L’Iran à fait exécuter ce Lundi 18 Juin 2012 les 3 jeunes frères Heidari à Ahwaz dans la province du Khuzestân

L’Iran à fait exécuter ce Lundi 18 Juin 2012  les 3 jeunes frères  Heidari  à Ahwaz dans la province du Khuzestân.

Les trois fréres Abdul Rahman Heidari, Ali Heidari et Jamshid Heidari executés ce 18 juin 2012 par le régime totalitaire et dictatorial de Téheran

19 Juin 2012 nouvelles parvenue d’Iran via les sites Freedom Messenger et Iran Human Rights :  Comme de nombreux autres sites de défense des droits de l’homme Iraniens et Internationaux, nous avions déjà évoqués  des risques imminents d’exécutions sommaires de prisonniers politiques dans la province Iranienne du Khuzestân  (sud de l’Iran). Le  régime totalitaire et dictatorial de Khamenei et Ahmadinejad  a donc fait appliquer ces peines inhumaines, après que ces prisonniers aient étés transférés dans des centres de détentions inconnus.  Lundi 18 Juin 2012 Jasem Heidari  (à gauche sur la photo), Ali Heidari et Abdul Rahman Heidari (à droite sur la photo)  sont trois féres  qui faisaient parti des cinq membres de la minorité arabophone Iranienne Ahwazie condamnés a mort. Ils ont étés exécutés après avoir étés reconnus coupables d’êtres des « moharebeh »  c’est à dire selon les lois de la dictature de Téhéran, des « ennemis de dieu » en « inimité avec dieu ».

L’Iran a fait exécuter ce lundi 18 Juin 2012 , trois frères de la communauté  arabophone Ahwazie, qui étaient détenus  depuis Avril 2011 et qui avaient étés condamnés à mort, pour avoir prétendument tué un agent de police, une accusation rejetée unanimement comme fausse, par tous les groupes Iraniens et internationaux de défense des droits de l’homme.

-Les trois frères-Abdul Rahman Heidari, Ali Heidari et Jamshid Heidari – avaient étés arrêtés puis détenus avec leurs  cousins Mansour Heidari et Amir Muawi , à la suite de manifestations et de protestations qui avaient éclatées dans la province Iranienne du Khuzestân.

-Ahmad Haidaran, un parent de trois frères qui vit actuellement en Turquie en tant que réfugié politique, a déclaré au site de la télévision Al Arabiyaque sa famille avait été informée de ces exécutions à  partir de source locales d’Ahwaz .  Ahmad Haidaran  a également dit  ce qui avait déjà été confirmé  dans d’autres rapports. Et qu’au cours d’un entretien téléphonique qu’il avait eu avec la famille des victimes, il  avait entendu  les membres de celle ci, pleurer et à sangloter en arrière-plan.

-Amnesty International avait exhorté les autorités iraniennes, lundi dernier, a revoir ses décisions et leur avait demandé de stopper les condamnations à mort contre ces cinq prisonniers politiques.

Amnesty International   le groupe et l’organisation internationale de défense des droits de l’homme avait déjà fait  une déclaration,  après que ces prisonniers aient étés transférés vers une destination de détention inconnue  le week-end dernier, ce qui indiquait selon elle qu’ils allaient êtres sont confrontés à  leurs exécutions imminentes:  « Ces hommes ont étés transférés hors de la section générale de la prison de Karoon  au sud-ouest de la ville d’Ahvaz, Ce samedi, suscitant pour nous  la crainte de  voir leurs condamnations à mort sont peut êtres en passe d’êtres réalisées ». Les condamnés à mort en Iran sont généralement placés à l’isolement, peu  de temps avant leurs exécutions.

Les membres des populations de langue Arabophones  Ahwazies sont  l’une des nombreuses minorités régionales du pays, qui vivent principalement dans la riche province pétrolière de la province  du sud-ouest du Khuzestân –  Bien qu’ils soient majoritairement des musulmans chiites comme la majorité de la population Iranienne. Ils  sont victimes de l’ostracisme et des discriminations institutionnalisées du régime de Khamenei  et de ses autorités, qui leurs limitent l’accès à l’éducation, à  l’emploi, à des  logements  décents, à leurs droits culturels et leurs nient tous droits de participations a la vie  politique locale comme nationale. Cela ce traduit aussi localement par une véritable politique raciste de « préférence Iranienne « qui s’est accélérée depuis les deux derniers mandats présidentiels  d’Ahmadinejad.

-La « république islamique » refuse par exemple maintenant aux Ahwazis et aux Khuzestânis, qu’ils puissent  baptiser leurs enfants avec des noms d’origine Arabes,  fait changer  les noms de villages et de villes d’origine Arabes par des noms Persans , pratique des politiques de spoliations de terres agricoles  de villages entiers, au profit d’entreprises de recherches pétrolières et à la mise en place de gigantesques plantations industrielles de canne à sucre. Et met également en place des mesures dites de « rééquilibrage démographique » en faisant venir s’installer dans le Khuzestân d’autres populations Iraniennes pauvres venues d’autres provinces du pays ,qu’on parque dans des villes nouvelles construites à la va vite et ou les Khuzestânis n’ont quasiment pas le droit d’habiter ni de citer.

-En 2005 déjà la province du  Khuzestân avait été le théâtre de manifestations de masse contre les politiques d’ostracisme et de discriminations du  gouvernement Iranien. Depuis ces tensions entretenues par le régime perdurent dans  la région . Et celle ci connait régulièrement des manifestations et des protestations contre cette véritable politique institutionnalisée  de « préférence Iranienne  » , des manifestations qui  toujours violement réprimées par les forces répressives anti émeutes  venues d’autres province du pays.

Aux débuts  de mai 2011 les autorités iraniennes, avaient déjà  fait exécuter  au moins huit autres membres de la communauté  Arabophone Ahwazie  dont un jeune Hashem Hamidi, qui n’avait que 16 ans au moment  des faits:  » pour leurs rôles  présumés dans le décès d’un agent de police et pour en avoir  blessés deux autres au cours d’affrontements ».

Voir aussi sur:
http://www.freedomessenger.com/archives/49400
Et sur:
Three Ahwazi political prisoners were executed this morning
http://iranhr.net/spip.php?article2525
Notes Soliranparis: nous sommes très inquiets sur le sort  qui est réservé aux deux autres  prisonniers politique Awhazis  Mansour Heidari et Amir Muawi , dont nous sommes pour le moment sans nouvelles.
Tout ce que nous pouvons faire modestement à notre échelle,  c’est d’appeler tous-tes les militants  défenseurs des droits humains et contre la peine de mort, à protester par mail  par fax ou par téléphone auprès de l’ambassade et des consulats d’Iran en France. Et de faire circuler au maximum ces informations dans nos réseaux de luttes
Contact  de l’Ambassade d’Iran à Paris:
Téléphone accueil : 01 40 69 79 00- Fax de l’Ambassade : 01 40 70 01 57
Courriel : cabinet@amb-iran.fr – Adresse : Ambassade de la République Islamique d’Iran 4, avenue d’Iéna 75116 Paris
Consulat de la République Islamique d’Iran
16, rue Fresnel 75116 Paris-Métro : ligne 9 – station  Iéna – Fax du consulat : 01 47 23 64 49

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s