Stealthy Freedoms of Iranian women ou Liberté Furtive pour les femmes en Iran la page Facebook des Iraniennes qui disent non au Hijab.

Stealthy Freedoms of Iranian women ou Liberté Furtive pour les femmes en Iran la page Facebook des Iraniennes qui disent non au Hijab.

freedomwomen2
11 Mai 2014 nouvelles qui nous sont parvenue via le site Iran Wire : Imaginez des jeunes femmes Iraniennes prises en photo sur des plages, dans les restaurants, dans des rues, assisses dans des prairies ou sur les bancs publics de parcs. Imaginez-les en train d’être prises en photos dans toutes sortes de lieux publics. Puis imaginez ces jeunes femmes posant pour ces mêmes photos sans porter le Hijab, ce voile qu’elles sont obligées de porter dans le cadre des lois religieuses, sexistes et patriarcales de la « République Islamique d’Iran ».

Une campagne lancée par une jeune Iranienne sur Facebook a fait exactement cela, depuis sa mise en ligne il y a quelques jours elle a attirée près de 40 000 fans féminines des quatre coins d’Iran et de clicks de « Likes » en moins d’une semaine. On a ensuite vu sur que sur cette page intitulée Stealthy Freedoms of Iranian women ou Libertés furtives pour les des femmes Iraniennes, de très jeunes femmes puis d’autres plus âgées, ont commencées à publier des photos ou elles où elles apparaissaient avec leurs têtes « dénudées » dans différents lieux public. Actuellement aux derniers décomptes la page a attiré plus de 65 000 supportrices et des centaines de nouvelles photos y sont publiées tous les jours.

Tout a commencé par des échanges et des correspondances sur la page Facebook d’une journaliste Iranienne basée et réfugiée à Londres nommée Masih Alinejad avec ses amies habitant encore en Iran. Masih a d’abord posté des photos d’elle-même ou elle commentait sa joie de se sentir libre avec le vent dans ses cheveux. Au départ les réactions ont été plutôt mitigées et très partagées, certaine très bonnes amies de Masih, lui ont même demandé de s’arrêter en lui disant qu’elle craignaient des effets dévastateurs pour celles qui étaient toujours obligé de porter le Hijab en Iran, si elle consultaient sa page- rappelons que les pages de certains site et réseaux sociaux sont régulièrement fliquées, filtrées ou censurés par les agents de la Fatay Police ( la flicaille du net Iranienne) gérée par les « Gardiens de la révolution » ,ainsi que par les agents du Ministère des renseignements et de la police politique de la VevakNDLR.
Stealthy3
Peu de temps après Masih Alinejad a posté une photo d’elle-même ou on la voyait conduire sur une route en Iran sans foulard datant de l’époque où elle y vivait encore. Et où elle écrivait en commentaire : « Le Hijab est imposé aux femmes, non seulement par les lois de notre gouvernement mais aussi par sa police de la moralité, nous le portons parfois par respect pour certains membres de nos familles, mais aussi sur nos lieux de travail par peur de ne pas garder nos emplois et aussi par peur du jugement des autres ». Masih a aussi écrit qu’elle avait elle aussi que trop connu toutes ces pressions quand elle vivait encore au pays. « Je suis sure que la plupart des femmes iraniennes qui ne croient pas dans le port forcée du Hijab, ne bénéficient que d’une liberté en catimini et au rabais, c’est pour ça et pour elles et que j’ai lancé cette page Stealthy Freedoms of Iranian women ».

StealthyFreedomsofIranian women

-Appels renouvelés pour un « retour à la moralité » ou quand les Mollahs Chauvinistes « Males » ultra-conservateur montent au créneau contre l’initiative de Masih et de ses amies d’Iran.

Mais ce n’est pas seulement une histoire où des femmes Iraniennes posteraient des « photos osées » en ligne sur des médias sociaux. L’initiative de Masih et de ses amies de l’intérieur du pays, pour de nombreuses Iranienne cette page est une réponse directe contre un régime qui n’a fait qu’appliquer et durcir un peu plus chaque année qui passe les lois sexiste et patriarcales qui frappent les femmes dans le pays. Ces derniers mois ont vu des médias, des hommes politiques et des militants ultra-nationalistes et ultra-conservateurs, attaquer les politiques jugées comme « trop molles » de l’administration Rouhani ,en essayer d’attirer l’opinion publique sur le fait qu’il faudrait renforcer et protéger les valeurs de la « République Islamique », et l’inciter à plus se battre pour sa souveraineté en honorant la tradition et la pratique morale Chiite. Inévitablement pour ces conservateurs le genre d’initiative lancée par Masih et ses amies ne peut qu’illustrer ce qu’ils appellent le « relâchement toujours plus grand de la moralité et des comportement de certaine femmes  dans le pays ». Certains médias du régime sont monté au créneau au nom de la morale et du patriotisme : dans sa couverture de la campagne Stealthy Freedoms of Iranian women. L’Agence semi- officielle de propagande médiatique du régime Fars News a publié une photo de Masih Alinejad avec le titre  » L’appel de Londres de contre- révolutionnaires pour faire disparaître Hijab en Iran « .

