Inquiétudes pour Roya Saberi Negad Nobakht une jeune Britannique d’origine Iranienne qui pourrait être exécutée après avoir prétendument insulté le régime de Khamenei et l’Islam sur sa page Face book

Inquiétudes pour Roya Saberi Negad Nobakht   une jeune Britannique d’origine Iranienne qui pourrait être exécutée après avoir prétendument insulté le régime de Khamenei et l’Islam sur sa page Face book
Roya Saberi Negad Nobakh2

Roya Saberi Negad Nobakht

3 et 7 Avril nouvelles qui nous sont parvenue via un article du journal The Independant et la page Face Book Freedom Messenger : Selon une déclaration récente du mari de Roya Saberi Negad Nobakht une jeune femme britannique d’origine Iranienne qui a été placée en cellule d’isolement et au secret depuis maintenant cinq mois, celui ci craint qu’elle soit exécutée de manière imminente, pour avoir publié sur sa page Face Book: Des commentaires supposément  » insultants contre l’Islam et le gouvernement du pays »

Les proches et ami-es Roya Saberi Negad Nobakht une jeune femme Britannique d’origine Iranienne âgée de 47 ans et qui vivait dans la ville de Stockport, ont exprimé de vives inquiétude sur le sort qui lui est réservé, depuis qu’elle a été accusée par un Tribunal local d’avoir écrit des:  » Commentaires insultant contre l’Islam et la République Islamique d’Iran », un crime qui peut être puni de mort dans le pays. Le Foreign and Commonwealth Office ou FCO, a déclaré qu’il était:  » Plus urgent de se pencher sur cette affaire » , malgré le fait que les négociation risquent d’être plus difficiles, du fait que la Grande-Bretagne n’aie pas actuellement d’ambassade et de représentations consulaires et diplomatiques en Iran.

Mme Roya Saberi Negad Nobakht s’était rendue en Iran pour visiter sa famille, en Octobre 2013 de l’année dernière, quand elle avait été arrêtée par la police , lors de son arrivée par avion à l’aéroport de Shiraz – une ville située dans le Sud-ouest du pays –NDLR. Selon un compte rendu donné par son mari, Daryoush Taghipoor, à un ami de la famille vivant en Grande-Bretagne. Elle avait ensuite été transférée vers une prison à Téhéran et accusée de « De collusion criminelle et participation à des activités illégales dans l’intention de commettre des atteintes contre la sécurité nationale  » et de « Publications de propos et commentaires insultants contre l’Islam », selon une copie de son acte d’accusation qui a été transmise à des reporters et journalistes de la rédaction du journal The Independent.

M. Daryoush Taghipoor son mari qui est actuellement en Iran, a affirmé que l’arrestation de sa femme était uniquement basée sur des commentaires qu’elle avait faits sur un groupe Facebook ou elle disait que le gouvernement Iranien était trop religieux à ses yeux. Et qu’on l’avait obligé à faire une « confession » faite sous la contrainte et sur la base de requêtes judiciaires Iraniennes faites auprès du siège International réseau social . Questionné à ce sujet l’entreprise Facebook à refusée de commenter l’affaire et de répondre aux questions posées par de nombreux journaliste. Roya Saberi Negad Nobakht serait actuellement détenue au secret dans le quartier des cellules d’isolement de la prison d’Evin, à Téhéran, qui est connu tant pour ses conditions difficiles de détention et pour le chiffre énorme des prisonniers politiques qui y sont enfermés.

Le couple qui avait pu obtenir récemment la double nationalité Britannico-Iranienne a vécu dans la banlieue Heald Green de la ville de Stockport au cours des six dernières années. Mme Roya Saberi Negad Nobakht avait été étudiante au Stockport College, mais un porte-parole de celui ci a déclaré aujourd’hui qu’elle avait quitté il ya quatre ans de cela.

M.Taghipoor a déclaré au journal Manchester Evening New:  » Nous sommes moi et ma familles dans une très mauvaise situation, nous ne savons pas ce qui se passe actuellement pour Roya, la seule chose que je sais c’est qu’elle a perdu trois dents au cours de séances d’interrogatoires qu’elle a subie. Et qu’elle est terrorisée à l’idée de pouvoir être exécutée ».

