Le militant syndicaliste Iranien emprisonné Behnam Ebrahimzadeh à nouveau privé de son droit de visite qui lui permettrait d’aller voir son fils malade

Le militant syndicaliste Iranien emprisonné Behnam Ebrahimzadeh à nouveau privé de son droit de visite qui lui permettrait d’aller voir son fils malade

behnam2

23 et 24 Février 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA: Les autorités de l’administration pénitentiaire de la sinistre prison de Gohatdahst Rajaee Shahr (Ville de Karaj -Province de Téhéran), viennent encore de refuser une demande de mise en liberté provisoire faites par notre camarade syndicaliste Iranien emprisonné Behnam As’ad Ebrahimzadeh qui aurait pu lui permette de se rendre visite à l’hôpital où se trouve actuellement son fils Nima Ebrahimzadeh qui est atteint d’une grave forme de leucémie.

Selon les premiers rapports parvenus aux militant-es et activistes du site de l’Agence Iranienne de défense des droits humains HRANA. Le fils de ce militant ouvrier Iranien emprisonné de longue date, Nima Ebrahimzadeh, à été transféré d’urgence à l’hôpital Mahak le jeudi 18 Février 2016 dernier. Alors que la période « légale » d’observation visant les prisonniers en Iran quand ils ont déjà passé plus d’un an en détention a pris fin il y a longtemps, Behnam Ebrahimzadeh continue toujours de faire l’objet de harcèlements et de pression diverses dans la nouvelle prison où il est actuellement enfermé.

En Aout 2015 dernier une Cour d’appel de Téhéran a condamné notre camarade Iranien Behnam Ebrahimzadeh à une nouvelle peine de 7 ans ,10 mois et 15 jours d’emprisonnement, assortie d’une amende de Quatre cent cinquante mille tomans. Sur la base d’accusations telles que « Organisation de rassemblements en vue de monter collusion pour commettre des crimes contre la sécurité intérieure et extérieure » et « Propagande contre le régime ».

Un autre tribunal avait précédemment fait requérir contre lui une peine de neuf ans de prison. Il convient encore de rappeler que Behnam était à cette période, en train de finir de purger une peine précédente de Cinq ans de prison à laquelle il avait déjà été condamné dans la prison d’Evin à Téhéran. On l’a également accusé: « d’avoir usé ultérieurement d’équipements de réception de télévisions par satellites et de vente de cartes de jeux » alors qu’il était en prison durant la période ou ont été émises ces accusations.

L’un des conseillers juridiques d’Hrana à déclaré:  » Bien qu’il soit pour le moment impossible pour les juges de prouver que Behnam aie organisé depuis sa prison des agissements contre la sécurité nationale, le jugement reste toujours en vigueur, alors que selon le nouveau Code pénal Islamique, même si ces allégations pouvaient être prouvées, il n’aurait du être condamné qu’a une peine de Cinq ans de prison au grand maximum, cette condamnation prononcée contre lui est donc totalement Illégale au regard même des lois Iraniennes »

Behnam Ebrahimzadeh, est un militant syndicaliste ouvrier né en 1977 qui a été détenu à plusieurs reprises pour ses engagements politiques et syndicaux, il fut déjà arrêté et détenu une première fois en 2008, pour des accusations d’avoir participé à des : » « Campagnes de peintures murales et de graffitis de propagande anti régime » dans la ville d’Ochnavieh (Province du Kurdistan Iranien ou Rojhelat).

En Mai 2009, Behnam a été arrêté pour la seconde fois lors de la Journée internationale des travailleurs du 1er Mai, lors d’une manifestation organisée dans l’enceinte du parc Laleh à Téhéran, avec un groupe d’autres militants défenseurs des droits civils et syndicaux. Il fur ensuite libéré sous caution après avoir passé plusieurs semaines en garde a vue dans le Quartier des cellules d’isolement de la prison d’Evin.

Il a été arrêté pour la troisième fois le 12 Juin 2011. Après avoir passé 4 mois de détention à l’isolement où il a subi des interrogatoires et des pressions de toutes sortes, il a été transféré ensuite vers la section 350 de la prison d’Evin à Téhéran. Jugé quelques temps après par la Cour de la 15e chambre du « Tribunal révolutionnaire » de Téhéran présidée par le sinistre juge Salavati . Lors de cette parodie de procès qui ne dura que quelques minutes et sans avoir le droit à pouvoir être assisté d’un avocat Behnam fut condamné à une peine de 20 ans de prison. Cette peine a été plus tard réduite et commuée à cinq d’emprisonnement par une autre Cour d’appel

Behnam Ebrahimzadeh a été violemment battu lors d’un raid des matons d’Evin appuyés par une unité spéciale de la police anti émeute de Téhéran dirigé contre les détenus de Section 350 de la prison d’Evin et connu maintenant sous le nom de Jeudi noir d’Evin. Lors des deux journées du 17 et 18 Avril 2014 eurent lieux des raids d’une violence inouïe contre les prisonniers la Section 350 de la prison d’Evin qui protestaient contre les fouilles continuelles de leurs cellules qui se soldèrent par des dizaines de blessés dont certains très grièvement. Behnam fut accusé d’avoir été l’un des « meneurs » de cette mutinerie et en représailles placé à l’isolement pendant 15 jours dans le Quartier de la Section 240 d’Evin

Behnam fut ensuite transféré à l’isolement dans la Section 209 de la prison d’Evin qui est sous le contrôle du Ministère des Renseignement et d’agents spéciaux des « Gardiens de la révolution » où il resta jusque vers la fin Mai 2015. Il a ensuite été transféré illégalement dans la prison de Gohardasht Rajaee Shahr (Ville de Karaj) où il est toujours enfermé dans des conditions atroces.

Ce militant syndicaliste Iranien emprisonné souffre d’une hernie discale et d’une forme grave d’arthrite du cou. Malgré cela il n’a toujours pas pu recevoir de soins médicaux appropriés et toutes ses demandes légitimes de libérations provisoires selon la procédure des « Congés médicaux » ayant cours en Iran. Qui auraient pu lui permettre d’être convenablement soigné dans un hôpital hors de prison, lui ont été systématiquement refusées. Alors que son fils Nima est atteint d’une Leucémie en phase terminale ont vient encore de lui refuser une demande de libération provisoire pour qu’il aille lui rendre visite. L’épouse et les membres de la famille de Behnam ont également déclarés qu’en raison de la maladie de Nima, de leurs restrictions financières et des prix des transports (Sa famille vit loin de la prison de Gohardasht Rajaee Shahr), ils n’étaient pas en mesure de lui rendre visite toutes les semaines comme ils pouvaient le faire auparavant.

Les pressions contre Behnam n’ont pas cessées non plus, malgré son transfert depuis celle d’Evin à Téhéran vers celle de Gohardasht Rajaee Shahr à Karaj, depuis son arrivée dans ce centre de détention, Behnam a été transféré et baladé dans différentes Sections de ce centre pénitentiaire, tout en continuant de subir des violences verbales et physiques quotidiennes de la part des matons et même d’un adjoint du Directeur. Il se trouve pour le moment enfermé dans le Quartier numéro 10

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/behnam-ebrahimzadeh-deprived-visiting-ill-son

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Attaques anti ouvriéres du régime Iranien, Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Droit sociaux bafoués en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le militant syndicaliste Iranien emprisonné Behnam Ebrahimzadeh à nouveau privé de son droit de visite qui lui permettrait d’aller voir son fils malade

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s