Le militant syndicaliste enseignant emprisonné Rasoul Bodaghi à été transféré vers le Quartier numéro 7 de la prison d’Evin pourrait être condamné à une lourde peine de prison

Le militant syndicaliste enseignant emprisonné Rasoul Bodaghi à été transféré vers le Quartier numéro 7 de la prison d’Evin pourrait être condamné à une lourde peine de prison.

badagi Rasoul Bodaghi

3 et 7 Février 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA: Le professeur et militant syndicaliste enseignant emprisonné Rasoul Bodaghi, , a été transféré vers le Quartier numéro 7 de la prison d’Evin (Téhéran).

Selon les premiers rapports parvenus aux militant-es et activistes du site de l’Agence Iranienne de défense des droits humains HRANA le militant enseignant emprisonné Rasoul Bodaghi , un membre du Syndicat libre des enseignants Iraniens, a été transféré du Quartier numéro 7 de la prison d’Evin.

En Novembre 2015, M. Bodaghi, avait été maintenu pendant 5 mois en détention dans les Quartiers des cellules d’isolement du Bâtiment 2-A de la prison d’Evin, il fut ensuite transféré dans le Quartier numéro 8 de cette même prison.

En Juillet 2015, M. Rasoul Bodaghi a fait l’objet d’une plainte judiciaire ouverte contre lui, jugé peu de temps après, le « Tribunal » a fait requérir contre lui une peine de 6 ans de prison. Peu de temps avant en Mai 2015 il avait été transféré dans le Quartier des cellules d’isolement du Bâtiment 2-A de la prison d’Evin qui est sous le contrôle illégal des services de Renseignements spéciaux des « Gardiens de la Révolution » ou IRGC, où il a été maintenu en détention jusqu’en Novembre 2005 sans possibilités d’avoir des contacts avec l’extérieur. En outre Il convient de mentionner également qu’une nouvelle procédure judiciaire ouverte contre lui à la suite des interrogatoires qu’il a subis durant cette période, pourrait lui valoir d’être condamné à une peine de trois années supplémentaires de prison.

En plus de Rasoul Bodaghi, deux autres membres du Syndicat libre des enseignants Iraniens, Ali-Akbar Baghbaniet Esmail Abdi, ont eux aussi été accusés « d’Activisme syndical illégal » par le régime et sont toujours en détention. Dans le même temps on peut également signaler les cas de Mahmoud Beheshti Langroodi et de quelques autres de ses collègues militants syndicalistes qui avaient participé aux mouvements de grèves des professeurs l’année dernière. Qui bien qu’ils aient été récemment libérés sous cautions, restent toujours pour le moment dans l’attente de leur procès.

Enfin signalons aussi le cas d’Alireza Hashemi, le secrétaire général de l’Organisation nationale Iranienne des enseignants qui est toujours en détention, après avoir lui aussi été accusé de  » d’Activisme syndical Illégal ».

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/rasoul-bodaghi-transferred-ward-7-evin-prison

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Dernières nouvelles à propos du militant syndicaliste Iranien emprisonné Behnam Ibrahimzadeh

Dernières nouvelles à propos du militant syndicaliste Iranien emprisonné Behnam Ibrahimzadeh

Behnam2 Behnam Ibrahimzadeh

31 Janvier et 4 Février 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA: Notre camarade le militant syndicaliste et prisonnier politique Iranien Behnam Asad Ibrahimzadeh, actuellement détenu arbitrairement dans sinistre prison de Gohardasht Rajaee Shahr (Située dans la ville de Karaj-Province de Téhéran) , vient de passer sa 6ème année en prison. Alors que la première peine de cinq ans de prison à laquelle il avait été condamné précédemment aurait du prendre fin il y a quelques mois. Behnam vient d’apprendre par un courrier officiel qu’il allait devoir purger une autre longue peine de 7 ans et 10 mois et 15 jours de prison.

Selon un rapport parvenu aux militant-es et activiste du site du collectif HRANA, la Cour d’appel tribunal de Téhéran a condamné Behnam Ibrahimzadeh à une nouvelle peine de 7 ans et 10 mois et 15 jours de prison assortie d’une amende de 450 000 tomans . Il a été accusé par cette Cour d’appel de: « Collusion en vue de commettre des actes criminels contre la sécurité nationale et de porter atteinte à la politique étrangère du pays« . La sentence ce Tribunal en première instance était de 9 ans. Il convient de rappeler que Behnam finissait de purger une peine de 5 ans quand il a été jugé à nouveau par cette même Cour d’appel.

En outre dans un passage du jugement, les juges du Tribunal on allégué que Behnam aurait eu recours à un équipement téléphonique satellitaire et des Carte Paly pour transmettre des informations à l’extérieur. Alors même qu’il se trouvait à la date de ces allégations en prison. L’un des conseillers juridiques du collectif HRANA a déclaré  » Vu l’accumulation des accusations, il est quasiment impossible de prouver que Behnam Ibrahimzadeh a supposément organisé une Collusion en vue de préparer des actions contre la sécurité nationale, ce jugement est illégal car selon le nouveau code pénal Islamique en vigueur actuellement, pour ces infractions il n’aurait du être condamné qu’à une peine de moins de cinq ans »

Behnam Ibrahimzadeh qui est né en 1977, est un militant syndicaliste Iranien qui avait été arrêté une première fois en 2008 dans la ville d’Oshnaviyeh – Sine en Kurde ( Province de l’Azerbaïdjan Occidental Iranien), après avoir été accusé d’avoir peint des slogans « Anti révolutionnaires » sur des murs, et de « diffusion de textes et d’écrits de propagande contre le régime« . Il avait ensuite été arrêté une seconde fois le 1er mai 2009, avec quelques autres militants syndicaux et des militants défenseurs des droits civils du Mouvement des Mères du Parc Laleh. Puis libéré sous caution après avoir passé un mois en détention préventive.

Behnam a été arrêté une troisième fois le 12 Juin 2010. Après cette arrestation il a subi d’intenses pressions et des interrogatoires incessants pendant Quatre mois dans le Quartier des cellules d’Isolement de la prison d’Evin, il fut ensuite transféré dans la Section 350 de ce même centre de détention.

Behnam a ensuite été battu et grièvement blessé lors des journées du 17 et 18 Avril 2014 dans la Section 350 de la prison d’Evin à Téhéran, journées que les opposants Iraniens nomment maintenant le Jeudi noir d’Evin. Ce jour la les gardiens de la prison appuyés par des troupes anti émeutes spéciale, avaient lancé un raid d’une violence inouïe, contre les prisonniers de la Section 350 parce que ceux-ci protestaient contre des fouilles continuelles et intempestives de leurs cellules.

En représailles il fut placé à l’Isolement pendant 15 Jours avant d’être transféré dans la Section 209 de la prison d’Evin – Un bâtiment de cette prison qui est contrôlé illégalement par les Agents du Ministère des Renseignements et des services spéciaux « Gardiens de la Révolution » Ndr. Après avoir passé plusieurs mois dans cette Section, en Mai 2015 dernier il a été transféré illégalement dans la prison de Gohardasht Rajaee Sharh située dans la ville de Karaj.

A la suite de ces faits et pour sa participation présumée à ces incidents du Jeudi noir d’Evin et alors qu’il était pratiquement en train de terminer de purger une peine précédente de Cinq ans de prison, notre camarade Behnam Ibrahimzadeh à de nouveau été jugé en Décembre 2015 dernier par la Branche numéro 15 du « Tribunal Révolutionnaire » de Téhéran présidée par le sinistre « Juge«  Abu’l-Qasim Salavati  qui avait fait requérir à l’origine contre lui, une peine supplémentaire de 20 ans de prison (Dont 9 années et demi incompressibles), lors d’une parodie de procès durant laquelle Behnam n’a même pas eu le droit d’avoir un avocat de la défense de son choix. Cette peine a ensuite été réduite après un procès en seconde instances tenu auprès d’une Cour d’appel en une peine de 7 ans et 10 mois et 15 jours de prison.

Behnam Ibrahimzadeh souffre de graves problèmes de santé du à de l’Arthrite chronique et des tassements d’os de sa colonne vertébrale qu’il n’a pas pu faire traiter, parce qu’on lui a refusé plusieurs fois de bénéficier de mises en liberté provisoires , selon les procédures dites de « Congés médicaux » qui auraient pu lui permettre de se faire soigner de manière mieux appropriée dans un hôpital à l’extérieur de la prison. Alors que son fils Nima est atteint d’une leucémie en phase terminale on lui a également refusé à plusieurs reprises ses demandes de permissions de sorties provisoires pour qu’il puisse aller lui rendre visite. Du reste du fait des grandes difficultés financières de sa famille et à cause des longues distances entre le lieu de résidence de celle-ci et la prison où Behnam est actuellement enfermé, il se retrouve pratiquement privé des visites hebdomadaires de ses proches.

Les harcèlements et les pressions de toutes sortes contre notre camarade Behnam Ibrahimzadeh n’ont pas cessés non plus, depuis qu’il a été transféré dans la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Shahr, il a été plusieurs fois changé de cellule et a passé plusieurs semaines en Quartier d’isolement, tout en subissant des menaces et des brimades quasi quotidiennes de la part des gardiens et d’un Directeur d’une des Section dans laquelle il avait été placé. Il se trouve actuellement enfermé dans le Quartier numéro 10 de cette prison qui est considérée comme l’une des plus dures et des plus insalubres du pays.

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/report-latest-status-behnam-ibrahimzadeh
Sur toutes les souffrances subies par notre camarade Iranien Behnam Ibrahimzadeh , relire en anglais sur le site du Collectif de l’Agence de défense des droits humains Iranienne HRANA: Behnam Ibrahimzadeh Transferred to Ward 1 of Rajai Shahr…
Behnam Ibrahimzadeh Deprived Of Proper Medical Treatment
Behnam Ibrahimzadeh is on Hunger Strike
No Information about Behnam Ibrahimzadeh after 22 Days
Behnam Ibrahimzadeh Sentenced To 7 Years And 10 Months In…

behnam-ebrahimzade4behnam-ebrahimzade5Ci dessous documents sur le jugement arbitraire dont est victime notre camarade Behnam Ibrahimzadeh sources: site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA.

Behnam

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

En Iran, on pend, on torture, on emprisonne, mais y a du fric ! communique de camarades syndicalistes cheminots.

En Iran, on pend, on torture, on emprisonne, mais y a du fric ! communique de camarades syndicalistes cheminots.

pepy-rouhani1
Parodie éhontée d’un « Une » d’un de nos médias « économiques » Français, comme ont dit l’argent qui rentre dans « nos caisses » n’a pas d’odeurs , même si celui ci se fait sur les souffrances d’autres peuples. Et des couches ouvrières et populaires Iraniennes les moins aisées en particulier.

29 et 30 Janvier 2016 nouvelles qui nous ont été envoyé par mail, par des Camarade syndicalistes Cheminot-es que nous remercions grandement au passage.

-Le président iranien est venu à Paris faire ses courses. Le gouvernement français et les hommes d’affaire ne s’effarouchent pas du sang qui coule des mains des tyrans. Guillaume Pepy est fier d’annoncer que la SNCF va « apporter son soutien au projet de restructuration des chemins de fer iraniens ». L’Iran refuse de reconnaitre les syndicats, emprisonne et torture celles et ceux qui s’organisent pour défendre leurs droits, … Et les patrons de la SNCF sont fiers d’apporter leur soutien aux restructurations.

Guillaume Pepy – le directeur de la SNCF –Ndr, se distingue en annonçant aussi « le jumelage de gares françaises et iraniennes ». Cheminot-es et usagers de la SNCF pourront-ils suivre en direct les pendaisons et les tortures ? L’Iran c’est plus de 10 pendaisons chaque semaine, des syndicalistes arrêtés chaque jour, …

Alternative Libertaire soutient les organisations d’exilé-es qui ont organisé, avec plusieurs syndicats français, des rassemblements lors de la visite à Paris du président iranien ; nous appuyons leurs actions de solidarité internationale, qui passe notamment par l’information sur la réalité du régime iranien : www.iran-echo.com   https://soliranparis.wordpress.com/

Les cheminots et cheminotes du Rail déchaîné disent tout leur dégoût mais aussi leur révolte face à l’attitude des dirigeants de la SNCF qui piétinent les droits humains les plus élémentaires. Nous appelons à refuser ces jumelages honteux, à en construire d’autres, entre syndicats français et les associations de travailleurs et travailleuses  d’Iran.

Voir aussi sur: http://leraildechaine.org/post/138226204265/en-iran-on-pend-on-torture-on-emprisonne
Et sur le site d’AL: http://www.alternativelibertaire.org/?Iran-Hassan-Rohani-ami-du-business
Ce blog est réalisé par les militantes et militants d’Alternative libertaire travaillant dans le secteur ferroviaire.
Pour les contacter : rail@alternativelibertaire.org

-Quand Nos Vrp’s locaux au service du régime de Rouhani font des heures sup’ sur les chaines Françaises mention spéciale à BFM TV et à son invité le cas de Pathologie politique Thierry Coville.

coville-vrpderouhani

Note Soliranparis: voila une position de ces camarades cheminot-es d’A.L qui nous fait plaisir à lire. Surtout quand on voit le défilé permanent de VRP’s du régime théocratique, fasciste, et anti ouvriers d’Hassan Rouhani et d’Ali Khamenei, auquel nous avons été obligé d’assister sur une majorité des médias mainstreams Français lors de la visite de Rouhani la semaine dernière, et ou force et de constater qu’une fois de plus mis à part quelques rares exceptions, nous avons vu bien peu de « Journalistes » de nos principaux médias oser évoquer devant leurs invités, les vagues d’exécutions de masse, de tortures dans les prisons Iraniennes, les atteintes perpétuelles aux droits des femmes et aux droits humains les plus fondamentaux, ou les attaques anti ouvrières et anti populaires de ce même régime de Rouhani . Et qu’ils n’ont eu de cesse pour une majorité d’entre eux de continuer à présenter celui-ci comme un « Modéré » et un « Réformateur ».

