Deux prisonnières politiques Kurdes font face à des pressions intenses dans le quartier des femmes de la prison centrale d’Orumiyeh

Deux prisonnières politiques Kurdes  font face à des pressions intenses dans le quartier des femmes de la prison  centrale d’Orumiyeh.

Evin_Malou_Shekho-2

 

evin-malou2

23 et 25 février 2013 nouvelles qui nous sont parvenues via le site  International Campaign for Human Rights in Iran : Deux femmes prisonnières politiques Kurdes enfermées dans  la prison de la ville d’Orumiyeh, ont été confrontées cette année à  es convocations répétées de l’Unité du ministère des renseignements, un militant et défenseur local des droits de l’homme a déclaré au site de la Campagne internationale Pour les Droits de l’homme en Iran. Que les interrogateurs de cette agence des forces répressives de la « république Islamique d’Iran », avaient fait d’intenses pressions  sur ces deux femmes pour les obliger à participer à des « aveux télévisés » et à coopérer avec le ministère des renseignements.

Evin Molood Sheikhoo est un citoyenne Syrienne âgée de 28 ans et Ghedisseh Ghaderi une citoyenne Turque âgée de 25 ans. Toutes deux ont été condamnées à sept ans de prison pour «collaboration avec le groupe du PKK kurde ». Selon ce militant et défenseur local des droits de l’homme, les interrogateurs du bureau du ministère des renseignements, ont régulièrement convoqués ces deux femmes enfermées dans la section du quartier des femmes de la prison d’Orumiyeh, pour les interroger au sujet de leurs coopérations supposées avec des groupes Kurdes jugés « illégaux » par le régime de Téhéran. Et surtout multiplier les pressions  contre elles, pour les inciter à coopérer et à les aider à identifier des membres et  leaders-ou sympathisants du PKK qui vivent dans la région frontalière Turquie-Iran-Irak. Ces interrogatoires seraient accompagnés de violences verbales et psychologiques, de manque de respect, d’insultes de coups et de tortures diverses. Le tout accompagné de nouvelles menaces de rajouter de nouvelles charges d’accusations, dans les dossiers judiciaires de ces deux prisonnières politiques.

Evin Molood Sheikhoo est une femme et prisonnière politique Kurde originaire d’Afrain une ville située dans le Kurdistan Syrien, elle avait été arrêté à Orumiyeh par les forces répressives iraniennes en février 2009. Puis fut détenue dans le Centre de détention du Bureau d’information du ministère des renseignements, où les agents de ce ministère lui firent subir trois mois de violents interrogatoires, accompagnés de coups, de tortures psychologiques et physiques. Après cela elle fut transférée dans le quartier central des femmes de la prison d’Orumiyeh. Il est à noter que peu de temps après elle dut subir une parodie de procès sans même avoir le droit d’avoir accès à un avocat. Qui se solda par une condamnation à 7 ans de prison prononcée par un « tribunal révolutionnaire » local.

« Bien qu’elle ait fait appel de la décision, l’affaire a été ensuite transmise à la Cour d’appel de la province de l’Ouest de l’Azerbaïdjan Iranien. Qui a maintenu la peine dans son intégralité », a déclaré ce militant et défenseur local des droits de l’homme au site Campaign for Human Rights in Iran

Ghedisseh Ghaderi est une femme et prisonnière politique Kurde originaire de la ville de Van en Turquie située dans la région du Kurdistan Turc. Elle avait été arrêtée au printemps 2011 à Orumiyeh. Et fut elle aussi détenue pendant deux mois dans le même centre de détention du ministère du renseignement que celui où avait été retenue Evin Molood Sheikhoo, comme pour sa codétenue elle y a aussi subi les mêmes violences, coups et tortures physiques et psychologiques. Pour l’obliger a avouer son appartenance supposée au PKK.

La même source a déclaré au site Campaign for Human Rights in Iran que Ghedisseh avait subi tellement de violences et de privations durant ses interrogatoires : « Qu’elle était quasiment incapable de manger et de se déplacer seule, plus de deux semaines après son transfert du centre de détention du ministère des renseignements vers celui du quartier des femmes de la prison centrale d’Orumiyeh ».

Peu de temps après le « tribunal révolutionnaire » d’Orumiyeh condamna cette prisonnière politique à 10 ans de prison pour « collaboration avec le PKK», Ghedisseh Ghaderi fit bien sur appel du jugement. Et une cour d’appel réduisit la peine initiale de 10 années de réclusion, pour la commuer ensuite en une peine de 7 années de prison.

Evin Molood Sheikhoo et Ghedisseh Ghaderi sont depuis toujours détenues dans le quartier des femmes de la prison centrale d’Orumiyeh, où elles subissent toujours les mêmes pressions des agents de la police politique du ministère des renseignements.

Voir aussi sur :
http://www.iranhumanrights.org/2013/02/kurdish_prisoner/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s