Notre camarade syndicaliste Iranien Behnam Ibrahimzadeh a de nouveau été transféré dans le Quartier numéro deux de la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Shahr.

Notre camarade syndicaliste Iranien Behnam Ibrahimzadeh a de nouveau été transféré dans le Quartier numéro deux de la sinistre prison de Gohardasht Rajaee Shahr.

behnam-ebrahimzadeh-10

23 et 27 Mai 2016 nouvelles qui nous sont parvenues par le biais du site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA :  Ville de Karaj, notre camarade syndicaliste Iranien emprisonné Behnam -Asad -Ibrahimzadeh a de nouveau été transféré dans le Quartier numéro 2 de la sinistre prison de Gohardast Rajaee Shahr ,connu aussi sous le nom de Quartier Dar Al Quran,  ces mesures de rétorsions disciplinaires contre notre camarade, interviennent  à la suite des tensions survenues dans le Quartier numéro 10 de cette prison, où il était précédemment enfermé.

Selon un rapport  parvenu aux militant-es et activistes du site du collectif HRANA, à la suite d’un différent survenu avec un autre prisonnier, notre camarade militant syndicaliste emprisonné. Behnam Ibrahimzadeh a été à nouveau transféré à titre disciplinaire sur ordres du directeur, depuis le Quartier numéro 10 vers le Quartier numéro deux de la prison de Gohardasht Rajaee Shah.

Le Quartier numéro 2 de la prison de Gohardasht Rajaee Shahr, est aussi connu aussi sous le nom de Section Dar-Al-Quran. Dans cette partie de la prison à caractère éminemment idéologique pour le régime, sont généralement enfermés des « Prisonniers religieux » ou dits de « Droits communs » qui sont obligés de lire et d’apprendre par cœur des passages entiers du Coran, s’ils veulent pouvoir bénéficier d’amnisties, de remises de peines ou bien encore de mises en libération conditionnelle pour raisons de santé –  selon les procédures dites de « Congés médicaux »Ndr.

Une source proche de Behnam Ibrahimzadeh a confirmé ces nouvelles et a déclaré à un journaliste du site du collectif HRANA: « M. Behnam Ibrahimzadeh a été transféré vers le Quartier numéro 2 sans avoir la possibilité d’emmener ses affaires personnelles. Sachant que les autorités pénitentiaires régissant ces deux quartiers de la prison n’ont jamais appliqué la séparation des peines entre détenus politiques et ceux dits de droits communs. Et que la peine visant ce prisonnier est déjà totalement biaisée. Tout en considérant que Behnam souhaitait rester dans sa cellule du Quartier numéro 10, cela ne  peut être considéré que comme du harcèlement manifeste ».

Behnam Ibrahimzadeh est né en 1977,  c’est  un militant syndicaliste de longue date connu pour son courage et sa détermination d’opposant politique au régime, il avait déjà été arrêté une première fois en 2008  après avoir été accusé: « d’avoir peint des graffitis de propagande anti régime » sur les murs de la ville Oshnaviyeh (Une ville située dans la province de l’Azerbaïdjan Occidental Iranien). Il  fut arrêté une seconde fois en 2009, pour avoir participé et tenté d’organiser dans le parc Laleh de Téhéran, une manifestation pour la journée internationale des travailleurs du 1er Mai avec d’autres militants syndicalistes. Cette seconde arrestation s’était soldée,  par un mois de détention avant qu’il ne soit libéré sous caution.

Notre camarade Behnam  avait été arrêté  une troisième fois le 12 Juin 2010, à  la suite de cette arrestation, il a été interrogé et a subi d’intenses pressions pendant plus quatre mois tout en étant enfermé dans une cellule d’isolement,  il fut ensuite transféré vers la Section 350 de la prison d’Evin.

Peu de temps après il a été condamné à une peine de 20 ans de prison, par la Cour de la Branche numéro 15 du « Tribunal Révolutionnaire » de Téhéran présidée par le sinistre « Juge » Abdolqassem Salavati, après une parodie de procès expédiée en quelques minutes sans la présence d’un avocat de la défense. Cette sentence initiale fut quelques mois après réduite à une peine de 5 ans de prison, par une autre Cour d’appel de Téhéran.

