Ville de Karaj harcèlements et pressions massives contre des détenus après les mutineries de la prison de Ghesel Hesar du mois d’Août 2014

Ville de Karaj harcèlements et pressions massives contre des détenus après les mutineries de la prison de Ghesel Hesar du mois d’Août 2014.

gezelhesar-repression

15 et 17 Septembre nouvelles qui nous sont parvenues via le site du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Human Rights Activists News Agency: Dans une interview qu’il a accordée récemment à « l’agence de nouvelle » ou plutôt de propagande gérée par le Régime Fars News. Asghar Jahangiri qui à la tête de la direction de:  » l’Organisation Iranienne des mesures correctives de sécurité des prisons d’état », à mentionné que ses services décideraient de mesures coercitives contre des prisonniers qui avaient participé  aux dernières émeutes qui avaient éclatées récemment dans la sinistre prison de Ghezel Hesar située dans la ville de Karaj-province de Téhéran, après que ceux ci aient été prétendument identifiés par le biais de photos publiées par ses services.

Toutefois des sources locales bien informée affirment que l’Unité dépendant du Ministère des renseignements de la prison de Ghezel Hesar qui est chargée  » D’enquêter sur les mutineries récentes qui avaient éclatées en Août dernier dans ce centre de détention » s’était lancé dans une nouvelle vague de pressions ,d4harcèlements divers, de procès et de transferts en cellules d’isolement de détenus, pour se couvrir des violences que ces prisonniers avaient subi lors de la répression de cette même mutinerie. Les mêmes sources nous ont également appris que certains prisonniers qui n’avaient jamais participé ni de loin ni de prés à l’émeute, allaient subir des procès malgré le fait qu’aucunes preuves concrètes n’aient pu êtres trouvées contre eux.

Selon le rapport récent publié par les militant-es et activistes du collectif Iranien de défense des droits de l’homme Human Rights Activists News Agency ou Hrana. Des arrestations massives suivies de mises en cellules d’isolement ont eu lieu au cours des dernières semaines dans cette prison de Karaj. Elles sont bien sur totalement en rapport avec la mutinerie qui avait éclatée en Août dernier dans la section de la prison de Ghezel Hesar réservée aux prisonniers condamné à mort. Hrana avait d’ailleurs publié une vidéo des incidents montrant les violences commises par les gardiens et des forces anti émeutes spéciale responsables de la répression de ces protestations.

Il semblerait d aussi d’aprés les dernières nouvelles reçues d’Iran par Hrana que l’Unité responsable de la sécurité de la prison aie été contrainte d’appliquer ces mesures coercitives très dures contre les prisonniers des Section 1 et 2 du pénitencier de Ghezel Hesar suite à des ordres décidés dans les plus hautes sphères des autorités judiciaires Iraniennes.

De nombreux membres de familles de détenus de la prison de Ghezel Hesar ont déclaré que ces procès suivis de transferts illégaux vers des cellules d’isolement, n’avaient pour but que de créer un sentiment de peur et de panique parmi des prisonniers qui ne cherchaient qu’a défendre leurs droits humains les plus fondamentaux.

membrenajapoliceiran2

Membre des Forces spéciales anti émeutes de la Naja Police

Il est clair que ces sanctions et ces mesures coercitives actuelles, n’ont pas été décidées officiellement par le seul Comité de discipline et l’administration pénitentiaire de la prison de Ghezel Hesar. Surtout quand l’ont sait que d’autres sources locales bien informée ont déclaré aux journalistes du collectif Hrana. Que ces derniers jours des agents des forces anti émeutes spéciales du Ministère des Renseignements, avaient même arrêté dans leurs cellules des prisonniers en fin de peines qui n’étaient mêmes pas présents dans la prison le jour de la mutinerie, pour la simple et bonne raison qu’ils bénéficiaient à la période où avait éclaté l’émeute, de jours de sorties en liberté conditionnelle et de « Congés pour raison médicales » dans des centres de soins situés à l’extérieur du pénitencier de Ghezel Hesar. Ces mesures arbitraires ont également visé des prisonniers enfermé dans d’autres Sections qui étaient pourtant resté calme le jour de l’émeute.

Les chiffres officiel du nombre de prisonniers qui ont été visé par ces pressions en réponse à la mutinerie du mois d’Août 2014 dernier est pour le moment imprécis, on sait juste qu’entre 20 et 32 d’entre eux ont été victimes de ces mesures coercitives.

Une chose est sure cependant c’est que la brutalité du régime totalitaire et fasciste d’Ali Khamenei et d’Hassan Rouhani ne compte pas en rester la. Puisque le même Asghar Jahangiri à également déclaré en s’en félicitant dans l’interview qu’il avait accordé à « l’Agence de presse » Fars News que les détenus impliqués dans la mutinerie seraient  » Punis très durement pour l’exemple ». Et qu’au moins entre 10 et 14 prisonniers condamnés à mort, avaient été exécutés justes quelques heures après la mutinerie.

Dans la matinée du 17 Août 2014 dernier, au moins 14 prisonniers condamnés à mort qui avaient brutalement été transférés la veille, dans la Section de la prison de Ghezel Hesar où ont lieu habituellement les exécutions, se mutinèrent et refusèrent de regagner leurs cellules tout en exigeant des révisions des procès qui les avaient conduits dans les couloirs de la mort du Régime.

La réponse brutale et aveugle des autorités judiciaires de la « République Islamique » ne se fit bien sur pas attendre, quelques heures à peine après le début des incidents, des gardiens épaulés par des forces anti émeutes spéciales du Ministère des Renseignements, intervinrent avec une violence inouïe contre les prisonniers mutinés de la Section 2 de la prison, en faisant usage de gaz lacrymogènes et de tirs à balles réelles, ont déplora à la suite de ces violences de nombreux blessés (dont certains très grièvement) et au moins une dizaine de morts.

Malgré ce terrible constat cela n’a pas empêché plusieurs représentants des hautes autorités judiciaires Iranienne de déclarer cyniquement: « Que la réponse aux troubles déclenchés par les prisonniers de Ghezel Hesar avaient été géré avec la force nécessaire par une police bien formée ».

Cette même journée du 17 Août 2014, les militant-es et activistes du collectif Iranien de défense des droits humain Hrana ont également signalés qu’une manifestation pacifique et spontanée de membres des familles des prisonniers mutinés, avait eu lieu devant cette même prison de Ghezel Hesar. Ces manifestants demandaient eux aussi juste plus de respect des droits fondamentaux des détenus ,la suspension de leurs exécutions et l’arrêt de la peine de mort en Iran.

La encore ces protestations furent brutalement réprimées par des Unité anti émeutes spéciales de la Naja Police qui firent usage de tirs de grenades lacrymogènes et de cannons à eau pour disperser la foule en colère, avant d’arrêter violemment plusieurs manifestant-es dont on est toujours sans nouvelles depuis.

Voir aussi sur: https://hra-news.org/en/mass-arrests-qezel-hesar-rebellion-footage-published

Najapolice2

Membres des Forces spéciales anti émeutes de la Naja Police

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s