La situation de Mme Roya Saberi Negad Nobakht n’a été médiatisée seulement qu’après que son mari ait demandé à son ami ancien employeur M. Nasser Homayoun – Fekri, qui vit lui aussi dans la ville de Stockport d’écrire une lettre à son député local M. Andrew Stunell.  » Je lui ai demandé de le faire pour des motifs humanitaires ainsi que pour l’amour de la justice, en lui disant s’il pouvait exercer toutes les pressions possibles sur le gouvernement Anglais pour faire tout ce qui en son possible pour la libération de cette citoyenne Britannique innocente » a déclaré M. Taghipoor qui a continué en disant:  » Surtout quand nous savons que la République Islamique d’Iran, a été reconnue par les Nations Unies … comme un des pays du monde parmi les plus notoirement connu pour ses atteintes au droit de l’homme, pour ses jugements inéquitables, et pour ses arrestations et détentions arbitraires ».

M. Nasser Homayoun – Fekri à déclaré a la rédaction du journal The Independent qu’il avait pu parler à M. Taghipoor mardi 1er Avril mais que sa ligne téléphonique avait ensuite été coupée depuis Téhéran.  » Il m’a permis de m’occuper de son affaire en priorité. Je tiens à dire que Roya et son mari n’ont jamais fait de politique ou parti de groupes d’opposition  » – à ajouté Nasser Humayun – Ferri.  » C’est pour cela que j’ai été très surpris quand M. Taghipoor m’a dit que son épouse avait été arrêtée ».

Le député Britannique M. Stunell à déclaré qu’il avait  » toutes les raisons de croire «  que le récit de M. Taghipoor était vrai et qu’il avait demandé pour cela à la FCO d’engager des procédures consulaires et diplomatiques pour Mme Roya Saberi Negad Nobakht soit libérée dans les plus brefs délais. En précisant cependant que les négociations avec l’Iran s’avèreront difficile, puisque l’ambassade britannique à Téhéran a été fermée depuis longtemps et que seulement des tierces personnes, pourraient agir comme des intermédiaires, pour toute les demandes de grace ou de libération faites pour Roya . » Je ne pense pas que quiconque sache exactement et précisément pourquoi et pour quelles raisons exactes Roya été arrêtée  » a t-il ajouté.  » Le caractère aléatoire de ces choses est l’un des principaux sujets de mes préoccupations […] Tout ce que je peux dire c’est qu’elle semble avoir accusée d’avoir commis une infraction en écrivant des propos jugés contre la sainteté de l’Islam, qu’elle aurait faite sur internet, ce qui pour le gouvernement Iranien a justifié son arrestation ».

Plusieurs groupes d’opposition Iraniens en exil et des organisation internationale de défense des droits humains ont exprimé leur inquiétude sur les raisons de l’arrestation de Mme Nobakht. Mr Bahareh Davis un des responsables d’Amnesty International pour les questions relatives aux atteintes aux droits de l’homme en Iran a déclaré: « Si Mme Roya Saberi Nejad Nobakht a été détenue uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression elle doit être libéré immédiatement et sans condition […]  » Malheureusement , les accusation formulées contre Roya sont vagues et mal définis, des termes et des charges judiciaires comme  » tentatives de rassemblement et collusion contre la sécurité nationale » ou encore « insultes contre l’Islam  » sont souvent utilisés par les autorités iraniennes pour étouffer et parfois éliminer physiquement, ceux qui pacifiquement expriment leurs opinions dissidentes , ou encore quand ils critiquent simplement un peu trop le gouvernement et le régime de la République Islamique ».

Faraz Sanei un militant et chercheur spécialiste de l’Iran travaillant pour Human Rights Watch , a déclaré que son organisation avait publié de nombreux documents et rapports: « sur de nombreux cas des ou militants politiques Iraniens avaient été arrêtés sur de fausses accusations «  et que l’Iran avait  » utilisé précédemment des informations et des commentaires public sur les sites Facebook et des médias sociaux et d’autres points de vente électroniques pour inculper des individus en les accusant d’ insulter le gouvernement « .

Le FCO qui jusqu’a présent était resté très évasif sur les menaces pesant sur Mme Roya Saberi Negad Nobakht à déclaré dans un communiqué récent:  » Nous sommes conscients des cette affaire et l’étudions de toute urgence ». Malgré l’absence de présence d’une ambassade britannique à Téhéran, les relations entre les deux pays semblent récemment s’être « décongelées ». En Janvier dernier l’ancien ministre de l’Intérieur Anglais , Jack Straw a dirigé la première délégation britannique à se rendre en Iran depuis cinq ans auparavant , il était accompagné par l’ancien chancelier Lord Lamont , le député conservateur Ben Wallace et député travailliste Jeremy Corbyn qui étaient présent en tant qu’invités du Parlement Iranien – connu aussi sous le nom de MajlisNDLR.

