Le chanteur et Rappeur iranien Amir Tataloo condamné à 5 ans de prison et 74 coups de fouet pour immoralité

Le chanteur et Rappeur iranien Amir Tataloo  condamné à 5 ans de prison et 74 coups de fouet pour immoralité.

amir-tataloo-iran

15 et 21  Novembre 2016 nouvelles qui nous sont parvenue par le biais du site Free Muse, un site qui milite contre la censure des musiciens à travers le monde:  Le  5 novembre 2016, le chanteur et Rappeur iranien Amir Tataloo  de son vrai nom Amirhossein Maghsoodloo ,  a été condamné à une peine de cinq années  de prison et 74 coups de fouet après avoir été reconnu coupable de «Propagation de l’immoralité occidentale», a rapporté le Journal Al Bawaba-*1 le 6 novembre 2016 dernier.

Amir Tataloo  avait été précédemment condamné à une peine initiale de 10 années de prison et 74 coups de fouet qui a été ensuite réduite par une cour d’appel  à cinq années  de prison et 74 coups de fouet, après que certaines des accusations portées contre lui aient été abandonnées.

 » Le collectif Freemuse appelle les autorités iraniennes à abandonner les accusations contre Amir Tataloo« , a déclaré Ole Reitov le directeur exécutif du site Freemuse. « Nous continuons d’être inquiets à propos de l’accroissement sans précédent de la répression qui vise les artistes et les musiciens en Iran qui sont persécutés, menacés et emprisonnés , simplement pour n’avoir qu’exercé leur art »

Le jour où sa condamnation a été annoncée, Amir Tataloo  avait posté ce message sur sa page Instagram, où il est suivi par plus de 3,5 millions de personne tant en Iran qu’a l’étranger: « Dieu, je suis satisfait de votre satisfaction! Vous avez devant vous une personne  qui n’appartient qu’à vous et qui vous donnerait sa vie! Vous me dites, allongez-vous, et je me jetterai à vos pieds! Je suis juste une personne qui ne veut pas vivre et penser comme un mouton, parce qu’être emprisonné dans mon propre pays est peut être meilleur que d’être libre ailleurs où je devrais violer mes principes! […] Je continuerai de me battre pour rester dehors. Je peux être un champion, et si je ne le suis pas! Je suis sur que dans votre grandeur vous me donnerez un moyen de me présenter dignement devant vous à la fin de mes jours. Le reste est à vous ».

Rajout d’accusations a répétition et harcèlements policiers contre cet artiste et musicien Iranien.

Les « Juges » du régime avaient initialement envoyé une convocation et une assignation à comparaitre à Amir Tataloo  le 8 août 2016 pour qu’il réponde des accusations portées contre lui: « d’Actions visant à répandre la dépravation chez les jeunes Iraniens ». L’assignation précisait que s’il ne se présentait pas devant cette Cour, il serait immédiatement arrêté. Amir s’était défendu de cette assignation en publiant sur plusieurs médias sociaux une vidéo en  réponse contre ces accusations qui fut jugée « Insultante et menaçante » par le « Juge «  Bijan Ghasemzadeh chargé de son affaire.

Le 23 Aout 2016 Amir Tataloo  etait de nouveau arrêté et présenté devant le « Juge «  Bijan Ghasemzadeh qui l’a accusé  de « Refus de répondre à une convocation judiciaire »[…]  » Outrages, menaces  et insultes publique contre un Tribunal « 

Amir Tataloo   s’était ensuite excusé devant les tribunaux pour ses actes qui avaient conduit à son arrestation, il fut ensuite été libéré sous caution le 26 Octobre 2016, après avoir été détenu pendant 62 jours, afin de pouvoir préparer son dossier de défense auprès de  son avocat. Il est maintenant sous le coup d’une nouvelle arrestation qui devrait dans les jours à venir le conduire en prison pour cinq ans.

Artistes et musiciens Iraniens sans licences officielles accusés régulièrement de diffuser leurs musiques sur des chaînes étrangères.

Bien qu’Amir Tataloo  dispose d’un public conséquent,  il reste un artiste sans  la licence officielle qui lui permettrait de vivre de son art en Iran, ce qui signifie que sa musique ne peut pas être diffusée sur les radios où les stations de télévisions officielles quelle ne peut pas jouée en public, ou même être enregistrée. En effet les artistes et les musiciens en Iran doivent recevoir l’approbation officielle du « Ministère de la Culture et de l’Orientation Islamique » pour avoir le droit de se produire légalement en public et voir leurs travaux diffusés sur les médias gouvernementaux seuls autorisés a diffuser de la musique dans le pays.

Ce n’est pas la première fois que ce musicien fait l’objet d’une arrestation et de pressions de la part de la police politique. Amir Tataloo avait été précédemment arrêté en 2013 sur ordres du Colonel Massoud Zahedian le Chef de la « Police de la Moralité » de Téhéran, il avait été détenu puis libéré après qu’on ait exigé de lui qu’il fasse des excuses publiques. Les « Juges » du régime l’avait déjà accusé à cette époque de « Diffusion de chansons immorales », d’avoir auto produit sa musique en Iran et de l’avoir ensuite diffusée sur des chaînes étrangères de télévision par satellite. Une pratique courante pour de nombreux artistes et musiciens Underground Iraniens non autorisés. Mais aussi un motif d’accusation que le gouvernement Iranien utilise de manière quotidienne pour sévir et réprimer les musiciens locaux quand celui- ci  les considère comme trop remuants ou trop subversifs.

Voir aussi sur: http://freemuse.org/archives/13074
https://www.iranhumanrights.org/2013/12/amir-tataloo/
https://www.theguardian.com/world/2013/dec/03/iranian-rapper-website-arrested-amir-tatalou-narenji
Iran: Musician arrested on charges of “spreading depravity”
-*1 Voir sur: http://www.albawaba.com/entertainment/iranian-rapper-faces-music-74-lashes-and-five-years-jail-901166

Contact – Collectif Soliranparis

Cet article, publié dans Artistes et musiciens persécutés en Iran, Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Humiliations quotidiennes des prisonnières et prisonniers politiques en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Militant-es progressistes en Iran, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Résistance à la dictature en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s