Lettre et appel au secours de Zanyar Moradi et Loghman Moradi deux prisonniers politiques Kurdes Iraniens condamnés à mort par le régime de Téhéran

Lettre et appel au secours de Zanyar Moradi et Loghman Moradi deux prisonniers politiques Kurdes Iraniens condamnés à mort par le régime de Téhéran.

ZanyarandLoghman Moradi

9 et 8 septembre 2013 Ville de Karaj  Iran province de Téhéran: Nouvelles qui nous sont parvenue via le site Persian2 English  une nouvelle lettre à été écrite par  les deux prisonniers politiques Kurdes Iraniens Zanyar et Loghman Moradi  et adressée à M. Ahmed Shaheed – Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation et les question des droits humains en Iran-Ndlr . Et à d’autres organisations et institutions de défense des droits de l’homme internationales: Sauvez nous de ces exécutions injustes qui nous menacent

Sauvez nous de ces exécutions injustes qui nous menacent

Cher Dr. Ahmed Shaheed,

Respectueuses salutations :

Recevoir une telle lettre venant de la part d’un prisonnier politique ne peut pas être quelque chose de nouveau pour vous , mais nous Zanyar et Loghman Moradi , n’avons pas d’autres choix que de s’appuyer sur vous et de demander l’aide des Nations Unies et d’autres organisations internationales de défense des droits l’homme afin de prouver notre innocence et de sauver nos vies , des peines de mort injustes qui ont nous ont été imposées. Si nécessaire, nous vous écrirons d’autres lettres afin de nous sauver de  cette situation complexe et de ces deux condamnations injustes .

Comme nous vous l’avions communiqué précédemment, nous avons tous deux endurés beaucoup de douleurs et de souffrances au cours des cinq dernières années de détention. Nous avons été soumis à des scénarios fabriqués de toutes pièces par les agents du ministère des renseignements. Nous avons été soumis à des actes de vengeance et de haine visant à détruire la jeunesse  de ce pays. Nous avons vécus l’isolement et la séparation d’avec nos familles et les épreuves qui leur ont été imposées pour les faire taire. Tout a été fait par les agents du régime qui nous opprime afin que nous conjurions les souvenirs amers et désagréables qui leur sont associés. Après avoir enduré toutes les souffrances, et en dépit de la diffusion de l’information au sujet de notre situation, nous continuons toujours à ressentir de l’angoisse et une extrême fatigue.

Cependant nous remercions les organisations Internationales de défense de droits de l’homme et les Nations Unies qui ont contribué à prévenir la propagation de nos blessures intérieures et à l’affaiblissement de notre détermination en nous fournissant leurs soutien et l’aide humanitaire dont nous avions grand besoin. Nous leur devons d’ailleurs de par leurs efforts  et leurs actions d’êtres encore en vie jusqu’à présent. L’autre raison pour laquelle nous n’avons pas cédé moralement est que cette solidarité a confirmé les faits de  notre innocence et nous a redonné confiance en nous. Une confiance en nous assez forte maintenant,  pour avoir affirmé à maintes reprises le fait que nous avons été victimes d’une fausse affaire judiciaire et de fausse preuves fabriquées et déposée contre nous deux.

Comme nous vous  l’avions déjà écrit dans le passé, pour nos deux cas personnels depuis l’étape de nos arrestations,  jusqu’à nos condamnations à des sentences de peines de mort nous avons subis toutes les pires épreuves et les pires souffrances imaginables que des hommes violent et brutaux peuvent faire subir à d’autres humains . Toutes les lois de notre pays ont été brisées par ses juges belliqueux. Les actes illicites que les juges et les gardiens de prisons de ce régime nous ont fait subir, comprennent de longues et sévères séances de tortures qui ont conduit à des actes de mutilations sur certaines parties de nos deux corps, nous avons eus à subir de longs  mois d’isolement complet dans des cellules de confinement, à plusieurs reprises nous avons été totalement privés du droit de nos familles à nous rendre visite, du droit d’avoir des contacts téléphoniques avec elles et de leur écrire des courriers , pour leurs donner de nos nouvelles, depuis les débuts de nos incarcérations nous avons aussi été soumis à d’intenses séances de pression psychologiques assorties de brimades et d’insultes à caractère religieuses quasi quotidiennes, à plusieurs autres reprises ils ont tenté par ces pressions et ces violences  de nous extorquer des aveux forcés auto-incriminants, afin que nous nous accusions nous même de crimes que nous n’avons pas commis.

