La prisonnière politique Arabe Ahwhaie Fahimeh Esmaeili Badawi violemment battue par les matonnes de la prison de la ville de Yasouj

La prisonnière politique Arabe Ahwhaie Fahimeh Esmaeili Badawi violemment battue par les matonnes de la prison de la ville de Yasouj

 fahimeh1

7 et 10 Juin 2016 nouvelle qui nous sont parvenue via le site d’opposition Iranien Persian2English et celui de l’organisation Iranienne de défense des droits de l’homme du BCR group: Le Jeudi 2 Juin 2016 dernier une jeune femme prisonnière politique Arabe Ahwazie a été violemment battue jusqu’à en perdre connaissance, par les gardiennes de la prison de la prison de la ville Yasouj (Une localité située dans la province de Boyer-Kohgiluyeh Ahmad – au centre de l’Iran).

Selon des proches de la victime, la prisonnière politique Arabe Ahwazie Fahimeh Esmaeili Badawi, une jeune professeure âgée de 33 ans, a  été violemment battue par les gardiennes de la prison de la prison de Yasouj, à la suite d’une dispute verbale avec l’une de ces gardiennes qui a été identifiée sous le nom de: Ameneh « Foloudi ».

Fahimeh a été emmenée ensuite vers l’infirmerie de la prison, cependant en raison de la détérioration de son état de santé, résultant des coups qu’elle avait reçu de la part des gardiennes, elle a du être transférée d’urgence vers un hôpital en dehors de la prison.

Malgré son état physique et de santé instable, Fahimeh a été brutalement renvoyée en cellule le Vendredi 3 Juin 2016, depuis on lui aurait interdit tous contacts même téléphoniques avec sa famille. Selon d’autres rapports transmis depuis l’Iran aux rédacteurs du site Persian2English, elle souffre toujours de vertiges, de maux de tête sévères, et porte des traces de coups et des ecchymoses sur tout le corps.

Fahimeh qui est maintenant âgé de 33 ans, avait été par arrêtée en même temps que son mari Ali Matourzadeh en Novembre 2005 par des agents du Ministère des Renseignements. Selon plusieurs rapports confirmés, Fahimeh était enceinte de huit mois au moment de son arrestation, elle a accouché un mois après d’une petite fille en cellule d’Isolement quasiment sans aucune assistance médicale, en présence de ses interrogateurs qui n’ont même pas respecté son intimité durant la naissance de son enfant.

Son mari Ali Matourzadeh a été sévèrement torturé et contraint d’accepter toutes les allégations portées contre lui par ses interrogateurs et bourreaux qui l’on accusé d’avoir commis plusieurs « Actes de terrorisme ». Plusieurs rapports d’organisation de défense des droits humains Arabes Ahwazies ont rapporté qu’a cette période Ali  était tellement affaibli physiquement et psychologiquement qu’il a accepté toutes ces accusations basées sur un dossier très vague et des charges plus que floues, pour tenter de sauver son épouse et sa fille qui était née en détention.

Ali Matourzadeh a été exécuté quelques mois plus tard en Décembre 2006,  les autorités judiciaires et pénitentiaires Iraniennes fidèles à leur cynisme et à leurs brutalités habituelles, ne lui on même pas accordé le droit de faire ses adieux à son épouse Fahimeh et à sa fille, avant son exécution par pendaison.

Fahimeh Esmaeili Badawi a également été sévèrement torturée jusqu’à ce qu’elle accepte de faire des « Aveux » forcés qui ont été filmé et diffusé par PRESS-TV  une des principales chaine de Télévision du Régime qui est coutumière de ce genre de pratiques ignobles*1. Ces « Aveux » ont ensuite été utilisés par un « Tribunal Révolutionnaire » local pour faire condamner Fahimeh le 28 Février 2006, à une peine de 15 années de prison et d’exil intérieur, pour des accusations « d’Actes portant atteinte à la sécurité nationale ».

Fahimeh qui a déjà purgé 11 années de sa peine de 15 ans de prison, n’a jamais pu bénéficier d’une seule procédure dite de « Congé médical » ou de sortie de prison provisoire qui lui aurait permis de  voir ne serait-ce  qu’une sa fille Salma Matourzadeh – Esmaeili Badawi, maintenant âgée de 11 ans qui a été recueillie par ses grands parents qui résident dans la ville d’Ahwaz (Province du Khuzestân située au Sud-Ouest de l’Iran)  , rappelons que selon les règlements mêmes de l’administration pénitentiaire Iranienne, tous-tes les détenu-es peuvent bénéficier de ces droits (Toutefois sous certaines conditions) quand ils ou elles ont déjà passé plus de deux ans en détention.

fatemeh2

Voir aussi sur: http://persian2english.com/?p=25394

Sur les « Confessions » forcées et les « Aveux » extorqués à Fahimeh Esmaeili Badawi par la torture  filmés et diffusés par la chaine de Télévision d’état Iranienne PRESS-TV, voir la  capture d’écran ci dessus et l’article en Persan sur:

http://humanrightsiniran.org/1395/17451/
Et sur le site du BCR group:   http://bcrgroup.us/female-arab-political-prisoner-was-beaten-unconscious-by-gu.html

-*1 Relire nos articles précédents sur les méthodes ignobles de la chaine d’État Iranienne PRESS-TV , à l’encontre de prisonnières et de prisonniers politiques Iranien-nes dont les « Aveux «  et les « Confessions » forcées et obtenues par la torture, sont réguliérement filmées et diffusées  par ce média du régime.

https://soliranparis.wordpress.com/?s=press+tv

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans « Confessions » et aveux forcés de prisonnier-es diffusés par la chaine d’état Iranienne PRESS-TV, Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Exécutions non communiquées par le régime des Mollahs, executions sommaires en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Humiliations quotidiennes des prisonnières et prisonniers politiques en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Racisme du régime des Mollahs, Résistance à la dictature en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s