 » Je n’ai pas lancé un appel parlant que de ça « , a déclaré Masih Alinejad aux reporters et journalistes du site Iran Wire. Qui a déclaré ensuite qu’elle avait simplement demandé à ses amies d’Iran si elles seraient intéressées de publier des photos d’elles-mêmes sans foulards, avec des commentaires et des légendes sur leurs ressentis «Je pensais juste au départ que mes amies d’Iran allaient m’envoyer quelques photos à publier sur ma propre page » […] « Je suis journaliste et je me devais de rapporter ces faits. Beaucoup de femmes de mon pays sont obligées de créer leurs espaces et leurs moments libertés en étant cachées aux yeux des autres, je leur ai juste demandé s’ils elles avaient des photos de ces moments, et si elles voulaient les publier et les partager ce qu’elles ont fait massivement ». Depuis le nombre de photos envoyées sur son site n’ont pas cessé de croître, et c’est pour cela que Masih a décidé maintenant de consacrer une page entière et plusieurs articles à ce sujet.

Ahmad_Iravani2

Mercredi 7 Mai 2014 dernier un groupe des sections féminines des Bassidj’is, des militants issus des clans ultraconservateurs et des élèves d’un séminaire religieux dirigée par l’Ayatollah Ahmad Iravani, ont organisé une manifestation se voulant « spontanée » sur l’une des places principales de Téhéran pour disaient-ils protester contre « le relâchement de la morale et le mauvais port du foulard dans notre pays », parmi ce qu’on a pu entendre il y avait des slogans tels que : «  Hommes de notre pays, où est votre honneur ? » […] «  Où est le Hijab de vos femme ? ». La police a rapidement interrompue la manifestation parce que les organisateurs n’avaient pas déposé d’autorisations légales auprès des autorités de la mairie de la capitale. Néanmoins les manifestants de ce groupe ont pu déposer et distribuer à des représentants du gouvernement, une déclaration signée et une liste de 14 points de revendications. La déclaration appelait le bureau du procureur à tenir plus compte des plaintes du public contre les tenues vestimentaires inappropriées, demandait l’’introduction et la création de nouveaux tribunaux spéciaux chargés spécialement de mieux réprimer «  les mauvais ports du foulard ». Tout en demandant en conclusion au nouveau cabinet du Ministère de l’Orientation islamique de faire des investigations plus approfondies, sur des livres, des groupes de musique populaire, des œuvres d’artiste, des films, et des magazines diffusant selon eux « des contenus de plus en plus offensants ou vulgaires » .

Des journalistes du site Iran Wire ont essayé d’interviewer par téléphone Farajollah Salahshour l’un des manifestants et des organisateurs de cette manifestation du Mercredi 7 Mai 2014.  » Je ne vais pas vous parler de ces expatriés «  a t-il déclaré.  » Vous êtes de ceux qui comme eux favorisent la corruption et encouragent les gens à faire fi de nos lois sur le port du Hijab » Puis il a ensuite raccroché.

-La bataille du Hijab continue pour les Ultraconservateurs appelés aussi «  Ceux de la ligne dure ».

Le Séminaire religieux de l’Ayatollah Ahmad Iravani qui avait organisé la manifestation du Mercredi 7 Mai 2014 avait pourtant annoncé l’événement à l’avance plusieurs semaines auparavant, en affichant des affichettes dans toute la ville de Téhéran. Un des employés et des multiples chargés en communication de l’Ayatollah Iravani qui a souhaité conservé l’anonymat, a déclaré par téléphone aux journalistes du site Iran Wire : « Bien que nous ayons pris toutes les mesures légales pour organiser cette démonstration à titre officiel , au dernier moment il nous interdit de défiler » […] «  La situation actuelle du port du Hijab nous montre que pays est dans un état lamentable » […] « Et cette question devait être examinée d’urgence. Nous pensons d’ailleurs organiser bientôt d’autres rassemblements allant dans ce sens, et les détails de leurs organisations sont en cours d’élaboration ».

