Province du Khuzestân mort de Younes Asakereh un jeune vendeur de fruits qui s’était immolé pour protester contre la destruction de son étal par les forces répressives Iranienne

Province du Khuzestân mort de Younes Asakereh un jeune vendeur de fruits qui s’était immolé pour protester contre la destruction de son étal par les forces répressives Iranienne.

yunes-asakere2
22 Mars 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via les sites Arabes Ahwazis Ahwazna.net et de l’Ahwaz Human Rights Organisation –ARHO, Ce décès tragique de Younes Asakereh nous rappelle la tragique tentative de suicide par immolation du jeune vendeur de fruit ambulant Tunisien Mohamed Tarek Bouazizi le 17 Septembre 2010 qui avait conduit deux semaines après son décès, au soulèvement populaire de la révolution de Jasmin et a la destitution du despote Ben Ali et de son clan maffieux : Des sources provenant de militant et d’activistes Arabes Ahwazis de la province Iranienne du Khuzestân (Al -Ahwaz ou Arabistan) ont confirmé que Younes Asakereh, un vendeur de rue âgé  de 32 ans et père de deux enfants est décédé des suites de ces brulures ce Dimanche 22 décembre tôt dans matinée. Younes s’était immolé après s’être aspergé d’essence le Vendredi 13 Mars dernier, pour protester contre les harcèlements répétés des services municipaux et des forces répressives Iraniennes de la ville de Momamereh – Koramsharh (En Persan) qui l’avait empêché de gagner sa vie, en confisquant puis en détruisant son étal ambulant le jour de l’incident.

Le 13 Mars dernier, les forces répressives Iraniennes avaient confisqué et détruit la charrette de Younes, sous le prétexte fallacieux qu’il n’avait pas de permis de vente légal, alors que cet étal était sa seule source principale de revenus et de subsistance. Désespéré Younes s’était ensuite rendu devant la Mairie de Mohammareh – Koramsharh, s’était aspergé d’essence puis immolé, cette auto immolation de Younes a suscité une immense colère des populations d’origines Arabes de la ville d’Ahwaz, et a été plus que probablement le catalyseur des incidents survenus le Mardi 17 Mars 2015, entre les forces répressives Iraniennes et les jeunes supporters et ultras du club de Football de l’Al-Ahwaz Foulad FC qui auraient conduit à la mort de trois jeunes supporters , et à des centaines d’interpellations et d’arrestations arbitraires de jeunes Arabes Ahwazis*1

Les principales causes de l’auto-immolation de Younes Asakereh, décédé aujourd’hui, sont bien le résultat visible et prévisible des politiques répressives d’occupation Iraniennes, appliquée depuis maintenant plus de 8 décennies contre les population d’origines Arabe Ahwazies de la province du Khūzestān. Des pratiques oppressives qui incluent des vagues constantes de répression dirigées contre les activistes et militants politiques locaux, généralement suivies d’emprisonnements , de violences, de tortures et de condamnations à mort, la marginalisation économique systématique des populations locales qui sont le résultat des véritables politiques racistes de préférence nationale institutionnalisée en haut lieu par Téhéran, des destruction majeures de l’environnement et des ressources naturelles, des évictions et des spoliations de terres d’agriculteurs et de pécheurs locaux , l’assimilation culturelle forcée et le déni total de l’identité culturelle des population Ahwazies par le régime des Mollahs.

L’exemple du cas de ce jeune travailleur précaire Ahwazi qui a commis l’irréparable parce que poussé au désespoir et encore un de cas le plus flagrants du mépris du régime Iranien qui s’est aussi acharné contre sa famille, alors que les médecins de Younes avaient voulu le faire transférer d’urgence avant-hier vers un hôpital de la capitale, une compagnie aérienne Iranienne de renom, a demandé à sa famille qui est très pauvre, la somme exorbitante et scandaleuse de 50 millions de rials (environ 2000 dollars) pour le faire rapatrier vers un grand hôpital de Téhéran.

En raison de la situation économique grave et de l’incapacité de payer cette somme, la famille de Younes Asakereh qui souffrait de graves brulures au premier et au troisième degré sur plus de 92% de son corps, a déclarée qu’elle n’avait pu bénéficier d’aucune aide d’état et qu’elle avait été contrainte de louer une ambulance de fortune mal équipée, alors que la distance entre l’hôpital de la ville d’Ahwaz et Téhéran est d’environ 900 KM, selon les témoignages des médecins de Younes ce voyage dans une ambulance vétuste, n’a fait qu’aggraver l’état physique critique dans lequel se trouvait déjà leur patient, et a plus que probablement conduit à son décès prématuré.