Nous n’avons aucun espoir dans les autorités judiciaires de la « république islamique d’Iran » de rouvrir nos dossiers et d’assurer un nouveau suivi de nos cas. Cependant en temps que jeunes hommes enfermés  dans les couloirs de la mort de notre pays , en tant qu’hommes qui vivent dans l’ombre d’une mort imminente , nous comptons sur vous pour prendre les mesures nécessaires , pour rétablir les droits violés de deux citoyens Kurdes Iraniens  et ceux de tous les autres prisonniers et de toutes les prisonnières de consciences enfermés dans les prison de notre pays.
Merci,

Zanyar Moradi et  Loghman Moradi Prison de Ghohardasht Rajaee Shahr, ville de Karaj  Iran. Le 5 septembre 2013

Zanyar Moradi  et  Loghman Moradi – des informations rapides sur les cas de ces deux prisonniers politiques Iraniens condamnés à mort, par le régime théocratique et fasciste de Khamenei et de son nouveau  valet le « président de la république modéré » Hassan Rohani.

Date de leurs arrestations : 2 Août, 2009, ils sont depuis détenus dans la sinistre prison de Ghohardasht Rajaee Shahr (l’une des plus dure et les plus atroce du pays) située prés de la ville de Karaj -province de Téhéran

Ils ont étés accusés ensuite d’être des  » Moharebeh » – des « ennemis de dieu  en inimité dieu  » -selon la loi Iranienne-NDLR. Et d’avoir « propagé  la sédition et la dépravation sur terre », à  la suite d’une accusation par des agents du ministére des renseignements du régime iranien qui affirment que Zanyar Moradi et Loghman Moradi, ont été impliqués dans l’assassinat en juillet 2009 d’un  jeune homme nommé  Saadi, le fils d’un haut membre du clergé supérieur au Kurdistan, après une prière du vendredi  qui avait eu lieu dans la ville de Marivan.

Ils ont été ensuite condamnés à port par pendaison en public, lors de sentences publiées le 22 Décembre 2010, par  la branche numéro  15 de la « cour du tribunal révolutionnaire « de Téhéran, présidée par le juge Salavati  connu et haï dans tout l’Iran, pour la brutalité  et la violence de ses verdict. Pour « appartenance au parti Illégal du Komalah«  et pour leurs implications supposées dans « l’assassinat du fils de l’Imam de la ville Marivan , survenu après une prière du vendredi pendant la nuit du 5 Juillet 2009 ».

Il est à noter également que le procureur qu’Hossein Paidar , un autre membre des hautes autorités judiciaires de la « république Islamique d’Iran » ou I.R.I qui épaulait le juge-bourreau  Salavati et  qui suivait lui aussi les affaires de Zanyar Moradi et Loghman Moradi, les a privé de leurs droits d’avoir accès à un avocat, durant toutes les étapes judiciaires de leurs procès.

Amnesty International rapporte que Zanyar Moradi et Loghman Moradi sont en danger imminent d’exécution depuis que: « leurs condamnations à mort ont été adressées à l’Office de l’application des peines, un organisme haut placé au sein de la magistrature Iranienne, qui est l’étape finale avant d’être appelé à être exécuté,  pour les prisonniers condamnés à mort « .

Voir aussi sur:
http://persian2english.com/?p=24660
Notes complémentaires
http://www.amnesty.org/en/library/asset/MDE13/010/2012/en/ef544c1f-9aee-469e-8314-900a9e5623a4/mde130102012en.html

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s