Analyse d’Iran Human Rights les liens entre les évènements politiques et l’évolution de la peine de mort en Iran

Analyse d’Iran Human Rights les liens entre les évènements politiques et l’évolution de la peine de mort en Iran.

iran-executions-2012

11 et 13  juillet 2013 nouvelles qui nous sont parvenue via le site Iran Human Rights qui nous confirment hélas encore qu’en matière d’atteintes contre les droits de l’homme rien n’a changé depuis Ahmadinejad . Et ce malgré l’élection du nouveau président Iranien Hassan Rohani  dont la plupart des grand médias internationaux et occidentaux, ont pourtant acclamé la prise de pouvoir en le jugeant un peu vite comme prétendument « Modéré et proche des courants réformateurs »: Après un court répit avant les élections présidentielles le 14 juin dernier, une nouvelle vague d’exécutions a débuté le 20 juin. Selon les sources officielles, 38 personnes ont été exécutées ces trois dernières semaines. De plus, au moins 44 exécutions ont été confirmées par des associations de droits de l’homme pendant la même période, néanmoins celles-ci n’ont pas été annoncées par les autorités iraniennes ou dans les médias officiels à la botte du régime.

D’après les sources officielles et officieuses, au moins 82 personnes ont été exécutées dans plusieurs villes iraniennes pendant les trois dernières semaines après les élections présidentielles.

Le rapport annuel*1 sur la peine de mort en 2012 en Iran publié par les militant-es et activistes du Iran Human Rights montre qu’entre 70 et 80% des personnes exécutées l’ont été pour des délits supposés liés à des « affaires » de drogue.

Les autorités iraniennes répètent que le nombre élevé d’exécutions est lié à l’engagement de l’Iran dans la lutte internationale contre le trafic de drogue, car le pays est une zone de passage entre l’Afghanistan et l’Europe.

Les militant-es et activistes du site Iran Human Rights  ou IHR, ainsi que d’autres associations de droits de l’homme- Iraniennes comme Internationales, ont déclaré que les autorités iraniennes utilisent la peine de mort pour semer la peur dans la société, afin d’éviter des mouvements de protestation sociales et politiques en tentant de terroriser la population pour rester au pouvoir.

Ci-dessous, IHR a analysé les liens entre le nombre d’exécutions et les évènements politiques en Iran entre 2007 et 2013. Seules les exécutions annoncées officiellement ont été prises en compte. Le résumé de cette analyse est représenté dans le diagramme.

L’analyse montre que :

Le nombre d’exécutions en Iran a chuté de façon significative pendant les semaines précédant les élections présidentielles ou parlementaires-lignes verticales noires sur le graphique publié par IHR – Ndlr.
Le nombre d’exécutions atteint un pic les mois précédant et suivant les élections.
Le mois ou le nombre d’exécutions a été le plus élevé se situe en juillet 2009, le mois ou les manifestations post-électorales se sont déroulées.
On remarque un pic dans le nombre d’exécutions lorsque des manifestations sont attendues, comme l’anniversaire du soulèvement étudiant en 1999 (le 9 juillet, 18 tir) et l’anniversaire du 14 février 2009 (le 25 Bahman).
Les lignes verticales vertes dans le graphique indiquent les périodes pendant lesquelles les autorités craignaient des émeutes.

Le nombre d’exécutions officielles est bas pendant la nouvelle année perse (Norooz, en mars) et pendant le mois Saint du Ramadan. Néanmoins, les chiffres sont généralement élevés à la période de Noël et en janvier.

Le site IHR travaille actuellement à une analyse détaillée de l’évolution des exécutions en Iran pendant la décennie écoulée. Les résultats seront annoncés prochainement.

Mahmood Amiry-Moghaddam,  le porte-parole international pour le site IHR a commenté cette analyse :  » Cette analyse indique qu’il y a une corrélation substantielle entre les exécutions et les évènements politiques en Iran. Il semble que les autorités iraniennes choisissent parfois d’exécuter de façon calculée et non arbitraire. En règle générale, le nombre d’exécutions est élevé lorsque les autorités craignent des manifestations, et le nombre est bas lorsque l’attention internationale est portée sur l’Iran ».

Concernant le bas niveau des exécutions pendant la durée des nouvelles élections qui ont eues lieu en juin 2013, Amiry-Moghaddam précise : « Il se pourrait que pendant les élections, les autorités doivent laisser plus de place à la population afin d’encourager les gens à voter. Par ailleurs, pendant les élections, des journalistes internationaux se rendent en Iran avant et après les élections. Pourtant, pendant les semaines précédant les élections et juste après, le nombre d’exécutions atteignent comme on pouvait s’y atteindre  un nouveau  pic d’augmentation de celle ci ».

Voir aussi sur:
http://iranhr.net/spip.php?article2831
Notes:
-*1 voir sur le rapport publié sur la peine de mort en Iran pour la seule année 2012
http://iranhr.net/spip.php?article2740

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s