Rapport du KRHN sur la situation de quatre prisonnières Kurdes Iraniennes enfermées dans des conditions atroces dans les prisons du régime d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani

Rapport du KRHN sur la situation de quatre prisonnières Kurdes Iraniennes enfermées dans des conditions atroces dans les prisons du régime d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani.

8marchkurdishwomeninprison2

8 et 9 Mars 2015 nouvelles qui nous sont parvenues via le site du réseau du Kurdistan Human Rights Network – KHRN: Alors que ce dimanche 8 Mars 2015 nous nous apprêtions à défiler un peu partout dans le monde pour la journée Internationale des luttes des femmes, dans le Kurdistan Iranien ou Rojhelat, quatre prisonnières politiques sont toujours détenues dans des conditions atroces et épouvantables dans trois prisons différentes du régime théocratique et fasciste d’Ali Khamenei et Hassan Rouhani. Les militant-es et activistes du réseau du Kurdistan Human Rights Network – KHRN ont pu obtenir par des sources locales fiables, les dernières informations concernant le sort et les situations actuelles de ces quatre femmes arbitrairement détenues en Iran

Les noms de ces quatre femmes sont Qadryieh Qaderi, Golnaz Ahangkhosh, Raziyeh Hakimi et Zaynab Jalalian, qui de toutes les prisonnières politique emprisonnées en Iran, est celle qui a été condamnée à l’une des peines les plus lourdes dans le pays. Ces quatre prisonnières sont non seulement privées de leurs droits humains les plus fondamentaux, mais aussi de celui d’avoir eu le droit de se défendre de manière équitable, lors des différents procès qu’elles ont eu à subir de la part du régime.

Malheureusement en raison des limitations dans l’obtention d’informations plus précises, sur le nombre actuel sans précédent de femmes Kurdes qui sont emprisonnés en Iran, le Réseau du Kurdistan Human Rights Network – KHRN , est encore dans l’incapacité de fournir plus de détails sur tous les autres cas de prisonnière politiques Kurdes non encore répertoriées.

-Zaynab Jalalian – détenue et enfermée dans la prison de la ville de Khoy:

Zaynab Jalalian est une prisonnière politique Kurde Iranienne qui a été condamnée a une peine de prison à vie et qui vient de passer sa huitième année en détention. Zaynab qui est maintenant âgée de 32 ans est originaire du village de Deim Qeshlaq situé dans la banlieue de la ville de Mako, elle avait été arrêtée en Mars 2008 dans la ville de Kermanshah. Puis jugée et condamnée à mort après avoir été accusée par le « Tribunal Révolutionnaire » de la ville de Kermanshah d’adhésion et appartenance au groupe de résistance Kurde Iranien du Parti Pour Une Vie Libre Au Kurdistan ou PJAK. Cette peine avait ensuite été annulée après un deuxième procès devant une Cour d’appel puis fut ensuite commuée en une peine d’emprisonnement à perpétuité.

En Décembre 2014  Zaynab Jalalian avait été transférée depuis le « Centre de réhabilitation » de la prison de Kermanshah, vers le centre médical de la prison de Khoy. Au cours de ces huit dernières années en raison de graves problèmes de santé et des risques qu’elle a de devenir aveugle, elle a été transférée à plusieurs reprises dans des cliniques d’ophtalmologies spécialisées de la ville Kermanshah. Mais malgré le fait que les médecins de la prison de Khoy et ses médecins personnels, aient plaidé en sa faveur, pour qu’elle puisse bénéficier de plus longues permissions dites de « Congés médicaux » dans des hôpitaux à l’extérieur de la prison. Les deux principaux procureurs de la Cour de Kermanshah, sont à chaque fois intervenus personnellement, pour faire abréger ces permissions et la renvoyer en prison.

Lors d’un de ces derniers transferts vers la prison de Khoy pour « Raisons de sécurité » les autorités judiciaires de Kermanshah, ont fait interrompre à nouveau plusieurs traitements médicaux que les médecins avaient pourtant accordés à Zaynab, de plus du fait de la vétusté et du manque de moyens médicaux appropriés dans l’infirmerie de la prison de Khoy, sa santé et ses problèmes de vision se sont gravement détériorés au cours de ces trois derniers mois, ce qui complique d’avantage sa situation, tous en causant de graves inquiétudes à sa famille et à ses proches.

