Les nourrissons malades de deux mères et prisonnières politiques Bahaïes Zahra Nik-Aïn et Taraneh Torabi sont en danger dans la prison de Semnān

Les nourrissons malades de deux mères et prisonnières politiques Bahaïes Zahra Nik-Aïn et Taraneh Torabi sont en danger dans la prison de Semnān.

zohre_nik_aein2

Zahra Nik-Aïn et Taraneh Torabi

8 et 9 décembre 2012 nouvelles parvenue via le site Freedom Messenger en dépit de ce que disent nos Ahmadinejadolatres « Alters » francophones habituels, voici une nouvelle illustration de plus du racisme institutionnel du régime des Mollahs contre les minorités en Iran:  Deux citoyennes et prisonnières politique Baha’is, Zahra Nik-Aïn et Taraneh Torabi, sont  actuellement enfermées avec leurs deux enfants malades dans la prison de la ville de Semnān.

Or les deux jeunes nourrissons de ces deux prisonnières politique qui sont enfermés avec leurs mères dans le même centre de détention. Se trouvent êtres en grand danger en raison de leurs états de santé qui nécessitent des soins médicaux urgents et immédiats.

Selon un rapport publié par les activistes et les militant-es du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme du site Human Rights News  Agency ou Hrana, ces deux citoyennes et prisonnières politiques Baha’is  Zahra Nik-Aïn et Taraneh Torabi, qui ont étés condamnées respectivement à  des peines de 23 et 20 mois de prison, purgent  actuellement leurs peines dans à la prison de la ville de Semnan, malgré le fait qu’elles soient les mères de deux jeunes nourrissons. Zahra a un fils de 11 moi, et Taraneh a un fils de cinq mois. Tous deux sont gravement malades et ont besoin de soins médicaux  immédiats.

Deux prisonnières politiques harcelées depuis 2012 par les autorités du régime totalitaire de Khamenei et d’Ahmadinejad.

Zahra Nik Aïn avait été arrêtée  le 14 mars 2011 et détenue en prison jusqu’au 3 avril 2011, elle  était  ensuite sortie de prison le 16 avril 2011 et avait mise en liberté provisoire contre une  caution de  100 millions de Tomans. Avant d’être convoquée et d’être arrêtée à nouveau le 15 décembre 2011 par les agents du ministère des renseignements, elle fut jugée peu de temps après par une cour locale qui la condamna à sept années de prison.  Finalement après des demandes de révisions de son procès Zahra son avocat et sa famille, finirent par obtenir de la Cour d’appel de la ville de Semnān que celle ci réduise la peine à 23 mois de prison.

Taraneh Torabi avait été arrêtée le 20 février 2011. Le 23 février 2012 elle fut condamnée à 5 ans et 10 mois de prison sur des accusations « d’appartenance et mise en place du fonctionnement d’un groupe religieux et politique illégal ». Le 2 juillet 2012 après une demande  de révision de son procès Taraneh  réussi à obtenir de la Cour d’appel de la ville de Semnān, une réduction de sa peine initiale qui passade5 ans et 10 mois à 20 mois de détention.

voir aussi sur:

http://www.freedomessenger.com/archives/52915

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s