Pressions et menaces du Ministère des Renseignements contre la famille du syndicaliste Iranien Shahrokh Zamani décédé l’année dernière en détention

Pressions et menaces du Ministère des Renseignements contre la famille du syndicaliste Iranien Shahrokh Zamani décédé l’année dernière en détention.

shahrokh-zamani

En mémoire de notre camarade syndicaliste Iranien Shahrokh Zamani, mort en détention le Mardi 13 Septembre 2015 dans la sordide prison de Goharhardasht Rajaee Shahr .

23 et 27 Septembre nouvelles qui nous sont parvenues par le biais du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA:  Les collègues de travail, les parents et amis de Shahrokh Zamani, un camarade militant syndicaliste Iranien décédé le Mardi 13 Septembre  2015 dernier dans des circonstance troubles dans l’enceinte de la sinistre prison de Goharhardasht Rajaee Shahr (Ville de Karaj), avaient  voulu organiser à Téhéran un hommage à la veille du premier anniversaire de sa mort, mais cet événement a été annulé suite à des pressions et des menaces d’agents du Ministère des Renseignements.

Selon un rapport parvenu aux militant-es et activiste du site du Collectif HRANA, à la suite à de lourdes pressions et d’une séries de menaces émanant d’agents de la police politique du Ministère des Renseignements, nous avons appris qu’une cérémonie d’hommage qui était prévue pour le 1er Septembre 2016  en mémoire de notre camarade Iranien Shahrokh Zamani n’aurait pas lieu.

Une source proche de la famille de Shahrokh Zamani, a annoncé cette nouvelles et déclaré à un journaliste du site du Collectif HRANA: « Un bref hommage  en mémoire de Shahrokh devait avoir lieu au domicile de son neveu à Téhéran, où  un certain nombre de ses anciens collègues de travail, de militants syndicalistes, ses amis et des connaissances avaient été invités, mais suite à des appels et des menaces du Ministère des Renseignements, cette cérémonie a été annulée et ces  personnes n’ont pas été autorisées à se réunir ».

Il convient de rappeler que Shahrokh Zamani, était un militant syndicaliste Iranien qui fut retrouvé mort dans sa cellule le 13 Septembre 2015, officiellement selon les autorités administratives de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh, des suites d’un accident vasculaire cérébral survenu entre 5 heures du matin et 12 heures. Une version toujours contestée par les membres de sa famille et par ses codétenus qui ont retrouvé son corps à leur retour de promenade.

Shahrokh Zamani n’avait pas pu obtenir l’autorisation d’assister au mariage de sa fille, en Août 2014, on lui a également refusé une mise en liberté provisoire  pour assister à l’enterrement de sa mère. Lors des derniers mois de sa vie Il ne pouvait plus être en mesure de recevoir de visites régulières des membres de sa famille en prison, en raison de la longue distance entre son domicile familial situé dans la ville de Tabriz et celle de Karaj.

Shahrokh Zamani, avait été arrêté pour la seconde le 25 mai 2011 dans la ville Tabriz,  il fut détenu pendant 36 jours à l’isolement. Selon les sources du collectif HRANA, à cette époque la date officielle de l’arrestation avait été mentionnée comme ayant eu lieu 9 Juin 2011 ce qui nous démontre qu’il avait été détenu illégalement pendant au moins cinq jours sans mandat d’arrêt officiel des autorités Judiciaires Iraniennes.

Par la suite la Chambre de Direction Numéro 1 du « Tribunal Révolutionnaire » de la ville de Tabriz, présidée par le « Juge » Hamlbar fit condamner Shahrokh à une peine de 11 ans de prison pour des accusations de: « Propagande contre le régime » et « Création d’un groupe politique  illégal en vue de porter atteinte à la sécurité nationale ». Cette peine fut également confirmée peu de temps après par une autre Cour d’appel.

Après de longues séances d’interrogatoires, Shahrokh fut libéré provisoirement le 19 Octobre 2011 moyennant une lourde caution de 202 Millions de Rials.  Quatre mois après, le 14 Janvier 2012  il était à nouveau arrêté en même temps qu’un autre de ses camarades syndicaliste du nom de Mohammad Jarahi, puis transféré à la prison centrale de Tabriz pour commencer à y purger sa peine.

