Les familles d’étudiantes mortes après une visite obligatoire dans un camp de l’IRGC manifestent et protestent devant le bureau des Pasdarans de la ville de Boroujen

Les familles d’étudiantes mortes après une visite obligatoire dans un camp de l’IRGC manifestent et protestent devant le bureau des Pasdarans de la ville de Boroujen.

22 et 23 octobre 2012 nouvelles parvenues via le site Freedom Messenger : Selon des militants du collectif de l’agence Iranienne de défense des droits de l’homme Hrana news: Des rapports parvenus d’Iran indiquent que suite à la mort de 26 étudiantes de sexe féminin, qui ont étés  tuées dans un accident de Bus, après  une visite obligatoire sur un terrain d’entrainement qui  était contrôlé par des soldats des « gardiens de la révolution » de l’IRGC ou GRI.  Les familles de ces 26 victime se sont rassemblées et ont protestées devant le bureau local des Pasdarans de la ville de Boroujen. L’IRGC a fini ensuite par accepter de recevoir une délégation des familles, mais une fois sortie de cette entrevue les familles des victimes, ont refusées d’expliquer ce qui leur avait été dit.

Des premiers rapports parvenus de la ville de Boroujen indiquent que des éléments de la milice paramilitaire des Bassidj’is et des membres des forces répressive des MOIS, étaient venues épauler en nombre les « gardiens de la révolution » de l’IRGC ou GRI, pour  faire face à la propagation des protestations, ces force ont stationnées longtemps dans la ville de Boroujen, provoquant une atmosphère de colère parmi la population.

D’autres rapports indiquent que le Bus accidenté  utilisé lors de cette visite obligatoire, était l’un des plus anciens et des plus délabrés de la Iran Payma Bus Company. Et qu’il était  totalement en dehors des normes de sécurité les plus élémentaires qui régissent les transports en Iran.

Il est à noter que l’envoi de ces jeunes étudiantes dans ces camps d’entrainement  de l’IRGC ou GRI.  Se font toujours dans le cadre de programmes démagogiques et pseudos éducatifs,  appelés  « Voyages de lumières » qui sont généralement encadrés par la milice paramilitaire du Bassidji . Et que ces élèves et ces étudiantes sont évalué-es et reçoivent des bonnes ou mauvaises notes  jouant sur tout le cours de leurs études, en fonction de leur « attitudes positives » et de leurs « degrés réels de motivations », ce qui rend la participation a ces voyages en question quasiment obligatoires, sous peines de pressions et de tracasseries diverses lors de l’année universitaire en cours.

Voir aussi sur:
http://www.freedomessenger.com/archives/51600

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s