Des « Journalistes » Français qui n’ont du reste pas montré la moindre once de Solidarité avec leurs confrères Journalistes Iraniens, alors que plusieurs dizaines d’entre eux sont pourtant emprisonnés la bas, pour avoir simplement tenté de faire leur travail*1 ce qui est pour nous d’autant plus choquant quand on sait qu’ils ont pour certains été condamnés à des lourdes peines de prison. Comme c’est le cas par exemple pour le caricaturiste de presse Iranien Hadi Heydari pour un dessin où il n’avait fait qu’exprimer sa solidarité avec les victimes des attentats commis par les milices fascistes et obscurantistes de Daesh à Paris en Novembre 2015 dernier

Une Mention spéciale donc à BFM TV qui n’a rien trouvé a faire qu’inviter l’un des pires laquais et VRP’s au service du régime des Mollahs en la personne de Thierry Coville un « chercheur » de l’IRIS et « Spécialiste de l’Iran » autoproclamé, également professeur à l’école de commerce Novancia où il enseigne la « macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays ». Et dont le principal boulot depuis des années, consiste surtout et essentiellement à faire avec un zèle inégalé le chargé de com du régime des Mollahs.

Pour situer un peu ce Thierry Coville , celui-ci fait également parti de multiples lobbies Français Pro régime des Mollahs*2 et non des moindres tels que le Cercle Iran Economie , et l’Association d’amitié France-Iran, une association au sein laquelle on retrouve dans ses dirigeants et principaux adhérents nombre d’aficionados notoires du régime de Téhéran et grand habitués des réceptions annuelles de l’ambassade de la « République Islamique » à Paris tels que: les sénateurs Aymeri de Montesquiou et Philippe Marini,la sénatrice Nathalie Goulet, François Nicoullaud, un ancien ambassadeur de France en Iran, Dominique de Villepin, l’ex député et bras cassé barbouzard UMP Didier Julia, le géographe Bernard Hourcade, feu le directeur général du groupe Total Christophe de Margerie, ou encore le « Journaliste » du Figaro George Malbrunot.

On ne sera donc pas étonné non plus de retrouver ce même Thierry Coville dans le « Conseil scientifique » de l’Académie Géopolitique de Paris une école d’étude en géopolitique privée de luxe et très complaisant « Think tank » avec les régimes totalitaires de Syrie et d’Iran *3, proche des réseaux du député « les Républicains » ex UMP Jacques Myard qui s’était illustré dernièrement en rendant une visite Embeded pour le moins choquante à Damas, où il fut reçu en grande pompe par dictateur sanguinaire Bachar Al Asssad.

– Vol au dessus d’un nid de Fachos et de conspis les drôles d’amis de Thierry Coville suite:

Ou quand les VRP’s  et soi -disant « Censurés » au service des régimes de Bachar et de Rouhani, ont pignon sur rue, jusque dans les salons dorés des bâtiments officiels plus grandes instances gouvernementales Françaises.

Une « Académie Géopolitique de Paris » qui organise régulièrement des « Colloques géopolitiques sur la situation au proche et moyen Orient » dans les salons feutrés de l’Assemblée nationale, du Sénat et même de la Sorbonne. Où outre de vielles ganaches militaires et autres barbouzes sur le retour, des diplomates et universitaires proches ou directement issus du régime Iranien, des propagandistes au service du régime de Bachar Al Assad, sont en plus régulièrement invités des activistes et des militants notoires de l’extrême droite Française et pire encore des fumeux et délirants « Théoriciens » bien connus des sphères conspirationnistes et complotistes qui sévissent sur internet. Et qui pour certains semblent avoir leurs ronds de cuirs attitrés au sein de ces drôles de « Colloques » depuis la date de la fondation de ce « Think Tank«  en 2000.

Leur dernier petit chouchou en date n’étant rien de moins qu’un autre activiste d’extrême Français droite bien connu du nom de Raphaël Belrand*fondateur du site Complotiste « Le Cercle des Volontaires » qui lui aussi a désormais ses entrées parmi les VIP’s des « Colloques » de ce très douteux « Think Tank ». Témoins cette longue interview accordée par Jacques Myard en personne au fondateur du Cercle des Volontaires en Février 2015. (Voir les captures d’écrans ci dessous). Cela en dit d’ailleurs assez long sur la « Crédibilité » politique de ce dernier et sur celle de ses amis de son « École » d’études géopolitiques.

académiegeopolitiquedeparis1académiegeopolitiquedeparis2Les amis de Thierry Coville et de son Académie Géopolitique de Paris dont il est « Conseiller scientifique » que du « Beau monde » en effet.

-*1 Voir aussi sur la liberté de la presse bafouée en Iran: https://hra-news.org/en/category/freedom-of-expression
https://www.iranhumanrights.org/category/issues/free-expression/
Committee to Protect Journalists: https://cpj.org/mideast/iran/
-*2 voir sur les « Think Tanks » ou grenouille Thierry Coville et sa bande de VRP’s au service du régime des Mollahs.
XXXX cercle-iran-eco.com/presentation-du-cercle/le-bureau/
XXXX strategicsinternational.com/qui sommes nous.pdf
-*3 relire l’article de Street Press consacré à cette trés spéciale Académie Géopolitique de Paris : Un député Ump Pro-syrienJacques MyardNdr, avait réuni tout ce beau monde, la secte Moon, l’Action Française et l’Ambassadeur d’Iran, invités à….. L’Assemblée nationale.
http://www.streetpress.com/sujet/1418638207-la-secte-moon-l-action-francaise-et-l-ambassadeur-d-iran-invites-l-assemblee
-*4 sur ce « Cercle des Volontaires » relire les articles parus sur les sites de nos camarades Antifascistes La Horde et Confusionnisme.info:
http://lahorde.samizdat.net/2014/12/02/petit-rappel-sur-ce-quest-le-cercle-des-volontaires/
http://confusionnisme.info/2016/01/18/le-cercle-des-volontaires-et-laurent-louis-en-mission-de-propagande-en-syrie/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, Exécutions publiques en Iran, executions sommaires en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Menées impérialistes du régime Iranien, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, VRP’s Francophones au service du régime totalitaire des Mollahs | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Deux nouvelles exécutions dans les villes de Yāsūj et Kermânshâh

Deux nouvelles exécutions dans les villes de Yāsūj et Kermânshâh.

executions17

27 janvier 2016 nouvelle qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights : Deux prisonniers dont les noms n’ont pas pu être identifiés, ont été pendus sur ordres des autorités Judiciaires iraniennes.

Selon le site de l’Agence médiatique de propagande Khabar Online, un prisonnier a été pendu dans la prison centrale de la ville de Yāsūj, au cours des premières heures de la journée du Dimanche 24 Janvier2016. Ce prisonnier dont le nom n’a pas pu être identifié par les activistes du site Iran Human Rights, aurait été exécuté pour des accusations de meurtre. Ce prisonnier avait été arrêté cinq mois avant son exécution dans la ville de Yāsūj. Une ville située dans la province iranienne de Kohgiluyeh et Boyer-Ahmad (Sud-Ouest de l’Iran).

Selon un autre rapport officiel publié par l’Agence Khabar Online, il a été signalé qu’un autre prisonnier avait été exécuté dans la ville de Kermanshah (Province du Kurdistan Iranien), ce prisonnier avait été condamné à mort, après avoir été accusé de l’assassinat présumé de l’Imam de la prière du Vendredi de la ville de Savojbolagh (Un comté situé dans la province de l’Alborz, au Nord de l’Iran). Cette exécution a ensuite été confirmée par le porte-parole du pouvoir judiciaire iranien Gholam Hossein Mohseni Ejei.

Selon les dire de Gholam Hossein Mohseni Ejei, ce prisonnier avait été également accusé et condamné à mort pour d’autres infractions. Mais toutes les informations sur la date et le lieu exact de l’exécution, l’identité et les autres infractions présumées commises par ce prisonnier n’ont pas été mentionnées, dans le rapport publié par l’Agence Khabar Online.

affaires-sordides

-Rassemblements contre la venue de Rouhani à Paris, Le mercredi 27 janvier, 2016 15H- 18 H ; Place de la République, Paris.

-Mise a jour: Changement de lieu et mise à jour du 25 Janvier 2016 (Envoyée par mail par les organisateurs et nos camarades de Solidarité Socialiste avec les travailleurs en Iran –SSTI)-Pour le second rendez-vous du jeudi 28 janvier qui aura lieu de 15 H 18 H – à l’Angle de la rue Vaugirard et de la rue Tournon (Face au sénat), paris 6 éme (Et non plus à Invalides comme annoncé précédemment) 

Voir aussi sur – Two unidentified prisoners have been hanged by Iranian authorities:
http://iranhr.net/en/articles/2435/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, executions sommaires en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Massacres de masse de prisonniers et prisonnières politiques Iranien-nes dans les années 80, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, VRP’s Francophones au service du régime totalitaire des Mollahs | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

A deux jours à peine de la visite officielle d’Hassan Rouhani à paris son régime fait encore exécuter 10 prisonniers dans les villes d’Urmiyeh et de Karaj

A deux jours à peine de la visite officielle d’Hassan Rouhani à paris son régime fait encore exécuter 10 prisonniers dans les villes d’Urmiyeh et de Karaj.

edammmmm

24 et 25 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA , une fois de plus une nouvelle triste illustration de la « Modération » et du « Réformisme » selon Hassan Rouhani  et la délégation de bourreaux de son régime qui seront pourtant reçus avec le tapis rouge par Messieurs les « Socialistes » François Hollande et Laurent Fabius les prochains 27 et 28 Janvier 2016 : Quatre autres prisonniers ont été exécutés dans la prison centrale de la ville de Karaj (Province de Téhéran).

Selon un rapport parvenu d’Iran aux militant-es et activistes du site du collectif HRANA, ces quatre prisonniers et condamnés à mort qui ont pu être identifiés sous les noms de : Seyed Hamid Hajian, Hossein Tootian Noosh, Mostafa Jamshidi et Mohsen Nasiri, ont été exécutés à huis clos par pendaisons dans l’enceinte de la cour de la prison centrale de la ville de Karaj, au cours des premières heures de la matinée du Mardi 19 Janvier 2016.

Tous ces prisonniers qui avaient été condamnés à mort après avoir été accusés d’infractions liées à des affaires d’usages et trafic de drogue. Avaient été transférés vers le Quartier des cellules d’isolement de la prison centrale de Karaj, au cours de la journée du Dimanche 10 Janvier 2016 dernier, en vue de la préparation de leurs exécutions.

Enfin il convient de noter que toutes les officines de propagande médiatiques d’État, ainsi que les sites internet des autorités Judiciaire et pénitentiaires de la Province de Téhéran, n’ont pour le moment publié aucunes informations officielles concernant ces quatre exécutions.

-Six nouvelles exécutions dans la prison de la ville d’Urmiyeh.

-24 et 25 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA : Six autres condamnés à mort ont été pendus à huis clos dans l’enceinte de la prison d’Urmiyeh, au cours des premières heures de la matinée du Mercredi 13 Janvier 2016.

Selon des rapports parvenus d’Iran parvenu d’Iran aux militant-es et activistes du site du collectif HRANA, ces six prisonniers avaient tous été condamnés à mort pour des affaires présumée d’assassinats

Les fonctionnaires provinciaux et les responsables de la haute autorité Judiciaire de l’Azerbaïdjan Occidental Iranien, n’ont encore pour le moment publié aucuns rapports officiels sur les affaires qui ont conduit aux exécutions de ces six prisonniers.

Note Soliranparis: à l’instar de nombre de nos camarades opposant-es et d’Organisation de défense des droits Humain Iranien-nes, nous considérons que toutes ces exécutions non-communiquées officiellement par les médias officiels d’État et les officines « Judiciaires » du régime, ne sont pas autre chose que des exécutions sommaires clandestines et occultées à dessein par ce même régime.

iranian-criminals

Voir aussi sur : https://hra-news.org/en/4-prisoners-hanged-central-prison-karaj-3
Et aussi sur : https://hra-news.org/en/6-prisoners-hanged-urumieh-prison

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, executions sommaires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Massacres de masse de prisonniers et prisonnières politiques Iranien-nes dans les années 80, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Atena Farghadani ne sera pas condamnée pour les accusations d’adultère dont elle avait été la victime après avoir serré la main de son avocat lors d’une visite faite à sa cliente au parloir de la prison d’Evin

Atena Farghadani ne sera pas condamnée pour les accusations d’adultère dont elle avait été la victime après avoir serré la main de son avocat lors d’une visite faite à sa cliente au parloir de la prison d’Evin.

Atena-Farghadani1-1

21 et 25 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues par le biais du site de l’International Campaign for Human Rights in Iran : La dessinatrice, militante féministe et prisonnière politique Iranienne Atena Farghadani et son avocat, Mohammad Moghimi, ont été finalement acquitté-es par un autre tribunal, des accusations d’avoir eu ensemble des « Relations illégitimes et adultères », M. Moghimi avait été accusé de cette infraction, simplement parce qu’il avait serré la main d’Atena Farghadani, lors d’une visite faite auprès de sa cliente dans la prison d’Evin.