Malgré tous ces crimes odieux contre contre les populations Arabes Ahwazies, de nombreux militants et activistes locaux déplorent l’indifférence et l’inaction contre cette répression cruelle dans le Khūzestān, venant de la part de certains militants médiatiques défenseurs des droits de l’homme de la diaspora Iranienne*2, pour ces militants Ahwazis c’est encore là l’illustration des conséquences cruelles des préjugés et de tous les stéréotypes racistes injectés dans l’ensemble de la société civile Iranienne, contre les populations et les minorités d’origines non-Persanes telles-que : les Arabes Ahwazis, les Azéris et les Turkmènes, les Kurdes et les Baloutches.

De nombreux militants politique et défenseurs des droits de l’Homme Arabes Ahwazis regrettent de n’avoir pas vu assez souvent de signes forts de solidarité et de sympathie venant de certains de ces individus qui prétendent défendre les droits humains de toutes les populations Iraniennes, dans toutes leur globalité et toute ses différences , ils déplorent également qu’une grande partie de la société civile Iranienne soit toujours sourde a leur revendications, et constatent que ces silences ne peuvent qu’être interprétés clairement à leurs yeux, comme une approbation implicite des agissements d’un régime Iranien, dont les seuls buts sont de tuer, torturer, arrêter et emprisonner, un maximum personnes d’origines Ahwazies, simplement parce qu’elles s’efforcent de préserver leur identité culturelle Arabe.

Les questions principales auxquelles devraient répondre la société civile Iranienne sont : Pendant combien de temps encore Pourras telle tolérer que continuent les assassinats et les injustices commises par l’État Iranien contre les populations d’origine Arabes Ahwazies ? Pendant combien de temps encore, l’oppression institutionnalisée contre la population Ahwazie va –t’elle faire rage?

Pourquoi la population Ahwazie souffre-telle de pénuries d’eau alors qu’elle dispose de cinq des plus grands fleuves majeurs du pays ? Pourquoi cette population qui vit sur des terres riches en pétrole et en ressources naturelles de toutes sortes, est-elle toujours la plus pauvre d’Iran et du proche Orient ? Pourquoi les populations Ahwazie doivent-elles subir ces politiques de nettoyages ethniques ou encore sont-elles discriminées pour le simple fait de porter des vêtements traditionnels Arabes ? Pourquoi les populations Ahwazies sont-elles condamnées à vivre dans la pauvreté, dans la maladie et comme des sans abris, et que toutes ses revendications légitimes à plus d’égalité se terminent toujours inévitablement et de manières répétées par des bains de sang ?

Ahwazna Dimanche 22 Mars 2015

ahwaz-younes
Voir aussi sur : http://ahwazna.net/en/an-ahwazi-arab-dies-in-self-immolation-protest-against-poverty/
-*1 bien que cette nouvelle n’ai pas été confirmée par toutes les sources d’opposition Iranienne voir sur https://soliranparis.wordpress.com/2015/03/19/province-du-khuzestan-mort-de-trois-jeunes-supporters-de-foot-arabes-awhazis-tues-par-des-tirs-a-balles-reelles-des-forces-repressives-du-regime-des-mollahs/
http://ahwazhumanrights.org/en/stories/497
http://ahwazna.net/en/violent-and-bloody-clashes-between-iranian-occupying-forces-and-ahwazi-civilians/
-*2 Les auteurs font allusions là, à certains opposants médiatiques proches du « Mouvement Vert » ou proches des courants d’opposition « Réformateurs »
Mise à jour de dernières minutes 23 Mars 2015 11h34 heure de Paris nouvelles qui nous ont été transmises par mail selon la page face book de l’AHRO Ahwaz Human Rights Organisation
https://www.facebook.com/ahwazhumanrights
Une foule immense et déterminée malgré les risques de répression commémore actuellement la mort tragique de Younes Asakereh devant son domicile familial situé dans la ville de Mohammareh-Kohramshar (En Persan) a suivre

younes-burialceremonyyounes-memory-1younes-memory3younes-memory-2

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Province du Khuzestân mort de Younes Asakereh un jeune vendeur de fruits qui s’était immolé pour protester contre la destruction de son étal par les forces répressives Iranienne

  1. Ping : Province du Khuzestân protestations populaires et affrontements de la population avec la police Iranienne dans la ville de Susa |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s