Le PJAK condamne les allégations du journal l’Expressen contre la députée Suédoise d’origine Kurde Evin Cetin

Le PJAK condamne les allégations du journal l’Expressen contre la députée Suédoise d’origine Kurde Evin Cetin.

 
Photo d’Evin Cetin publiée dans le journal  suédois l’Expressen

30 septembre 2012 nouvelles parvenues via le site Kurde Rojhelat: Bruxelles- Dans une déclaration écrite et  publiée par les représentants  en Europe, le groupe de résistance Kurde Iranien  du PJAK condamne le différend  qui oppose la députée suédoise d’origine Kurdes Evin Cetin  à son parti, à propos de sa visite dans un de ses camps situés dans les montagnes de Qendil , située dans la zone frontalière qui se trouve a cheval entre l’Iran, la Turquie et l’Irak.

-Evin Cetin est une femme politique et députée suédoise d’origine Kurde. Qui a été contrainte de démissionner après que des photos d’elle aient été publiées par le journal  suédois l’Expressen,  où on la voyait présente et en train de danser  avec de membres de la  guérilla Kurde Iranienne du Parti Pour Une Vie Libre au Kurdistan ou  PJAK.

Madame Evin Cetin est pour le PJAK  une femme politique de grande envergure du Parti social-démocrate de  Suède qui est forcée  de démissionner de son parti, parce qu’elle avait rendue une visite  à des camarades du PJAK  dans les montagnes de  Qendil cette année.

Le PJAK tiens également à rappeler qu’Evin Cetin a été forcée de démissionner de son parti et que depuis elle subit une enquête interne qui est toujours en cours, alors que son  chef de parti  a pourtant récemment déclaré savoir ce qui s’était réellement passé lors de sa visite.

Dans cette déclaration écrite  les représentants européens du PJAK ,ont condamnés une telle initiative appelant à la réévaluation de la situation actuelle  par rapport au problème Kurde.

Cette déclaration du PJAK se lit comme suit:

 –Pour l’opinion publique Suédoise et Internationale, les journaux, les politiciens et les acteurs politiques et civils en Suède!

Le 28 Septembre 2012 dernier  le journal suédois  Expressen a rapporté et publié un article sur la  visite d’une femme politique et députée suédoise d’origine Kurde Evin Cetin dans nos régions. Ce journal  l’a décrit comme une visite faite dans un soi-disant « camp d’entraînement »  appartenant à un « groupe terroriste ». Ces descriptions sont fausses et ne sont pas représentatives de la réalité actuelle que  vivent les populations Kurdes de notre région.

Le fait que le journal  Expressen ait choisi d’utiliser le terme de « terroriste » pour décrire le PJAK, est pour nous une violation de l’éthique journalistique et de la déontologie, car il est clair que l’article de ce journal  a été falsifié pour calomnier notre mouvement et porter un jugement fallacieux contre celui ci et contre Evin Cetin.

Tout d’abord, il est important de souligner que le PJAK est un mouvement de combat politique et démocratique pour le peuple Kurde. Mais que celui ci se bat aussi pour les droits fondamentaux de tous les peuples Iraniens. Nous tenons à rappeler aux journalistes d’Expressen  que depuis la création de notre mouvement des dizaines de nos membres ont été victimes de la terreur d’état, de violences et de tortures, venant de la part  du régime de la « république islamique d’Iran ». Et que beaucoup de nos membres ont étés sauvagement exécutés par pendaisons dans les prisons iraniennes et que des dizaines d’entre eux attendent  toujours d’êtres exécutés dans les couloirs de la mort du régime de Téheran.

Nous tenons également à souligner que le PJAK n’est pour le moment ni sur les listes Américaines et Européennes  des organisations terroristes. La seule liste ou le PJAK est actuellement mentionné est celle du  Département américain au Trésor. Qui n’enquête pas directement sur notre groupe comme pour savoir s’il est une organisation « terroriste » en tant que telle, mais pour savoir s’il existe des liens présumés entre le PJAJK avec d’autres  organisations Kurdes qui sont encore considérés comme des terroristes par les Etats-Unis.  La mise du PJAK sur cette liste n’étant  pas fondée sur des motifs de droits, une procédure judiciaire est actuellement à l’œuvre aux Etats-Unis pour gérer et régler cela.

Le fameux clip  tiré d’un documentaire  et les « fameuses » photos relatant la visite chez nous d’Evin Cetin, ont étés publiées dans le journal suédois l’Expressen  longtemps après les faits pour les sortir de leurs contextes, en fait cette visite avait  coïncidée avec la célébration de l’anniversaire de la création du PJAK et au cours de cette célébration qui était ouverte et publique, nous avions aussi  reçus des membres issus plus de 48 organisations politiques internationales et d’ONG ‘s  à buts non  lucratifs, mais aussi des journalistes  d’environ  50 journaux Kurdes et internationaux  . C’est au cours de cette journée que le clip en question a été filmé  alors que nous nous trouvions dans un village Kurde et non dans soi-disant un « camp d’entraînement« , comme la décrit de manière mensongère le journal l’Expressen.

Le PJAK est d’avis de dire  que ces  rapports  et les articles soit disant « détaillés » de la visite d’Evin Cetin chez nous, ne  peuvent  être décrits que comme  faisant partis d’une campagne politique  dirigée contre la question Kurde. Mais qu’ils sont aussi basés sur des différends politiques qui existent entre le parti social démocrate suédois et certains journalistes de l’Expressen. Cette campagne calomnieuse  rappelle aussi à  notre peuple  le temps ou  Hans Holmer  l’un des chefs de la police du Swedish National Security Service  ou SÄPO  effectuait  un travail d’enquête contre les activistes de  mouvements  Kurdes réfugiés en Suède ,  comme cela a été récemment décrit par le journaliste Jan Guillou dans un article paru récemment dans le journal Aftonbladet.

Il est très urgent que l’Europe et la Suède revoient  leurs politiques concernant  les réalités la question Kurde et de ses mouvements de libération. Car cette situation nous a également conduit à nous demander si certains individus et groupes politiques au niveau européen ne veulent pas sacrifier la question Kurde,  pour  des  gains  financiers et économiques  basés sur des arrangements politiques fait avec la Turquie et le régime Iranien théocratique et totalitaire.

L’opinion publique et les hommes politiques en Suède  auraient un grand besoin de pratiquer une réévaluation politique audacieuse par rapport à la question Kurde. La Suède doit une fois pour toutes se rendre compte qu’ils ne peuvent pas  continuer à nommer leurs homologues  dans des organisations comme l’Onu pour résoudre la question Kurde. Et  en même temps continuer à utiliser des mots comme « terroristes «  pour criminaliser les mouvements de libérations Kurdes dans leurs globalités.

Les Représentants du PJAK pour l’Europe.

Bruxelles.

30 Septembre 2012

Voir aussi sur:
http://rojhelat.info/en/?p=3862

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s