La militante féministe et caricaturiste Iranienne emprisonnée Atena Farghadani est toujours dans l’incertitude quand aux décisions d’une Cour d’appel devant réexaminer son cas

La militante féministe et caricaturiste Iranienne emprisonnée Atena Farghadani est toujours dans l’incertitude quand aux décisions d’une Cour d’appel devant réexaminer son cas.

atena-fargdani4

Atena Farghadani

9 et 11 Avril 2016 nouvelles qui nous sont parvenues par le biais du site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA: La prisonnière politique Atena Farghadani, une militante féministe, artiste et activiste défenseure des droits civiques Iranienne, actuellement détenue dans le Quartier des femmes de la prison d’Evin qui doit faire face à une nouvelle plainte, est toujours dans l’incertitude la plus totale quant à la décision d’une Cour d’appel qui devait en principe réexaminer son affaire et son dossier Judiciaire.

Selon les derniers rapports en date sur cette affaire qui sont parvenus aux militant-es et activistes du site de l’Agence Iranienne de défense des droits humains HRANA. La prisonnière politique Atena Farghadani, avait fait face a de nouvelles accusations  présumées de « Relations illicites et « d’Adultère », simplement parce qu’elle avait serré la main de son avocat M.Mohammad Moqimi, lors d’une visite qu’il avait faite à sa cliente à la prison d’Evin le Samedi 7 Juin 2015.

Peu de temps après l’avocat d’Atena Farghadani avait été arrêté pour les mêmes accusations « d’Adultère et relations illicites ». Il fut ensuite transféré vers la prison de Gohardasht Rajaee  Shahr  (Ville de Karaj-Province de Téhéran) où il passa quelques jours en détention provisoire avant d’être finalement libéré.

Il convient de rappeler que l’arrestation de M.Mohammad Moqimi,  l’avocat d’Atena Farghadani  lui a fait manquer de temps, pour quelle puisse faire appel en temps et en heure. Le réexamen de son affaire a eu lieu finalement le 3 Octobre 2015 dans la salle de la Branche numéro 1161 de la  Cour pénale générale Téhéran. Depuis lors Atena  n’a toujours pas été informée des décisions de cette même Cour.

Ces nouvelles allégations mensongères et complément délirantes « d’Adultère et de relations Illicites », avaient incité Atena Farghadani à se lancer dans une action de grève de la faim qui avait durée  trois jours, pour protester contre ces accusations émanant de plaintes déposées par des gardiennes, ainsi que contre les insultes et menaces verbales quotidiennes qu’Atena subissait de leur part. Sa mère avait également fait à la même période une déclaration publique, dénonçant comme Illégales et illégitime les persécutions que faisaient subir à sa fille, ce groupe de gardiennes particulièrement virulentes du Quartier des femmes de la prison d’Evin.

Atena Farghadani qui est maintenant détenue depuis le 10 Janvier 2014, a été condamnée à une peine de 12 ans et 9 mois d’emprisonnement,  par une Cour du « Tribunal Révolutionnaire » de Téhéran présidé par le sinistre « Juge » Salavati *1 qui l’a accusée: « d’Insulte faite au Majlis (le Parlement Iranien) par le biais d’une caricature »[…] « Assemblage et montage d’une collusion en vue d’agir contre la sécurité nationale » et « Insultes publiques proférées contre le Guide suprême de la République islamique ».

L’année dernière, deux mois après avoir été détenue pour interrogatoires dans un centre de détention secret des « Gardiens de la Révolution » du corps d’armée de l’IRGC , la prisonnière politique Atena Farghadani avait déclarée que les principales questions qu’elle avaient eu a subir de la part de ses interrogateurs, avaient portées essentiellement sur ses desseins et sur une caricature critique qu’elle avait publiée sur sa page Face Book,  représentant des membres du parlement Iranien qui avaient faits des propositions de lois restreignant à nouveau les droits des Iraniennes à avoir accès à certaines formes de contraceptions . Elle est actuellement détenue dans le Quartier des femmes de la prison d’Evin, où elle se trouve toujours dans l’incertitude la plus totale quand a une éventuelle nouvelle décision de la Cour d’appel.

Le Secrétaire général de l’ONU a signalé et critiqué dans son dernier rapport annuel, le fait que les autorités Judiciaires Iraniennes, aient récemment obligé par la contrainte  Atena Farghadani, a effectuer un test de virginité, et que ces mêmes autorité aient tenté de « Justifier » ces pressions en déclarant que c’était cause des nouvelles accusations « d’Adultère » dont  fait l’objet cette prisonnière politique.*2

Voir sur: https://hra-news.org/en/atena-farghadani-imprisoned-undecided-situation
-*1 Le « Juge » Abu’l-Qasim Salavati est unanimement détesté par une large part de la population Iranienne pour sa vulgarité et la brutalité sans bornes de ses verdicts- relire nos articles a son sujet sur:
https://soliranparis.wordpress.com/?s=juge+salavati
-*2 Relire sur:  https://soliranparis.wordpress.com/2016/03/18/les-autorites-iraniennes-ont-approuve-deux-tests-de-virginite-et-de-grossesse-imposes-aux-prisonnieres-politiques-atena-faraghdani-et-fatemeh-ekhtesari/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Artistes et musiciens persécutés en Iran, Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Humiliations quotidiennes des prisonnières et prisonniers politiques en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Minorités opprimées et discriminées en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La militante féministe et caricaturiste Iranienne emprisonnée Atena Farghadani est toujours dans l’incertitude quand aux décisions d’une Cour d’appel devant réexaminer son cas

  1. Ping : La militante féministe et caricaturiste Iranienne emprisonnée Atena Farghadani est toujours dans l’incertitude quand aux décisions d’une Cour d’appel devant réexaminer son cas – Ali Goli

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s