A son arrivée dans la prison de Tabriz, Shahrokh a été détenu illégalement pendant plus d’un mois dans le service de Quarantaine. Il s’est ensuite lancé dans une grève de la faim pour protester contre cette décision. En représailles on l’a ensuite transféré dans le Quartier des « Délits financiers » où il fut harcelé par certains détenus de mèche avec les gardiens, puis dans le Quartier numéro  15 connu sous le nom de « Quartier de la méthadone ». Une section de la prison de Tabriz particulièrement délabrée et insalubre, traditionnellement réservée aux prisonnier toxicomanes en très mauvais état de santé.

-Valse des transferts illégaux, une des méthodes sordides du régime pour éloigner volontairement certains prisonniers politiques jugés trop remuants, loin des lieux de résidence d’origine de leurs familles.

Le 27 mai 2012, Shahrokh fut de nouveau transféré  illégalement menotté aux pieds et aux poignets depuis la prison de la ville de Tabriz vers celle de la ville de Yazd. Une valse des transferts qui ne s’arrêta pas la puisqu’ on le renvoya de nouveau le 7 Aout à Tabriz, puis  le 23  Septembre vers la prison de Gohardasht Rajaee Shahr.

Le 8 Septembre 2013 Shahrokh  était de nouveau transféré depuis la prison de Gohardasht Rajaee Shahr vers celle de la ville de Tabriz, une fois sur place il a appris que la Chambre de la Direction Numéro 2 du « Tribunal Révolutionnaire » de la ville l’avait condamné à une peine supplémentaire de 6 mois de prison, pour avoir prétendument: « Insulté la direction et les autorités administratives de la prison de Tabriz ».

Le 11 Mars 2014 on le transféra  vers la prison de Ghezel Hesar- située elle aussi dans la ville de Karaj-Ndr. Afin de protester contre ce énième transfert Shahrokh s’est lancé dans une action de la grève de la faim. A la fin de celle-ci le 14 Avril 2014 il fut à nouveau transféré vers la prison voisine de Gohardasht Rajaee Shahr.*1

Le militant syndicaliste et travailleur peintre en bâtiment Shahrokh Zamani avait été arrêté pour la première fois en 1993 en raison de ses activités syndicales, jugé peu de temps après il fut condamné à une peine de 18 mois de prison pour  des accusations de: « Création d’une organisation Illégale et non déclarée ».

Shahrokh Zamani fut pendant longtemps membre du Conseil du Syndicat libre des travailleurs peintres en bâtiment Iraniens. Il participa également à la création du Comité d’aide à la création de syndicats libres en Iran.

Alors qu’il avait déjà passé 5 ans en détention et qu’il venait d’être transféré dans le Quartier des prisonniers politiques de Gohardasht Rajaee Shahr.  Le 13 Septembre 2015  Shahrokh Zamani fut retrouvé mort dans sa cellule.

Les officines pénitentiaires et « Judiciaires » du régime déclarèrent que Shahrokh était décédé d’un accident vasculaire cérébral.  Une version « Officielle » remise en cause par les membres de sa famille qui ont déclaré avoir eu un entretien téléphonique avec lui la veille de sa mort et qu’il était encore en bonne santé au moment de celui-ci. Et par les déclarations de ces codétenus qui ont retrouvé le corps de Shahrokh à leur retour de promenade, dans lesquelles ils affirment qu’ils avaient vu des traces de coups sur son corps et de coulures de sang dans sa bouche.

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/authorities-prevent-shahrokh-zamanis-relatives-holding-first-anniversary
Sur les Morts silencieuses et les assassinats dans des circonstances suspectes d’opposant-es Iranien-nes survenus en détention, relire ce rapport publié sur site de nos camarades d’Iran Echo – Solidarité Socialiste avec les Travailleurs Iraniens -Les «morts silencieuses» dans les prisons de la République Islamique d’Iran
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article36210
-*1 La ville de Karaj située dans la province de Téhéran compte trois prisons sordides considérées comme faisant partie des pires du pays, celle de Gohardasht Rajaee Shahr, celle de Ghezel Hesar et enfin la Prison centrale de Karaj.
-*2 Relire sur: https://hra-news.org/en/shahrokh-zamani-died-rajai-shahr-prison
https://hra-news.org/en/report-shahrokh-zamanis-death-rajai-shahr-prison
https://hra-news.org/en/shahrokh-zamani-buried-tabriz-video-footage

Contact Soliranparis nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, executions sommaires en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Gohardasht Rajaee Shahr, Humiliations quotidiennes des prisonnières et prisonniers politiques en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Morts silencieuses dans les prisons Iraniennes, Oppression et répression en Iran, Prison Centrale de Karaj, Prison de Gohardasht Rajaee Shahr, Prison Iranienne, Résistance à la dictature en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s