L’Iran refuse assistance et nourriture aux réfugiés Afghans dans la province de Fars

L’Iran refuse assistance et nourriture aux réfugiés Afghans dans la province de Fars.

3- 4 Juillet 2012 nouvelles parvenues d’ Iran via le site Radio Zamaneh ou la « préférence nationale »  chère a Marine Le Pen ( dont le parti fasciste et réactionaire soit dit en passant comporte nombre de grands admirateurs de la dictatures des Mollahs)  et aux ex ministres Sarkozystes de la honte qu’étaient le tandem  Brice Hortefeux Claude Guéant en version KhameneiAhmadinejad  :  Les médias officiels Iraniens viennent de publier plusieurs articles qui  rapportent que le gouvernement provincial  de la région de Fars, avait interdit la vente de nourriture et l’accés aux prestations de services publics et médicaux aux « immigrants illégaux » dans cette province.

Des couloirs des ministères du régime Téhéran aux « jungles » de Calais,  partout le même racisme et les mêmes préjugés criminels, contre les réfugiés venant d’Afghanistan.

Les autorités administratives de cette province, affirment qu’elles tentent ainsi d’empêcher la propagation des maladies contagieuses, dont seraient responsables selon elles les résidents « illégaux » (généralement Afghans  dans cette région) qui ne sont pas passés à travers les étapes nécessaires de mise en quarantaine pour entrer dans le pays. Elles ont donc décrétées que ceux qui fourniraient des biens, ou des services à ces « immigrants illégaux » seraient passibles de poursuites venant de la part des autorités judiciaires de la province de Fars.

Les employeurs et patrons des entreprises privées et publiques de la région ont également étés sévèrement mis en garde et  menacés de fermetures contre l’embauche « d’immigrants illégaux », sont visées également par ces mesures racistes toutes formes de commerces, comme  les boulangeries, les épiceries , les centres médicaux  qui auraient recours aux services de ces personnes. En outre, les autorités du gouvernement provincial de la province de Fars, exigent et demandent désormais  aux opérateurs et aux chauffeurs des transports en commun locaux,  d’aider  la police locale en vue de procéder à l’identification de ces  ressortissants étrangers qu’elles jugent hors la loi.

Le chef  du bureau des « affaires sociales », s’occupant des  ressortissants étrangers et des immigrants pour la province de Fars avait déjà annoncé précédemment que les étrangers qui y vivent « illégalement » avaient  jusqu’au 22 Juin 2012 pour la quitter sans autres délais. Il avait ajouté  que si ces personnes n’obtempéraient pas à ses consignes, elles seraient placées d’office  dans des camps de rétentions pour « identifications », puis expulsées vers leur pays d’origine.

Ces derniers mois, les immigrants et lesréfugiés Afghans ont été confrontés à des discriminations croissantes qui ont augmentées de façons inquiétantes, de la part du gouvernement et du parlement de la « république islamique », qui à introduit de nouvelles lois d’exclusions et des restrictions très dures, sur les endroits où ces immigrés  peuvent vivre et travailler.

-Plus d’un million d’immigrés Afghans  considérés comme « légaux » vivraient en Iran selon les « sources » officielles du régime. Mais un député du Majlis – le parlement Iranien Ndlr – chargé des ressortissants étrangers et des affaires des immigrés, à rapporté l’an dernier qu’environ  2.000.000 d’autre Afghans vivraient en Iran, sans papiers ni  statuts juridiques.

Selon divers observateurs  et ONG étrangères, il faut savoir  que ces émigrés et ces réfugiés d’Afghanistan en Iran représenteraient en fait de 3 a 4 Millions de personnes, il va sans dire que ces réfugiés  font l’objet de la part des autorités et du patronat Iranien des entreprises privée et publiques  d’une exploitation sans vergogne, qu’ils ne disposent de quasiment aucuns accés aux rares droits sociaux dont bénéficient encore les Iraniens, qu’ils sont l’objets de brimades et de violences racistes quotidiennes de la part de la police, des milices Bassidj’is , des « gardiens de la révolution » de L’IRGC ou GRI. Et que bien sur leurs enfants n’ont pas les mêmes droits de recevoir une éducation scolaire égale à celle des enfants Iraniens.

Situation géographique de la province de Fars
Voir aussi sur
http://www.radiozamaneh.com/english/content/illegal-immigrants-denied-food-and-services
Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s