Vague d’arrestations massives dans l’est du Kurdistan Iranien dirigées contre les activistes civils et les activités de la presse locale

Vague d’arrestations massives dans l’est du Kurdistan Iranien dirigées contre les activistes civils et les activités  de la presse locale.

mass arrests of Kurdish civilians2

13 et 14 mars 2013 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Kurde Rojhelat Info : De récents rapports confirment que le nombre d’arrestations par les services de renseignement iraniens de militants politiques civils Kurdes et de journalistes ont considérablement augmenté. Ces rapports nous indiquent également que ces 10 derniers jours des dizaines de journalistes ont été arrêtés. Dans la province du Kurdistan Iranien.

Mesoud et Xosrow Kordpour sont deux frères et deux journaliste qui travaillaient pour l’agence de presse Mukrian New Agency et qui sont parmi les personnes qui ont arrêtées récemment dans la ville de Mahābād. Les services de renseignement de la « république islamique » les ont arrêtés après avoir envahi leurs maisons au cours d’une violente perquisition. Qui a été suivie d’une confiscation de certains de leurs effets personnels. Ces deux frères avaient déjà étés arrêtés et emprisonnés pour des raisons politiques, il semble que cette fois ci ils pourraient être accusés d’avoir écrits des articles et des rapports sur les prisonniers politique de la région du Kurdistan Iranien. Et leurs activités sur des questions de défense des droits de l’homme.

Qasem Ehmedî est également l’un des autres journalistes qui viennent d’être arrêtés dans la ville de Mahābād. Le 6 mars 2013 il avait été convoqué par le bureau local du ministère des renseignements, puis ensuite arrêté par ses agents .Qasem Ehmedî  était aussi titulaire d’un diplôme en sciences politiques et avait travaillé en tant que directeur de la publication du  journal  Rojev.

D’autre part ces derniers jours une nouvelle vague d’arrestations a été  constatée dans la ville de le 9 mars 2013, cinq activistes culturels de cette ville nommé :  Qane Hatemi, Mohammed Negari, Babek Ebbasi, Mo’tasem Shafei, et Jehanbexsh Ehmedî, ont été arrêtés par les agents locaux de bureau du ministère des renseignements. Qui après perquisitions de leurs domiciles et leurs lieux de travail, ont confisqués pour « complément d’enquête » certains de leurs effets personnels tels que des partitions musique et leurs ordinateurs personnels.

En outre, deux autres activistes culturels nommés Dawoud Ghefari et Keyhan Ezizi ont été arrêtés dans la ville de Pawe, après une prière de deuil et poursuivis pour avoir publié des avis de condoléances en Kurde. Toujours dans la même ville de Pawe d’autres rapports indiquent que cette même semaine, d’autres personnes nommées Ferdin Resouli, Bextiar Resouli, Settar Ehmedî, Moxtar Ehmedî et Yaser Kakaei ont été arrêtés pour des raisons inconnues.

En conséquence il y a un total estimé de 12 personnes qui ont été arrêtées dans la ville de Pawe, ces derniers jours. De même, cinq autres citoyens nommés Mohemmed Sohrabi, Nasser Nematxahd, Kamran Osmani, Shehab Ehmedî-azer, et Yousef Hajixosh ont été arrêtés pour des raisons politiques dans la ville de Neqedeh (Naghadeh).

La ville d’Oshnevieh n’a pas été une exception non plus, dans ces récentes attaques des forces répressives de sécurité de la « république islamique », deux citoyens nommés Qader Dastan et Rehim Ftouhi ont été transférés eux aussi pour des raisons inconnues par les forces gouvernementales, dans des centres de détention du bureau du ministère des renseignements local.

Dans le même temps, un jour avant le 8 mars 2013, lors de Journée Internationale des Femmes, des membres et créateurs du site internet, pour aider le Comité de Coordination de Création de Syndicats de Travailleurs Libres, a signalé l’arrestation de certains de ses membres. Les noms de ces camarades syndicalistes étaient Eli Azadi, Vefa Qaderi, Seyyed Xalid Hosseini, Behzad Ferejollahi et Hemid Mehmoudnejad, ils ont tous été arrêtés dans les premières heures de la matinée dans leurs résidences privées.

Certains rapports indiquent que la vague d’arrestations a également balayé ses personnages et des activistes et religieux et qu’un certain nombre de citoyens de la province du Kurdistan ont été arrêtés pour des charges judiciaires avec des orientations idéologiques.

Avec ces arrestations de masse, il faut aussi signaler les cas de trois autres prisonniers politique Kurdes et condamnés à mort. Qui ont été transférés dans un centre de détention de la ville d’Ourmia pour la mise en œuvre de leurs peines, augmentant ainsi les inquiétudes quant à leurs  exécutions imminentes. Ebrahim Eisapour, Sirwan Njavi, et Saman Nesim, sont les noms de ces trois prisonniers condamnés à mort qui avaient été arrêtés en 2012 (1390 dans le calendrier persan) dans les villes de Serdesht, Meriwan et Karaj par des agents de la police politique de la Vevak et des agents du ministère des renseignements. Qui les ont sauvagement torturés pour les faire avouer et admettre qu’ils coopéraient avec partis politique Kurdes jugés « illégaux » par le régime totalitaire de Khamenei et d’Ahmadinejad.

Au fait à signaler le cas d’Eli Ehmed Suleyman, un autre prisonnier politique Kurde qui a été a été condamné à mort de maniéré rétroactive par la Cour du « tribunal révolutionnaire » de la ville d’Enqelab. Alors qu’il avait purgé la totalité de sa peine dans la prison de la ville d’Ourmia et qu’il devait être en principe libérable. Originaire du sud du Kurdistan, Eli Ehmed Suleyman avait été condamné à cinq ans de prison  pour sa participation supposée au mouvement de résistance armé du Parti Pour Une Vie Libre au Kurdistan ou PJAK, et plus tard condamné à un an de prison supplément pour avoir soit disant communiqué avec un autre prisonnier politique nommé Ehmed Shehid des informations sur les conditions de détention en Iran a des médias et des journalistes étrangers. Durant ces six années de détention Eli Ehmed Suleyman a été à plusieurs reprises violenté et torturé et les agences de renseignements Iraniennes de la Vevak et de la Sepah.

Actuellement il ya au moins 28 prisonniers politiques et idéologique Kurdes et condamnés à mort qui sont détenus dans les prisons de la « république islamique »  et qui sont menacés par des exécutions imminentes. Voici les noms de ces prisonniers: Hebibellah Letifi, Réchid Axkendi, Mostefa Selimi, Sherko Mearefi, Simko Xorshidi, Sirwan Njavi, Ibrahim Isapour, Saman Nesim, Rzgar Efshari, Eli Efshari, Hebibellah Golperipour, Zanyar Moradi, Loqman Moradi, Housheng Rezaie, Reza Esmaeli, Behruz Alxani, Bextiyar Meemari, Hamed Ehmedî, Behram Ehmedî, Kemal Molayi, Esger Rehimi, Behnam Rehimi, Jahangir Dehqani, Mohemmed Reza Behmeni, Jemshid Dehqani, Keywan Zend Kerimi et Hoshyar Mohemmedi.

Voir aussi sur :
http://rojhelat.info/en/?p=5465

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s