Déclaration conjointe le sort réservé aux 11 prisonniers condamnés à mort sur ​​des accusations liées à la drogue reste inconnu

Déclaration conjointe  le sort réservé aux 11 prisonniers condamnés à mort sur ​​des accusations liées à la drogue reste inconnu.

16 et 17 octobre 2012 nouvelles parvenue via le site Iran Human Right : Pour diffusion immédiate

Le sort  réservé aux  11 prisonniers  Iraniens récemment condamnés à mort, sur des accusations liées à de prétendus « trafics de drogue » reste pour le moment inconnu . La communauté internationale ne  doit absolument pas fléchir  faces aux  pressions du régime de Téhéran.  Ceci est un Appel conjoint  de plusieurs sites Iraniens à la « république islamique  » d’Iran pour  que celle ci, mette enfin  fin à ses campagnes d’exécutions sommaires sous couvert de « lutte contre la drogue« .

Le 16 Octobre 201 les sites de défenses des droits de l’homme Iraniens,   Justice For Iran, Iran Human Rights et l’Iran Human Rights Documentation Center  se sont mis conjointement ensemble pour exprimer leurs inquiétudes persistantes  sur le sort  réservé au prisonnier Saeed Sedighi et  à dix autres personnes condamnées à mort qui devaient êtres exécutées la semaine dernière  par la « république islamique » d’Iran. Sur des accusations et des charges liées à des « trafics de drogue » présumés.  Alors que la pression internationale et des ONG’s militant contre la peine de mort s’est maintenue, il semblerait aux dernière nouvelles qu’une déclaration commune, de plusieurs rapporteurs spéciaux des Nations unies  sur les questions des droits de l’homme en Iran, appelant à un arrêt des exécutions,  semble avoir au moins temporairement empêché la mise en œuvre de ces 11 exécutions. Même si les localisations actuelles des lieux de détention de ces 11 prisonniers sont totalement inconnues pour le moment y compris pour leurs familles

Mercredi  10 Octobre 2012 dernier alors que nous nous trouvions dans le cadre de la Journée mondiale contre la peine de mort,  plusieurs rapports parvenus d’Iran nous indiquaient que les prisonniers Saeed Sedighi, Abbas Namaki, Mohammad Ali Rabiei, Hamid Rabiei, Ali Darvish, et six autres personnes qui  risquaient d’être  exécutés à la prison d’Evin le lendemain.

Une première avancée,  les exécutions retardées mais le combat n’est pas terminé.

L’annonce faisait suite à l’action conjointe de plusieurs organisations non gouvernementales  comme l’IHRDC,  le JFI,  le RSI et  le réseau ECPM  ou Ensemble Contre la Peine de Mort  qui avait lieue lors de la Journée mondiale contre la peine de mort, appelant les bureaux des Nations Unies, chargé des questions liées a  la lutte contre la drogue et les pays donateurs à l’ONU. De cesser de financer des programmes d’aides  » de luttes  contre la drogue » à la « république islamique » d’Iran. Qui se traduisent chaque année par des dizaines de condamnations à mort dans ce pays.  Ces exécutions ont ensuite été reportées du jeudi  11Octobre 2012 au samedi  13 Octobre 2012, mais grâce aux efforts des ONG’s  pour faire connaître les nouvelles de ces exécutions, la généralisation de la couverture médiatique de celles ci et les interviews  données en temps opportun par la mère et le frère du  prisonnier Saeed Sedighi.  Et aussi de déclarations deRapporteurs spéciaux de l’ONU sur les questions de défense des droits de l’homme,  font que  des rapports ultérieurs ont indiqués que ces exécutions n’avaient pas été effectuées.

Les efforts des ONG, des membres des familles des prisonniers et de la communauté internationale pour attirer l’attention sur cette question devraient êtres félicités. Alors que l’emprisonnement des prisonniers politiques et d’autres prisonniers de conscience en Iran, on  déjà fait l’objet de campagnes internationales soutenues appelant à leurs libérations, la campagne visant à mettre fin à l’exécution de ces onze prisonniers Iraniens,  condamnés a mort sous des accusations liée a de présumés « trafic de drogues », indiquent  que cette question devrait encore plus  mobiliser l’opinion publique internationale, dans la lutte contre la peine de mort.

Tous les efforts et les combats  pour stopper les exécutions programmées  de ces onze prisonniers ne sont pas terminés.  Bien qu’il semble que ces exécutions aient étés pour le moment temporairement  suspendues,   Majid Sedighi  le frère du prisonnier  Saïd-Sedighi  qui sort d’une période de détention  et de garde à vue , après avoir  été arrêté le Jeudi 11 Octobre 2012 dernier  pour avoir donné des interviews à  des médias et a des journaux  étrangers en langue  Farsi et  Anglaise. Nous a appris que ces 11 prisonniers seraient d’après des rumeurs locales, toujours  détenus dans le quartier numéro 7 de la prison d’Evin à Téhéran.  Cependant aucuns de ces prisonniers n’ont pour le moment étés autorisés, à entrer en contact ou à recevoir de visites de membres de leurs familles  ou de leurs  avocats. Pour le reste du fait de l’absence d’indications officielles sur les emplacements de détention  et l’état  de santé de ces  onze prisonniers, il existe toujours de fortes probabilités  que ceux ci  puissent êtres exécutés à tout moment dans les semaines ou les jours à venir.

À la lumière de ce qui précède  les sites  Justice For Iran , Iran Human Rights et celui de l’Iran Human Rights Documentation Center , maintiennent leur appels  destinés à l’opinion publique internationale et aux militant-es contre la peine de mort. Pour  que ceux et celles ci interpellent les organes compétents des Nations Unies  et son office du Haut Commissariat chargé des questions sur les droits de l’homme. Afin qu’ils interviennent pour faire cesser ces 11 exécutions programmées par le régime de Khamenei et d’Ahmadinejad.

Bien que  les suspensions temporaires de ces exécutions puissent être considérées  comme encourageantes, le sort  réservé à ces prisonniers est loin d’être définitivement clos, la communauté internationale ne devrait  donc  pas hésiter,  à faire une sérieuse mise au point en appelant à l’arrêt immédiat de ces exécutions et à un moratoire sur la peine de mort en Iran comme partout ailleurs dans le monde.

Pour plus d’informations vous pouvez contacter:

Shadi Sadr Directeur exécutif  du site Justice For Iran.

Courriel: shadi.sadr @ justiceforiran.org

Mahmood Amiry-Moghaddam porte-parole du site Iran Huma Right ou RSI.

Courriel: mail@iranhr.net: Téléphone +47 91742177

Gissou Nia Directeur exécutif du site de défense des droits humains de  l’Iran Human Rights Documentation Center.

E-mail: gnia@iranhrdc.org: Téléphone +1 203 654 9342

Voir aussi sur:
http://iranhr.net/spip.php?article2607
Iran Human Rights Documentation Center.
http://www.iranhrdc.org/english/
Ensemble contre la Peine de Mort.
http://www.abolition.fr/
Justice For Iran.
http://justiceforiran.org/?lang=en

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s