Le militant syndicaliste Iranien Mahmoud Salehi retourne en prison alors qu’il est gravement malade

Le militant syndicaliste Iranien Mahmoud Salehi retourne en prison alors qu’il est gravement malade.

31 Octobre et 3 Novembre 2017 nouvelles qui nous sont parvenues par le biais du site du réseau du Kurdistan Human Rights Network – KHRN. Le régime théocratique et fasciste d’Ali Khamenei et du « Président » prétendument  « Réformateur » Hassan Rouhani,  continue d’user avec l’aide de ses polices politiques de toutes les pires méthodes imaginables dirigées contre les militants ouvriers et leurs représentants syndicaux. Afin de tenter de briser toutes les solidarités ouvrières et les mécontentements sociaux qui ne cessent d’augmenter en Iran.

Il ne se passe pas une journée sans que nous apprenions de la part de camarades locaux présents sur place que des camarades syndicalistes Iraniens subissent quotidiennement; des pressions et des menaces contre les membres de leurs familles, des tortures physiques et psychologiques en détention quand ils sont condamnés, arrêtés ou convoqué, des condamnations à peines de coups de fouet pour des simples faits d’organisations de piquets de grèves, des refus systématique de leur accorder des soins médicaux quand ils sont malades en détention, des transferts incessants d’une prison à l’autre, des procès bidonnés et falsifiés, des mises en cellules d’isolement à répétition, ainsi que des doubles peines systématiques à la moindre contestation.

-Notre camarade  Mahmoud Salehi, un militant syndicaliste Kurde Iranien, a été arrêté devant l’entrée de l’hôpital de la ville de Saqqez (Kurdistan Iranien), puis transféré en prison lors de la journée du Lundi  31 Octobre 2017, où il doit  purger une peine d’un an de détention, malgré le fait qu’il soit gravement malade des reins.

« Le 28 octobre 2017, Mahmoud Salehi, a été arrêté à l’hôpital Imam Khomeini dans la ville de Saqqez au moment où il était en train de quitter l’hôpital après y avoir subi une dialyse. Il a ensuite été transféré  au tribunal où un nouveau décret judiciaire a été  émis,  réduisant sa peine initiale de neuf ans de prison à un an de détention  qu’il doit purger dans la prison de Saqqez « : A déclaré une source locale membre de la famille de ce militant,  aux activistes du Kurdistan Human Rights Network -KHRN.

« Sa famille est extrêmement préoccupée par sa santé et parce que ses traitements médicaux avaient déjà été stoppés quand il avait été détenu précédemment, avec comme conséquences la perte de ses deux reins. Il a besoin maintenant de dialyses régulières deux fois par semaine tous  les Mardi et les Samedi.  Et il n’y à pas de telles installations médicales à l’intérieur de l’infirmerie de la prison ou il est enfermé », à  rajouté la même source.

Mahmoud Salehi est un militant syndicaliste respecté partout en Iran pour son courage et sa détermination, Il est aussi l’un des membres fondateurs du Comité de coordination pour l’aide à la formation d’organisations libres de travailleurs. Et également le responsable d’une association de défense  d’anciens prisonniers politiques des années 60 et 70. Il avait  déjà été arrêté le Mardi 28 avril 2015 (A  la veille de la Journée internationale des travailleurs du 1er Mai) dans maison familiale de Sanandaj par des agents forces répressives du « Ministère des Renseignements ».

Ceux-ci l’avaient gardé pendant plus d’un mois en « Garde à vue préventive » et à l’isolement dans un de leurs centres de détention secret, avant  que ses avocats, sa famille et des mobilisations de solidarité Internationale lui permettent d’être libéré temporairement sous caution. Il était ressorti de cette période très affecté physiquement et dans un état de santé jugé plus que préoccupant, par ses proches et les membres de sa famille.

A la suite de ce transfert depuis sa ville de résidence de Saquez vers ce centre de détention des agents de renseignements de Sanandaj  qu’il effectua du reste les yeux bandés et lourdement menotté des mains et des pieds, Mahmoud Salehi, avait perdu l’usage de ses deux reins du fait du manque de soins médicaux adaptés et des négligences d’attention sur son état de santé qui étaient totalement volontaires à son égard, puisqu’elles avaient été  ordonnées directement par les hautes autorités pénitentiaires et judiciaires de le province du Kurdistan Iranien qui savaient pertinemment qu’il était gravement malade.

Le 27 mai 2015 Mahmoud Salehi en raison de la détérioration de son état de santé, était de nouveau transféré du centre de détention vers les hôpitaux de Besat et de Tohid à Sanandaj. Après trois jours d’hospitalisation, bien que toujours souffrant il était à nouveau transféré en prison.

Mahmoud Salehi avait déjà subi deux procès en août 1994  devant la Branche numéro  du « Tribunal révolutionnaire » de la ville de Sanandaj qui le condamna en première instance à un total de neuf ans de prison, dont un an et demi d’emprisonnement pour « Propagande contre le régime » et sept ans et demi d’emprisonnement pour «  Avoir entretenu des liens avec des communautés antigouvernementales  à l’étranger ».

Mahmoud Salehi  avait contesté ce premier verdict et son affaire qui avait  été renvoyée  devant une Cour d’appel qui avait rejugé son cas au cours d’une audience ayant eu lieu le 6 Mars 2017.

Voir aussi sur:  http://kurdistanhumanrights.net/en/a-kurdish-labor-activist-arrested-and-transferred-to-saqqez-prison/

Et sur le site de nos camarades de l’International Alliance in Support of Workers in Iran – IASWI.

https://www.workers-iran.org/mahmoud-salehi-arrested-and-re-imprisoned-for-one-more-year/

Contact – Collectif Soliranparis

Cet article, publié dans Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Humiliations quotidiennes des prisonnières et prisonniers politiques en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Résistance à la dictature en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s