avait été arrêté la semaine dernière, a finalement été libéré.

Selon le rapport parvenu aux militant-es et activistes du site du collectif de l’agence HRANA, notre camarade militant syndicaliste Iranien Hatam Samadi, avait été arrêté sur son lieu de travail à Sanandaj par des agents en civil des forces répressives-*1, puis transféré vers un lieu de détention inconnu, le lundi 9 Février 2015.

Les agents locaux du bureau du Ministère des Renseignements de la ville Sanandaj, avaient confirmés sa détention aux membres de sa famille, par le biais d’un appel téléphonique. Ce membre des Comité de Coordination pour la Création d’organisations Libres des Travailleurs en Iran, a finalement été libéré le jour même, après avoir subi plusieurs heures d’interrogatoires.

Voir aussi sur : https://hra-news.org/en/hatam-samadi-labor-activist-released
Et sur : https://hra-news.org/en/12177
-*1 Relire sur : https://soliranparis.wordpress.com/2015/02/13/sanandaj-kurdistan-iranien-arrestation-du-militant-syndicaliste-hatam-samadi/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Prison Iranienne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,