« Ma fille avait été mentalement très perturbée par cette accusation, mais elle est très heureuse car elle a entendu parler il y a peu, de cette procédure d’acquittement », a déclaré Mme Eshrat Ardestani la mère d’Atena Farghadani aux activiste du site de la Campagne Internationale Pour les Droits de l’Homme en Iran qui ont également appris que cette décision d’acquittement , avait été envoyée par courrier officiel à M. Mohammad Moghimi le 16 Janvier 2016 dernier.

Atena Farghadani, qui est toujours détenue dans la prison d’Evin en attente d’une prochaine décision d’une Cour d’appel à propos de la peine de prison de 12 ans à laquelle elle a été condamnée pour une caricature de parlementaires Iraniens qu’elle avait posté sur sa page Facebook personnelle, et M.Moghimi son avocat avaient été accusés d’avoir eu des « Relations illégitimes et adultères », après s’être serré la main en face de deux gardiens dans le parloir de la prison d’Evin le 13 Juin 2015. En Iran en effet, en vertu des lois de la « République islamique » il est illégal et passible de prison pour des personnes de sexe opposé de s’embrasser et de se toucher en public, sauf si elles sont liées par des liens familiaux proches ou par le mariage. Pour cette seule poignée de main M. Mohammad Moghimi avait été détenu en prison pendant quatre jours avant d’être libéré sous caution.

Finalement après un procès à huis clos devant la Chambre de la Direction générale numéro 1166 de la Cour pénale de Téhéran le 3 Octobre 2015 dernier, cette Cour présidée le juge Majid Sharifzad a décidé après délibération au début du mois de Janvier 2016 qu’ Aetna Farghadani et son avocat M. Mohammad Moghimi n’avaient pas enfreint la loi, ni attenté gravement à la « Morale Islamique ».

Atena Farghadani a reçu le prix du courage 2015 du Cartoonists Right Network International *1 une association Internationale de renom, défendant les droits des caricaturistes et dessinateurs de presse. Après que cet organisme ait appris qu’elle avait été condamnée à une peine de 12 ans de prison (Le procureur avait requis à l’origine contre elle une peine de 14 ans de prison)*2, pour un dessein qu’elle avait posté sur sa page Face Book, représentant des membres du Majlis – le parlement Iranien –Ndr et des autorités Judiciaires avec des têtes d’animaux. Dessein qu’Atena avait fait pour exprimer ses critiques contre un nouveau projet de loi sexiste, visant à interdire aux Iraniennes la stérilisation volontaire, et à restreindre à nouveau un peu plus leurs droits légitimes à l’accès à la contraception et au contrôle des naissances.

Le 10 Janvier 2015 Atena Farghadani a été condamnée à une peine de 12 ans de prison, après avoir été jugée par la Cour de 15éme Chambre du « Tribunal révolutionnaire » de Téhéran présidée par le sinistre « Juge » Abu’l-Qasim Salavati *3 pour les charges de: « Assemblage d’une collusion en vue de porter atteinte à la sécurité nationale »[…] « Insultes et diffusion de propos outrageants contre la personne du Guide Suprême » – l’Ayatollah Ali KhameneiNdr, « Propagande contre l’État » […] « Insultes contre le Parlement » […] « Insultes faites aux corps d’armée des Gardiens de la Révolution » ou IRGC. Pour des propos « Outrageants » qu’Atena aurait soi-disant tenu à des Agents des services de Renseignements de l’IRGC qui l’avaient interrogée , au cours des premières heures de sa garde de Garde à vue dans le Quartier 2A de la prison d’Evin.

« La Cour d’appel a décidé de réexaminer le cas de ma fille le 20 Décembre 2015 dernier, et nous attendons sa décision avec impatience. Je prie les autorités judiciaires de nous tenir plus rapidement au courant de leurs décisions à son encontre. Il a fallu sept mois pour qu’une Cour d’appel se penche sur son affaire, et cela va faire maintenant un mois que celle-ci aurait du nous annoncer sa décision de rejuger ma fille. Cette longue indécision, n’a pour but selon moi que de nuire à ma fille et à notre famille »: à conclu Mme Eshrat Ardestani la mère d’Atena Farghadani dans la déclaration qu’elle a donné aux journalistes et activistes du site de l’International Campaign for Human Rights in Iran.

Voir aussi : https://www.iranhumanrights.org/2016/01/atena-farghadani-lawyer-2/
-*1 voir sur: http://cartoonistsrights.org/jailed-iranian-artist-atena-farghadani-recipient-of-crnis-2015-courage-in-cartooning-award/
-*2 relire sur: https://soliranparis.wordpress.com/2015/05/29/la-dessinatrice-et-militante-feministe-iranienne-atena-farghadani-vient-detre-condamnee-a-une-peine-de-14-annees-demprisonnement/
-*3 le « Juge » Abu’l-Qasim Salavati est unanimement détesté par une large part de la population Iranienne pour sa vulgarité et la brutalité sans bornes de ses verdicts-voir sur: https://soliranparis.wordpress.com/?s=juge+salavati

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Artistes et musiciens persécutés en Iran, Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Lettre de 22 prisonniers politiques Kurdes Iraniens envoyée au Rapporteur spécial des Nation Unies désignant les responsables des violations des droits humains commises dans la prison de Gohardasht Rajaee Sharh

Lettre de 22 prisonniers politiques Kurdes Iraniens envoyée au Rapporteur spécial des Nation Unies désignant les responsables des violations des droits humains commises dans la prison de Gohardasht Rajaee Sharh.

Ramazan-Ahmad-KHRN

20 et 22 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via les sites Kurdes Rojhelat.info et Kurdistan Human Rights Networtk- KHRN : Un prisonnier politique Kurde originaire de la ville de Kobanê (Kurdistan syrien), M.Ramazan Ahmad Kamal, a écrit une lettre qui a été co-signée par 22 autres prisonniers Kurdes Iraniens, enfermés dans la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Sharh, détaillant les atteintes aux droits humains ordonnées contre les détenus de cette prison par les autorités de la République islamique d’Iran.

Des militants défenseurs des droits humains locaux, ont rapporté aux militants et activistes du site du réseau du Kurdistan Human Rights Networtk- KHRN, que Ramazan Ahmad Kamal, avait de nouveau été transféré vers la prison de Gohardasht Rajaee Sharh (Ville de Karaj) alors qu’il aurait dû subir une importante opération chirurgicale. Quelques jours avant ce nouveau transfert Kamal avait passé six jours dans le coma, après avoir été brutalement battu et passé à tabac par les matons de ce centre de détention. Une prison parmi les plus dures du pays et où les violences contre les détenus sont quasiment quotidiennes.

Ci-dessous voici la traduction en Français de la lettre écrite par Ramazan Ahmad Kamal co-signée par 22 autres prisonniers politiques de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh qui a été envoyée au Rapporteur spécial des Nations Unies, chargé des questions relatives aux atteintes aux droits de l’homme en Iran, lettre ouverte dans laquelle ils désignent comme responsables de ces atteintes aux droit humains , les responsables des forces de sécurité et du Conseil de la Magistrature de la République islamique d’Iran .

-Voici la lettre et le témoignage de ce prisonnier: Mon nom est Ramazan Ahmad Kamal ; Je suis originaire de la ville de Kobanê (Située dans le Kurdistan Syrien ou Rojava), j’ai été arrêté en 1999 sur le territoire Iranien près de la ville de Makó. Lors de mon arrestation les forces de sécurité n’ont tiré dessus et je fus atteint par cinq coups de feu qui m’ont causé de graves blessure au bras et au ventre, on m’a ensuite jugé et accusé d’appartenance au Parti des travailleurs du KurdistanPKK.

J’ai été détenu successivement dans les prisons de Mako, Qazvin, Ûrmiyeh, Gohardash Rajaee Shahr et Evin. A cause des suites de mes blessures, j’ai souffert de douleurs physiques horribles lors de tous ces transferts épuisants. Au cours des huit années que j’ai déjà passé en détention, j’ai dû subir deux graves interventions chirurgicales pour mes blessures au bras, mais comme celles-ci ont été suivies de complications, mon bras est depuis entièrement paralysé.

L’année dernière, j’en ai été réduit à me lancer dans une action de grève, pour protester contre les refus systématique de l’administration pénitentiaire à toutes mes demandes de soins complémentaires. Il y a quelques jours ils m’avaient enfin accordé une mise en liberté provisoire et un congé médical pour que je puisse me faire soigner dans un hôpital privé. Mais peu de temps avant ce transfert, les gardiens de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh ont fait irruption dans ma cellule pour me battre, leurs coups ont été si violents que je suis arrivé inconscient à hôpital où j’ai repris conscience après avoir passé six jours dans le coma, je porte d’ailleurs encore des traces visibles de coups au nez et sur la tête dues à ces violences.

Les autorités pénitentiaires Iraniennes continuant toujours de nier les violences que j’ai subies et toutes les tentatives qu’elles ont faites pour m’empoisonner. Je me vois dans l’obligation morale d’exprimer mes préoccupations auprès d’Organisations internationales de défense des droits humains, ainsi qu’auprès du rapporteur spécial des Nations Unies, au sujet des conditions inhumaines que moi et tous mes codétenus de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh subissons quotidiennement. Afin de dénoncer les crimes commis contre les prisonniers de cette prison, dont les responsables ne peuvent être que les autorités politiques et judiciaires de la République islamique d’Iran.

-Voici les noms des 22 prisonniers politiques de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh qui ont co-signés publiquement cette lettre pour appuyer le témoignage de Ramazan Ahmad Kamal :

1 Saeed Masouri 2. Saeed Shirzad 3. Zanyar Moradi 4. Loqman Moradi 5. Saleh Kohandel 6. Latif Hassani 7. Sahin ZoghiTabar 8. Reza Akbari 9. Khaled Hardani 10. Karim Maerouf Aziz 11. Pirouz Mansouri 12. Batid Shah Mohammadof 13. Omid Ghazian 14. Farid Azmoudeh 15. Hamzeh Sawari 16. Behzad Tarahomi 17. Vahid Asghari 18. Payman Arefi 19. Abolghasem Fouladwand 20. Masoud Arab Choubdar 21. Hoshang Rezayi 22. Irej Hatami.

Voir aussi sur : http://rojhelat.info/en/?p=8731
Relire aussi sur https://soliranparis.wordpress.com/2016/01/18/iran-le-prisonnier-politique-kurde-syrien-ramazan-ahmad-kamal-dans-le-coma-pendant-cinq-jours-apres-avoir-ete-passe-a-tabac-par-les-matons-de-la-sinistre-prison-de-gogardasht-rajaee-shahr/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

À l’occasion de la visite d’Hassan Rouhani en France -Campagnes de protestations contre les 37 ans de crimes perpétrés par la République Islamique d’Iran

À l’occasion de la visite d‘Hassan Rouhani en France -Campagnes de protestations contre les 37 ans de crimes perpétrés par la« République Islamique d’Iran »

rouhani-hollandevrpdesdictatures2

 21 Janvier 2016 appel qui nous a été envoyé par des amis et camarades opposants Iraniens et que nous relayons Ici: Hassan Rouhani, le président de la «République Islamique d’Iran », est invité par les autorités françaises pour effectuer une visite d’État en France. Le but de son voyage est de normaliser les relations politiques et commerciales avec la France et le reste de l’Europe. Il entend ainsi se forger une légitimité, malgré la violation permanente et systématique des droits des Femmes et de l’Homme, la participation du régime à des actes terroristes, la complicité avec les despotes de la région ainsi que comme source de complots dans le monde.

Les organisations, associations et militants de l’opposition iranienne à l’étranger, organisent une campagne de protestations pour dénoncer le terrible bilan du régime Islamique d’Iran, la répression féroce contre les dissidents et les militants syndicalistes, et la violation des droits de toutes les couches sociales. Ce régime a pendant ces 37 années de pouvoir, commis des atrocités envers toutes les différentes couches d’opprimés du pays : les femmes, les salariés, les militants syndicalistes et ouvriers, les intellectuels, les artistes, les enseignants, les écrivains, les journalistes, les étudiants, quelque soient leurs origines nationales, ethniques et religieuses ou leurs opinions politiques.

-A cette occasion, nous appelons toutes les personnes éprises de liberté et luttant pour :

La liberté, la démocratie ; L’égalité et la justice sociale ;L’égalité des droits entre les femmes et les hommes ;La séparation de la religion et de l’État (laïcité et sécularisme) ;Le respect des droits des travailleurs, et notamment ceux de faire grève et de former des syndicats indépendants du pouvoir ; Le respect des droits de toute la population selon le droit international ;L’abolition de la peine de mort, l’arrêt immédiat de la torture et tout agissement répressif contre les militants au niveau politique, national et culturel ;La liberté civique et politique inscrite dans la Charte universelle de droits de l’Homme. Dont l’autodétermination des peuples.

A se joindre à nous pour manifester leur solidarité avec la lutte du peuple iranien dans toute sa diversité. Nous invitons toutes les femmes et hommes épris de liberté à participer à cette campagne :

-Rassemblement, Le mercredi 27 janvier, 2016 15H- 18 H ; Place de la République, Paris.

