Déclaration depuis la prison d’Evin des syndicalistes enseignants Iraniens et prisonniers politiques Djafar Azimzadeh et Esmaïl Abdi qui débuterons tous deux une grève de la faim Illimitée à partir du 30 avril 2016

Déclaration depuis la prison d’Evin des syndicalistes enseignants Iraniens  et prisonniers politiques Djafar Azimzadeh et Esmaïl Abdi qui débuterons tous deux une grève de la faim Illimitée  à partir du 30 avril 2016.

azimzadeh-abdi

Djafar Azimzadeh et Esmaïl Abdi

26 Avril nouvelles qui nous sont parvenues via les sites de nos camarades Iran Echo -SSTI, International Alliance In Support of Workers in Iran- IASWI et du Secours Rouge.Et que nous relayons ici.

Pourquoi nous entamons une grève de la faim à partir du 30 avril 2016 ? Par Djafar Azimzadeh et Esmaïl Abdi militants syndicalistes enseignants Iraniens pour des simple faits de syndicalisme.

A propos des droits des enseignants et des travailleurs de notre pays. Aujourd’hui, personne n’ignore que des millions d’ouvriers, d’enseignants et d’autres travailleurs d’Iran subissent des conditions de vie pénibles et insupportables. Depuis des années, leurs droits les plus élémentaires et basiques sont bafoués. Ils subissent : des salaires largement en dessous du seuil de pauvreté,

parfois le non-paiement de leurs salaires (Durant plusieurs mois consécutifs),

la destruction complète de la sécurité d’emploi,

la mise en place de contrats précaires pour la majorité des travailleurs,

l’existence de différentes sortes de contrats pour les enseignants (courte durée, parfois à mi-temps et même payé à l’heure, des salaires équivalents à 75 de vos euros par mois pour les enseignants diplômés).

Ils contestent les contrats de travail sans couverture sociale, la mise en œuvre de la sous-traitance dans les grandes industries, l’augmentation du travail des enfants, la non-application des lois concernant les salaires des enseignants et retraités.

Les enseignants Iraniens agissent aussi contre l’augmentation du nombre d’écoles privées et l’anéantissement progressif de l’enseignement public et gratuit, le pillage systématique du fond de la sécurité sociale et des caisses de retraite.Ils contestent également : l’interdiction du syndicalisme ainsi que de créer des organisations professionnelles indépendantes d’ouvriers et d’enseignants,

le fait que toute contestation d’ordre professionnelle est considérée comme une atteinte à la sécurité de l’État,

la suppression des subventions sur des produits de premier nécessité comme le pain, l’eau, l’électricité, gaz, les produits laitiers etc.

Les exemples d’injustice vis-à-vis des travailleurs et des enseignants ne se limitent pas à cela ! Leurs conditions de vie sont tellement insupportables que la plupart entre eux, sont obligés de travailler 12 heures et même 18 heures par jour. Ces enseignants sont aussi obligés de trouver un deuxième ou troisième job après leur travail journalier pour gagner de quoi faire vivre leur famille.

Une grande majorité de ces salariés vivent non seulement en dessous du seuil de pauvreté, mais également en dessous du seuil de subsistance. Et le gouvernement n’a d’autre réponse aux revendications justes des travailleurs et des enseignants, que la répression et les modifications des règles qui les mettent encore plus en danger de précarité.

A la suite de la mise en place de ces politiques sous la présidence de Rouhani, le pouvoir judiciaire a interdit officiellement toute grève et contestation ouvrière et a aggravé la répression des unions professionnelles d’enseignants qui ne sont même pas autorisées à défendre leurs intérêts sur leurs lieux de travail. Depuis cette interdiction, des centaines d’ouvrièr-es et d’enseignant-es ont été arrêté-es et condamnés à de lourdes peines de prison dont nous deux qui somme emprisonnés à la suite de condamnations de longue durée.

Nous somme accusés d’avoir « Porté atteinte à la sécurité nationale », et  avons été condamnés à de longues années de prison. Et c’est pour cette raison que nous nous trouvons enfermés dans la prison d’Evin. Comme des milliers d’autres travailleurs et enseignants contestataires, nous n’avons fait que défendre notre dignité humaine. A travers nos activités syndicales, au sein du Centre professionnel des enseignants  et de  l’Union libre des travailleurs d’Iran et dans d’autres organismes indépendants de travailleurs qui  n’ont rien d’illégales puisqu’elles sont publiques et transparentes.

Nous œuvrons pour des revendications légales et humaines. Les accusations figurant dans nos dossiers judiciaires, se limitaient uniquement à :

la participation à des rassemblements revendicatifs professionnels devant le parlement ou le ministère du travail,

Au fait que nous avons organisé et diffusé des pétitions pour contester les salaires de misère,

A nous être regroupés pour œuvrer à la création d’organisations professionnelles libres d’ouvriers et d’enseignants,

A l’envoi de lettres de protestation aux responsables politique de notre pays,  et à d’autres activistes syndicalistes et professionnels dans le monde.

Selon les « Arguments » utilisés pour nos deux condamnations, on peut conclure que tout effort pour faire respecter les lois minimales existantes et tout démarche pour l’amélioration du niveau de vie des travailleurs et des enseignants, sont considérés comme une atteinte à la sécurité nationale du pays.

Donc, nos activités mettraient en péril les intérêts et la sécurité de ceux qui ont pillé depuis des années, au prix de la pauvreté et de la précarité des travailleurs et des enseignants. Et nos démarches défient la continuité de leurs actions illégales. Ils substituent leurs propres intérêts à l’intérêt national et à la sécurité nationale. Et pour garantir cela, ils arrêtent et emprisonnent des activistes ouvriers ou enseignants pour nous obliger à la soumission et nous réduire au silence devant leurs injustices.

Nous déclarons que nous célébrerons le Premier Mai  en solidarité avec les travailleurs du monde, et qu’à cette grande occasion, nous entamons une grève de la faim à partir du 30 avril 2016, pour protester contre la criminalisation des activités revendicatives professionnelles et l’interdiction des rassemblements et des grèves en Iran.

Nous contestons la mise en place de salaires en dessous du seuil de pauvreté, et l’interdiction de la célébration libre de la journée mondiale des travailleurs. Nous demandons une condamnation de ces pratiques par l’OIT.

Nous réclamons également la suppression de toutes les accusations infondées figurant dans nos dossiers ainsi que la libération des ouvriers et enseignants emprisonnés en Iran.

Notre grève de la faim est sans limitation de durée.

-Djafar Azim-zadeh  détenu politique  enfermé dans la Section numéro 8 de la prison d’Evin.

-Esmaïl Abdi  détenu politique dans la Section  « Andeeshgah » numéro 8 de la Prison d’Evin.

Copie envoyée à la : Confédération syndicale internationale de l’Education – (CSI-ITUC),   traduit par SSTI  Solidarité Socialiste avec les Travailleurs Iranien – Iran Echo

Voir aussi sur : http://www.iran-echo.com/echo_pdf/azimzadeh_abdi_25042016.pdf
http://www.workers-iran.org/index.php?option=com_content&view=article&id=304:statement-by-jafar-azimzadeh-and-esmail-abdi-on-their-hunger-strike-starting-april-29-2016&catid=11&Itemid=129&lang=en
http://www.secoursrouge.org/Iran-Deux-syndicalistes-emprisonnes-vont-entrer-en-greve-de-la-faim

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, Humiliations quotidiennes des prisonnières et prisonniers politiques en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Résistance à la dictature en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s