Iran appel à des actions de solidarité Internationale urgentes pour sauver de la peine de mort les prisonniers politiques Arabes Awhazis Hashem Shabani et Hadi Rashedi

Iran appel à des actions de solidarité Internationale urgentes pour sauver de la peine de mort les prisonniers politiques Arabes Awhazis Hashem Shabani et Hadi Rashedi.

shabani_rashdi2

10 décembre nouvelles qui nous sont parvenues via le site  Iran Human Rights: les autorités iraniennes ont fait transférés  le 7 décembre 2013 dernier, Hashem Shabani et Hadi Rashedi deux éminents prisonniers politiques Arabes Ahwazis  d’Iran, depuis  la prison de Karoon située dans la ville d’Ahwaz, vers  un lieu de détention inconnu, ce qui fait craindre qu’ils puissent être exécutés dans les jours a venir .

Iran Human Rights appelle les autorités Iraniennes, a faire stopper immédiatement les procédures  de peine de mort  qui visent ces deux hommes , IHR rappelle également  que ces deux prisonniers politique ont été soumis à la torture après avoir été jugés lors de procès inéquitables qui ont été fermement condamnés par plusieurs experts de l’ONU,  chargés des questions relatives à la défense des droits humains  .

Cet appel d’Iran Human Rights ou RSI intervient quelques jours après que quatre autres prisonniers politiques Arabes Ahwazis d’Iran, aient étés exécutés eux aussi après avoir été transférés de cette même prison vers des centres de détention secrets sous contrôle direct  du ministère des renseignements. Il convient de noter également que ces exécutions programmées d’Hashem Shabani et Hadi Rashedi, interviennent à la suite d’une autre vague d’exécutions sans précédents qui a eu lieu au cours de ces quatre dernières dernières semaines. Ordonnée en haut lieu par le régime de Téhéran contre d’autres prisonniers politiques Kurdes et Baloutches Iraniens  .

Hashem Shabani qui est âgé de 32 ans et Hadi Rashedi  qui est âgé de 38ans avaient été condamnés à mort  en Juillet 2012 aux côtés de trois autres politiques prisonniers Arabes Ahwazis . Ces cinq hommes étaient  tous membres fondateurs d’Al- Hiwar , un institut culturel local enseignant la langue et la littérature Arabe aux jeunes défavorisés arabe de la villes d’Ahvaz, une localité située dans la province méridionale Iranienne du Khuzestân . Nous somme donc loin des descriptions fallacieuses qu’en avaient faites les médias officiels du régime de Téhéran qui les avaient décrits comme des « Terroristes séditieux adeptes de la lutte armée,  préparant des actions de sabotages,  ayant pour but de déstabiliser la république Islamique d’Iran ».

Les motifs d’accusations des juges du régime de Téhéran  ont désignés ces cinq hommes comme étant  des  « Moharebeh  » des « ennemis de dieu en inimitié à l’ égard de dieu  » -selon la loi Iranienne – Ndlr. Et d’êtres des  » Mufsid -fil- Arzz » –  des « propagateurs de la  corruption sur terre « en Persan , ainsi que d’avoir diffusé de la: « propagande contre le système ».  Des « crimes » passibles de la peine de mort en Iran.

Hashem Shabani  continue à clamer son innocence tout en exigeant  d’avoir le droit à un nouveau procès équitable devant un tribunal impartial, il a insisté pour dire que dans ses luttes passées, il n’avait jamais prôné le recours à la violence. Tout en revenant sur la soi-disant  « confession télévisée » qu’il avait  faite après avoir été violemment torturé pendant plusieurs mois dans diverses prisons et  centres de détentions secrets sous le contrôle des agents du ministères des renseignements.  La seule chose que lui reproche en fait le régime est qu’ Hashem ai fait publier sur un blog, plusieurs lettres,  articles  et essais critiques du régime Iranien sortis clandestinement de prison, ou celui ci exposait les mauvais traitements et les ségrégations diverses que subissent les minorités Arabes Ahwazies en Iran.

Dans une ce ces lettres  Hashem Shabani dénonçait en ces termes les crimes odieux et les violences  quotidienne perpétrées par les autorités iraniennes  contre sa communauté tout en se déclarant solidaire des autres minorités opprimées du pays:  « Dans les lettres et les rapports que j’avais écrits , je défendais seulement  les droits légitimes de chaque peuple et de chaque minorité de notre pays à vivre librement avec les mêmes droits civiques que ceux de tous les autres peuple d’Iran. Malgré toutes les misères et les tragédies que ma communauté a subie depuis des années,  je n’ai jamais utilisé une seule arme de ma vie à part celle de ma plume,  pour lutter contre les crimes atroces que nous fait subir quotidiennement ce régime « 

Les condamnations à mort contre ces cinq  hommes , ont été fermement condamnées par un groupe de groupe de cinq experts indépendants des Nations Unies en janvier 2013 dernier. Ceux ci ont accusé les autorités iraniennes  d’avoir eu recours à des tortures et des procès inéquitables contre tous ces prisonniers politiques et de conscience Iraniens.

L’Union européenne a ensuite imposé des sanctions à l’encontre du  juge Seyed Mohammad Baqir Moussavi  qui a condamné ces cinq  hommes à la mort et qui préside toujours la division numéro 2 de la « Cour révolutionnaire » de la ville d’Ahwaz, ainsi que contre Muhammad Sarafraz et Hamid Reza Emad qui sont à la tète des rédactions des chaines et des agences médiatiques de l’IRIB World Service et de Press TV.ir et qui sont donc parmi les responsables directs de la diffusion à des heures de grande écoute sur ces chaines Iraniennes,  des « aveux et confessions télévisées »,  de ces cinq prisonniers politiques,  alors qu’ils savaient tous deux pertinemment, que celles ci avaient été extorqués par des violences et sous la torture.

Notes Soliranparis nous nous joignons à cet appel du site Iran Human Rights et demandons à toutes les associations Françaises de défense des droits de l’homme, ainsi qu’a toutes les associations  luttant contre la peine de mort, d’envoyer massivement des lettres et courriels de protestations demandant  aux représentations diplomatiques Iraniennes présentes en France,  de gracier sans conditions Hashem Shabani et Hadi Rashedi ainsi que tous les autres prisonniers condamnés à mort en Iran.

Merci également à nos lecteur-Euses de diffuser massivement cet appel , via leurs réseaux de luttes et leurs réseaux sociaux habituels

Voir aussi sur:
http://iranhr.net/spip.php?article2972
Un rapport complet sur les exécutions programmées des prisonniers politiques Arabes Ahwazis  Hashem Shabani et Hadi Rashedi peut être consulté ci dessous:
http://www.ahwaziarabs.info/2013/12/two-more-ahwazis-face-death-in-rouhanis.html
Adresse de l’Ambassade de la République Islamique d’Iran en France ou envoyer vos protestations.
Adresse : 4, avenue d’Iéna 75116 Paris Tél : 01.40.69.79.00 Fax : 01.47.70.01.57 Internet : http://www.amb-iran.fr Courriel : cabinet@mfa.gov.ir

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans « Confessions » et aveux forcés de prisonnier-es diffusés par la chaine d’état Iranienne PRESS-TV, Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s