En 2014 Behnam Ibrahimzadeh  a été battu et violemment passé à tabac par des gardiens de prison, lors d’un raid des matons et de forces spéciales antiémeutes contre les prisonniers politiques de la Section 350 de la prison d’Evin, raid déclenché lors des journées du 17 et 18 Avril 2014 et surnommé maintenant par les opposants Iraniens le Jeudi noir d’Evin -*1. A la suite de cette descente musclée Behnam fut placé en isolement total pendant 5 jours avant d’être transféré dans les Sections 240 et 209 où il a passé quelques temps, avant d’être transféré illégalement fin Mai 2014 vers la prison de Gohardasht Rajaee Shahr située dans la ville de Karaj (Province de Téhéran). Depuis son arrivée dans cette prison Behnam a constamment été harcelé par l’administration pénitentiaires et les gardiens qui font tout pour rendre encore plus difficile et pénible, ses conditions de détention.

Les activistes du site du Collectif HRANA, ont précédemment rapporté que le 1er Aout 2015 dernier Behnam Ibrahimzadeh, à été condamné a une peine de prison supplémentaire de: 7 ans, 10 mois et 15 jours de prison assortie d’une lourde amende, alors même qu’il terminait presque de purger sa peine précédente de 5 ans de prison. Pour des accusations de « Montage d’une collusion en vue de commettre des crimes portant atteinte à la sécurité nationale »[…] « Propagande contre le régime », ainsi que pour sa participation supposée à la mutinerie du Jeudi Noir d’Evin.  Cette même Cour  l’a également accusé de ne pas avoir « Respecté les ordres de la direction » […] et plus délirant encore: « d’Avoir joué aux cartes et utilisé un téléphone cellulaire par satellite durant les débuts de sa détention dans la prison d’Evin »

Un des consultants juridiques d’HRANA avait déclaré à l’époque de ce second procès:  » Malgré le fait qu’il a été impossible aux juge de prouver ces allégations d’actes d’atteintes à la sécurité nationale, supposément commis par Behnam Ibrahimzadeh lors de sa détention précédente, ils l’ont littéralement enfoncé durant ce nouveau procès. Alors même  que selon le nouveau Code pénal Islamique entré en vigueur récemment, toutes ces allégations et accusations combinées ne pouvaient lui valoir qu’une peine supplémentaire de cinq ans de prison« .

Malgré le fait que Behnam Ibrahimzadeh  souffre d’une grave Hernie discale et de problèmes d’Arthrite dans le cou, les autorités judiciaires et pénitentiaires  Iraniennes refusent régulièrement à ce prisonnier politique son droit légitime a bénéficier de permissions de sorties provisoires qui lui permettrait d’être soigné dans un hôpital hors de la prison. On lui a plusieurs fois refusé ses droits de visites familiaux pour des « Motifs disciplinaires », et refusé à plusieurs reprises ses demandes de mise en liberté provisoire qui lui aurait permis d’aller voir à l’hôpital son fils Nima Ibrahimzadeh qui souffre d’une leucémie et d’un cancer généralisé.

Il convient également de rappeler que son épouse et les membres de sa famille ne peuvent plus lui rendre visite toutes les semaines comme ils le faisaient avant le transfert de Behnam dans la prison de Gohardasht Rajaee Shah , en raison de leurs difficultés financières et des prix des transports, de la longue distance entre leurs lieux de résidence et cette prison, et bien évidemment à cause de la  grave maladie dont souffre leur fils Nima.

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/behnam-ibrahimzadeh-transferred-ward-2-rajai-shahr-prison

-*1 le Jeudi Noir d’Evin est une mutinerie qui avait éclaté les 17 et 18 Avril 2014 dans la section 350 de cette même prison, elle avait éclaté  a la suite de fouilles de cellules abusives, lors de ce raid d’une violence inouïe de nombreux prisonniers avaient été grièvement blessés, après avoir  été violemment matraqués et passé à tabac par les gardiens appuyés par des membre de forces spéciales de la police anti-émeutes de la capitale.

https://soliranparis.wordpress.com/?s=jeudi+noir+d%27evin

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Humiliations quotidiennes des prisonnières et prisonniers politiques en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Résistance à la dictature en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s