Prison de Yasuj conditions de détentions inhumaines et harcèlement continuels pour les prisonnières politiques Kurde et Arabe Ahwazie Ghadriyeh Ghaderi et Fahimeh Esmaili

Prison de Yasuj conditions de détentions inhumaines et harcèlement continuels pour les prisonnières politiques Kurde et Arabe Ahwazie Ghadriyeh Ghaderi et Fahimeh Esmaili.

FahimehRojin

31 Juillet et 5 Aout 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du réseau du Kurdistan Human Rights Network – KHRN : Depuis que Ghadriyeh Ghaderi une prisonnière politique Kurde et Fahimeh Esmaili, une prisonnière politique Arabe Ahawzie, ont été transférées dans le «Centre de réadaptation» de la prison de Yāsūj  (Située dans la province de l’Ostān-e Kohgīrūye-o Būyer-Ahmad  au Sud-Ouest de l’Iran ) , plusieurs source  sources locales ont rapportées qu’elle connaissent des conditions de détention particulièrement pénibles et inhumaines.

Suite à la publication de ces nouvelles sur leurs conditions de détention, le tribunal de la ville d’Urmiyeh a rejeté toutes les demandes d’accorder une mise en libération provisoire pour raisons de congé médical à la prisonnière politique Kurde Ghadriyeh Ghaderi. Tandis que dans le bureau local du Ministère des Renseignement de la prison de Yāsūj, a introduit et déposé de nouvelles accusations contre la prisonnière Arabe Ahwazie Fahimeh Esmaili.

Une source fiable a déclaré aux journalistes et activistes du site du réseau du  Kurdistan Human Rights Network – KHRN que : «le procureur de la ville d’Urmiyeh a rejeté une demande d’autorisation  temporaire de libération à Ghadriyeh Ghaderi, tout en lui annonçant que pour des raisons de sécurité intérieure, elle n’aurait pas droit à un nouveau congé médical avant la fin de de sa peine qui doit prendre effet neuf mois plus tard. Elle est en prison depuis Mai 2011. Bien que cette prisonnière politique Kurde souffre d’une grave maladie qui lui provoque des engourdissements dans tout le corps et de vives douleurs dans son oreille gauche. Et que ces pathologies lourdes aient été bien confirmées par le centre de soins et de santé de la prison de Yāsūj, elle n’avait été autorisée à bénéficier qu’a une quinzaine de jours de congé médicaux en Août 2015, mais à cause du manque de temps, elle n’a pas été en mesure d’obtenir un traitement  médical suffisant dans les hôpitaux à l’extérieur de la prison».

Cette mêmeurmiy source a également déclarée: «En mai 2015 le superviseur du juge de la prison de Yāsūj avait pourtant  accepté de Ghadriyeh Ghaderi puisse bénéficier d’un court congé médical hors de la prison, mais le procureur de la ville d’Urmiyeh a rejeté dans une lettre officielle,  cette nouvelle demande de Ghadriyeh».

A propos de l’affaire Fahimeh Esmaili une jeune femme prisonnière politique Arabe Ahwazie elle aussi détenue dans «Centre de réadaptation» de la prison de Yāsūj  les activistes du site du réseau du KHRN ont déclaré: «Après que la nouvelle concernant l’agression contre Fahimeh Esmaili commise par une gardienne de la prison de Yāsūj du nom d’Ameneh Fuladi qui l’a violement battue,  ait été largement diffusée par plusieurs médias hors d’Iran. Des officiers d’un bureau local du Ministère des Renseignements en charge de surveiller la prison de Yāsūj ont recommandé qu’elle fasse l’objet d’un nouveau dossier d’accusations. Fahimeh avait porté plainte auprès d’un Tribunal local  contre la gardienne Ameneh  Fuladi qui l’avait  agressée mais celle-ci a également porté plainte contre elle. En représailles à la plainte de Fahimeh contre la gardienne Fuladi, le Mercredi 10 Aout 2016  plusieurs agent du Ministère des Renseignement ont perquisitionné sa cellule et interrogé toutes ses codétenues enfermées dans les cellules voisines de la sienne.

