Iran un internet fliqué et filtré oui mais sauf pour les hauts responsables et les business men au service de la dictature

Iran un internet fliqué et filtré oui mais sauf pour les hauts responsables et les business men au service de la dictature.

2 et 3 octobre 2012 nouvelles parvenue via  le site Shahrzadnews  alors que le ministre de la  communication Reza Taquipour a annoncé plusieurs fois que l’accès à l’internet serait bientôt coupé pour des millions d’internautes Iraniens pour en faire une sorte d’intranet  » propre à usage uniquement national et non séditieux« . Il semblerait comme nous l’avions déjà imaginé que celui ci ne serait pas coupé par contre , pour les hauts dignitaires du régime  et leurs fliquailles des « gardiens de la révolution «   de l’IRGC ou GRI et des milices Bassidj’is,  pour les « business man » et autres parvenus  qui  servent la soupe au régime et  bien sur encore moins  pour les 6 ou 7 grands Mollahs qui gravitent au sein du  » conseil de la constitution » autour du dictateur Khamenei:   L’Iran autorisera finalement  ses « principaux ministères »  à utiliser des logiciels anti-filtrages pour contourner ses propres mesures de flicage du net.

L’agence de propagande médiatique et de nouvelles ISNA news qui est gérée par la dictature, a rapporté que « De nombreuses grandes entreprises privées et des organismes gouvernementaux qui fournissent des informations sensibles et essentielles, certains services publics ont étés  autorisés à utiliser des réseaux  VPN  et des logiciels anti-filtrages ».

Plusieurs grands ministères et grands patrons iraniens ont reçus finalement l’autorisation d’utiliser  des logiciels anti-filtrages sur leurs systèmes informatiques, après  que ceux ci aient rapportés que le filtrage et le flicage du net Iranien sur des plateformes comme  Google et Gmail  avaient apporté un immense chaos dans leurs activités en ligne. Rappelons que le  filtrage et le flicage du net Iranien imaginé par le ministre de la communication Reza Taquipour  est entré en vigueur dans la dernière semaine de ce mois de Septembre 2012. Celui ci avait été vanté par le régime et présenté comme la mise en place d’un « Internet purement national  permettant des services de courriers électroniques propres » sauf que le régime et la dictature n’avaient pas prévus la mise en place d’alternatives pour que ses hauts dignitaires et de ses « hommes d’affaires » qui sont quand même obligés de correspondre avec l’étranger.

Lorsque que ces mesures  du flicage du net Iranien avaient étés annoncées il y a 3 ans de cela contre les utilisateurs  commerciaux et privés de plateformes et de réseaux comme Google et Gmail, cela avait été percu par de nombreux « homme d’affaires » au service de l’état comme une mise à l’abri de leurs activités par le biais de ce contrôle du régime.

Reza Taquipour le ministre de la communication et du flicage du net Iranien

L’agence de propagande médiatique et de nouvelles ISNA news, a ensuite  énuméré un grand nombre de points de vente public et privés qui seraient  exemptés des filtrages et de flicages  du net par l’Iran, ces point de vente sont  bien sur  les grandes banques, les compagnies aériennes et les ministères.

Les fonctionnaires du ministère la justice du pays estiment cependant qu’entre 20 et 30% des internautes Iraniens sont équipés et utilisent régulièrement certaine formes de logiciels anti-filtrages. Et  le chef de la cyber police Iranienne a rappelé plusieurs fois que toute les  personne  qui utilisent ces « logiciels illégaux » seraient passibles de poursuites et de lourdes peines de prison.

Le chef de la cyber police Iranienne  ou police Fatay , a ensuite rappelé que toutes les personnes qui travaillent pour des organismes gouvernementaux et qui ont installées des logiciels anti -filtrage sur leurs  systèmes informatique ou leur ordinateurs de travail, ne seraient autorisées à ne les utiliser que pendant leurs heures de travail. Et qu’après  ce temps de travail  les mesure de restrictions « normales » leur seraient imposées une fois de plus.

Notes Soliranparis:

On se demande par contre comment Reza Taquipour  et ses flics du net vont faire pour  trouver tout l’argent nécessaire qui serait  destiné à « contrôler »  les centaines de milliers de milliers de postes de travail informatique, des personnels qui bossent dans les grandes banques, les compagnies aériennes et les ministères d’Iran  Comme cela a été annoncé prétentieusement par son ministère de l’information. A suivre donc.

Voir aussi sur:
http://www.1oo1nights.org/index.php?page=2&articleId=3304

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s