Peines de prison et de coups fouets contre les mineurs grévistes de Bafgh annulées par la Cour d’appel de la ville de Yazd

Peines de prison et de coups fouets contre les mineurs grévistes de Bafgh  annulées par la Cour d’appel de la ville de Yazd.

17 et 24 Mars 2017 nouvelles qui nous sont parvenue par le site d’opposition Iranienne Radio Zamaneh: Une Cour d’appel locale de la ville de Yazd (Centre de l’Iran) a réduit les peines prononcées contre les mineurs grévistes des mines de minerai de fer de Bafgh, suspendant leurs peines d’emprisonnements en les transformant en des peines de prison avec sursis de trois ans , tout en transformant les peines de flagellation qui visaient certains d’entre eux en amendes en espèces.

La cour provinciale d’Appel de la ville de Yazd (Centre de l’Iran) a annoncé sa décision concernant les peines prononcées contre sept mineurs grévistes de la mine de fer de Bafgh, indiquant que leurs peines de prison avaient été réduites de trois ans à sept mois. Et que leurs peines de flagellations étaient remplacées par des amendes d’un  millions de Tomans. (Environ 300 Dollars U.S)

Mohammad Ali Jedari, l’avocat d’un certain nombre de ces mineurs grévistes, a déclaré à l’Agence iranienne de l’information liée au monde du travail (AIIC)  que bien qu’il ne voyait aucun fondement juridique valable dans les peines infligées à ses clients, il considérait le verdict de cette Cour d’Appel comme un développement positif dans leurs dossiers judiciaires.

En mai de 2015, environ 5000 mineurs de la ville de Bafgh (Région de la ville de Yazd) s’étaient mis en grève pendant plusieurs semaines pour protester contre l’annonce par la direction générale de la Bafgh Mining Company de la vente d’actions de l’entreprise  au secteur privé. Les travailleurs de cette mine de fer avaient perçu cette vente comme un mouvement progressif vers la privatisation de leur mine, en estimant que cela entrainerait la perte de leur sécurité de l’emploi, des réductions de salaires et une réduction drastique de certains de leurs avantages sociaux.

La grève avait duré tout au long de l’été de cette année 2015, un mouvement social qui avait été considéré par de nombreux observateurs locaux,  comme la plus grande grève survenue en Iran depuis la Révolution de 1979.  Les grévistes avaient été largement soutenus par la population de la région et chose plus étonnante par l’Imâm de la ville voisine de Bafgh qui avait  dans un de ses sermons de la prière du Vendredi, appelé publiquement à soutenir la grève des mineurs de la Bafgh Mining Company.

La réponse de la direction de la mine de fer de la Bafgh Mining Company à cette grève avait été extrêmes brutale. Des milices à la solde de la compagnie appuyée  de renforts de la police Anti émeute venant de Téhéran et d’Ispahan avaient été déployées, sur le carreau de la mine pour tenter de briser le mouvement social. Au cours d’une des manifestations qui avaient eu lieu prés du siège social de la compagnie, plusieurs mineurs s’étaient fait matraquer puis arrêtés. Neuf d’entre eux avaient été inculpés et des poursuites judiciaires avaient été Intentées contre eux au printemps 2016.

Mohammad Hassan Tashakori, un des délégué syndicaux parmi les plus actif, avait été condamné à une peine 11 mois de prison avec sursis et à subir 50 coups de fouet. Un peu plus tard sept autres mineurs grévistes considéré et désigné par la direction comme des meneurs, étaient arrêtés  puis condamnés respectivement a des peines allant de cinq ans à sept mois de prison ferme et de peines de prison avec sursis, assorties de peines de 30 coups de fouet. Ces peines viennent d’être réduites par la Cour d’Appel de la ville de Yazd qui les a commuées en des peines de prison avec sursis de trois ans. Et leurs peines de flagellation suspendues pour être remplacées par des amendes.

Après l’émission du verdict au printemps 2016, l’avocat des mineurs avait  exprimé sa consternation à l’égard des poursuites délirantes intentées contre ses clients et déclaré que les conflits liés au monde du travail devaient  être réglés en dehors des Cours criminelles, dans les tribunaux spécialement conçus pour résoudre les problèmes liés à des mouvements sociaux.

Au cours de l’année 2016  Dix sept autres travailleurs grévistes de la mine d’Or de l’Aghdareh Gold Mines Company  une des plus grande mine de l’Iran (Située dans le Nord Ouest du pays), avaient été  fouettés en public. Après avoir été licenciés et condamnés respectivement à des peines de 30 à 100 coups de fouet. L’application de ces peines inhumaines avait déclenché une vague de critiques sans précédent de la plupart des grandes centrales syndicales internationales -*1

Un des principal  représentant et gérant de la Caisse de la sécurité sociale de la province de l’Azerbaïdjan occidental Iranien, région ou est située la mine de l’Aghdareh Gold Mines Company  avait été muté et remplacé par le Ministère du Travail après avoir déclaré qu’il n’avait jamais été informé officiellement des applications de ces peine de coups de fouet prononcées contre des travailleurs de sa région.

Depuis ces deux affaires et malgré tout leurs efforts, ni les mineurs de la Bafgh Mining Company  ni ceux de l’Aghdareh Gold Mines Company n’ont obtenus de réponses positives à leurs revendications parmi lesquelles on trouve les réintégrations des travailleurs licenciés au cours des grèves précédentes. Quand au responsable du haut pouvoir « Judiciaire » Iranien, celui-ci a  déclaré qu’il continuerait de prononcer des peines de flagellation contre leurs militants syndicaux en cas de nouvelles grèves.

Ahmed Shaeed le rapporteur spécial des Nations unies sur question des droits de l’homme en Iran, a exprimé à plusieurs reprise, son inquiétude quant à l’utilisation des châtiments corporels, tels que des peines de flagellations et le d’amputations de membre par le pouvoir « Judiciaire » de la « République islamique Iran » et condamné celles-ci en les décrivant comme des violations flagrantes des droits humains.

Voir  aussi sur: https://en.radiozamaneh.com/articles/iran-drops-flogging-sentence-against-protesting-miners/
-*1 relire sur les mineur gréviste fouéttés de l’Aghdareh Gold Mines Company  :  http://www.industriall-union.org/fr/fouettes-et-emprisonnes-les-travailleurs-en-iran-confrontes-a-la-repression
Et sur les luttes de la mine de fer de Bafgh: http://www.industriall-union.org/industriall-demands-release-of-arrested-iranian-miners

Contact – Collectif Soliranparis

Cet article, publié dans Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Humiliations quotidiennes des prisonnières et prisonniers politiques en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Manifestations et colères populaires contre le régime en Iran, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s