Ghadriyeh Ghaderi et Fahimeh Esmaili sont emprisonnées depuis déjà pas mal de temps dans le «Centre de réadaptation» du Quartier des femmes de la prison de Yāsūj.  Dans ce bâtiment connu pour sa vétusté et son insalubrité, se trouvent également enfermées 30 autres prisonnières non politiques dont la majorité d’entre-elles sont âgées de moins de 18 ans

L’eau chaude de la prison a été coupée pendant plus de six mois, et les prisonniers doivent prendre leurs douche à l’eau froide y compris pendant les saisons froides. Selon d’autres informations transmises aux activistes du réseau du KHRN il arrive que même l’eau froide de la prison de Yāsūj soit coupée plusieurs jours par semaine. Cela a déjà entrainé plusieurs vagues de protestations des prisonnières de cette Section. Malgré cela aucune mesures concrètes n’ont encore été prises par les autorités pénitentiaires Iraniennes pour résoudre ce problème.

Fahimeh Esmaili était enseignante dans une école élémentaire où elle s’occupait d’éduquer de jeunes enfants. Elle et son mari Ali Maturi Zadeh ont été arrêtés le 28 Novembre 2005, alors qu’elle était enceinte de 8 mois. Un mois plus tard naissait sa fille Salmi, alors que Fahimeh se trouvait encore enfermée pour des interrogatoires, dans un centre de détention secret du Ministère des Renseignements situé dans un quartier de la ville d’Ahwaz.

Fahimeh Esmaili a ensuite été condamné à une peine de 15 ans de prison par  «Tribunal révolutionnaire» de la ville d’Ahwaz qui a également condamné son mari Ali Maturi Zadeh à mort  pour les accusations d’être un «Moharebeh» – autrement dit d’être un «Ennemi de dieu en guerre contre celui-ci» selon la loi Iranienne –Ndr.

Ali Maturi Zadeh a été pendu le 19 Décembre 2015 sans même avoir pu voir une dernière fois son épouse et sa fille Salmi avant son exécution. Fahimeh fut transférée peu de temps après vers la prison centrale de la ville de Yāsūj, une localité se trouvant à des centaines de Km de sa ville d’origine d’Ahwaz ce qui limite considérablement les visites de membres de sa famille qui résident dans la province du Khūzestān.

Ghadriyeh Ghaderi est une prisonnière politique Kurde qui avait été arrêté en Juin 2011 dans la ville d’Urmiyeh. Afin d’obtenir les aveux et des confessions forcées de Ghadriyeh, des agents des forces du Ministère des Renseignements de la ville d’Urmiyeh l’ont sévèrement torturée durant plus de deux mois après la date de son incarcération.

Selon des témoignages transmis à cette période par des sources locales aux activistes du  site du réseau KHRN, la violence des tortures qu’a subie Ghadriyeh Ghaderi avait été si dure qu’elle fut incapable de se mouvoir, de boire et de manger toute seule pendant plus de deux semaine, après avoir été transférée à la prison d’Urmiyeh.
Le «Tribunal révolutionnaire» de la ville d’Urmiyeh l’a fait ensuite condamné à une peine de 10 années de prison et d’exil intérieur à purger dans la prison de Yāsūj, pour des accusations présumées de « Coopération et collusion avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan –PKK ». Cependant depuis peu ses avocats ont pu demander la révision de son procès, auprès du Cour d’appel qui a commué et diminué sa peine initiale de 10 ans de prison en une peine de 7 ans de prison.

Voir aussi sur le site du Kurdistan Human Rights Network – KHRN :
http://kurdistanhumanrights.net/en/?p=972

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans "Confessions" et aveux forcés de prisonnier-ères diffusées par la chaine de Tv Iranienne de l'IRIB World service, « Confessions » et aveux forcés de prisonnier-es diffusés par la chaine d’état Iranienne PRESS-TV, Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Humiliations quotidiennes des prisonnières et prisonniers politiques en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Racisme du régime des Mollahs, Résistance à la dictature en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s