En plus de ses problèmes de santé et de toutes les violences et tortures qu’elle avait subie à l’époque des séances d’interrogatoires qui avaient précédé son arrestation en 2008, Zaynab n’a jamais cessé de subir des pressions de toutes sortes de la part d’agents de la police politique Iranienne et du Ministère des Renseignement, il y a trois semaines de cela environ, deux « Visiteurs » qui se sont présentés à elles comme étant des « Journalistes » lui avaient rendu visite pour réaliser une interview filmée, où elle était censée parler ses conditions de détention. Mais Zaynab a refusé cette entrevue parce qu’elle sentait que derrière se cachait de nouvelles manœuvres du régime. Comme par un fait-exprès quelques jours après ce refus deux gardiens faisaient irruption dans sa cellule pour violemment la menacer de nouvelles représailles, et lui dire de ne donner aucunes interviews à des médias ou à des Organisations étrangères de défense de droits de l’Homme. Il est d’ailleurs maintenant évident que ces deux soi-disant « Visiteurs » se sont avérés êtres en fait que de vulgaires agents du régime en « Civil » déguisés en « Journalistes ».

Malgré les préoccupations et les inquiétudes importantes sur la situation actuelle dans laquelle se trouve Zaynab, et la détérioration de ses problèmes de santé et de ses conditions de vie. Selon des dernières nouvelles en provenance de sources locales, ses conditions de détentions dans la prison de Khoy se seraient légèrement améliorées. Alors qu’elle avait été privée pendant presque un an de ses droits de visites, elle a enfin pu obtenir récemment le droit de recevoir une visite de sa famille. La prison de Khoy est également un lieu plus pratique pour les visites de sa famille, car celle-ci réside dans la ville de Mako qui est certes une ville éloignée de la ville de Kermanshah, mais qui reste plus proche de celle Khoy. Sa famille qui est très pauvre et qui avait de grandes difficultés à lui rendre visite à cause du coût du voyage, peut donc maintenant lui rendre visite plus souvent. Il convient aussi de rappeler qu’auparavant, toutes les demandes qu’avait formulées Zaynab pour être transférée dans une prison plus proche de son domicile familial, avaient été systématiquement refusées par la Cour du « Tribunal Révolutionnaire » de Kermanshah.

– Qadriyeh Qaderi – détenue et enfermée dans la prison de Yasouj:

Qadriyeh Qaderi est une prisonnière politique Kurde Iranienne qui est actuellement détenue dans le Quartier des femmes de la prison centrale de la ville de Yasouj. Elle souffre actuellement d’une grave infection à l’oreille, de migraines chroniques très douloureuses, et de grandes difficultés de mouvements dans l’une de ses mains.

Qadriyeh qui est maintenant âgée de 25 ans est une citoyenne Kurde Iranienne qui avait été arrêtée au cours du mois de Juin 2011 dans les environs de la ville d’Urmiyeh. Et qui avait passé ensuite deux mois en cellule d’isolement complet après son arrestation. Durant ces deux mois de « Détention préventive en cellules d’isolement par mesure de sécurité » Qadriyeh Qaderi a été impitoyablement torturée, mentalement et physiquement, afin de lui extorquer des aveux. La sauvagerie des tortures qu’elle a subi à atteint un tel degré de violences, qu’a chaque fois qu’on la ramenait dans sa cellule d’isolement durant cette période qu’elle a été dans l’incapacité totale pendant plus de deux semaines, de marcher, de se nourrir et de boire de l’eau sans l’aide d’une tierce personne.

Qadriyeh a ensuite été condamné à une peine de 10 ans de prison par le « Tribunal Révolutionnaire » de la ville d’Urmiyeh pour des accusations de: « Coopération avec le PKK », cette peine initiale fut ensuite réduite à une peine de 7 ans de prison, lors d’un deuxième procès devant une Cour d’appel.

Au cours des trois derniers mois Qadriyeh à été transférée à plusieurs reprises dans un hôpital hors de la prison de Yassouj, en raison de l’aggravation de son état de santé, ses médecins ont également demandé à ce qu’elle fasse un  Scan-CT complet qui doit encore être effectué. Il convient aussi de noter que des rapports et des témoignages récents transmis au KHRN affirment qu’a chaque fois que Qadriyeh est emmenée vers l’hôpital, on l’oblige de force à porter des menottes et le tchador, ce qui a provoqué à chaque fois de vives protestations des autres femmes de la prison.

Après une requête de Qadriyeh et de son avocat , réclamant qu’elle soit transférée depuis la prison d’Urmiyeh vers la prison de Yassouj qui est située plus prés du lieu de résidence de sa famille, il avait été convenu par un jugement émis par de « Tribunal Révolutionnaire » local, qu’elle ne pourrait être transférée que si elle s’acquittait du paiement de « Frais de justice » s’élevant à la somme d’un Milliard de Tomans, Bien que l’assurance de la famille de Qadriyeh ai finalement permis le paiement total de la somme demandée et que sa demande de transfert ai été acceptée, elle a été maintenue en détention à Urmiyeh jusqu’au 6 Juillet 2013, avant d’être finalement transférée vers la prison de Yassouj.