-Mise a jour: Changement de lieu et mise a jour du 25 Janvier 2016 (Envoyée par mail par les organisateurs et nos camarades de Solidarité Socialiste avec les travailleurs en Iran –SSTI)-Pour le second rendez vous du jeudi 28 janvier qui aura lieu de 15 H 18 H – à l’Angle de la rue Vaugirard et de la rue Tournon (Face au sénat), paris 6 éme (Et non plus à Invalides comme annoncé précédemment)  voir carte ci dessous:

changementdelieu

 –Comité d’organisation de la campagne contre les 37 ans de répression en Iran, Paris

-Cette campagne est soutenue par (Premier Signataires) : Les organisations Françaises : Europe Écologie-Les Verts – EELV, France. Nouveau Parti Anticapitaliste – NPA, France Parti Communiste Français – PCF, France. Union syndicale Solidaires, France, CNT France. Plusieurs organisations Féministes & LBGT. Alternative Libertaire (AL), France.

Les organisations Iraniennes suivantes : Association culturelle Rojikurd. Association de défense des prisonniers politiques et d’opinions en Iran- ADPOI, Paris. Association des kurdes résidents en France. Alliance international du soutien des ouvriers iraniens-Paris. Association de soutien de défense de luttes du peuple d’Iran, Hanovre. Collectif des anarchistes et des anarcho-syndicalistes persanophone à Paris. Collectif des communistes d’Iran (Paris). Comité de contestation à la visite de Rouhani en France, Pays-Bas. Comité de défense de luttes du peuple iranien, Chicago. Comité anti-lapidation, Paris. Conseil provisoire des socialistes de gauche iranienne. Mouvement des républicains démocrates et laïques d’Iran (Comité de Coordination). Organisation de l’union des Fadais du peuple d’Iran. Organisation Rah é Kargar (La voie des d’ouvriers), Paris. Organisation populaire Kermandj de Khorasan, Londres. Parti démocratique du Kurdistan. Parti démocratique du Kurdistan d’Iran – comité de paris PDKI. Solidarité Socialiste avec les travailleurs en Iran SSTI, France.

Tract a télécharger pour diffusion sur le site de nos camarade et amis de Iran Echo  : http://www.iran-echo.com/echo_pdf/rassemblements_15112015_fr.pdf

rouhani-murderer (2)

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, Exécutions publiques en Iran, executions sommaires en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Massacres de masse de prisonniers et prisonnières politiques Iranien-nes dans les années 80, Menées impérialistes du régime Iranien, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Racisme du régime des Mollahs, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Rapport sur les récentes Luttes ouvrières en Iran

Rapport sur les récentes Luttes ouvrières en Iran.

iran10j

17 et 19 Janvier nouvelles parues sur le site de nos camarades et ami-es du site Communisme Ouvrier et que nous relayons ici : Informations sur les luttes ouvrières en Iran par nos camarades du Comité International de Solidarité Ouvrière – Iran, 10 janvier 2016 :

Rapport sur une semaine intense de protestations en Iran : des milliers de travailleurs dans la lutte

La dixième élection du Parlement Islamique et la cinquième élection des experts du parlement auront lieu le 26 février 2016. Les élections sous un tel gouvernement sont une farce. La population d’Iran rejette l’État islamique et toutes ses lois, son système judiciaire, son appareil répressif et ses crimes. La véritable revendication de la population c’est d’en finir avec tout ce système barbare à la Daesh. Les gens expriment leurs revendications par des protestations quotidiennes. Nous avons en Iran une société au bord de l’explosion. Les protestations ouvrières sont une arène permanente d’affrontement avec l’État islamique.

Chaque semaine, on a des nouvelles de protestations de milliers d’ouvriers dans différentes entreprises. Les protestations de milliers de travailleurs à Asaloove et dans l’industrie pétrochimique, protestations en chaîne dans les mines de Kerman et d’autres mines, au métro de Téhéran, aux industries de Fulad, des retraités et des dizaines d’autres protestations de travailleurs dans plusieurs villes, donnent une image claire de l’état du mouvement de luttes des ouvriers. Le véritable mot d’ordre des travailleurs dans ces protestations est de dire non à la République Islamique et à sa farce des élections. Plus d’un millier de personnes qui ont perdu leurs économies au complexe Shandiz Phenomenon se sont rassemblées devant le ministère des affaires internes avec pour slogan : « les victimes du complexe Shandiz Phenomenon ne voteront pour aucun des candidats ». C’est une déclaration claire des protestations des ouvriers et de la population à travers le pays.

-Présentations d’une sélection de lutte des travailleurs la semaine dernière :

-Travailleurs de la pétrochimie à Bandar Khomeini, 10 janvier 2016 : Environ 600 travailleurs intérimaires et précaires de l’unité pétrochimique de Bandar Khomeini se sont rassemblés dans la matinée devant le bureau de l’employeur de la « région spéciale ». Les discriminations salariales entre travailleurs permanents et travailleurs précaires et l’absence de garantie pour l’emploi sont les raisons de cette protestation.

-Enseignants, 10 janvier 2016 : Un groupe d’enseignants et d’éducateurs de l’école maternelle de Nehzat Savad Amoozy s’est rassemblé devant le parlement. Ils ont revendiqué une garantie de réemploi. Les enseignants d’écoles maternelles se sont rassemblés plusieurs fois pour cette revendication et demande d’intégrer le système scolaire. Les enseignants d’écoles maternelles de Gilan se sont également rassemblés devant le bureau du gouverneur le 8 janvier 2016.

-Travailleurs de l’aciérie de Khayam, 9 janvier 2016 : 70 travailleurs licenciés de l’usine Khayam Fulad Neishpoor (aciérie) se sont rassemblés devant le bureau pour l’emploi de Neispoor pour revendiquer leur réembauche.

-Travailleurs de la céramique : Les travailleurs de la céramique d’Ispahan et de Niloo se sont rassemblés à plusieurs reprises devant les bureaux du gouverneur pour dénoncer les licenciements et les salaires impayés.

-Les travailleurs de l’usine Khazar Yek ont manifesté pour protester contre deux mois de salaire impayé, le non-paiement de la prime de nouvel an et le non-paiement des primes de l’année dernière.

-Etudiants de l’industrie pétrolière, 7 janvier 2016 : Les étudiants de la faculté de l’industrie pétrochimique d’Ahvaz ont organisé un sit-in suite à l’annulation de leurs promesses d’embauche par le ministère du pétrole. Un autre rassemblement a été organisé à l’université d’Abadan sur la même question.

-Travailleurs communaux, 7 janvier 2016 : Les travailleurs municipaux de différents services à Kangavar se sont rassemblés devant le bureau du gouverneur pour demander le paiement de plus de trois mois de salaires impayés.

-Travailleurs précaires d’Asaloove, 7 janvier 2016 : Les travailleurs intérimaires des Phases n°22 et n°24 d’Asaloove se sont rassemblés pour le paiement des salaires. Cela fait une semaine que ces travailleurs luttent pour cette revendication. Les ouvriers de la Phase n°19 de la compagnie Boland Tabaqe ont également manifesté contre les retards de paiement des salaires.

-6 janvier 2016 : Un groupe d’ouvrier de l’usine Diar Khodrow (automobile) à Golpayegan se sont rassemblés pour demander le paiement de quatre mois de salaires en retard. Les travailleurs de Sadra à Bouchehr ont aussi manifesté contre les retards de salaire. Un groupe d’ouvriers de l’usine Ditako Gazran (emballage alimentaire) s’est aussi rassemblé contre les retards dans le paiement des salaires.

-5 janvier 2016 : Rassemblements de protestation des ouvriers de la compagnie des eaux Worsak à Chabahar pour le paiement de 6 mois de salaires en retard ; des mineurs de charbon d’Alborz Sharghi pour le paiement de deux mois et demi de salaires en retard ; et d’un groupe de travailleurs précaires du métro de Téhéran devant le Conseil Municipal pour le paiement de deux mois de salaires en retard.

-Victimes des fraudes du projet gouvernemental de logement : Plus de 400 personnes qui ont perdu leurs économies dans le complexe Shandiz Phenomenon ont protesté devant le tribunal boulevard Sajedi (Téhéran), à côté du centre Kevan. Elles se sont aussi rassemblées devant les bureaux du gouverneur à Tabriz, Ispahan, Mashhad et Kermanshah. Parmi les slogans, « nous ne voterons pour personne » et « nous n’avons entendu que des mensonges ».

-4 janvier 2016 : Rassemblement des travailleurs du transport à Ilam pour protester contre le non-paiement des salaires et des heures supplémentaires de nuit. Les travailleurs de la compagnie de l’eau à Kermanshah ont manifesté contre deux mois de retard dans le versement des salaires, et les travailleurs précaires de la télécommunication se sont rassemblés à Sanandaj pour le paiement des salaires.

-Travailleurs de la pétrochimie d’Ispahan : les travailleurs de la pétrochimie d’Ispahan se sont rassemblés le 3 janvier 2016 devant le bureau du gouverneur pour dénoncer les menaces pour leurs emplois.

-Mineurs : Le 2 janvier 2016, plus de 2000 mineurs de la ville de Koohbanan dans la province de Kerman se sont mis en grève pour protester contre le non-paiement des salaires depuis trois mois lors d’une action concertée. Les travailleurs de la mine Hashooni à Koohbanan ont annoncé qu’ils se joindraient à la grève. Les travailleurs de la mine Zemestan Ouest au Golestan sont aussi entrés en grève et se sont rassemblés devant le bureau du gouverneur. Ces luttes se poursuivent.

Comité International de Solidarité Ouvrière – Iran, 10 janvier 2016

-Shahla Daneshfar contact Shahla_daneshfar@yahoo.com
Voir aussi sur : https://communismeouvrier.wordpress.com/2016/01/17/luttes-ouvrieres-en-iran-10-janvier-2016/#more-61549
Lire aussi sur : https://bataillesocialiste.wordpress.com/2016/01/01/iran-a-new-chapter-in-workers-protests/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Droit sociaux bafoués en Iran, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Iran le prisonnier politique Kurde syrien Ramazan Ahmad Kamal dans le coma pendant cinq jours après avoir été passé à tabac par les matons de la sinistre prison de Gogardasht Rajaee Shahr

Iran le prisonnier politique Kurde syrien Ramazan Ahmad Kamal dans le coma pendant cinq jours après avoir été passé à tabac par les matons de la sinistre prison de Gogardasht Rajaee Shahr.

ramezan-ahmad-komal1

13 et 17 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA ainsi que la page Face Book d’opposition Freedom Messenger: Le prisonnier politique Ramazan Ahmad Kamal un détenu Kurde d’Origine Syrienne, qui était censé être envoyé à l’hôpital pour traitement, après avoir été violement battu et passé à tabac par les gardiens de la sinistre prison de Gogardasht Rajaee Shahr (Ville de Karaj – Province de Téheran) s’est retrouvé dans le coma. Il est sorti de cette période de coma qui a duré cinq jours qu’après avoir été transféré d’urgence dans les services de réanimation de l’hôpital « Imam Khomeiny » de Téhéran.

Selon un rapport récent parvenu aux militant-es et activiste du site du collectif HRANA. M.Bahman Ahmadi Amoli, un journaliste et ancien compagnon de cellule qui avait été détenu avec M.Ramazan Ahmad Kamal, a annoncé et écrit le 7 Janvier 2016 sur sa page FB personnelle : « Il est resté inconscient jusqu’au Mercredi 6 Janvier 2016, au moment où j’écris ces quelques lignes, il est toujours extrêmes faible, mais selon le premier médecin qui l’a traité à l’hôpital Sasan, il se porterait mieux même si son niveau de conscience reste très fragile ».

Ramazan Ahmad Kamal s’était retrouvé dans le coma, après avoir été violemment battu et passé à tabac par des matons de la sinistre prison de Gogardasht Rajaee Shahr. Cet incident a été également rapporté par un certain nombre d’autre prisonniers de cette même prison de la ville de Karaj qui rappelons-le est considérée, comme l’une des pires et des plus dures du pays.

Contrairement à ce qui avait été annoncé plus tôt par les autorités pénitentiaires de Karaj, des responsables de l’hôpital Sasan avaient tout d’abord refusé son admission, et ce n’est que par la suite qu’il fut admis d’urgence à l’hôpital « Imam Khomeiny », les violences des gardiens contre Ramazan Ahmad Kamal ne sont pas une première dans cette prison de Gogardasht Rajaee Shahr, de nombreux autres cas de violences graves commises par des matons contre des prisonniers détenus dans cette prison ont déjà été signalés par le passé dans de nombreux rapports documentés d’Organisations de défense des droits humains Iraniennes et Internationales.

Ramazan Ahmed Kamal avait été arrêté en 2008. Lors de son arrestation il avait été gravement blessé par cinq balles qui l’avaient touché au bras droit. Bien que son bras droit ait été sévèrement endommagé Ramazan n’a jamais pu bénéficier de traitements médicaux sérieux. Il a également souffert de nombreuses infections dues à ces blessures qui lui ont causé une atrophie totale de son bras droit.

Ramazan Ahmed Kamal, est un prisonnier politique Kurde Syrien originaire de la ville de Kobanê. Il avait été capturé en 2008 lors d’un séjour en Iran, jugé après une parodie de procès, il fut ensuite condamné à une peine d’emprisonnement de 10 ans, pour son appartenance au Parti des Travailleurs du Kurdistan de Turquie – PKK. Depuis les débuts de son incarcération, il a été successivement transféré dans les prisons de Mahābād (Kurdistan Iranien), d’Evin, Qazvin et Gogardasht Rajaee Shahr (Province de Téhéran).

