Prison d’Evin rapport du Collectif HRANA sur l’état de santé désastreux du prisonnier politique Kurde Iranien Mohammad Seddigh Kaboodvand

Prison d’Evin rapport du Collectif HRANA sur l’état de santé désastreux du prisonnier politique Kurde Iranien Mohammad Seddigh Kaboodvand.

MohammadSeddighKaboodvand2

Mohammad Seddigh Kaboodvand

31 Juillet et 5 Aout 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humain Human Rights News Agency ou HRANA: Le fondateur de l’Organisation de défense de droits humains du Kurdistan M. Mohammad Seddigh Kaboodvand qui vient d’enter dans sa neuvième année de détention, est toujours privé par les Agents de l’Administration pénitentiaire de la prison d’Evin, de son droit de prisonnier à pouvoir bénéficier d’un libération provisoire dite de « Congé médical » qui lui permettrait de se soigner correctement, alors qu’il souffre de graves problèmes de santé.

Selon les premiers rapports parvenus aux militant-es et activistes du site de l’Agence Iranienne de défense des droits humains HRANA, malgré le fait que Mohammad Seddigh Kaboodvand, soufre de diverses maladies et ses demandes répétées et légitimes, il n’a jusqu’à maintenant pas pu bénéficier de traitements médicaux appropriés. Ce militant Kurde Iranien et défenseur des droits humains a juste eu la chance une seule fois d’obtenir une permission dite de « Congé médical » de courte durée pour voir son enfant malade, après avoir participé pendant un long moment à une action de grève de la faim.

Parinaz Baghban Hassani, la femme de Mohammad Seddigh Kaboodvand, dans une interview accordée récement aux journalistes d’HRANA, a apporté la confirmation de cette question, en rajoutant que son époux est systématiquement privé de soins médicaux appropriés en dépit de ses problèmes physiques, et que les seuls médicaments qui lui ont été donné à « l’infirmerie » de la prison d’Evin, sont des analgésiques légers alors qu’il souffre de douleurs quotidienne du fait de ses diverses maladies.

Parinaz a ajouté: « Il ya une double consigne stricte des autorités pénitentiaires de ne pas répondre aux demandes légitimes de mon mari M. Kaboudvand de sorte que même l’article 134 du Code pénal Iranien, qui est également connu comme un article de loi complet, permettant aux prisonniers malades et en cours de détention de bénéficier de libérations provisoires pour raisons de santé, et qui a d’ailleurs par le passé été appliqué pour de nombreux autres prisonniers, n’est pas appliqué dans le cas de mon mari ».

L’épouse de Mohammad Seddigh Kaboodvand, a également pointé les contraintes et les pressions constantes que font peser les autorités Iraniennes sur les enfants et la famille de M. Kaboodvand, en rappelant que malgré celles-ci, l’affaire de son conjoint avait largement interpellée l’attention de l’opinion publique internationale. Que son mari avait toujours milité et défendu les droits de l’homme en affirmant son indépendance vis a vis des partis politiques, et que ce n’était pas la une raison non plus, pour que son affaire soit ignorée par les médias et la société civile Iranienne.

Mohammad Seddigh Kaboodvand avait été arrêté et emprisonné le 1er Juillet 2007, il fut jugé peu de temps après par la Cour du « Tribunal Révolutionnaire » de Téhéran et condamné à une peine de 10 ans et un an d’emprisonnement supplémentaire pour des accusations: « d’Atteintes et organisation d’actions en vue d’agir contre la sécurité nationale ». Mais aussi surtout pour avoir géré et publié sur le site du Kurdistan Human Rights Organization.

Ce même « Tribunal » d’exception lui a reproché également d’avoir: « Publié de la propagande contre le Régime de la République Islamique d’Iran » […]  » d’Avoir eu des connexions avec des Organisations internationales de défense des droits de l’homme » […]  » Entretenu des relations et une correspondance directe avec Kofi Annan, le Secrétaire général de l’ONU » […] Communications avec des médias de pays ennemis ». Cette peine de 10 années de prison a ensuite été confirmée par la Branche numéro 56 de la Cour d’appel de Téhéran.

La peine d’une année supplémentaire de prison assortie d’une peine cinq années d’interdiction d’exercer son métier de journaliste pour Mohammad Seddigh Kaboodvand, fait suite à un jugement du « Tribunal Révolutionnaire » de la ville de Sanandaj qui l’a accusé « d’incitation à la diffusion de fausses nouvelles sur le régime » pour des articles critiques qu’il avait publié dans l’hebdomadaire Payam e Mardom. Cette peine a ensuite été réduite à 6 mois d’emprisonnement par la Cour suprême, après avoir été confirmée par la Cour d’appel de Téhéran.

Il convient aussi de noter qu’une autre procédure « d’Interrogatoires complémentaires » a été ouverte par la Cour du « Tribunal Révolutionnaire » de la province l’Azerbaïdjan occidental Iranien vise encore Mohammad Seddigh Kaboodvand, pour une brochure qu’il avait cosignée avec d’autres activistes et des militantes féministes locales sur les violations des droits des femmes en Iran. Procédures qui pourrait conduire à des peines judiciaires supplémentaires.

Selon le témoignage de son épouse mais également ceux d’autres membres de la famille Kaboodvand. Mohammad n’avait aucuns antécédents médicaux, ni aucuns problèmes de santé avant sa détention. Ses problèmes de santé qui incluent une maladie pulmonaire chronique, des problèmes rénaux, des problèmes dermatologiques et un accident vasculaire cérébral léger, seraient liés selon sa famille aux conditions très difficiles de détention ainsi, qu’a toutes les périodes qu’il a passé dans des Cellules d’Isolement au cours de ses 7 premiers mois de détention.

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/report-mohammad-seddigh-kaboodvands-critical-health-condition-evin-prison
Et sur les autres articles qui lui ont été consacrés sur le site HRANA: A Report about Mohmmad Seddigh Kaboodvand’s Latest…
Mohammad Sadigh Kaboodvand returned to ward 350

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s