Refus de soins et de mise en liberté provisoire pour la prisonnière politique Tahereh Jafari

Refus de soins et de mise en liberté provisoire pour la prisonnière politique Tahereh Jafari.

tahere-jafari

7 et 9 Février 2016 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du Collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights News Agency ou HRANA: Le bureau du Procureur de Téhéran n’a pas donné son accord formel, aux demandes de mise en liberté provisoire pour raisons médicales, faites par Mme Tahereh Jafari, une prisonnière politique actuellement enfermée dans le Quartier des femmes de la prison d’Evin.

Selon un rapport parvenu aux militant-es et activistes du site de l’Agence Iranienne de défense des droits humains HRANA, Mme Tahereh Jafari qui a déjà purgé plus de la moitié de sa peine d’un an de prison pour « Propagande contre l’Etat et le régime », n’a pas eu la possibilité légale de bénéficier d’une mise en liberté provisoire, selon les procédures dites de « congés médicaux » habituellement accordées aux prisonnières quand elles sont gravement malades en Iran.

Mme Tahereh Jafari qui est âgée de 54 ans, souffre de graves problèmes vertébraux et cardiaques, confirmés par des médecins dés son arrivée dans la prison d’Evin, en outre ceux-ci ont déclaré que son état de santé était incompatible avec une longue mise en détention, parce qu’elle a besoin impérativement de subir des examens et des soins médicaux constants tous les trois mois.

Bien que les autorités judiciaires et pénitentiaires de la Province de Téhéran, n’aient pas explicitement exprimé leur opposition aux demandes de libération conditionnelle faite par cette prisonnière politique, celles-ci n’ont toujours pas convenues de la date à partir de laquelle, Mme Tahereh Jafari pourrait bénéficier de cette procédure de « Congé médical ».

Mme Jafari avait déjà été arrêtée en Novembre 2012, elle avait été ensuite transféré dans la le Quartier des femmes de la Section 209 de la prison d’Evin. Où elle a passé plus de deux mois à l’Isolement complet. Elle a subi durant cette période de longues séances d’interrogatoires, sans avoir le droit de recevoir de visites de son avocat et de sa famille. Elle fut finalement libérée en Janvier 2013, moyennant une Caution de 1000 Millions de rials.

Au cours du même mois de Novembre 2012, son fils fut lui aussi arrêté par des Agents du Ministère des Renseignement, et transféré illégalement sans mandat d’arrêt officiel dans la Section 240 de la prison d’Evin pour y subir des interrogatoires, mais faute des documents légaux de mise en détention, il fut libéré au bout de deux jours de garde à vue.

Un procureur de la seconde branche du Tribunal Shahid Moghadas – Une Cour spéciale de la prison d’Evin (Située dans l’enceinte même de celle-ci)- Ndr, avait demandé l’acquittement de Mme Jafari mais le Président de cette même chambre refusa celui-ci et demanda une procédure d’enquête complémentaire. Obligeant Mme Jafari à renvoyer son affaire devant une autre Cour d’appel

En Juin 2014, la 28 eme Chambre du « Tribunal révolutionnaire » de Téhéran, présidée par le « Juge » Moghiseh a condamné conformément à l’article 500 du « Code pénal Islamique ». Mme Tahereh Jafari à une peine d’un an de prison pour des accusations de : « Propagande contre l’État et le régime », sentence qui a été ensuite confirmée par une autre Cour d’appel. Elle a ensuite été placée en détention dans la prison d’Evin, au début du mois de Septembre 2015.

Les Agents du Ministère des Renseignement avaient argué comme principaux « Arguments » dans leur dossier d’accusation, émis contre Mme Jafari disant qu’elle n’avait pas à qualifier la République Islamique d’Iran de « Dictature superstitieuse et païenne », parce que celle-ci n’avait aucune compétences en tant que missionnaire religieuses et théologienne.

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/tahereh-jafari-deprived-medical-furlough

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Gardes à vues et détentions arbitraires en Iran, Mensonges et bobards éhontés des médias mainstreams Iraniens, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Prison Iranienne, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s