La militante et défenseuse des droits des femmes Bahareh Hedayat retourne en prison

La militante et défenseuse des droits des femmes Bahareh Hedayat retourne en prison.

4-6 Aout 2012 nouvelles parvenues via le site Iranian.com : Après que les autorités pénitentiaires aient  refusées  de prolonger le congé médical, Bahareh Hedayat une membre de l’organisation étudiante du Conseil Central de Dafter-e Tahkim-e Vahdat, est retournée en prison après en avoir été libérée le 29 Juillet 2012 dernier. Bahareh Hedayat avait été libérée un an après  sa dernière libération provisoire en conditionnelle,  dont elle avait bénéficiée afin de poursuivre un traitement médical pour des problèmes rénaux et digestifs qu’elle avait développée à l’intérieur de la prison d’Evin.

-Un cumul  de peines de 9 ans et 5 mois de prison pour  avoir milité contre les lois sexistes et discriminatoires du régime de la « république Islamique ».

-Bahareh Hedayat qui est âgée de  31 ans, est une étudiante et militante des droits des femmes, membre du Conseil central et porte-parole du Daftar-e Tahkim-e Vahdat  un mouvement syndical étudiant, mais aussi une militante féministe de la Campagne pour les un Million de Signatures. Qui lutte pour le changement des lois discriminatoires à l’égard des femmes en Iran. Elle a été arrêtée par les agents du  ministère des renseignements  pour la cinquième fois en quatre ans à minuit le 31 Décembre 2009 dernier. Elle a ensuite  été transférée dans la section  209 de la prison d’Evin,  puis  condamnée à  l’une des peines les plus dures prisons parmi tous les militant-es étudiant-es actuellement emprisonné-es, soit 9,5 ans en prison pour ses activités civiles et pacifiques au sein  de  son organisation étudiante. En tout  Bahareh Hedayat   a été condamnée à deux ans de prison pour « insulte envers le Guide suprême « ,  six mois pour avoir « insulté le Président », et cinq ans de plus  pour  « actions contre la sécurité nationale », « propagation de mensonges   collusion  en vue d’organiser un assemblage sédiditieux ».  A toutes ces peines ses juges ont rajoutées deux ans de prison avec sursis issue d’une première condamnation  qui avait frappée Bahareh en 2006, pour avoir participé cette année la  à un rassemblement de protestation contre les lois discriminatoires envers les femmes en Iran.

Voici un extrait d’une lettre que  Bahareh Hedayat avait écrit à son mari de la prison d’Evin en Avril 2012 dernier  que vous pouvez lire  ici:

« … Ici, nous  passons notre temps à gâcher notre vie. Même  si parfois nous avons des moments de  bonheur et  que nous nous apercevons  que  ce le vent de la vie nous a pris est  toujours aussi intimidant. Je n’oublierai jamais la première fois que Fariba a voulu apporter un thermos de thé lors d’une visite et d’une réunion avec sa  fille Taraneh. J’ai vu ses cubes de sucre placé sur le plateau, mais je n’était pas la pour les lui les reprendre. Puis elle a mis des chocolats sur le plateau et a décidé de les remplacer par des dates! Je lui ai dit: « Qu’est-ce que tu fais » Elle m’a dit et répondu qu’elle était incapable de se rappeler comment Taraneh prenait son thé. Elle a fini par prendre les cubes de sucre, les chocolats et les dates! Je n’ai pas montré la moindre émotion avec Fariba dans la cellule, mais quand elle m’a quittée je n’ai pas pu contrôler mes larmes. Pensez-y tous Taraneh n’ avait que  12 ans quand sa mère a été arrêté et maintenant elle est agée de 17 ans. Fariba est une mère, mais elle semble avoir oublié les petites subtilités de sa maternité en raison de l’oppression que nous subissons ici. Imaginez  comment vivent des prisonnières avec deux ou trois enfants d’un an. Combien pensez-vous que des prisonniéres comme Nasrin et Maryam ont perdues?  Pour être honnête  quand on  voit des gens nous disant que « la  prison n’a pas d’impact sur nous  » ils ne disent pas des choses exactes, mais ceux qui disent que » la prison vous casse complètement » sont en accord  avec nos points de vues, Ici nous vivons dans un autre monde, très loin des réalités de la vie. Quand nous reviendrons d’ici  nous ne serons plus les mêmes personnes, et vous non plus …. « 

La photo: ci-dessus est une photo récente de la page Facebook de Bahareh Hedayat  datant de cette semaine. elle montre des ancien-nes  prisonnier-es politiques, des femmes prisonnières politiques en visite a la prison d’Evin ou en  liberté provisoire De droite à gauche, Nazanin Khosravani, Mahdieh Golroo, Bahareh Hedayat, Nazanin Hassan Nia, Atefeh Nabavi.

Voir aussi sur:
http://www.iranian.com/main/2012/aug/bahareh-hedayat-prisoner-day
En  persan sur:
http://www.kaleme.com/1391/05/14/klm-108524/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s