16 Ans de prison confirmée par une Cour d’appel contre la militante Iranienne Narges Mohammadi

16 Ans de prison confirmée par une Cour d’appel contre la militante Iranienne Narges Mohammadi.

narges_mohamadi

Photo au centre Narges Mohammadi

29 Septembre et Octobre 2016 nouvelles qui nous sont  parvenues par le biais du site Iran Human Rights  ainsi que celui du site d’opposition Radio Zamaneh: Une peine totale de 16 ans de prison, a été confirmée par la Branche numéro 36 de la Cour d’appel de Téhéran contre la militante Iranienne défenseure des droits humains Narges Mohammadi qui était jusqu’alors la porte parole et présidente du Defenders of Human Rights Center.

En Mai 2016,  la Cour du « Tribunal Révolutionnaire » de Téhéran, présidée par le sinistre « Juge » Abdolqassem Salavati, avait précédemment condamnée Mme Narges Mohammadi  à un peine de cinq ans de prison pour « Organisation  d’une collusion dans l’intention de commettre un crime contre la sécurité nationale », assortie d’une autre peine d’un an pour « Propagande contre le système » et de dix années supplémentaires pour l’accusation suivante: « d’Avoir été  la fondatrice et la principale collaboratrice du groupe Illégal  LEGAM«  –  La LEGAM est une organisation indépendante regroupant des écrivains renommés, des intellectuels, des juristes et des militant-es défenseurs des droits humains et civils qui ont lancé la campagne Step by Step to Stop Death Penalty‎, au sein de laquelle ils militent ensemble pour l’arrêt de la peine de mort en Iran – Ndr.

Le mari de Narges Mohammadi,  Mr Taghi Rahmani a déclaré  aux journalistes et activistes du site Iran Human Rights- IHR  « En Mai 2016 les accusations qui ont eu pour résultats la condamnation prononcée contre  Mme Mohammadi ont été écrites de toute pièces par les services du Ministère des Renseignements qu’il ont ensuite transmises au « juge » Salavati pour qu’il les  fasse appliquer, ma compagne Narges n’a jamais été le fondatrice de la LEGAM, mais juste une de ses membre« […] « Le fait que le juge Salavati ai  fait condamner  Narges  à dix ans de prison juste parce qu’il a été décrété qu’elle était la fondatrice de la LEGAM, nous démontre qu’il n’est en aucun cas un magistrat indépendant et que son verdict est purement  politique et sans aucune valeur juridique » a conclu M. Taghi Rahmani dans cette déclaration.

Une source proche de Mme Mohammadi a déclaré aux activistes du d’ Iran Human Rights: « Notre amie Narges va devoir passer maintenant plus de dix ans derrière les barreaux d’une prison. Le 3 Mai 2015 elle avait été convoquée par la Cour mais cette audience avait été reportée après que ses avocats se soient plaints de ne pas pouvoir correctement examiner son dossier d’accusation. Deux jours seulement après cette audience, les autorités Iranienne  ont fait arrêter Narges à son domicile,  elle fut ensuite transférée vers la prison d’Evin, sans qu’on ne lui ai donné la moindre explication ».

En Mars 2013 suite à une rencontre entre Narges Mohammadi et Catherine Ashton une des représentantes du Bureau des affaires étrangères de l’Union Européenne, les agents du Ministère des Renseignements l’avaient convoqué à plusieurs reprises pour des interrogatoires. Elle a aussi fait ensuite l’objet de plusieurs campagnes particulièrement insultantes et calomnieuses, orchestrées par les principaux médias d’Etat Iraniens.

« Faire condamner Narges Mohammadi à une lourde peine de prison, uniquement en raison de ses activités pacifiques de militante défenseure des droits humains et des droits civils, est une preuve de plus du manque  total de crédibilité du système judiciaire Iranien. Ceci est également une nouvelle démonstration des atteintes continuelles aux droit de l’homme commises par les autorités politiques et judiciaires de la République Islamique » […] « La communauté internationale doit fermement condamner cette peine d’emprisonnement prononcée contre Mme Mohammadi  par les autorités Iraniennes et leur signifier le coût politique qu’implique sa condamnation » a déclaré M. Mahmood Amiry-Moghaddam, le porte-parole du site Iran Human Rights.

Voir aussi sur: http://iranhr.net/en/articles/2663/
Et sur https://en.radiozamaneh.com/articles/appeals-court-confirms-16-years-in-jail-for-activist-narges-mohammadi/
https://www.iranhumanrights.org/2016/09/narges-mohammadis-sentenced/
https://www.iranhumanrights.org/2016/09/narges-mohammadi-18/

Contact collectif Soliranparis nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Humiliations quotidiennes des prisonnières et prisonniers politiques en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, juge Salavati, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Racisme du régime des Mollahs, Résistance à la dictature en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s