Atena Farghadani ne sera pas condamnée pour les accusations d’adultère dont elle avait été la victime après avoir serré la main de son avocat lors d’une visite faite à sa cliente au parloir de la prison d’Evin

Atena Farghadani ne sera pas condamnée pour les accusations d’adultère dont elle avait été la victime après avoir serré la main de son avocat lors d’une visite faite à sa cliente au parloir de la prison d’Evin.

Atena-Farghadani1-1

21 et 25 Janvier 2016 nouvelles qui nous sont parvenues par le biais du site de l’International Campaign for Human Rights in Iran : La dessinatrice, militante féministe et prisonnière politique Iranienne Atena Farghadani et son avocat, Mohammad Moghimi, ont été finalement acquitté-es par un autre tribunal, des accusations d’avoir eu ensemble des « Relations illégitimes et adultères », M. Moghimi avait été accusé de cette infraction, simplement parce qu’il avait serré la main d’Atena Farghadani, lors d’une visite faite auprès de sa cliente dans la prison d’Evin.

« Ma fille avait été mentalement très perturbée par cette accusation, mais elle est très heureuse car elle a entendu parler il y a peu, de cette procédure d’acquittement », a déclaré Mme Eshrat Ardestani la mère d’Atena Farghadani aux activiste du site de la Campagne Internationale Pour les Droits de l’Homme en Iran qui ont également appris que cette décision d’acquittement , avait été envoyée par courrier officiel à M. Mohammad Moghimi le 16 Janvier 2016 dernier.

Atena Farghadani, qui est toujours détenue dans la prison d’Evin en attente d’une prochaine décision d’une Cour d’appel à propos de la peine de prison de 12 ans à laquelle elle a été condamnée pour une caricature de parlementaires Iraniens qu’elle avait posté sur sa page Facebook personnelle, et M.Moghimi son avocat avaient été accusés d’avoir eu des « Relations illégitimes et adultères », après s’être serré la main en face de deux gardiens dans le parloir de la prison d’Evin le 13 Juin 2015. En Iran en effet, en vertu des lois de la « République islamique » il est illégal et passible de prison pour des personnes de sexe opposé de s’embrasser et de se toucher en public, sauf si elles sont liées par des liens familiaux proches ou par le mariage. Pour cette seule poignée de main M. Mohammad Moghimi avait été détenu en prison pendant quatre jours avant d’être libéré sous caution.

Finalement après un procès à huis clos devant la Chambre de la Direction générale numéro 1166 de la Cour pénale de Téhéran le 3 Octobre 2015 dernier, cette Cour présidée le juge Majid Sharifzad a décidé après délibération au début du mois de Janvier 2016 qu’ Aetna Farghadani et son avocat M. Mohammad Moghimi n’avaient pas enfreint la loi, ni attenté gravement à la « Morale Islamique ».

Atena Farghadani a reçu le prix du courage 2015 du Cartoonists Right Network International *1 une association Internationale de renom, défendant les droits des caricaturistes et dessinateurs de presse. Après que cet organisme ait appris qu’elle avait été condamnée à une peine de 12 ans de prison (Le procureur avait requis à l’origine contre elle une peine de 14 ans de prison)*2, pour un dessein qu’elle avait posté sur sa page Face Book, représentant des membres du Majlis – le parlement Iranien –Ndr et des autorités Judiciaires avec des têtes d’animaux. Dessein qu’Atena avait fait pour exprimer ses critiques contre un nouveau projet de loi sexiste, visant à interdire aux Iraniennes la stérilisation volontaire, et à restreindre à nouveau un peu plus leurs droits légitimes à l’accès à la contraception et au contrôle des naissances.

Le 10 Janvier 2015 Atena Farghadani a été condamnée à une peine de 12 ans de prison, après avoir été jugée par la Cour de 15éme Chambre du « Tribunal révolutionnaire » de Téhéran présidée par le sinistre « Juge » Abu’l-Qasim Salavati *3 pour les charges de: « Assemblage d’une collusion en vue de porter atteinte à la sécurité nationale »[…] « Insultes et diffusion de propos outrageants contre la personne du Guide Suprême » – l’Ayatollah Ali KhameneiNdr, « Propagande contre l’État » […] « Insultes contre le Parlement » […] « Insultes faites aux corps d’armée des Gardiens de la Révolution » ou IRGC. Pour des propos « Outrageants » qu’Atena aurait soi-disant tenu à des Agents des services de Renseignements de l’IRGC qui l’avaient interrogée , au cours des premières heures de sa garde de Garde à vue dans le Quartier 2A de la prison d’Evin.

« La Cour d’appel a décidé de réexaminer le cas de ma fille le 20 Décembre 2015 dernier, et nous attendons sa décision avec impatience. Je prie les autorités judiciaires de nous tenir plus rapidement au courant de leurs décisions à son encontre. Il a fallu sept mois pour qu’une Cour d’appel se penche sur son affaire, et cela va faire maintenant un mois que celle-ci aurait du nous annoncer sa décision de rejuger ma fille. Cette longue indécision, n’a pour but selon moi que de nuire à ma fille et à notre famille »: à conclu Mme Eshrat Ardestani la mère d’Atena Farghadani dans la déclaration qu’elle a donné aux journalistes et activistes du site de l’International Campaign for Human Rights in Iran.

Voir aussi : https://www.iranhumanrights.org/2016/01/atena-farghadani-lawyer-2/
-*1 voir sur: http://cartoonistsrights.org/jailed-iranian-artist-atena-farghadani-recipient-of-crnis-2015-courage-in-cartooning-award/
-*2 relire sur: https://soliranparis.wordpress.com/2015/05/29/la-dessinatrice-et-militante-feministe-iranienne-atena-farghadani-vient-detre-condamnee-a-une-peine-de-14-annees-demprisonnement/
-*3 le « Juge » Abu’l-Qasim Salavati est unanimement détesté par une large part de la population Iranienne pour sa vulgarité et la brutalité sans bornes de ses verdicts-voir sur: https://soliranparis.wordpress.com/?s=juge+salavati

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Artistes et musiciens persécutés en Iran, Détentions arbitraires dans les centres des renseignements de l’IRGC, Doubles peines pour les prisonnier-es politiques Iranien-es, Droit à la présomption d'innocence bafouée en Iran, Militant-es progressistes en Iran, Oppression et répression en Iran, Violence et cynisme sans bornes des autorités judiciaires Iraniennes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s