Iran 1100 personnes dans les couloirs de la mort de la prison Gohardasht Rajaee Sharh

Iran 1100 personnes dans les couloirs de la mort de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh.

Mehdi Mahmoudian

Plus de 1100 personnes  attendent d’êtres exécutées dans les couloirs de la mort de la prison de Gohardasht Rajaee Sharh  témoignage e du prisonnier politique Mehdi Mahmoudian.

4 et 5 novembre 2012 nouvelles parvenues d’Iran via le site Freedom Messenger : Rapport du prisonnier politque Mehdi Mahmoudian enfermé  pour cinq ans dans la terrible prison de Gohardasht Rajaee Sharh   » je vous écris ceci un mardi parmi tous ceux  de ces 8 années que je  risque de passer en prison ici.  En attendant peut être de mourir sur l’échafaud ou pendu au bout d’une corde »

« En ce jour où j’écris ce rapport depuis cette prison, les statistiques de ceux qui ont étés condamnés à mort n’ont cessées d’augmenter, soit un total de 1117 prisonniers parmi lesquels 734 personnes ont été condamnées à des représailles. Pour le reste c’est quelques 383 autres prisonniers qui sont en attente de leurs  exécutions pour  d’autres crimes, dont 14 prisonniers politiques  qui ont étés condamnés sur des allégations relatives à des questions politiques et de sécurité. Environ 1000 prisonniers ont  déjà étés  condamnés  à mort ou à plus de 20 ans d’emprisonnement, beaucoup d’entre eux en plus d’avoir antérieurement étés condamné à mort, ont déjà expérimentés  ici a Gohardasht les pires torture  et les pires pressions psychologiques « .

Ces mots publiés sur le site d’opposition Kalemeh.  font  parti du rapport terrible écrit par Mehdi Mahmoudian depuis l’horrible prison de Gohardasht  Rajaee Shahr  située prés de la ville de Karaj  dans la région de Téhéran,  Ce prisonnier et opposant politique avait été arrêté et jugé pour avoir courageusement divulgué les horreurs, tortures  meurtres et viols  commis contre des manifestant-es arrêtés et embarqués dans l’horrible prison de Kahrizak, peu de temps après  les manifestations  de colères populaires  qui avaient précédées les résultats des dernières élections présidentielles Iraniennes frauduleuses et controversées du 12 Juin 2009. Mehdi Mahmoudian a été condamné à 5 ans de prisons sur des charges judiciaires et des  allégations de » collusions séditieuses en vue d’organiser des manifestations illégales et des atteintes à la sécurité nationale ».

De la prison de Gohardasht à celle de Kharizak les mêmes donneurs d’ordres et  les mêmes crimes contre l’Humanité  commis par les agents du régime. Et qui se répètent inlassablement en Iran.

Il  faut aussi de rappeler qu’a cette époque le directeur du  camp de détention de Kharizak n’était autre que l’un des pires criminels contre l’humanité du régime Iranien, c’est à dire le nommé Ahmad Reza Radan. Un Radan bien qu’éclaboussé par le scandale de la prison de Kharizak et les témoignages de nombreux prisonniers qui l’avaient vu sur place en train de torturer de ses propres mains, fut ensuite promu et nommé par Ahmadinejad   en personnecomme chef numéro deux de la police anti-émeute Iraniennes.  Une promotion dont les résultats ne se firent pas attendre puisque  Ahmad Reza Radan  fut  aussi l’un des principaux donneur d’ordre de la répression sanglante des émeutes de l’Achoura et des dizaines de mort assassinés par sa police et les miliciens Bassidj’is  qui étaient sous ses ordres, à Téhéran lors de la répression du dimanche sanglant du 27 décembre2009. Loin d’être resté dans l’ombre malgré les querelles intestines du régime et  la disgrâce actuelle d’Ahmadinejad   auprès du « guide suprême »  Khamenei, on sait aussi  que depuis les débuts  de l’insurrection Syrienne  Radan s’est  rendu  en visite au moins cinq fois  à Damas,  en tant que « consultant en sécurité »  pour s’entretenir avec des hauts officiers et gradés fideles au dictateur fasciste Bachar Al Assad.

