Vingt Gardiens de la révolution Iraniens ont été tués lors de combats avec des guérilleros Kurdes du PJAK

Vingt Gardiens de la révolution Iraniens ont été tués lors de combats avec des guérilleros Kurdes du PJAK.

PJAK-Rojhelat2

9 et 10 Aout 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Kurde E Kurd.net: Kurdistan iranien nos camarades du Parti d’opposition Kurde Iranien du PJAK, ont affirmé qu’ils avaient tués 20 soldats Iraniens du corps d’armée des « Gardiens de la Révolutions » ou IRGC, au cours d’une attaque contre un poste de garde militaire du Régime des Mollahs situé prés de la ville de Marivan dans la région du Kurdistan d’Iran (Rojhelat), a rapporté le site de la BBC Persian.

Selon les informations reçues par la BBC Persian, les responsables Iraniens de la sécurité dans le Kurdistan, ont confirmé l’attaque, tout en déclarant que celle -ci n’avait pas fait de victimes. L‘YRK ou groupe des unités de défense de l’Est du Kurdistan, la branche armée du Parti Pour Une Vie Libre au Kurdistan- PJAK a publié une déclaration au sujet de cette attaque.

Dans cette déclaration de l’IRK, il a été noté que l’attaque avait été lancée par le PJAK, en réponse à de récentes opérations militaires des « Gardiens de la Révolution » iraniens de l’IRGC qui violent régulièrement le cessez le feu qui avait été signé après les tentatives d’offensives militaires Iraniennes infructueuses des années 2011 – 2012.

Le KODAR ou groupe de la Société libre et démocratique du Kurdistan de l’Est, a déclaré que sa branche armée des YRK avait ciblé le Jeudi 6 Aout 2015 dernier un avant-poste militaire de la « République islamique d’Iran », situé non loin de la ville Kurde de Marivan et qu’au cours de cette attaque plusieurs « Gardiens de la Révolution » de l’IRGC avaient été tués.

Le PJAK est l’un des groupes de résistance parmi les plus actif dans le Kurdistan iranien, il est aussi membre de la Confédération démocratique du Kurdistan du Koma Civaken Kurdistan ou KCK, qui est une organisation politique fédérale Kurde qui comprend aussi le Parti des travailleurs du KurdistanPKK.

Le KODAR a également rappelé dans son communiqué que ces tensions récentes avaient été déclenchées, après que les forces Iraniennes d’occupation aient lancé de nouvelles attaques sporadiques contre des groupes de l’YRK, connus comme faisant parti d’unités de protection et de défense des populations Kurdes du Kurdistan Iranien – Rojhelat.

« Nous avions déjà annoncé que ces attaques de l’IRGC contre nos combattants des YRK conduiraient à la reprise de la guerre. Ces agressions équivalent ni plus ni moins qu’à une rupture de la trêve signée par le régime iranien en 2011 « , a conclu le communiqué du KODAR. L’année dernière, le PJAK avait annoncé des changements majeurs dans son agenda politique au Kurdistan iranien. Il avait entre autre contribué à la création du KODAR en tant que groupe politique défendant a la fois les droits des Kurdes Iraniens, mais aussi ceux toutes les autres populations opprimées et marginalisées par le Régime théocratique et fasciste des Mollahs.

Lors des précédentes offensives et agressions militaires Iraniennes de 2011 dans le Rojhelat qui s’étaient d’ailleurs soldées par une lourde défaite de l’IRGC, le PJAK avait déclaré la cessation provisoire de ses activités militaires et ratifié un cessez le feu qui avait été unilatéralement signé par les deux parties en conflit, mais depuis lors les « Gardiens de la Révolution «  tentent régulièrement de « justifier » de nouvelles attaques contre les YRK , en déclarant à chacune de celles-ci que les conditions de cet accord de cessez-le-feu étaient « vagues » et « insuffisantes ».

Un peu plus tôt la semaine dernière d’autres camarades de l’YRK l’aile militaire du PJAK avaient affirmé qu’ils avaient tué un commandant de « Gardiens de la Révolution avec 12 autres soldats Iraniens prés de la ville Kermanshah située dans la région du Kurdistan Iranien qui est majoritairement peuplée par des Kurdes. Cette nouvelle n’a pour le moment pas été confirmée par les troupes d’occupation de Téhéran.

Depuis l’année 2004 date officielle de sa création, le PJAK ou Partiya Jiyana Azad a Kurdistane (en kurde), ont pris les armes pour établir une entité régionale Kurde semi-autonome dans le Kurdistan Iranien, semblable au gouvernement régional fédéral Kurde du KRG en Irak. Le PJAK compte environ 3.000 combattant-es armé-es, dont plus de la moitié des membres sont des femmes.

Aux derniers recensements ayant eu lieu, on estime qu’il y à actuellement plus de 12 millions de Kurdes qui vivent en Iran.

Voir aussi sur: http://ekurd.net/pjak-kills-20-iranian-revolutionary-guards-2015-08-08

Sur l’offensive et l’agression militaire Iranienne ratée dans le Rojhelat en 2011 relire sur: http://www.actukurde.fr/actualites/20/pourquoi-le-pjak-a-decrete-une-trve.html

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s