M. Straw avait déclaré à son retour qu’il avait trouvé: « que l’atmosphère était maintenant plus légère  » dans le pays , ajoutant qu’il croyait que le nouveau président prétendument « Modéré » Hassan Rouhani s’était engagé: « dans des changements tout en souhaitant le réchauffement des relations avec l’Occident ».

evin-2

La prison d’Evin : beaucoup moins agréable que son nom et sa localisation « Bucolique » à la campagne ne l’indique

La prison d’Evin est située presque à la campagne dans la banlieue nord de la capitale iranienne de Téhéran , les Iranien-nes l’ont mainte fois surnommée ironiquement « l’Université d’Evin «  en raison du nombre effrayant de prisonniers politiques et de condamné-es à mort qui y sont détenu-es. Mais la réalité de cette sinistre prison, qui a été construite en 1972 à l’époque de la dictature monarchiste du Shah, est beaucoup moins agréable que son nom et sa localisation « Bucolique » ne l’indique.

Située au pied des montagnes de l’Alborz , il y a dans cette prison d’immenses problèmes de surpopulation carcérales , une prison où plus de 15 000 détenus s’entassent dans des conditions particulièrement déplorables et insalubres , y sont détenus beaucoup de prisonniers dits « de droits communs » , des condamné à mort , mais aussi un chiffre impressionnant de dissidents, d’intellectuels, d’opposant-es aux régime, de militants politiques étudiants ou syndicalistes . De nombreux anciens détenus qui on été enfermé à Evin se sont plaints de violations des droits de l’homme qu’ils ont subis sur place, incluant des coups, des tortures, des violences, des pressions psychologiques et physiques, des refus de soins aux prisonniers malades, ou encore des refus systématiques de droits de visites pour les proches et familles des prisonniers politiques jugés comme  » trop récalcitrants » par l’administration pénitentiaire et le « Tribunal Révolutionnaire » d’Evin.

Hamid Ghassemi- Shall , un homme d’affaires Irano-canadien qui a été récemment libéré de la prison Evin en Septembre 2013 de l’année dernière après avoir été reconnu coupable d’une supposée « Affaire d’espionnage » et condamné à mort . A raconté à Amnesty International comment a plusieurs reprises les gardiens lui avaient bandé les yeux avant de le rouer de coups et de le faire chuter dans des escaliers, et comment on l’enfermait ensuite pendant de longues heures dans des cellules d’isolement, en le convainquant qu’il allait être exécuté sous peu.

L’un des cas les plus notoires d’assassinat politique commis au sein de la prison d’Evin fut celui de Zahra Kazemi, une célèbre photographe Irano-canadienne qui avait été arrêtée en 2003 alors qu’elle effectuait un reportage sur les familles et parents de prisonniers politiques devant la prison d’Evin. Embarquée sans autre formes de procès par les matons elle fut victime de leur part de violences, de viols et de tortures, avant d’être transportée d’urgence à l’hôpital avec des blessures graves ou elle décéda quelques heures plus tard. Les officiels du gouvernement Iranien et le procureur Saeed Mortazavi de sinistre mémoire*1 affirmèrent à l’époque que Zahra avait souffert d’un accident vasculaire cérébral consécutif à une: « Chute dans des escaliers arrivée malencontreusement pendant ses séances d’interrogatoires ».

Une pétition émanant du Comité de soutien Roya Saberi Negad Nobakht demandant sa libération sans condition, peut être signée si dessous merci de la relayer le plus largement possible dans vos réseaux de luttes.  http://www.gopetition.com/petitions/free-iranian-british-student-roya-saberi-negad-nobakht-illegally-imprisoned-for-criticizing-regime-on-facebook.html
 Voir aussi sur:
 http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/british-woman-jailed-in-tehran-for-insulting-islam-and-iranian-government-on-facebook-fears-execution-9233732.html
 http://www.dailymail.co.uk/news/article-2594981/British-wife-held-Iranian-prison-arrested-writing-Facebook-country-Islamic-trip-visit-family.html
 Notes:
 -*1 sur le CV du procureur juge et boucher Saeed Mortazavi, pourtant rattrapé par la justice pour ses exactions et violences qu’il avait ordonnées contre des manifestants lors des soulèvements populaires postélectoraux de Juin 2009 avant d’être blanchi par Khameneivoir en anglais sur:
 http://en.wikipedia.org/wiki/Saeed_Mortazavi
 http://www.iranhumanrights.org/2013/07/mortazavi_sentence/
 http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2013/02/06/004-iranien-mortazavi-libere-prison.shtml

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s