Un autre fonctionnaire au service de de l’Ayatollah Ahmad Iravani a déclaré que beaucoup de chaines de télévision en langue Persane, diffusées par satellites et par le biais l’Internet, à partir de l’extérieur du pays, contribuaient et favoriseraient selon lui le sentiment anti – Hijab. « Ceux qui croient encore en la révolution islamique sont malheureux de voir tous ces jeunes qui imitent l’Occident en regardant ces chaines » […] « Il est à craindre que notre jeunesse soit de plus en plus attirée dans ses comportements par ceux qui ont cours à l’Ouest ».

Le Séminaire religieux de l’Ayatollah Ahmad Iravani ne s’est pas seulement faire entendre par ses positions réactionnaires sur les droits des femmes et le port du Hijab. Un rapide coup d’œil sur son site Internet révèle son implication dans les mobilisations futures que lui et les tenants de «  la ligne dure » comptent organiser dans un futur proche «Nous sommes inquiets »*1 ont déclarés plusieurs opposants et membres des courants dits « réformistes », l’événement qui s’est déroulé lors de la semaine du 7 Mai 2014 avec une forte présence de partisans de la « Coalition de la stabilité de révolution islamique » avait pour but d’attirer une nouvelle génération de militants ultraconservateurs parmi les plus virulents . Cette démonstration de force a montré que c’était l’un des rassemblements anti- Rouhani qui avait été le plus suivi au cours de ces derniers mois. Il convient également de noter qu’a cette manifestation étaient aussi présents d’autres durs du régime comme l’Ayatollah Mesbah Yazdi*2 ,un ancien candidat battu lors des dernières élections présidentielle connu pour ses déclarations haineuses -et Saïd Jalili qui est l’un des négociateurs chargé des questions sur le dossier nucléaire du pays.

Les rapports parvenus d’Iran varient quant au nombre de personnes qui ont réellement assisté et participé aux manifestations du Mercredi 7 Mai 2014, de quelque centaines à 4000 personnes, mais quels que soient les chiffres cette campagne ultra-conservatrice semble être une impulsion nouvelle dans la société. De nombreuses femmes et groupes féministes en Iran estiment maintenant que le peu de libertés dont elles bénéficiaient sont menacées et directement attaquées par cette campagne de l’Ayatollah Ahmad Iravani, Aussi considèrent telles la récente campagne Facebook de Masih comme particulièrement vitale. Même si certains opposants « réformistes » ont ironisés en disant que le terme de « Liberté Furtive » pouvait et pourrait être considéré comme un oxymore A ces propos Masih Alinejad s’est expliqué en répondant que dans ce cas-là il ne s’agissait pas que de ce mot : « Nous somme obligées de porter le Hijab, pas seulement par notre gouvernement, mais aussi par sa police, mais également à cause de l’opinion des gens de la rue, à cause du poids de nos traditions familiales qui ont court dans notre société, ces amies et c’est femmes qui ont répondues en posant sans foulards sur notre page Face Book,  l’ont fait pour montrer au grand jour un moment de liberté qu’on ne leur enlèvera pas ».

«Ceux qui ont participé à la manifestation de protestations des conservateurs ont leurs propres médias officiels », a expliqué Masih Alinejad » Mais nos 40.000 amies qui ont suivi cette page Facebook n’ont jamais pu bénéficier elles d’une voix officielle. Cette page que nous avons créé est une chance pour elles de raconter leurs histoires communes ».

Voir aussi sur : http://en.iranwire.com/features/5761/
Notes voir sur
-*1 voir sur: Hardliners Step up Campaign Against Rouhani http://en.iranwire.com/features/5758/
-*2 l’Ayatollah Mesbah Yazdi a récemment déclaré : «  donner des droits égaux aux Juifs et aux Bahaïs et contraire à l’Islam » voir sur : http://en.iranwire.com/blogs/6300/5317/
Page face book de la champagne Stealthy Freedoms of Iranian women:https://www.facebook.com/StealthyFreedom?fref=ts
https://www.facebook.com/StealthyFreedom?ref=nf%20more%20than%2082,000%20likes.
http://www.lesinrocks.com/2014/05/12/actualite/facebook-iraniennes-enlevent-voile-11503637/
Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Stealthy Freedoms of Iranian women ou Liberté Furtive pour les femmes en Iran la page Facebook des Iraniennes qui disent non au Hijab.

  1. Ping : En solidarité avec les iraniennes opprimée des iraniens posent en hijab | ★ infoLibertaire.net

  2. Ping : En solidarité avec les iraniennes opprimée des iraniens posent en hijab – ★ infoLibertaire.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s