Kamal2

Voir aussi sur : https://hra-news.org/en/ramazan-ahmad-kamal-beaten-prison-guards-went-coma
Et sur les refus de soins systématiques de l’administration pénitentiaire Iranienne à l’encontre de ce prisonnier politique Kurde: https://hra-news.org/en/ramazan-ahmad-kamal-still-deprived-proper-medical-treatment

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Racisme du régime des Mollahs, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Province de Mazandaran nouvelle exécution publique dans la vile de Surak vidéo

Province de Mazandaran nouvelle exécution publique dans la vile de Surak vidéo.

surak-execution3

15 et 17 Janvier nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA: Un prisonnier qui avait été condamné à mort après avoir été impliqué dans une affaire d’assassinat présumée, et qui n’a pu être qu’identifié que sous les seules initiales de A.B a été pendu en public le Lundi 4 Janvier 2016, sur le boulevard Goharbaran dans la ville Surak – une ville située dans la province de Māzandarān au Nord de l’Iran.

Ce rapport et cette nouvelle vidéo (Voir ci-dessous) transmise aux militant-es et activistes du Collectif HRANA montre comment s’est passée cette exécution publique et nouvelle mise en scène macabre organisée par les bourreaux à la solde du régime totalitaire et fasciste d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani.

Les militant-es et activiste du site du collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humain HRANA News Agency ont publié un nouvel appel invitant à nouveau les citoyens Iranien à participer à améliorer l’accès à l’information sur la situation désastreuse des droits de l’homme en Iran, en envoyant des observations, des photos, des vidéos et des documents à l’e-mail: info@hra-new ou sur la page Facebook d’HRANA

Notes Soliranparis : à l’approche des dates de la prochaine visite du dictateur Iranien soi-disant « Modéré et réformateur » Hassan Rouhani qui sera reçu en grande pompe à l’Élysée, les 27 et 28 Janvier 2016 prochain par le président paraitrait-il « Socialiste et de gauche » François Hollande et son ministre des « Affaires étrangères » Laurent Fabius.

Nous invitons toutes nos lectrices et tous nos lecteurs, ainsi que tous-tes nos ami-es militant-es luttant contre la peine de mort en France et dans le monde à diffuser le plus largement possible dans leurs réseaux de luttes et sur leurs réseaux sociaux ces deux dernières vidéos-*1 de ces mises en scènes macabres d’exécutions sommaire publiques organisée par les bourreaux criminels à la solde du régime de Rouhani.

L’impunité et les complaisances pour les représentants de régimes totalitaires tels que celui de criminels contre l’humanité que sont Khamenei et  Rouhani, ainsi que celles complices de tous leurs amis réactionnaires à la petite semaine, regroupant un paysage politique nauséabond allant de la Complosphère 2.0 à l’extrême droite la plus fasciste et jusqu’à une certaine « Gauche Altermondialiste » Francophone campiste et dévoyée  que nous appelons ici les VRP’s Occidentaux au service des régimes totalitaires*2, n’ont que trop durées !!!

Voir aussi sur : https://hra-news.org/en/video-footage-public-execution-surak-city-northern-iran
https://www.facebook.com/Hranews
-*1 Voir sur : https://www.youtube.com/watch?v=sovVhmRKWec
https://www.youtube.com/watch?v=YawdehiMiMk&feature=youtu.be
-*2 Relire les articles suivants dans nos publications à ce sujet sur :
https://soliranparis.wordpress.com/tag/vrps-de-la-dictature-iranienne/
https://soliranparis.wordpress.com/tag/campistes-nationaux-stalinoides-pros-dictatures/
https://soliranparis.wordpress.com/tag/vrps-occidentaux-du-regime-de-khamenei/
https://soliranparis.wordpress.com/tag/complices-de-la-dictature-iranienne/

surak-execution-2

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Exécutions publiques en Iran, executions sommaires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Londres 27 Janvier rassemblement devant l’ambassade Française pour protester contre la venue d’Hassan Rouhani à Paris

Londres 27 Janvier rassemblement devant l’ambassade Française pour protester contre la venue d’Hassan Rouhani à Paris.

against-rouhani-visit

9 et 15 Janvier 2016 nouvelles qui nous ont été transmises par mail par un camarade que nous remercions au passage, nous signalant un rassemblement organisé à Londres le 27 Janvier 2016 prochain par des camarades Iraniens de l’Iranian Workers’ Solidarity Network ou IWSN.

Le président Hassan Rouhani sera en visite à Paris les 27 et 28 Janvier 2016. M.François Hollande président de la république Française et membre d’un parti « socialiste » et Laurent Fabius son ministre des affaires étrangères, seront là pour lui souhaiter la bienvenue à l’Élysée. Rejoignez-nous dans ce rassemblement que nous organisons le 27 Janvier 2016 devant l’Ambassade Française à Londres (Angleterre) pour protester contre la venue d’Hassan Rouhani à Paris , ainsi que pour condamner la reprise de ces relations « chaleureuses » entre les forces de la Bourgeoisie réactionnaire Iranienne du régime des Mollahs et celles au service de l’impérialisme français.

Lors de cette réunion entre le gouvernement d’Hassan Rouhani et celui de François Hollande, nous savons que seront surtout évoquées les poursuites d’accords et de coopérations commerciales diverses Franco-Iraniennes qui se chiffrerons en milliards d’euros, et que ceux-ci se feront dans le déni le plus total des revendications sociales des classes populaires Iraniennes et du Moyen Orient.

Nous sommes surs que lors de cette rencontre officielle entre Hassan Rouhani et le gouvernement Français, son président François Hollande ne posera pas une seule question à Hassan Rouhani sur la situation générale désastreuse des droits humains en Iran. Et encore moins sur les mesures répressives toujours plus brutales, prises à l’encontre des militants syndicaux et ouvriers Iraniens.

Nous savons que M.Hollande ne sera pas exigeant non plus sur les questions relatives aux violences subies par les militants ouvriers en Iran, et qu’il ne demandera pas qu’une autopsie soit pratiquée par une commission d’enquête Internationale indépendante , pour savoir ce qui est vraiment arrivé au militant syndicaliste Iranien Shahrokh Zamani décédé dans des circonstances suspectes, à l’intérieur d’une cellule de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh, le 13 Septembre 2015*1

Rejoignez ce Rassemblement afin qu’ensemble, nous puissions montrer notre solidarité avec les mouvements de luttes des travailleurs opprimés en Iran.

Page Facebook de l’événement: Rassemblement devant l’Ambassade Française- contre la visite officielle de Rouhani. French Embassy picket – Rohani’s official visit.

Date et lieu de rendez-vous: Le mercredi 27 Janvier, 2016 à 17:30 – Ambassade française, 58 Knightsbridge, Londres, SW1X 7JT.

Voir aussi sur – French embassy picket against Rouhani visit in France:
http://iwsn.org/2016/01/08/french-picket2/
-*1 Voir sur la mort suspecte de notre camarade syndicaliste Iranien Shahrokh Zamani : http://www.iranhumanrights.org/2015/09/shahrokh-zamani-death/

Soliranparis nomore@risup.net

Publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, executions sommaires en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Menées impérialistes du régime Iranien, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Azerbaïdjan oriental Iran vidéo où des enfants ont été obligés d’assister à une exécution publique dans la ville de Shabestar

Azerbaïdjan oriental Iran vidéo où des enfants ont été obligés d’assister à une exécution publique dans la ville de Shabestar.

Shabestar2

15 et 14 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA: Comme l’avait rapporté les journalistes d’ HRANA la semaine dernière*1 un prisonnier avait été pendu en public dans la ville de Shabestar (Située dans la province de l’Azerbaïdjan oriental).

Mais en plus du triste spectacle de l’exhibition de la privation du droit à la vie de cet homme, la partie la plus triste et la plus troublante de cette cérémonie macabre de pendaison publique, a été une nouvelle fois de plus la présence de nombreux enfants et de mineurs de moins de dix-huit ans qui avaient été « invités » par les autorités judiciaires locale à assister avec leurs parents à cette exécution.

Il convient de noter que nombre de ces enfants qui ont été obligé d’assister à ce genre de scènes violentes de pendaisons publiques au cours de ces dernières années, ne sont pas tous sortis indemnes psychologiquement de ce genre de mises en scènes morbides organisées par les bourreau du régime totalitaire des Mollahs.

De nombreux observateurs Iraniens travaillant sur les problèmes de l’enfance, ont rapporté et dénoncé plusieurs d’accidents graves d’enfants, dont certains sont morts avoir essayé de mimer ce genre d’exécutions, au cours de jeux d’enfants ayant mal tourné.

Selon ces observateurs, une grande majorité de ces jeunes enfants victime de ce genre d’accidents dû à ces « Jeux du pendu », avaient assisté ou avaient été des témoins directs d’exécutions publiques.

Voir aussi sur : https://hra-news.org/en/children-watching-public-execution-shabestar-video-footage
https://www.youtube.com/watch?v=YawdehiMiMk&feature=youtu.be
-*1 Relire sur : https://soliranparis.wordpress.com/2016/01/08/nouvelle-pendaison-publique-dans-le-nord-ouest-de-liran-sur-une-place-de-la-ville-de-shabestar/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Exécutions publiques en Iran, executions sommaires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Bulletin Écho d’Iran numéro 19 du SSTI répression et luttes sociales en Iran

Bulletin Écho d’Iran numéro 19 du SSTI répression et luttes sociales en Iran.

iran-echo

15 Janvier 2016 nouvelles qui nous ont été envoyées par mail par nos Camarades et amis du site Iran Echo- Solidarité Socialiste avec les Travailleurs en Iran et que nous relayons ici : Bonjour cher-es camarades de luttes. Vous trouverez ci-joint le bulletin PDF gratuit Écho d’Iran N° 19. Aidez nous à le distribuer le plus largement possible pour faire connaitre les luttes sociales et les résistances populaires contre le régime totalitaire et anti ouvriers de la « République Islamique d’Iran ». Dans ce numéro vous trouverez les articles suivants:

-Protestations ouvrières et répression d’État en Iran en 2015

-Le régime iranien contraint de relâcher provisoirement le syndicaliste Enseignant Mahmoud Beheshti Langroodi.

-Un Président iranien à Paris – a propos de la prochaine visite d’Hassan Rouhani à Paris le 28 Janvier 2015 prochain.

-Les ambitions régionales de la République Islamique d’Iran

-Nouvelle ruse du régime des Mollahs contre les salariés.

-La lettre du syndicaliste Iranien Mahmoud Salehi adressée aux syndicats français

-Iran: l’économie va souffrir selon le FMI.

Press TV, la chaine de Tv et machine de propagande du régime des Mollahs sur la sellette – ou comment cette chaine nationale de l’IRIIslamic Republic of Iran, s’est spécialisée dans les diffusions « d’aveux » et de « confessions » forcées de prisonnières et de prisonniers politiques, généralement obtenues par la violence ou la torture.

-La lettre des syndicats français solidaires des luttes de leurs camarades Iranien-nes à M. François. Hollande -Président de la république et à M. Laurent Fabius chargé du Ministère des Affaires Étrangères.

-La mort tragique et suspecte du syndicaliste Iranien emprisonné Shahrokh Zamani dans la prison où il était détenu.

L’ITF et la CSI protestent contre les harcèlements des militants syndicaux en Iran.

RFI : Le calvaire tragique des réfugiés Afghans en Iran! Racisme d’État ou comment le régime des Mollahs applique en pire les mêmes mesures discriminatoires et racistes que celles de l’UE à l’encontre des réfugiés Afghans séjournant en Iran.

-Répression contre des jeunes chômeurs et les travailleurs précaires en Iran.

-Les « morts silencieuses » et suspectes de prisonniers dans les prisons de la République Islamique d’Iran.

Ce dossier est téléchargeable dans le lien suivant: http://www.iran-echo.com/echo_pdf/echo19.pdf

La répression sera toujours plus forte si la solidarité reste divisée. La solidarité est un moteur essentiel de la lutte que chaque contribution, aussi petite soit elle, aidera à faire exister.

-Solidarité Socialiste avec les Travailleurs en Iran

http://www.iran-echo.com/
Adresse : S.S.T.I, 266, Ave Daumesnil, 75012 Paris – E-mail: sstiran@yahoo.fr

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, Exécutions publiques en Iran, executions sommaires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Racisme du régime des Mollahs, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Report des 12 exécutions qui avaient été programmés dans la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Sharh

Report des 12 exécutions qui avaient été programmés dans la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Sharh.

rajaishahr3

10 et 14 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights.:12 prisonniers qui avaient été condamnés à mort pour des affaires d’assassinats présumés auraient été transférés depuis leurs cellules dites « Classiques » de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh (Ville de Karaj-Province de Téhéran) vers celles du Quartier des cellules d’isolement, en vue des préparations de leurs exécutions.

Selon des sources proches des familles de ces détenus, les transferts de ces condamnés à mort ont eu lieu lors de la journée Samedi 9 Janvier 2016, et leurs exécutions sont programmées dans les jours à venir. Les sources des activistes d’Iran Human Rights et du RSI n’ont pour le moment que pu identifier les noms de deux prisonniers de ce groupe de 12 condamnés à mort qui s’appellent: Naser Karimnejad et Mehdi Kaheh.

Par ailleurs de leurs côtés, les militant-es et activistes du le site Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA ont pu identifier les noms d’autres prisonniers faisant parti de ce même groupe. Dont les noms sont les suivant: Hossein Moeini, Reza Teymouri, Javad Sadeghi, Ebad Mohammadi, Mostafa Ejlali, Sajjad Nemati et un certain Anoush (dont le nom de famille n’a pas pu encore être identifié avec certitude).

