Enfin l’Amnistie pour Sakineh notre amie Iranienne qui avait été condamnée à la lapidation

Enfin l’Amnistie pour Sakineh  notre amie Iranienne qui avait été condamnée à la lapidation.

sakineh-mohammadi-ashtiani2

Sakineh Mohammadi Ashtiani

19 et 18 Mars 2014 nouvelles qui nous sont parvenues via le blog de nos camarades et ami-es  Communisme Ouvrier et celui de la journaliste Iranienne Keyhani Parisa: 

Le cauchemar de Sakineh Mohammadi Ashtiani, notre amie Iranienne qui s’est fait connaître à la fin des années 2000 pour avoir été condamnée à la lapidation pour adultère, a pris fin ce mardi 18 mars, après huit années passées en prison. La nouvelle a été annoncée par le secrétaire général du Haut conseil iranien pour les droits de l’homme, Mohammad-Javad Larijani, lors d’une conférence de presse à Téhéran, qui évoquait « son comportement positif en prison », comme la principal raison de cette décision de la justice iranienne.

La nouvelle a été annoncée par le secrétaire général du Haut conseil iranien pour les droits de l’homme, Mohammad-Javad Larijani, lors d’une conférence de presse à Téhéran, qui évoquait « son comportement positif en prison », comme la principal raison de cette décision de la justice iranienne.

Condamnée en 2006 pour ses « relations extraconjugales » avec deux hommes après la mort de son mari, cette Iranienne de 47 ans a été condamnée à 99 coups de fouet. Quelques mois après sa condamnation et au cours du jugement du présumé meurtrier de son mari, cette originaire de Tabriz, ville au nord-ouest de l’Iran, a été accusée d’adultère avec l’accusé. Elle a plaidé coupable et a été condamnée, à ce titre, à la lapidation, ainsi qu’à dix ans de prison pour « complicité dans le meurtre de son mari ». Ses peines ont été confirmées en mai 2007.

Sakineh Mohammadi Ashtiani est ainsi devenue, à la fin des années 2000, l’ultime victime de l’Etat « archaïque » et « obscurantiste » pour ses fervents détracteurs dans le monde entier. Sa condamnation à la lapidation a provoqué un grand tollé médiatique international.

De son côté, le pouvoir iranien n’a eu de cesse de dénoncer « l’ingérence » des Occidentaux et des médias qui instrumentalisaient l’affaire de Sakineh Mohammadi Ashtiani.

Face à cette mobilisation internationale, les autorités iraniennes ont annoncé, en juillet 2010, par la voix de l’ambassade d’Iran à Londres, la suspension de sa peine de lapidation. Or, certaines autorités judiciaires ont laissé planer le doute quant à une possible transformation de la lapidation en pendaison. La déclaration de ce mardi de M. Larijani a ainsi fait disparaître ce risque.

« Sur la scène internationale, ils ont fait beaucoup de bruit à propos de ce dossier. Mais nous n’y avons pas fait attention. Nous avons obtenu le pardon de la famille de la victime, s’est ainsi félicité M. Larijani. Sa peine a donc été ramenée à dix ans de prison. Et elle a été graciée en raison de son comportement positif en prison. »

M. Larijani, a également reconnu que si cette affaire a pris une telle dimension, c’était, en partie, à cause d’une mauvaise communication des autorités iraniennes.

Le premier avocat de Sakineh Mohammadi Ashtiani, Mtre Mohammad Mostafavi, s’est exilé en 2010 en Norvège, évoquant les représailles dont sa famille et lui ont fait l’objet. Son deuxième avocat, Javid Houtan Kian a été arrêté en octobre 2010 alors qu’il donnait un entretien à deux journalistes allemands de l’hebdomadaire Bild am Sonntag, en compagnie du fils de la prisonnière. Condamné à six ans de prison, Javid Houtan Kia a été libéré de la prison de Tabriz à l’été 2013, après avoir purgé la moitié de sa peine.

La nouvelle de l’amnistie de Sakineh Mohammadi Ashtiani tombe à l’heure où reprennent, à Vienne, les négociations entre Occidentaux et Iraniens sur le dossier nucléaire de Téhéran.

Notes Soliranparis: nous reviendrons bientôt dans de prochains articles, sur certaines « Bonnes âmes » et autre « intellectuel-es »  d’une certaine « Gauche Alter » prétendument « Anti impérialiste »  et « Post coloniale » Franchouillarde profondément confuse et réactionnaire – qui avaient cru bon en 2010, de hiérarchiser et de faire des différences pour le moins morbides, entre la condamnation à mort (et l’exécution le 23 Septembre 2010) de la prisonnière américaine Teresa Lewis et  la condamnation à mort par lapidation de Sakineh qui selon ces crétin-es utiles  et autres  VRP’s du régime totalitaire , fasciste , théocratique, misogyne, patriarcal, homophobe  et sexiste de Khamenei  , sous entendaient de manière fort grossière, ignoble et  indécente, que la condamnation à mort de Teresa  « avait »  (sic) « été moins médiatisée »  que celle de Sakineh, comme si la peine de mort était moins ignoble en Iran qu’aux États Unis, alors que c’est l’évidence même que celle est tout aussi ignoble dans  tous les pays – fussent-ils « démocratiques » qui la pratiquent encore en 2014.

Voir aussi sur:
http://keyhani.blog.lemonde.fr/2014/03/18/amnistie-pour-sakineh-liranienne-condamnee-a-la-lapidation/
https://communismeouvrier.wordpress.com/2014/03/18/amnistie-pour-sakineh-liranienne-condamnee-a-la-lapidation/
http://en.wikipedia.org/wiki/Teresa_Lewis

Soliranparis contact nomore@riseu.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s