Raziyeh Hakimi détenue actuellement dans le Qartier des femmes de la prison d’Urmiyeh:

Raziyeh Hakimi avait été arrêté le 25 Août 2014 avec plusieurs autres jeunes Kurdes, par des membres des forces des « Gardiens de la Révolution » de l’IRGC, dans un des villages environnants de la ville d’Urmiyeh. Ces militaires envoyés la pour arrêter ces jeunes avaient reçus l’ordre formel de leur tirer dessus sans sommations en cas de tentatives de fuite. Lors de cette arrestation Raziyeh fut grièvement blessée par balles par l’un des Pasdarans présents sur place qui lui avait tiré dessus. Elle fut ensuite transférée pendant deux jours à l’hôpital Taleqani de la ville d’Urmiyeh puis vers la base Ramadan des « Gardiens de la Révolution » où elle a été détenue pendant un mois dans des conditions effroyables. Durant tout ce premier mois d’enfermement, Raziyeh a été interrogée très violemment et a subi de nombreuses pressions physiques et psychologiques, on l’a ensuite accusée d’avoir voulu rejoindre la lutte armée et d’avoir voulu s’engager dans une section féminine du Parti Pour Une Vie Libre Au Kurdistan ou PJAK, avant de la faire transférer dans le Quartier des femmes de la prison d’Urmiyeh.

Une fois dans la prison centrale d’Urmiyeh Raziyeh Hakimi a refusé qu’on l’admette à l’hôpital ainsi que tous traitements médicaux de ses blessures par balles, y compris même après avoir ressenti des signes alarmants d’aggravation de son état de santé. A ce jour elle ne s’est toujours pas remise de ces traumatismes et n’a toujours pas pu bénéficier d’un traitement médical sérieux, alors qu’elle court le risque de sérieuses complications infectieuses. Bien que le dossier d’accusation soit très vague, les Officiels des « Gardiens de la Révolution » qui l’ont fait arrêter, continuent d’affirmer qu’ils l’avaient surprise en flagrant délit d’intention d’aller rejoindre un groupe de guérilleros du PJAK.

Golnaz Ahangkhosh – est actuellement enfermée dans le Quartier des Femmes de la prison d’Urmiyeh:

Golnaz Ahangkhosh a été arrêtée par des membres des forces des « Gardiens de la Révolution » de l’IRGC en Juin 2014 avec plusieurs autres citoyens Kurdes, près du village de Bardehrash situé à la périphérie de la ville d’Urmiyeh.

Les forces d’occupation Iraniennes qui avaient reçues des informations concernant la présence de membres du PJAK qui auraient étés basés dans les environs du village de Bardehrash , avaient encerclé le village dans le but d’arrêter un maximum de personnes soupçonnées d’appartenir à la guérilla, cet incident avait causé des échange de tirs des deux cotés en présence, et conduit aux arrestations de plusieurs citoyens Kurdes de la région, parmi laquelle se trouvait Golnar Ahangkhosh qui fut accusée avec ses compagnons d’infortune, d’avoir eu l’intention de rejoindre les maquis du PJAK.

En raison de tirs d’artilleries des forces du régime contre le village de Bardehrash qui avaient eu lieu ce jour la, Golnaz Ahangkhosh fut blessée par des éclats de mortiers. Peu de temps après son arrestation les « Gardiens de la Révolution » la firent transférer dans un de leurs centres de détention secrets de la ville d’Urmiyeh, où ils lui firent subir plus de 40 jours d’interrogatoires. , Golnaz fut ensuite transférée dans le Quartier des femmes de la prison d’Urmiyeh, ou elle est toujours détenue actuellement, après avoir été accusée d’appartenance au PJAK et d’implications dans les activités armées de ce groupe d’opposition.

Le 5 Janvier 2015 Golnaz Ahangkhosh et 15 autres citoyens Kurdes qui sont toujours en attente de jugements, ont appris que la Cour de la direction générale numéro 1 du « Tribunal Révolutionnaire » d’Urmiyeh, les ferait tous condamner sévèrement pour des accusations d’appartenances au PJAK et pour leurs participations à des activités armées.

Notes Soliranparis : Pour notre part nous appelons à la Solidarité internationale et demandons à tous-tes nos camarades Féministes et Antifascistes, de relayer au maximum et le plus largement possible ; cette information, sur tous leurs réseaux sociaux, et dans tous leurs réseaux de luttes habituels.

Tous-tes ensembles exigeons du régime théocratique, fasciste, misogyne, patriarcal et homophobe, transophobe et sexiste d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani les libérations immédiates et sans conditions des prisonnières Kurdes Zaynab Jalalian, Qadriyeh Qaderi, Raziyeh Hakimi et Golnaz Ahangkhosh , ainsi que celles et ceux de tous-tes les prisonnier-Es politiques et de conscience en Iran !!!

Voir aussi sur: http://kurdistanhumanrights.org/a-report-about-situation-of-four-kurdish-women-political-prisoner-in-iranian-prisons/
Et sur l’agence Kurde Rojhelat.info : http://rojhelat.info/en/?p=8264

 Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s