Une source locale qui a demandé de conserver l’anonymat pour des raisons évidentes de sécurité a déclaré aux activistes du site Iran Human Rights: « Six des prisonniers ont été transférés dans les cellules d’isolement du Quartier numéro 1 de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh, les six autres dans les cellules d’isolement des Quartier 6 et 2 de cette même prison ».

La même source a rajouté: «Cela va faire la troisième fois que Mehdi Kaheh est transféré en cellule d’isolement, en vue de la préparation de son exécution. Son exécution a été reporté à plusieurs reprises, après que les plaignants aient décidés de lui accorder ces sursis pour qu’il puisse avoir un peu de temps devant lui pour rassembler l’argent du « Prix du sang » *1 qui aurait pu faire stopper son exécution. Malheureusement la famille Kaheh n’a pas pu réunir toute la somme demandée par la famille des plaignants et par les juges, à cause de ce fait nouveau, cette demande de pardon qui aurait pu faire annuler l’exécution de Medhi n’a pas été accordée ».

La semaine dernière, toujours dans cette même prison de Gohardasht Rajaee Sharh, plusieurs rapport publiés par des Organisations Iraniennes et Internationales de défense des droits humains, avaient signalé les exécutions par pendaisons, de cinq autres prisonniers qui avaient eux aussi été condamnés à mort pour des affaires présumées d’assassinats.

-Mise à Jour du Vendredi 14 Juillet 2016 : Selon un rapport récent transmis aux activistes du site Iran Human Rights et du RSI, les exécutions planifiées de 12 prisonniers dans la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Sharh (Ville de Karaj –Province de Téhéran) auraient été reportées à la dernière minute.

Selon des sources proches de ces prisonniers, le Samedi 9 Janvier 2016, ces 12 prisonniers avaient été transférés depuis leurs cellules dites « Normales » vers celles du Quartier des cellules d’isolement, en vue de les préparer à leurs exécutions. Une autre source locale fiable qui a désiré garder l’anonymat pour des raisons évidentes de sécurité, a confirmé que l’ordre d’exécuter ces 12 prisonniers avait été reporté sur demande d’un Procureur général local.

Ces 12 prisonniers, auraient depuis lors de nouveau été transférés dans leurs anciennes cellules respectives, dans lesquelles ils doivent de nouveau attendre les prochaines décisions des juges quant aux sorts qui leurs serons réservés dans les semaines à venir

Voir aussi sur : http://iranhr.net/en/articles/2428/
Voir aussi sur : http://iranhr.net/en/articles/2422/
-*1 Selon la loi Iranienne les prisonnier condamné à mort dans des affaires de violences ou d’assassinats au titre de la loi de la Qisas. La loi du Talion en version régime des Mollahs-Ndr, peuvent faire des demandes de pardon auprès des familles de leurs victimes.
Les familles des victimes peuvent aussi demander une compensation en argent nommée le Prix du sang ou Diya (En Persan) et gracier l’auteur des faits s’il parvient à réunir la somme convenue par celles-ci (Cette somme s’élevait à environ entre 34 et 35 000 Euros il y a deux ans de cela et ce chiffre aurait changé depuis peu). Mais les parents ou les plaignants représentants les victimes, peuvent également refuser cette procédure du « Prix du sang » et dans ce cas la peine de mort est appliquée sans possibilité pour le condamné de faire appel.

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, executions sommaires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Deux autres prisonniers ont été pendus à Rasht dans le Nord de l’Iran

Deux autres prisonniers ont été pendus à Rasht dans le Nord de l’Iran.

executions6.

10 et 11 janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenue via le site Iran Human Rights: Deux prisonniers qui avaient été condamnés à mort pour des infractions liées à des affaires de drogues, auraient été pendus dans la prison centrale de Lakan située dans la ville de Rasht (Province de Gilan-Nord de l’Iran)

Un rapport publié par les services de presse des autorités Judiciaires de la province de Gilan, a affirmé et rapporté que ces deux exécutions avaient eu lieu au cours de la matinée du Samedi 9 Janvier 2016, dans ce rapport officiel les deux prisonniers exécutés n’ont été identifiés que par les initiales suivantes. V.A – 34 ans qui avait été condamné à mort pour l’achat et la possession de 87 grammes d’héroïne et A.T– 33 ans qui bien que sans antécédents judiciaires a été condamné à mort pour la possession de quatre Kilos et 960 grammes d’héroïne.

Les exécutions pour les délits et les infractions, liées à des affaires d’usages et de trafics de drogue continuent sans cesse d’augmenter en Iran, en dépits des efforts énergiques des Organisations de défense des droits humains Iraniennes et Internationales qui se battent depuis plus de trois décennies pour mettre fin à la peine de mort dans ce pays.

Voir aussi sur : http://iranhr.net/en/articles/2423/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, executions sommaires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Oppression et répression en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Kurdistan Iranien arrestation du journaliste réformateur Farzad Pourmoradi

Kurdistan Iranien arrestation du journaliste réformateur Farzad Pourmoradi.

farzad-purmoradi

10 et 11 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA: -Des sources locales ont rapporté la détention de M. Farzad Pourmoradi, un journaliste et militant politique réformateur dans la ville de Kermanshah (Province du Kurdistan Iranien ou Rojhelat).

Selon le rapport parvenu aux militant-es du site du collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits de l’homme HRANA, le militant et journaliste Kurde Iranien Farzad Pourmoradi a été arrêté le Dimanche 3 Janvier 2016 alors qu’il quittait sa maison. Il a ensuite été transféré vers un lieu de détention toujours inconnu. Peu de temps après son arrestation son domicile a été fouillé de fond en comble par des Agents des forces répressives Iranienne qui ont saisi plusieurs de ses documents ainsi qu’un certain nombre de ses biens matériels.

Une source locale bien informée a déclaré aux journalistes d’HRANA: « Il y a quelque jours alors que M. Pourmoradi, quittait son domicile avec son épouse et ses enfant, un véhicule s’est arrêtè, et six personne en sont sorties pour l’arrêter. Avant de l’embarquer ils ont fouillé sa maison et confisqué son PC, son téléphone portable ainsi que la Tablette informatique d’un de ses enfants ».

Selon cette source trois jours après son arrestation, L’épouse de M. Pourmoradi est toujours dans l’ignorance des charges retenues contre son mari, et des raisons officielles de son arrestation qui ne sont pas claires. Toutefois on a appris par la suite que M. Pourmoradi aurait été arrêté par des Agents spéciaux des services de Renseignements du corps d’armée des « Gardiens de la Révolution » ou IRGC.

Farzad Pourmoradi avait été récemment accusé par des Journalistes ultraconservateurs locaux de «Subversion et de division» pour avoir lancé dans le cadre de son travail de journaliste, une page de news avec l’application de messageries Telegram, où il avait publié plusieurs analyses personnelles à propos des prochaines élections législatives Iraniennes.

Farzad Pourmoradi est un journaliste et activiste politique réformateur qui avait été choisi par le parti d’Hassan Rouhani pour organiser et couvrir la campagne des onzièmes élections législatives Iranienne, dans la région de la province de Kermanshah.

Voir aussi sur : https://hra-news.org/en/journalist-arrested-kermanshah

Soliranparis@riseup.net

Publié dans Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Oppression et répression en Iran | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les autorités iraniennes ont fait pendre en trois jours au moins sept prisonniers dans le Nord-Ouest de l’Iran

Les autorités iraniennes ont fait pendre en trois jours au moins sept prisonniers dans le Nord-Ouest de l’Iran.

executions5

7 et 11 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenue via le site Iran Human Rights : Dans la matinée du Mardi 5 Janvier 2016, les autorités iraniennes auraient fait pendre trois prisonniers pour des accusations d’usages et de trafics de drogue. Le lendemain lors de la journée du Mercredi 6 Janvier 2016 un autre prisonnier aurait été pendu pour les mêmes accusations. Jeudi 7 Janvier 2016 trois autres prisonniers qui avaient été condamnés à mort la encore pour les mêmes accusations ont été exécutés. Ces sept prisonniers ont tous été pendus dans des prisons situées dans le Nord-Ouest de l’Iran.

Selon un rapport publié sur le site du service de presse de la Magistrature de la ville d’Ardebil, trois prisonniers qui avaient été condamnés à mort pour des infractions liées à des affaires de drogues, ont été pendus dans l’enceinte de la prison centrale d’Ardebil, au cours de la matinée du Jeudi 7 Janvier 2016. Les identités de ces trois prisonniers n’ont pas été mentionnées dans ce rapport officiel.

Ces trois prisonniers avaient été selon ce rapport condamnés à mort pour des charges distinctes : Transport et possession de deux Kilogrammes et 902 grammes d’héroïne. Transport et possession de 990 grammes d’héroïne et de 995 grammes de méthamphétamines. Transport et possession d’un Kilo et 80 gramme d’héroïne, de cristaux de méthamphétamines et de plusieurs dizaines de gramme d’opium et de marijuana.

Par ailleurs les militant-es et activistes du site de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA, ont rapporté que lors la journée du Mardi 5 Janvier 2016 trois autres prisonniers qui avaient été condamnés à morts pour des infractions liées à des affaires de drogues, ont été exécutés dans l’enceinte de la prison centrale de la ville d’Urmiyeh. Selon des sources locales les reporters d’HRANA ont pu obtenir les identités de ces prisonniers qui se nommaient : Farhang Horouyan, Haji Divaribadri, et Hamid Ghanbari.

Le collectif HRANA a rendu également compte dans un rapport, de l’exécution d’au moins un autre prisonnier qui a eu lieu lors de la journée du Mercredi 6 Janvier 2016, dans l’enceinte la prison centrale de la ville d’Hamedan. Ce prisonnier qui avait lui aussi été condamné à mort pour une affaire de drogue a pu être identifié sous le nom de: Mohammad Jamali Fashi. Selon d’autre témoignage recueillis par HRANA, il y aurait eu au cours de cette journée d’autres exécutions pratiquées dans cette même prison. Mais le nombre exact de celles-ci n’a pas pu encore être vérifié avec certitude.

Voir aussi sur http://iranhr.net/en/articles/2419/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, executions sommaires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Nord Ouest de l’Iran nouvelle exécution publique dans la ville de Khoya

Nord Ouest de l’Iran nouvelle exécution publique dans la ville de Khoya.

publicexecution3

11 et 10 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenue via le site Iran Human Rights : Au cours des premières heures de la matinée du Jeudi 7 Janvier, un prisonnier qui avait était condamné à mort pour des accusations de meurtre, aurait été pendu en public.

L’exécution été appliquée en public dans la ville de Khoya (Une ville située province Iranienne de l’Azerbaïdjan occidental), en présence d’une foule de résidents de cette ville encadrée par une force présence des forces répressives Iraniennes. «  L’Agence de presse » et de propagande du régime Azarnegah News a rapporté cette exécution avait eu lieu en public et identifié ce condamné à mort qu’avec les initiales de V.R.

Selon le rapport publié par l’Agence Azarnegah News, la condamnation à mort de ce prisonnier pour meurtre avait été émise par le « Tribunal pénal » de la province de l’Azerbaïdjan occidental Iranien et confirmée ensuite par la Cour suprême de la « République Islamique d’Iran ».

Voir aussi sur-Prisoner hanged in public in Northern Iran: http://iranhr.net/en/articles/2421/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Exécutions publiques en Iran, executions sommaires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Nouvelle pendaison publique dans le Nord Ouest de l’Iran sur une place de la ville de Shabestar

Nouvelle pendaison publique dans le Nord Ouest de l’Iran sur une place de la ville de Shabestar.

childrenpublicexecution

Des enfants et des mineurs de moins de 18 ans,  de nouveau obligés d’assister à une exécution publique en Iran sources des Images Iran Human Rights

7 et 8 janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le Iran Human Rights Nord-Ouest de l’Iran, une foule de résidents de la ville de Shabestar, comprenant des jeunes enfants et de mineurs et de moins de 18 ans, a été « invitée » par les autorités Judiciaires Iraniennes a assister à l’exécution publique par pendaison, d’un jeune homme qui avait été condamné à mort après avoir été accusé de meurtre.

Au cours de la fin de matinée du Jeudi 7 Janvier 2016, un prisonnier qui avait été condamné à mort pour des accusations de meurtre a été pendu en public . Selon un rapport publié par « l’Agence de presse » et de propagande d’État Tabnak News, ce prisonnier qui était âgé de 25 ans a été pendu sur une place de la ville de Shabestar (Une ville située dans la province Iranienne de l’Azerbaïdjan oriental).

Le rapport de cette « Agence de presse » d’État Iranienne, n’a bien sur pas mentionné le nom du prisonnier. Mais des rapports non officiels parvenus d’Iran, ont permis aux activistes du site Iran Human Rights d’identifier le nom de ce prisonnier qui s’appelait: Reza Jalili Alishahi.

Selon une vidéo et des photos récupérées par les militants et les activistes du site Iran Human Rights etdu RSI dans sa version en Persan *1 (Voir ci dessous en bas de l’article) lors de l’exécution Reza Jalili Alishahi, des jeunes enfants mineurs étaient présents parmi la foule qui a du rester sur place pour assister à cette d’exécution publique, du début à la fin de celle-ci.

Note Soliranparis, encore des faits qui contredisent les assertions et les déclarations d’un Mohammad Javad Larijani. Le « Secrétaire général du Conseil suprême Iranien pour les droits de l’homme » un « Organisme officiel » ou plutôt une coquille vide du régime qui siège pourtant à l’ONU, et qui a plusieurs fois affirmé devant des journalistes occidentaux. Que les jeunes enfants et mineurs de moins de 18 ans, n’avaient selon-lui plus le droit d’assister à des exécutions publiques en Iran: « Depuis plus d’une quinzaine d’année ».

