Tribunal symbolique contre les auteurs d’exécutions de masse en Iran dans les années 1980

Tribunal symbolique contre les auteurs d’exécutions de masse en Iran dans les années 1980

29 Juin 2012 nouvelle parvenue via le site Shahrzadnews:   Le cas de la « décennie sanglante » s’inscrit dans le cadre d’une organisation internationale d’établissement des faits et de la campagne de publicités faites autour de celle ci. Les prisonniers politiques qui ont survécu à la période de répression sanglante des années 1980, des avocats en provenance d’Iran et d’ailleurs, des militants défenseurs des  droits humains internationaux. Et  les familles des victimes seront tous en droit d’y témoigner.

-Shahrzadnews: Entre le 18 et 22 Juin 2012 Amnesty International organise un procès symbolique à Londres, visant à attirer l’attention à porter sur les responsables des exécutions massives de prisonniers politiques iraniens au cours des années 1980*1. Qui furent commises pendant  les premières années de règne du régime de la « république islamique ».

Payam Akhavan un des participants de cette initiative

Le cas de la « décennie sanglante » s’inscrit dans le cadre d’une organisation internationale d’établissement des faits et de la campagne de publicité faites autour de celle ci. Les prisonniers politiques qui ont survécu à la période de répression sanglante des années 1980, des avocats en provenance d’Iran et d’ailleurs, des militants défenseurs des droits humains internationaux. Et les familles des victimes seront tous en droit d’y témoigner et d’y participer.

-Payam Akhavan l’avocat et défenseur des droits humains membre de l’Université Internationale McGill, qui agira en tant que juge a déclaré au site  Shahrzadnews: « Cette audience  consistera à faire pression sur le régime. Les régimes despotiques sont fondés sur la violence politique, l’aspect des faits de ce procès jouera un rôle essentiel, dans celui qui sera de bannir la violence de notre pays. Et de parler d’un avenir démocratique en Iran. L’exécution de masse des citoyens Iraniens dans les années 1980 était un crime contre l’humanité. Et ce processus de discussion sera une première étape vers la justice pour les victimes et leurs familles. Les personnes responsables politiques de ces crimes détiennent encore le pouvoir en Iran. Et jusqu’a ce qu’ils soient traduits en justice, nous n’aurons jamais une démocratie dans notre pays « .

Voir aussi sur:
http://www.1oo1nights.org/index.php?page=2&articleId=3168
Voir aussi sur:
Iran Human Rights documentation center
http://www.iranhrdc.org/english/
Iran Human Rights Documentation Center
129 Church Street – Suite 304 -New Haven, Connecticut -06510 U.S.A
Tel: 1 (203) 772 2218
Fax: 1 (203) 772 1782
E-mail: info@iranhrdc.org
Notes:
-*1 On estime que durant toutes les premières années du règne de la dictature de Khomeiny. Et pendant la période des débuts de la guerre en l’Iran et L’Irak, qu’entre 8 à  20 000 prisonniers et prisonnières politiques qui furent  violement assassiné-es par la dictature des Mollahs.
Extrait d’un rapport publié par le site Iran Tribunal: Au cours d’un été de la fin des années 1980, des milliers de prisonnier-es politiques Iraniens. Furent sortis et embarqués hors de leurs cellules et exécuté-es. Ces hommes et les femmes d’Iran avaient généralement les yeux bandés avant qu’on leur tire dessus où qu’on les pende à des grues, dans des chantiers où dans des salles de prière. Aucun-es d’entre eux-elles n’ont eus le droit à un procès équitable, on leurs posait juste quelques vagues questions et on les condamnait ensuite à mort en fonction de leurs réponses, devant ce qui est devenu connu sous le nom la « Commission de la mort. Ces prisonniers qui pour la pluparts avaient déjà survécu aux exécutions de masse des premières années des décennies 1980 étaient en train déjà de purger longues de peines.
-Personne ne connaît le nombre exact de personnes exécutées, c’est l’une conséquence de la censure et la répression sévère en Iran. Mais, à ce jour, il ya près de 5000 noms parmi  les plus connues des victimes qui ont été documentés par les familles, des organisations et des partis politiques. Beaucoup de ceux qui ont été tués avaient pourtant déjà purgé leur peine, mais ils étaient toujours en prison car ils ne bénéficiaient  pas d’accords, sur  les conditions de leurs libérations.
-Ce massacre fut le point culminant d’un processus d’élimination massive, qui dura de 1981 à 1988, en vertu de laquelle environ 20.000 dissidents ont disparus et sont morts sous la torture exécutés ou pendus par des pelotons d’exécutions.
Voir aussi les documents sur les massacres en Iran  publié sur le site Iran Tribunal qui ont pus lister  les noms de plus de 5000 victime de ces massacres.
http://www.irantribunal.com/
Les noms sont classés par ordre alphabétique par nom de famille, suivi par le nom donné.
http://www.irantribunal.com/Eng/Documents/List_Political_Ex.html

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s