Ce qui suit est le rapport et le témoignage de Medhi Mahmoudian traduit de l’anglais:

Après 16 ans passés ici  il a été en mesure de tenir un enfant dans ses bras et de le caresser. Après des années de lutte avec son cœur malade, il a été hospitalisé pour une opération à cœur ouvert. Je suis allé dans sa cellule pour lui rendre visite. Je m’attendais à parler avec lui de sa  dure opération ou des  30 jours de supplices qu’il a subit, après avoir été hospitalisé avec des menottes et des bracelets de chevilles. Mais c’est  avec une joie indescriptible, qu’il m’a parlé de son expérience merveilleuse de  tenir un enfant dans ses bras et de le voir dans son berceau  avec ses propres yeux, et il m’a dit tristement: « Dieu merci, j’ai vu un arbre en face de moi avant de voir la mort ».

Un autre prisonnier, que j’ai rencontré, attendait d’être appelé pour son exécution  que les gardiens lui annoncent tous les mardis de chaque semaine depuis plus de 8 ans. Il rêvait il ya quelques années de cela qu’il serait pendu un mardi et bien qu’il ce soit maintenant passé plus de 7 ans depuis le décret de son exécution, il a vécu  ces 7 ans de cauchemars  en attendant chaque  mardi passé son exécution, Après 3 ans de prison en Irak et en Jordanie, il avait été remis à l’Iran par l’ONU le 31 Juillet  1999, et avait ensuite été condamné à la peine de mort pour un détournement d’avion.

Un homme âgé de 60 ans qui est un autre prisonnier condamné à mort, a été envoyé à l’isolement  pour la première fois  en 2003 dans l’attente de son exécution,  mais celle ci a été reportée plusieurs fois jusqu’à maintenant pour des raisons inconnues,  soit près de 9 ans de cette horrible attente.

Les pendaisons ont  toujours étés  l’une des questions les plus litigieuses pour les militants et les organisations et les Ong’s  posant des questions  sur la défense des droits de l’homme dans notre pays. Plus de 160 pays du monde ont annulés la peine de mort de leur système juridique. Néanmoins  l’Iran et 41 autres pays utilisent encore la peine de mort dans leurs législations et malheureusement, l’Iran, compte tenu des chiffres de sa population, dépasse  et de loin le triste record par habitants exécutés,  des pays occupant le classement  des exécutions effectuées.

Ce qui est très sensible avant tout, c’est  que toutes ces exécutions et ces condamnations à mort décrétées dans notre pays, sont décidées de manières arbitraires dans un total irrespect de nos lois. Et que les personnes accusées ne bénéficient jamais des procédures légales et de procès équitables.  C’est surtout chez nous le cas pour ceux et celles  qui sont condamnés à mort pour des raisons politiques,  pour des présumées « atteintes à la sécurité  nationale »,  pour des délits liés à des  trafics de drogues supposés, la plupart du temps  du temps ici ces condamnés sont privés de leurs droits et d’avoir  l’accès à des avocats de leurs choix  et de la liberté légitime  de choisir leurs défenseurs. De plus de nombreuses condamnations à mort relèvent plus  souvent, de représailles venant de la part de juges qui détestent que les condamnés à mort  lancent des procédures d’appel  et de révisions de leurs procès en premières instances.  Et on à aussi pu aussi observer que certaines demandes de révisions de ces peines par des  procès  en appel, contribuaient souvent à  accélérer  les décrets de mises à mort de ces prisonniers.

Ici c’est  la prison de Gohardasht Rajaee Shahr.

Cette prison de Gohardasht Rajaee Shahr à été construite pour une capacité de 1000 prisonnier-es. Et  il et il y a plus de 5000 prisonniers ici. Ceci est une vérité incroyable mais sur ces 5000 détenus de 1100 d’entre eux sont des condamnés à la peine de mort.

