Coupure des téléphones des détenus de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh en vue d’une nouvelle vague d’exécutions massives

Coupure des téléphones des détenus de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh en vue d’une nouvelle vague d’exécutions massives.

Gohardasht2

19 décembre 2012 nouvelles qui nous sont parvenue via le site Freedom Messenger: De vastes préparatifs  ont lieu en prévision  d’une nouvelle vague d’exécutions massives de prisonniers  de la prison Gohardasht Rajaee Sharh  située prés de la ville de Karaj . Depuis quatre jours on assiste dans cette sinistre prison a des coupures de téléphones,  le but de tortionnaires du régime des Mollahs,  est simple il s’agit encore la d’isoler les condamnés à mort de leurs familles et de leurs avocats.

Selon les informations reçues par les militant-es et activistes du site  Human Rights Activists for Democracy in Iran ou  HRDAI, toutes  les familles des prisonniers dits de « droits communs » condamnés à mort, ne peuvent plus se servir  de leurs  téléphones cellulaires ou portables, pour tenter de  joindre  leurs proches enfermés dans la prison de Gohardasht Rajaee Sharh, car toutes les lignes de cette prison sont coupées depuis plus de quatre jours.

Des rapports  indique que depuis le vendredi 14 décembre 2012, les  familles de ces  prisonniers dits   de « droits communs » qui sont des condamnés  à mort , n’arrivent plus à avoir d’informations sur le sort réservé à leurs proches. Il est à noter également que bon nombre de ces familles de condamnés à la peine capitale de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh,  ont étés privées de leurs droits de visites depuis de longues semaines.

Pour la plupart des familles  de ces condamnés à mort vivant dans d’autres villes. Le seul moyen de communication avec leurs enfants, conjoints  enfermés à Gohardasht Rajaee Sharh était le téléphone, mais depuis plus de 4 jours toutes les lignes de téléphones ont été coupées. Et ces familles ne peuvent donc plus renter en contacts avec leurs proches.
D’autre part les nouvelles interviews donnée par le responsable de la « justice » Iranienne Sadegh Larijani  et les « justifications » de ces exécutions de masse de ce criminel contre l’humanité dont le nom figure sur la liste des violations des droits humains internationaux,  n’augurent rien de bon au sujet du sort réservés à des dizaines de condamnés à mort enfermés à Gohardasht Rajaee Sharh.

Même chose pour les récentes déclarations venues appuyer celle de Larijani, du numéro deux de la police antiémeutes Iranienne, l’assassin et tortionnaire Ahmad Reza Radan, qui fut l’un des principaux  responsables et donneurs d’ordres directs,  de la mort de centaines de manifestant lors de la répression sanglante des soulèvements populaires du 12 Juin 2009, indiquent que le régime prévoit  des pendaison  massives de ces prisonniers dits de « droits communs « dans ce centre de détention.

Toujours selon les rapports reçus par les activistes du site Human Rights Activists for Democracy in Iran, on sait que la mise en œuvre d’unités  de quartiers  spéciaux dans les prisons de Gohardasht et de Gezel  hesar -toutes deux situées dans la ville de Karaj-Ndlr– indiquent que  les autorités pénitentiaires ont dressées  des listes de noms de  prisonniers qui doivent êtres pendus entre Noël et les débuts du mois de janvier.

Des rapports non confirmés indiquent aussi que de récentes arrestations  effectuées cette semaine dans une rue de Téhéran, et décrites par les médias du pouvoir comme un « succès commun » remporté par  le biais de  la collaboration active,  entre le centre de police de la ville et les  agents du ministère des renseignements , serviront de « justifications » au régime de Khamenei et d’Ahmadinejad , pour appliquer ces exécutions de masse des prisonniers dits de « droits communs » enfermés  dans les  pénitenciers de  Gohardasht et à Gezel hesar.

Le régime du « guide suprême » ou  Vali-al-Faghih exécute chaque année des dizaines de prisonniers entre Noël et les débuts du mois de janvier. Malgré les condamnations de ces actes de barbarie par les organisations de défense des droits de l’homme Iraniennes en exil ou internationales. Et il est évident que la mise en place de ce nouveau plan d’exécutions massives dans les prisons de Gohardasht et de Gezel hesar, visent à favoriser la diffusion d’une atmosphère malsaine d’intimidation et de peur dans le pays. Mais aussi dans toute la communauté de la diaspora  Iranienne réfugiée à l’étranger.

Human Rights Activists for Democracy in Iran met à nouveau en garde la communauté internationale  contre ces nouveaux plan d’exécutions  massives de prisonniers, ordonnées par le Mollah Ali Khamenei et son régime du Vali-al-Faghih. Et demande instamment  au  Commissaire des Nations Unies  sur les questions des droits de l’homme, de déférer  le criminel contre l’humanité Ali Khamenei, devant les tribunaux internationaux pour mettre fin  aux crimes contre l’humanité,  commis par le régime iranien depuis plus de 33 années de dictature.

Human Rights Activists for Democracy in Iran
17 décembre 2012

Le rapport ci-dessus a été envoyé aux organismes suivants:
-Au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.
-Au Commissaire des Nations Unies  sur les question des droits de l’homme.
-Au Rapporteur de l’ONU sur les questions des droits de l’homme en Iran.
-Aux activistes et militant-es d’Amnesty International.

Voir aussi sur:
http://www.freedomessenger.com/archives/53089

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s