Le procureur de la ville de Khoy rejette les demandes de soins médicaux de la prisonnière politique Kurde Zeynab Jalalian

Le procureur de la ville de Khoy rejette les demandes de soins médicaux de la prisonnière politique Kurde Zeynab Jalalian.

Zaynab-Jalalian

7 et 12 Février 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Kurdistan Human Rights Network ou KHRN: le procureur de la cité Iranienne de Khoy (Province du Kurdistan Iranien ou Rojhelat ), a rejeté une nouvelle demande légitime de soins médicaux faite par la prisonnière politique Kurde Iranienne Zeynab Jalalian qui souffre de plusieurs graves maladies, dont une qui pourrait à court terme la rendre définitivement aveugle si elle n’est pas soignée rapidement.

Zeynab Jalalian demandait juste à pouvoir bénéficier d’une mise en liberté provisoire afin qu’elle puisse se faire soigner dans un hôpital en dehors de la prison où elle actuellement détenue, a déclaré une source locale fiable aux reporters et activistes du site du Kurdistan Human Rights NetworkKHRN.

La même source a déclaré:  » Zeynab Jalalian de graves problèmes oculaires *1 et intestinaux depuis plusieurs années maintenant. Elle est actuellement incarcérée dans la prison de Khoy, mais le centre de santé de la prison manque de matériel médical suffisant pour traiter ses maladies, elle a demandé à plusieurs reprises à être soignée dans un hôpital en dehors de la prison. Cependant, le procureur de Khoy a toujours rejeté toutes ses demandes. Les autorités pénitentiaires sont bien conscientes de la détérioration de son état de santé et conviennent qu’elle doit être traitée en dehors de la prison, mais elles disent qu’elles ne peuvent pas le faire, si le procureur n’ordonne pas officiellement son transfert, et cela ne peut être du qu’au fait que son affaire est toujours considérée comme une affaire politique sensible ».

En ce qui concerne ses conditions de vie dans la prison de Khoy située dans le district de la localité de Gharbi (Province de l’Azerbaïdjan Iranien), la même source a déclaré: « Ce centre de détention est un peu meilleur que la prison de la ville de Kermanshâh où elle était précédemment détenue. En effet cette prison est plus proche de sa ville natale, de sorte sa famille peut venir lui rendre visite tous les Mercredis. Le seul problème c’est qu’elle est enfermée dans une petite cellule partagée avec les femmes condamnées pour des crimes tels que des assassinats et des affaires de drogue, car il n’y a pas d’autres prisonnières politiques dans cette prison en ce moment. En outre elle est constamment surveillée et les gardiennes ne cessent jamais de venir vérifier tout ce qui se passe dans sa cellule, pour rapporter ensuite à la direction, avec qui elle parle et avec qui elle est en contact dans le reste de la prison ».

Le « Tribunal Révolutionnaire Islamique » de la ville de Kermanshâh , avait fait condamner à mort notre camarde Zeynab Jalalian, en Janvier 2009 après l’avoir accusée d’être une « Moharebeh » – c’est à dire d’être une « Ennemie de dieu en inimité avec celui-ci » selon la loi Iranienne – Ndr, en raison de son appartenance présumée au Parti Pour Une Vie libre du Kurdistan ou PJAK, un groupe d’opposition et de résistance Kurde armé considéré comme terroriste en Iran qui se bat pour plus d’autonomie culturelle et politique pour les populations Kurdes d’Iran.

Durant ses premier mois de détention, Zeynab à passé plus de 8 mois à l’isolement dans un centre de détention clandestin du Ministère des Renseignements, avant que son affaire ne soit finalement examinée devant la Cour du « Tribunal Révolutionnaire Islamique » de la ville de Kermanshâh. Enfin il convient de rappeler que Zeynab a publié plusieurs témoignages, disant qu’elle avait subie des tortures physiques et psychologiques intenses au cours de ces huit premier mois d’interrogatoires, durant lesquels sa famille n’a pas pu avoir de nouvelles de leur fille, ni savoir où elle était enfermée.

Le 26 Novembre 2009, La Cour suprême Iranienne confirma sa condamnation à mort. Elle fut ensuite transférée depuis la prison de Kermanshah vers un autre lieu de détention inconnu, puis vers la prison d’Evin à Téhéran au début du mois de Mars 2010.

Du fait que la prison d’Evin à Téhéran se trouve à des centaines de Km de sa ville natale. Ceci n’avait fait qu’accroitre l’angoisse et les inquiétudes de sa famille sa famille qui craignait qu’elle ne soit exécutée à tout moment, puisque sa peine avait été confirmée par la Cour suprême Iranienne. Enfin après un procès en seconde instance auprès d’une Cour d’appel en Novembre 2011, sa condamnation à mort fut finalement commuée en une peine de réclusion à perpétuité.

Zeynab a ensuite été transférée vers la prison de Khoy en Novembre 2014. Alors qu’elle a déjà passé sept années derrière les barreaux et qu’elle souffre de plusieurs graves maladies dues à toutes les tortures qu’elle à subie et de séquelles physiques causées par ses mauvaises conditions de détention précédentes, elle n’a jamais pu bénéficier d’une mise en liberté provisoire, selon les procédures dite de « Congés médicaux » ayant cours en Iran qui permettent en principe, aux prisonnier-es de se faire soigner dans des hôpitaux hors des prisons quand ils-elles sont gravement malades.

Voir aussi sur le site du KHRN: http://kurdistanhumanrights.net/en/?p=796
-*1 Notre camarade Zeynab Jalalian soufre d’une forme grave du syndrome de ptérygion, une maladie des yeux qui bien qu’elle soit soignable assez facilement quand elle est prise en comte sérieusement, peut conduire à la cécité si elle n’est pas soignée de manière rapide avec le matériel médical approprié.

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Centre de détention secrets de la "République Islamique d'Iran", Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Irrespect total des vies humaines des prisonnières et des prisonniers par le régime des Mollahs, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Racisme du régime des Mollahs, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s