28 Prisonniers politiques Kurdes Iraniens dans les couloirs de la mort des prisons Iraniennes

28 Prisonniers politiques Kurdes Iraniens dans les couloir de la morts des prisons Iraniennes.

10-11 Août 2012 nouvelles parvenue d’Iran via le site de la Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran: Selon les recherches menée par le site Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran, il ya actuellement au moins 28 prisonniers Kurdes  Iranien condamnés à mort pour des motifs politiques liés à des soit disant « atteintes à la sécurité nationale » à l’intérieur des prisons des villes  Sanandaj, Orumiyeh, Semnan, Gohardasht Rajaee Shahr et Saghez. Dix-sept de ces personnes ont étés condamnées à mort et ont vus leurs peines finalisées. Et 11 de ces autres personnes condamnées à mort au cour de procès faits  par des « tribunaux révolutionnaires » régionaux dits « inférieurs », sont maintenant en attente des  décisions de procès en appel  faites auprès de la cour suprême Iranienne.

Bien que certaines des personnes figurant sur cette liste aient reçues  une couverture médiatique ,beaucoup d’autres informations sur un grand nombre de ces prisonniers ont étés limitées et occultées, en raison des pressions effectuées par les forces répressives et par les agents du ministère des renseignement pour tenter d’imposer  aux familles des détenus  de garder le silence, sur ces affaires et ces exécutions programmées qui sont de plus en plus gênantes pour l’image du régime de la « république Islamique ». Ces restrictions sans précédents  contre la diffusion de l’information par des militants défenseurs des droits humains Kurdes Iraniens, sont le fruit d’une répression sociale tendue  et d’une atmosphère politique de plus en plus lourdes en tensions diverses dans le Kurdistan Iranien. Cependant malgré ces difficultés  le site de la Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran a obtenu des informations sur 17 de ces prisonniers politiques Kurdes Iranien , par le biais de leurs avocats et leurs familles.

Cette  liste comprend également 10 personnes qui seraient selon les revendicationsjudiciaires iraniennes affiliés à des présumés « groupes salafistes religieux illégaux ». Ces personnes ont étés condamnées à mort par le « tribunal révolutionnaire » de Téhéran pour « participation à des affrontements armés » Les noms et les antécédents de ces individus ont pus êtres listés à la fin de cette liste.

En outre, les membres des  familles de trois autres prisonniers politiques, Fakhreddine Faraji, Changiz Ghadamkheir et Shouresh Rezaei, qui ont été arrêtés lors de ces affrontements armés ont été informées par les juges des accusations d’êtres des « Moharebeh » -ennemis de dieu en inimité avec dieu selon la loi Iranienne Ndlr – qui touchent leurs enfants , selon des militants locaux, ces familles craignent maintenant que ces prisonniers puissent êtres confrontés à des peines de mort et qu’ils puissent êtres exécutés dans les semaines à venir.

Le site de la Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran indique que dans la plupart des cas référencés, les procédures judiciaires régulières n’ont pas ou jamais étés observées. Que les suspects n’ont pas eu accès à un avocat et que leurs déclarations au cours des procés verbaux n’ont pas été notées. Dans certains cas, les suspects ont affirmés qu’ils avaient été physiquement maltraités et torturés pendant leurs interrogatoires. Selon les familles de certains des suspects maltraités qui ont fait des demandes d’explications, par la rédaction de lettres collectives ou individuelles aux directeurs des prisons où leurs enfants et proches ont fait  l’objet de ces pressions et de violences, le pouvoir judiciaire et l’administration pénitentiaire Iranienne, n’ont pas daignés à ce jour lancer des enquêtes indépendantes pour examiner les revendications et les plaintes des familles de ces détenus.

Le site de la Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran demande au pouvoir judiciaire iranien de lancer une ou plusieurs commissions d’enquêtes  indépendante sur les allégations de ces suspects qui concernant leurs condamnations et leurs accusations. Ont déclarés que celles ci avaient étés obtenues  par le biais de  pressions et de tortures physiques et psychologiques. Et que ces commissions d’enquêtes indépendantes soient obligées publier les résultats de leurs recherches et de leurs requêtes auprès des opinions publiques Iraniennes et Internationales. Le site de la  Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran invite également la magistrature suprême Iranienne  à réexaminer  tous les procès de ces prisonniers politiques ,  afin de s’assurer de la légalité des procédure judiciaires et des peines applicables.

Les noms de ces personnes condamnées à mort sont les suivants: 1) Habibollah Latifi, 2) Rashid Akhkandi, 3) Mostafa Salimi, 4), Shirkoo Moarefi, 5) Habibollah Golparipour, 6) Zanyar Moradi, et 7) Loghman Moradi. En outre, dix autres prisonniers sont passés en procès pour « appartenance à un groupe salafiste religieux illégal » ont étés condamnés à mort et  leurs peines ont étés confirmées.

Les noms des 11 personnes qui ont été condamnées à mort et qui attendent la décision du tribunal d’appel de la cour suprême Iranienne sont les suivants: 1) Samkoo Khorshidi, 2) Sirvan Nazhavi, 3) Ebrahim Isapur, 4) Razgar -Habib -Afshari, 5) Ali Afshari, 6) Houshang Rezaei, 7) Reza Esmaeeli, 8) Behrouz Alkhani, 9) Seyed Hosseini Sami, 10) Seyed Jamal Mohammadi, et 11) Bakhtiar Memari.

Le site de la Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran est d’avis de dire que le nombre de personnes qui ont étés condamnées a mort, dans la région du Kurdistan Iranien est peut être plus importants que cette liste de noms qu’il a  récemment publié, car il est possible  qu’en raison des limitations dans la recherche et  dans la collecte d’informations, il y ait pu avoir des oublis et que cette  liste n’est pas exhaustive. Par conséquent, les militants locaux et des personnes qui sont au courant d’autres cas de condamnations à mort contre des citoyens Kurdes Iraniens, basées sur des accusations politiques ou de soit disant « atteintes a la sécurité nationale« , sont invitées à envoyer leurs informations sur le site de  la Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran pour compléter les informations déjà existantes.

Voir aussi sur:
http://www.iranhumanrights.org/2012/08/execution-list/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s