Hamid Farrokhi un travailleur précaire harcelé par le régime originaire de la ville de Tabriz meurt des suites de ces brulures après s’être auto-immolé

Hamid Farrokhi un travailleur précaire harcelé par le régime originaire de la ville de Tabriz meurt des suites de ces brulures après s’être auto-immolé.

MHamidFarrokhi2

24 et 22 Avril 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via la page Face Book d’opposition Freedom Messenger: M. Hamid Farrokhi un vendeur ambulant et travailleur précaire Iranien originaire de la ville de Tabriz, est mort le 21 Avril 2015 des suites de ses brulures, après s’être auto-immolé pour protester contre les harcèlements qu’il subissait quotidiennement de la part des force répressives à la solde des tyrans du régime théocratique et fasciste des Mollahs.

Par le biais d’un texte paru sur la page Freedom Messenger on appris le décés de M. Hamid Farrokhi, un colporteur ambulant et travailleur précaire de la ville de Tabriz qui a perdu la vie Le mardi 21 Avril 2015 en raison de la gravité de ses brûlures, Hamid avait commis un acte désespéré d’auto-immolation le 13 Avril 2015 dernier, en face de l’édifice Municipal du Huitième District de Tabriz, pour protester contre les harcèlements des forces répressives à la solde du régime d’oppression des Mollahs. Qui l’empêchaient systématiquement de travailler en lui confisquant régulièrement les produits qu’il vendait sur son stand.

Hamid Farrokhi était un homme âgé de 45 ans et père de trois enfants, il avait renvoyé récemment une lettre ouverte aux services municipaux pour tenter de récupérer ses maigres biens ainsi que sa charrette qui lui avaient été confisqués par les forces répressives de la ville, non seulement les « Édiles municipaux » ont refusé de lui rendre son outil de travail , alors que s’était la, le seul moyen qu’il avait de gagner sa vie et de subvenir aux besoins de sa famille, mais ils se sont ouvertement moqués de lui quand il les a menacé de s’auto-immoler en signe de protestation, tout en multipliant diverses pressions contre sa personne, ce qui selon ses proches n’aurait fait qu’accélérer sa décision de commettre son geste désespéré.

-Hamid Farrokhi n’est pas le premier cas de suicide, chez les travailleurs précaires en Iran, chaque jour un peu plus désespérés par la paupérisation toujours croissante de leurs situations sociales

Quelques semaines auparavant Abdulkarim Ahmadi, un ouvrier saisonnier Kurde originaire de la ville de Divandareh située dans le Kurdistan Iranien (Rojhelat) qui était marié et père de deux enfants, s’est pendu le 21 Mars à l’âge de 60 ans. Il avait laissé une lettre disant qu’il était incapable de subvenir aux nécessités minimales de sa famille, et que celle ci avait connu des dizaines d’années de pauvreté et de misère.

Peu de temps après, le 22 Mars 2015 dernier, Younes Asakereh un travailleur précaire et vendeur de fruit ambulant Arabe Ahwazi, originaire de la ville de la province du Khuzestân de Mohammareh-Khorramchahr (En persan), perdait lui aussi la vie des suites de ses brulures. 10 jours plus tôt Younes s’était lui aussi auto-immolé pour protester contre les attaques répétées des forces répressives Iraniennes contre son stand, et la confiscation de sa charrette qui était son seul moyen de gagner sa vie et de faire vivre sa famille.

Les travailleurs Iraniens dans leur ensemble, n’ont comme seules perspectives que la pauvreté, la précarité, le chômage de masse, des fins de mois toujours plus difficiles, et un avenir de plus en plus bouché, malgré la richesse énorme du pays, des richesses qui sont pillées et dépensées essentiellement par les sbires et les dirigeants de régime théocratique et totalitaire des Mollahs, dans l’accroissement constant de la répression interne, dans l’exportation d’un terrorisme belliciste dans toute les régions voisines du Proche et Moyen Orient, ainsi que dans la réalisation d’un projet Nucléaire de mauvais augure qui ne sert pas les intérêts vitaux des populations, mais qui au contraire n’a fait qu’entrainer des sanctions économiques Occidentales injustes qui ont contribué à une paupérisation toujours plus grande des classes laborieuses du pays, sans jamais réellement s’attaquer aux richesses scandaleuses accumulées par les dirigeants du régime sur le dos, la sueur, le sang et les larmes du peuple Iranien.

Tant que ce régime théocratique et totalitaire sera au pouvoir, le peuple Iranien ne connaitra que la pauvreté, la faim, la prostitution, la toxicomanie, et sera condamné à vivre d’expédients. La seule façon de mettre fin à toute cette tyrannie et à toute cette oppression, est le renversement du régime Anti humain des Mollahs et l’instauration de la démocratie en Iran.

Freedom Messenger 23 et 22 Avril 2015

iranianworkerpoors2

Voir aussi sur: https://fa-ir.facebook.com/Freedom.Messenger
Relire sur: https://soliranparis.wordpress.com/2015/03/25/province-du-khuzestan-des-dizaines-de-milliers-darabes-ahwazis-sont-descendus-dans-les-rues-pour-commemorer-la-mort-tragique-de-younes-asakereh/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s