Aujourd’hui, 23 Octobre 2012 jour ou j’écris ce rapport depuis cette prison, les statistiques de ceux qui ont étés condamnés à mort n’ont cessées d’augmenter, soit un total de 1117 prisonniers parmi lesquels 734 personnes qui ont  déjà étés condamnées à des représailles diverses. Pour le reste c’est quelques 383 autres prisonniers qui sont en attente de leurs exécutions pour d’autres » crimes », dont 14 prisonniers politiques  qui ont étés condamnés à mort sur des allégations et des charges judiciaires relatives à des questions politiques et de sécurité. Environ 1000 prisonniers ont  déjà étés  condamnés  à mort ou à plus de 20 ans d’emprisonnement, beaucoup d’entre eux en plus d’avoir antérieurement étés condamné à mort, ont déjà expérimentés  ici a Gohardasht les pires tortures  et les pires pressions psychologiques imaginables qui puissent exister.

Beaucoup de ces condamnés souffrent en plus  de la douleur et de la torture psychologique d’êtres et de se savoir dans le couloir de la mort. Je laisse donc aux  prétendus experts de notre pays,  le soin de débattre sur  les questions  des droits de l’homme et des impacts positifs et négatifs de ces exécutions qu’ils décident chaque jour qui passe et de leurs prétendus effets sur la réduction ou l’augmentation de la criminalité dans notre société. Mais l’aspect le plus pénible et inhumain de la peine de mort dans notre pays est d’attendre des années avant d’être exécuté.

À propos de ceux qui sont condamnés à  cette Némésis, une autre question vient  également  s’ajouter à ces moments douloureux. Même  si certains de ces condamnés ont commis un assassinat causés par un choc personnel  ou dans un moment de colère,  nos autorités pénitentiaires les obligent à attendre la mort pendant de longues années avant d’êtres exécutés.  Et rien ne justifie pour cela qu’ils doivent passer les derniers moments de leurs vie  sans aucunes raisons,  dans la solitude totale d’horribles cellules d’isolement avant d’êtres emmenés à  la potence, alors que dans tout les autres pays du monde les condamnés à mort dont les peines son temporairement annulées ou reportées ont le droit de  retourner dans des cellules dites « normales ».

Et dans la prison de Gohardasht  Rajaee Shahr  ces mises en cellules d’isolement peuvent se répéter 2, 3, 4 ou même 10 fois. L’un de ces prisonniers dont je suivais le cas et qui à vu sa peine retardée plusieurs fois  m’a dit dans un appel téléphonique: « S’il vous plaît laissez moi être  exécuté, j’ai reconnu l’assassinat que j’avais commis, j’ai fait appel 13 fois et a chaque fois ils m’ont remis à l’isolement ». Et ceci est pour moi un cas évident de pression psychologique et de torture.

Sur la base de statistiques officielles publiées par les autorités administratives de la justice Iranienne, dans notre pays,  le délai moyen d’attente pour une exécution est de 5 ans, en d’autres termes chaque personne qui est condamnée à mort ici souffre donc  de cette torture d’attendre  pendant 5 ans son exécution, même si dans la réalité le temps réel d’attente est plus de 5 ans  pour de nombreux autres cas de prisonniers.

Toutes les prisons de notre pays ont un comité pour résoudre les différents avec les  familles de prisonniers, mais le bureau de cette prison  a été fermé  il ya 1 an de cela sur ordres du  directeur en chef de la prison  car ici.

C’est  la prison de Gohardasht Rajaee Shahr.

Plus de 1100 prisonniers attendent d’êtres exécutés dans cette prison,  1100 personnes qui passeront  encore pendant des années  des nuits et des jours avec ce cauchemar de l’attente d’une mort certaine pendues sur leur têtes. Leurs  souhaits est  pourtant  de petite taille, comme me le disait plus haut un prisonnier  condamné à mort,  ils veulent juste  voir l’arbre avant de mourir.

Medhi Mahmoudian prisonnier politique détenu dans la prison de Gohardasht Rajaee Shahr

Fin octobre 2012

Voir aussi sur:
http://www.freedomessenger.com/archives/52148
Et sur:
http://persianbanoo.wordpress.com/2012/11/02/incarcerated-journalist-mehdi-mahmoudian-over-1100-individuals-on-death-row-in-rejaei-shahr/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s