Voir aussi sur- Young prisoner hanged in public in Northwestern Iran: http://iranhr.net/en/articles/2420/
-*1 voir sur: http://iranhr.net/fa/tv/209/
https://youtu.be/U08X_DFswVM

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Exécutions publiques en Iran, executions sommaires en Iran, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Huit prisonniers dont une femme ont été pendus dans le Nord de l’Iran

Huit prisonniers dont une femme ont été pendus dans le Nord de l’Iran.

executions4

7 janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights et celui du Kurdistan Human Rights NetworkKHRN : Cette semaine trois prisonniers qui avaient été condamnés à mort pour des infractions liées à des affaires de drogues, ont été pendus dans la ville de Nazarabad. Par ailleurs au cours des journées du 5 et 6 Janvier 2016 quatre hommes et une femme qui avaient été condamné-es à mort pour les mêmes chefs d’accusations, ont été pendu-es dans l’enceinte de la prison centrale de la ville de Tabriz.

Le Mercredi 6 Janvier 2016 le site internet du pouvoir Judiciaire de la province iranienne de l’Alborz a signalé les exécutions de trois prisonniers non identifiés dans la ville de Nazarabad. Selon les déclarations de Mohammad Ghaemi, le procureur de la ville de Nazarabad (Province de l’Alborz – située au Nord de Téhéran), Tous ces prisonniers avaient été condamnés à mort pour des infractions liées à des affaires d’usages et de trafics de drogues. Le rapport du procureur de la ville de Nazarabad, n’a par contre pas mentionné  les noms de ces prisonniers, la date de leurs exécutions, et s’ils avaient été pendus en public où dans l’enceinte de la prison où ils étaient enfermés.

Le même jour, le site du réseau du Kurdistan Human Rights NetworkKHRN a rapporté les exécution de quatre hommes et d’une femme dans l’enceinte de la prison centrale de la ville de Tabriz qui avaient été condamné-es à mort pour des affaires de drogue et de meurtre: un prisonnier qui a pu être identifié sous le nom de Mehdi Nasirtian aurait été pendu au cours de la journée du Mardi 5 Janvier 2016, le surlendemain le Mercredi 6 Janvier 2016 le KHRN a rapporté les exécutions dans la même prison de trois hommes et d’une femmes, dont les identités n’ont pas été relevées sur les médias d’État et les sites des autorités judiciaires Iraniennes.

Par la suite les militant-es et activistes du KHRN ont pu identifier les noms de ces prisonni-eres: Tofigh Mohammadfar, Hossein Zadegan Eskandar, Amir Ali Zadegan Eskandar (, le beau-frère d’Hossein Zadegan Eskandar), et Zahra Nemati (l’Épouse d’Amir Ali Zadegan Eskandar).

Aucune de ces exécutions ayant eu lieu lors des journées du Mardi 5 Janvier et du Mercredi 6 Janvier 2016 dans la prison centrale de la ville de Tabriz, n’ont été signalées par les sources officielles du régime, ni par les sites internet des autorités Judiciaires Iraniennes.

Voir aussi sur – Eight prisoners including a woman executed in Northern Iran:
http://iranhr.net/en/articles/2417/
Et sur: http://kurdistanhumanrights.org/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Exécutions publiques en Iran, executions sommaires en Iran, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Racisme du régime des Mollahs, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Vidéo des derniers mots d’un condamné à mort de la prison de la ville de Khorramabad

Vidéo des derniers mots d’un condamné à mort de la prison de la ville de Khorramabad.

mehdi-ranjkesh1

5 et 6 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA: L’exécution par pendaison d’un prisonnier, qui avait été condamné à mort pour des infractions liées à une affaire de drogue, a été appliquée dans la prison de la ville de Khorramābād (Province du Lorestan–Ouest de l’Iran)

Selon un rapport parvenu aux militant-es et activiste du site du collectif HRANA, le prisonnier qui a pu être identifié sous le nom de Mehdi Ranjkesh et qui avait été arrêté en 2010 puis condamné à mort pour des accusations de trafic de drogue , a été pendu à l’aube de la journée du Samedi 2 Janvier 2016.

Mehdi Ranjkesh a pu enregistrer une vidéo avant d’être transféré dans le Quartier des cellules d’isolement, dans laquelle il explique qu’il n’a jamais pu bénéficier de soins médicaux alors qu’il souffre de graves handicaps physiques et mentaux, et où il demande de l’aide pour que cesse les condamnations à mort en Iran pour les infractions liées à des usages de stupéfiants et des trafics de drogues.

Samedi dernier 2 Janvier 2016 trois autres prisonniers nommés Behrooz Amiri, Ali Hasanvand, et Rahman Kazemzadeh qui avaient eux aussi été condamné à mort pour des infractions liées à des affaires de drogues, ont également été exécutés par pendaisons dans la même prison de la ville de Khorramābād.

La vidéo en Persan avec les derniers mots de Mehdi Ranjkesh avant son exécution est visible ci-dessus et sur le lien ci-dessous :

Voir aussi sur https://hra-news.org/en/prisoner-hanged-khorramabad-prison-video-last-words

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, executions sommaires en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Mère Behkish n’est plus hommage à une mère courage Iranienne

Mère Behkish n’est plus hommage à une mère courage Iranienne.

Mother-Behkish-Mother-of-Khavaran-2

3 et 5 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site de nos camarades et ami-es du site Communisme Ouvrier et la page Face Book d’opposition Freedom Messenger et que nous relayons ici :

Mère Behkish , connue de tous les prisonniers politiques iraniens et de leurs familles, est morte ce Dimanche 3 janvier 2016 à son domicile à Téhéran. Dans les années 1980, cinq de ses enfants et son beau-fils, membres ou sympathisants des Fedayin, ont été tués par le régime islamique. Toute sa vie, elle a combattu pour dénoncer les crimes du régime islamique et maintenir vivante la mémoire de celles et ceux qui sont tombés victimes de la répression dans les années 1980 ainsi que le site des charniers de 1988 dans le cimetière de Khavaran où reposent deux de ses enfants.

Son beau-fils Siamak Asadian a été tué en 1981 lors d’un affrontement avec des agents du régime. Son fils Mohammad Reza a été tué en mars 1982 lors de son arrestation par les agents du régime islamique.

Sa fille ainée Zohreh, enseignante privée d’emploi pour son opposition au Shah, a été arrêtée le 25 août 1983 pour son appartenance aux Fedayin. Elle est morte peu après. Le corps n’a jamais été rendu à la famille et personne ne sait où elle a été enterrée.

Son fils Mohsen a été arrêté alors qu’il avait 21 ans en 1983 comme sympathisant des Fedayin. Il a été exécuté en mai 1985.

Son fils Mahmoud a été condamné à 10 ans de prison pour son engagement politique. Il avait purgé la moitié de sa peine lorsqu’il a été exécuté lors des massacres de masse des prisonniers politiques de 1988. Ali Behkish, son plus jeune fils, a été arrêté lorsqu’il avait 19 ans. Condamné à huit ans de prison, il a été exécuté lors des massacres de l’été 1988.

Mother-Behkish-Mother-of-Khavaran-3

mother-Bekish
Voir aussi sur : https://communismeouvrier.wordpress.com/2016/01/03/mere-behkish-nest-plus/#more-61169
Et aussi sur : https://www.facebook.com/Freedom.Messenger/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, executions sommaires en Iran, Massacres de masse de prisonniers et prisonnières politiques Iranien-nes dans les années 80, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Prison de Gohardasht Rajaee Sharh transferts de 10 condamnés à mort dans le Quartier des cellules d’isolement en vue de préparer leurs exécutions

Prison de Gohardasht Rajaee Sharh transferts de 10 condamnés à mort dans le Quartier des cellules d’isolement en vue de préparer leurs exécutions.

rajaishahr

4 et 5 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues par le biais du site Iran Human Rights : Au cours de la journée du Dimanche 3 Janvier 2016, au moins 10 condamnés à mort actuellement enfermés dans la sinistre prison Gohardasht Rajaee Sharh (Ville de Karaj –province de Téhéran) ont été transférés dans le Quartier des cellules d’isolement, en vue de la préparation de leurs exécutions.

Selon des sources proches de ces détenus, ces prisonniers avaient été condamnés à mort pour des affaires présumées d’assassinats.

Voir aussi sur -At Least 10 Prisoners Transferred to Solitary in Preparation for their Executions: http://iranhr.net/en/articles/2413/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, executions sommaires en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Nouvelle exécution publique dans le Nord de l’Iran

Nouvelle exécution publique dans le Nord de l’Iran.

publicexecutionnorthern-iran

Image et photo sources Iran Human Rights.

4 et 5 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights: Au cours de la matinée du Lundi 4 Janvier 2016, un prisonnier qui avait condamné à mort pour une affaire présumée d’assassinat, a été pendu en public dans une ville dans la province de Māzandarān (Nord de l’Iran).

Une source locale qui a demandé à rester anonyme pour des raisons évidentes de sécurité a pu identifier le nom de ce jeune prisonnier qui se nommait : Abbas Bazari Jamkhaneh. Les activistes du site Iran Human Rights et du RSI dans sa version en Persan*1 ont pu également se procurer des images de cette exécution publique.

Voir aussi sur – Prisoner hanged in public in Northern Iran: http://iranhr.net/en/articles/2414/
-*1 –More photos from the public execution: http://iranhr.net/fa/articles/2414/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Exécutions publiques en Iran, executions sommaires en Iran, Oppression et répression en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ville de Karaj liste des 27 prisonniers de consciences Sunnites condamnés à mort actuellement enfermés dans les couloirs de la mort de la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Sharh et dont les peines ont été confirmées par la Cour suprême Iranienne

Ville de Karaj liste des 27 prisonniers de consciences Sunnites condamnés à mort actuellement enfermés dans les couloirs de la mort de la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Sharh et dont les peines ont été confirmées par la Cour suprême Iranienne.

rajai-shahr-2

30 Décembre 2015 et 4 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA: La liste suivante regroupe les noms des 27 prisonniers de conscience Sunnites condamnés à mort qui sont actuellement enfermés dans les couloirs de la mort de la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Sharh (Ville de Karaj dans la province de Téhéran) , les peine de mort émises contre ces 27 prisonniers ont été récemment confirmées par la Cour suprême Iranienne.

Selon les rapports parvenus aux militant-es et activistes du site du collectif HRANA, de nombreux prisonnier de conscience Sunnites qui sont tous des condamnés à mort, ont récemment été transférés depuis le Quartier numéro 10 de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh, vers le Quartier numéro 4 qui est un bâtiment où sont généralement enfermés les prisonniers qui doivent être exécutés de manière imminente. Ces transferts n’ont fait qu’augmenter l’inquiétude les membres des familles concernées par les futures exécutions de leurs proches.

Ces prisonniers de conscience Sunnites ont tous été condamnés à mort pour des accusations présumées telles-que: « Propagande contre le régime »[…] « Propagation de la corruption sur terre »[…] « Appartenance à des groupes Salafistes armés et belliqueux « , à l’issue de parodies de procès expédiés pour certains d’entre eux en quelques minutes.

La plupart de ces prisonniers ont été arrêtés dans le Kurdistan Iranien par des agents du Ministère des Renseignements au cours des années 2009 et 2010. Beaucoup d’entre eux ont été enfermés durant des mois dans des cellules d’isolement avant leurs procès, sans avoir le droit de pouvoir consulter des avocats, ni d’avoir le droit de recevoir de visites de leur familles ou d’entrer en contact avec celles-ci. Selon plusieurs témoignages recueillis auprès des membres de leurs familles beaucoup de ces prisonniers Sunnites, ont été soumis à de violentes pressions psychologiques ainsi qu’à des tortures physiques, durant les premiers mois de leurs incarcérations.

Selon les informations disponibles recueillies par le collectif HRANA, tous ces prisonniers ont rejeté ces accusations et ces allégations « d’Appartenance à des groupes Salafistes armés et belliqueux «  et déclaré que s’ils avaient été condamnés à mort par la justice Iranienne, c’était juste en raison de leurs croyances en la foi Sunnite, ainsi que pour avoir distribué du matériel religieux ou participé à des séances de prières en rapport avec leur foi.

Il convient aussi d’être mentionné, qu’au moins un de ces 27 prisonniers du nom de Barzan Nasrollahzadeh, était âgé de moins de 18 ans au moment de son arrestation. Et de rappeler que celui-ci n’aurait pas du être condamné à mort en vertu d’un accord international de l’O.N.U dont l’Iran est signataire, stipulant qu’un jeune prisonnier ne peut être condamné à mort, s’il avait moins de dix huit ans au moment de son arrestation quelque soit le délit qui lui ait été imputé.

La liste ci-dessous regroupe les noms de ces prisonniers de consciences Sunnites qui ont vu leurs peines de mort confirmée par la Cour suprême Iranienne: 1/ Kaveh Vaisi, 2/ Behrooz Shanazari, 3/Taleb Maleki , 4/ Shahram Ahmadi, 5/ Kaveh Sharifi, 6/Arash Sharif, 7/ Varia Ghaderi, 8/Kayvan Momenifard, 9/Barzan Nasrollahzadeh (Le prisonnier qui était encore mineur au moment de son arrestation), 10/ Alem Barmashti, 11/ Pouria Mohammadi, 12/Ahmad Nasiri, 13/ Idris Nemati, 14/ Farzad Honarjoo, 15/ Seyyed Shahoo Ibrahimi, 16/Mohammad Rahimi Yavar, 17/Bahman Rahimi, 18/ Mokhtar Rahimi, 19/Mohammad Gharibi, 20/ Farshid Naseri, 21/ Mohammad Karimi Kayvan, 22/ Amjad Salehi, 23/ Omid Payvand, 24/Ali Mojahedi, 25/ Hekmat Sharifi, 26/ Amr Abdullahi, 27/Omid Mahmoudi.

