Nasrin Sotoudeh Met fin à sa grève de la faim et fait lever l’interdiction de voyager à l’étranger touchant sa fille Meraveh

Nasrin Sotoudeh Met fin à sa grève de la faim et fait lever l’interdiction de voyager à l’étranger touchant sa fille Meraveh.

 Free-Nasrin-Sotoudeh2

Nasrin Sotouteh – Mise à Jour nuit du 4 au 5 décembre 2012.

Mise à jour  importante : nouvelles qui  nous est parvenue cette nuit du 4 au 5 décembre 2012 et qui nous a été envoyés par mail par des ami-es Iranien-nes  citant un article du site International   Campaign For The Human Rights in Iran – l’Avocate et militante Iranienne emprisonnée  Nasrin Sotoudeh  met fin à sa grève de la faim qui à durée 49 jour,  après la levée des restrictions sur certains de ses droits de prisonnière politique. Qui étaient bafoués par les autorités Iraniennes depuis plus d’un an.

Après 49 jours de grève de la faim, Nasrin Sotoudeh a mis fin à sa grève de la faim aujourd’hui dans la nuit du 4 au 5 décembre 2012. Sur sa page Facebook, Reza Khandan le mari de l’avocate a écrit à 20 heures-heure locale de Téhéran –Ndlr que : « Nasrin  a mis fin à sa grève de la faim lorsque qu’elle avait appris  que les restrictions judiciaire interdisant à sa fille Mehraveh  de voyager et de lui rendre visite en prison avaient étés levées».  Reza Khandan a aussi tenu à  remercier tous ceux et toutes  celles qui en Iran comme de par le monde  avaient suivi les nouvelles sur l’état de santé de sa femme. Et à tenu aussi à remercier de tout son cœur tous ceux et celles qui s’étaient mobilisés pour lui apporter du soutien.

Depuis le 17 octobre 2012 dernier l’avocate et militante Iranienne  défenseure des droits humains Nasrin Sotoudeh , s’était lancée dans une action de grève de la faim pour protester contre l’interdiction de voyager à l’étranger imposée à sa fille  Mehraveh âgée de 13 ans et à son père Reza Khandan.

Les autorités Iraniennes avaient envoyées à sa fille Mehraveh  et à son mari  Reza Khandan des papiers  leur signifiant qu’ils étaient interdit-es de sortie de territoire sans leur donner d’explications officielles sur les charges retenues contre eux , uniquement parce que sa mère était une prisonnière politique. Le mercredi 31 octobre 2012  dernier, Nasrin Sotoudeh avait été placée dans une cellule d’isolement de la prison d’Evin à Téhéran sans que les autorités de ce centre pénitentiaire, ne lui aient donné de raisons valables sur ce transfert brutal. Enfin à cause de son état de santé le 21 novembre 2012 Nasrin était  de nouveau transférée  dans le quartier 350 d’Evin dit de « régime général » ou elle a terminé cette nuit sa grève de la faim qui en était à son 49 jour.

Nasrin Sotoudeh avait été arrêtée le 4 Septembre 2010. Un tribunal l’avait ensuite condamnée à une peine de  11 années de prison et  à une peine de : « 20 ans d’interdiction d’exercer dans les  métiers des secteurs juridiques, assortie d’une peine de 20 ans d’interdiction de voyages à l’étranger ». Peu de temps après  une cour d’appel avait réduit sa peine à six ans de prison et à une interdiction de 10 ans d’exercer son métier d’avocate.

Lors d’une interview avec le site de  la Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran, son mari Reza Khandan  a déclaré hier que : «  Toutes ces prisonnières politiques sont mises à rude épreuve. J’ai en tête l’exemple de  Mme Farah Vazehan, une autre prisonnière politique qui souffre pourtant  d’un grave  cancer. Et qui a dû  elle aussi se lancer dans une grève de la faim pendant huit jours, pour  pouvoir être transférée à l’extérieur de la prison pour recevoir un traitement médical approprié. Cette patiente  qui est aux prises avec  un cancer à l’intérieur de cette  prison horrible, a dû faire cette grève de la faim pour avoir  la chance de recevoir un traitement à l’extérieur. On peut se demander pourquoi il y eu tellement  s de pressions  contre ces prisonnières. Nous sommes mes enfants et moi totalement déconcertés et nous ne se savons pas les raisons de toute cette pression. Mes enfants n’ont pas étés autorisés même une  seule seconde d’avoir de le droit de donner des appels téléphoniques à leur mère pendant les 19 derniers mois. Alors que certains prisonniers d’Evin qui disposent semble-t ’ils de passe  droits des gardiens  peuvent téléphoner et entrer en contacts avec n’importe quelle partie du monde. Notre situation est telle que nos enfants ne peuvent même plus entendre la voix de leur mère depuis des mois ».

Free-Nasrin-Sotoudeh

Voir aussi sur:
http://www.iranhumanrights.org/2012/12/nasrin_sotoudeh_4/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s