Notes Soliranparis en ces temps de tensions extrêmes entre le régime de la dictature des Mollahs Iraniens et celui tout autant totalitaire des Saoud d’Arabie Saoudite qui comble du cynisme s’accusent maintenant mutuellement les uns les autres « De porter atteinte aux droits humains », on ne peut que s’inquiéter pour les vies de ces 27 prisonniers politiques et de conscience Sunnites Kurdes Iraniens, qui risquent d’être exécutés à tous moments dans les semaines à venir.

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/names-27-death-row-sunni-prisoners-rajai-shahr-prison

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Oppression et répression en Iran, Racisme du régime des Mollahs, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Les écrivains et militants de gauche Rouzbeh Gilasian et Elaheh Sorooshnia ont été libérés sous caution après trois semaines de détention dans un centre d’interrogatoires de l’IRGC

Les écrivains et militants de gauche Rouzbeh Gilasian et Elaheh Sorooshnia ont été libérés sous caution après trois semaines de détention dans un centre d’interrogatoires de l’IRGC.

Elaheh-Sorooshnia-and-Roozbeh-Gillasian2

2 et 4 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA et celui de Radio Zamaneh: Les deux écrivains et militant-es de Gauche iraniens Rouzbeh Gilasian et Elaheh Sorooshnia, qui avaient arrêtés il y a trois semaines, ont été libérés sous caution de la prison Amirabad située dans la ville Gorgan (Province du Golestân).

Selon le collectif HRANA, Ils avaient tous deux été arrêtés le Lundi 14 Décembre 2015 à Gorgan et emmenés dans un centre de détention secret des services des renseignements des « Gardiens de la Révolution » ou IRGC, Ils furent ensuite transférés dans la prison Amirabad (Ville de Gorgan) une fois que leurs séances d’interrogatoires se sont achevées.

Les chefs accusations émis contre ces deux écrivains et militant-es de gauche Iranien-nes, n’ont pas été officiellement annoncés par les agents des services de renseignements de l’IRGC. Mais leurs arrestations ont été contestées par beaucoup de leurs pairs ainsi que l’Association des Écrivains Iraniens, qui a publié une déclaration appelant à leur libération.

Elaheh Soroushnia est une étudiante titulaire d’un diplôme de l’Université des arts de la ville Tabriz et d’un master de l’Université Elm-o-Sanat de Téhéran. Rouzbeh Gilasian est un étudiant diplômé en génie civil de l’Université Khaje Nasir de Téhéran, et titulaire d’une maîtrise en philosophie de l’Université des sciences et technologies Sharif de Téhéran.

Rouzbeh Gilasian est également l’auteur des livres Phalsafeh in Khiyaban – La philosophie dans la rue, Ensan e Mah e Bahman– l’Homme du mois de Bahman, Fal Haye Asheghaneh– Présages d’amour, Jozveh haye Enghelab -Notes de la révolution, Philsoof Koochooloo– Le petit philosophe, et Aknun Daneshgah une thèse universitaire.

Il convient de mentionner que la plupart des écrits de Rouzbeh tels que le livre : Ensan e Mah e Bahman traitent des politiques éducatives couvrant la période allant des évènements de la révolution Iranienne de 1978-1979 à nos jours, tandis que ses autres ouvrages ont pour sujets des études sociologiques sur les méthodes de contrôle dans les Universités, et  les politiques carcérales et leurs résultats sur les prisonniers.

Les récentes déclarations du dictateur et « Guide suprême de l’Iran » Ali Khamenei quant à une éventuelle « infiltration culturelle de l’Occident » sont devenues des prétextes pour les groupes politiques les plus extrémistes et les plus réactionnaires de la « République islamique appuyés par les services des polices politiques comme ceux de la sinistre Vevak, ceux du Ministère des Renseignements, ou encore des services de sécurité intérieure des Pasdarans de l’IRGC, pour lancer une nouvelle vague de persécutions et d’arrestations arbitraires, dirigée contre des artistes, des musiciens, des cinéastes, des militants de gauche et progressistes ou encore contre des écrivains et intellectuels, jugés comme trop remuants et dérangeants pour le régime.

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/roozbeh-gilasian-elaheh-soroushnia-released-bail
Et sur: http://en.radiozamaneh.com/featured/detained-writers-released-on-bail-after-three-weeks/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Kurdistan Iranien convocation d’un activiste de la société civile Yarsani par les services de sécurité du Ministère des Renseignements de la ville de Kermânchâh

Kurdistan Iranien convocation d’un activiste de la société civile Yarsani par les services de sécurité du Ministère des Renseignements de la ville de Kermânchâh,

yarsan-civilactivists2

29 Décembre 2015 et 2 Janvier 2016 nouvelles qui nous parvenues via le site du réseau du Kurdistan Human Rights Network – KHRN nouvelle illustration des pressions et harcélements que subissent quotidiennement certaines minorités en Iran: Selon un témoignage  d’une source locale fiable, transmis le Mardi 22 Décembre 2015 aux militants et activiste du site du KHRN, un militant de la société civile et adepte de la foi Yarsani*1. M Sayyid Amin Abasi Shah Ebrahimi a été convoqué le Samedi 19 Décembre 2015, par des Agents d’une branche locale de la police politique du Ministère des Renseignements de la ville de Kermânchâh qui l’ont interrogé ensuite pendant plusieurs heures, à propos de ses activités et de ses publications sur divers sites de réseaux sociaux.

M.Ebrahimi est membre du Conseil consultatif de la Advisory Council of Yarsan Civil Activists à déclaré même source avant de rajouter: « La police Iranienne et les Agents du Ministère des Renseignements, ont interrogé M. Ebrahimi au sujet de ses activités sur divers médias sociaux et sur le fait qu’il ait publié des articles qui parlaient des problèmes généraux de la communauté Yarsani dans le pays »- Les adeptes de la foi Yarsani qui est une religion considérée comme une composante « Hétérodoxe » de l’Islam-Ndr, font parti des multiples minorités religieuses qui sont persécutées en Iran.

La même source à rajouté: « Les officiers du Ministère des Renseignements lui ont déclaré avant de le relâcher qu’il était susceptible de faire l’objet de nouvelles convocations pour des séances interrogatoires complémentaires, parce qu’une enquête officielle avait été ouverte a propos de ces activité religieuses et sociales »

Voir aussi sur: http://kurdistanhumanrights.org/iranian-intelligence-police-interrogate-yarsani-civil-activist-in-kermanshah/
-*1 voir sur: http://www.kurdistanica.com/?q=node/103

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Racisme du régime des Mollahs | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Malgré les déclarations lénifiantes de Mohammad Javad Larijani sur l’échec de la guerre à la drogue en Iran 93 pour cent des condamnations à mort en Iran sont toujours liées à des affaires de drogues et de toxicomanies

Malgré les déclarations lénifiantes de Mohammad Javad Larijani sur l’échec de la guerre à la drogue en Iran 93 pour cent des condamnations à mort en Iran sont toujours liées à des affaires de drogues et de toxicomanies.

larijani2

31 décembre 2015 et 2 Janvier 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Iran Human Rights: Le Secrétaire général du « Conseil suprême Iranien pour les droits de l’homme« , Mohammad Javad Larijani, a une fois de plus annoncé et déclaré que la peine de mort ne dissuadait pas des crimes liés à des affaires drogues et de toxicomanies en Iran.

Selon l’Agence de « Presse » et de propagande médiatique du régime de l’ISNA News, lors d’un récent discours qu’il a prononcé devant une congrégation anciens étudiants Iraniens durant le troisième séminaire annuel du ministère de l’Énergie qui avait lieu à l’Université Sharif de Téhéran, Mohammad Javad Larijani a déclaré: « Depuis plusieurs années 93% des exécutions en Iran sont liées à des infractions relatives à des affaire de drogues, On doit en conclure que la peine de mort ne dissuade pas de ces crimes liés à ces affaires de drogues et de toxicomanies, et que l’application de cette peine pour ce type de délits doit être revue ».

l’Année dernière à la même période, Larijani avait fait les mêmes remarques, tout en précisant qu’en rapport avec l’évolution actuelle du droit dans le pays concernant la peine de mort, l’Iran pourrait peut être envisager de réduire de 80 pour cent le nombre des exécutions liées à des affaires de drogue. Un peu plus tôt au cours du début du mois de Décembre 2015, un groupe de soixante six députés du Majlis – le Parlement Iranien Ndr, avaient présenté une proposition de loi, demandant à la fin de la peine de mort pour les « Délinquants » toxicomanes non armés.

Pourtant au cours du mois de Novembre 2015 le nouveau président Iranien Hassan Rouhani avait fermement défendu l’application de la peine de mort pour ces infractions relatives à des affaires de drogues, lors d’une interview qu’il avait accordé à un journal Italien durant laquelle il avait déclaré*1: « La plupart des exécutions en Iran sont liés à des crimes de trafic de drogue, en raison de la porosité de la très longue frontière que nous partageons avec notre voisin l’Afghanistan, si nous devions abolir la peine de mort pour ce genre de délits, cela rendrait plus facile les trafics de drogues vers vos pays Européens. Et cela représenterait un grave danger pour vos populations ».

Réagissant aux récents commentaires de Larijani concernant la peine de mort, M. Mahmood Amiry-Moghaddam, le porte-parole d’Iran Human Rights et du RSI, a déclaré:  » l’Année dernière déjà, M. Mohammad Javad Larijani avait aussi admis et déclaré que les exécutions ne réduisaient en aucun cas les crimes liés à des affaires d’usages et de trafics de drogue, mais malgré ses déclarations au cours de l’année 2015 plusieurs centaines de personnes ont été exécutées en Iran pour ces mêmes types de délits. Il est nécessaire que la Communauté internationale, continue de faire pression sur la République Islamique afin que celle-ci limite ou abolisse l’utilisation de la peine de mort pour les infractions relatives à des affaires de drogues ».

Voir aussi sur Mohammad Javad Larijani death penalty does not deter drug crime:

http://iranhr.net/en/articles/2408/
-*1 President Rouhani Defends Executions of Hundreds for Drug Offenses in Iran: http://iranhr.net/en/articles/2367/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, executions sommaires en Iran, Oppression et répression en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Province du Golestân arrestation inexpliquée d’une jeune femme d’origine Suédo Croate dans la ville de Gorgān

Province du Golestân arrestation inexpliquée d’une jeune femme d’origine Suédo Croate dans la ville de Gorgān.

sania-bubnevic2

Sania Bobnehvich, sources image collectif HRANA.

29  Décembre 2015 et 1er Janvier 2016  nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA: Une jeune femme d’origine Suédo-Croate, Mme Sania Bobnehvich, a été arrêtée par des Agents des services de renseignements des « Gardiens de la Révolution » ou IRGC, dans la ville de Gorgan le Dimanche 13 Décembre 2015.

Selon un rapport parvenu aux militant-es et activistes du site du collectif de l’Agence HRANA, quelque jours après l’arrestation de Mme Sania Bobnehvich, , au cours de la journée du Dimanche 22 Décembre 2015, d’autres agents des services de renseignements des « Gardiens de la Révolution » se sont rendus à son domicile situé dans la ville de Gorgān , il ont ensuite perquisitionné et fouillé celui-ci de fond en comble et confisqués certains ses effets personnels.

Mme Sania Bobnehvich est une jeune femme qui a la double nationalité Croate et Suédoise qui séjourne en Iran depuis l’année 2004, il a été également rapporté qu’un de amis iraniens avait été arrêté en même temps qu’elle, lui aussi au cours de la même journée du Dimanche 13 Décembre 2015.

Sania Bobnehvich qui est maintenant âgée de 48 ans, souffre d’une grave sclérose en plaques et doit suivre un traitement médical très contraignant, elle a aussi besoin de prendre des médicaments spéciaux qui ne sont fabriqués qu’en Suède et qui ne peuvent lui parvenir que de la bas par la poste, elle avait décidé de s’installer et vivre en Iran, parce que ses médecins lui avaient conseillé d’aller vivre dan un pays ensoleillé a cause de ses problèmes osseux.

La semaine dernière dans la même ville de Gorgān, deux jeunes écrivains et militants d’extrême gauche Iranien-nes: M. Roozbeh Gilasian et Mlle Elaheh Soroushnia avaient eux aussi été arrêtés par des agents des services de renseignements des « Gardiens de la Révolution »*1.

Les activistes du site de l’Agence HRANA, ne savent toujours pas pour le moment les chefs d’accusations qui ont conduit à ces trois arrestations, mais il leur a été rapporté que ces trois personnes, sont actuellement détenues dans un bureau local des services de renseignements des « Gardiens de la Révolution » de la ville de Gorgān où ils subissent des procédures d’interrogatoires.

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/croatian-swedish-arrested-gorgan
-*1 relire sur: https://soliranparis.wordpress.com/2015/12/28/les-deux-militant-es-de-gauche-et-ecrivains-iranien-nes-rouzbeh-gilasian-et-elaheh-soroushnia-sont-actuellement-detenus-dans-un-centre-de-detention-des-services-de-renseignements-de-lirgc/
https://soliranparis.wordpress.com/2015/12/23/19118/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Publié dans Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire