Arrestation du militant Azeri Nasser Deraz-Shamshir, pour espionnage

Arrestation du militant Azeri  Nasser Deraz-Shamshir, pour espionnage.

Nasser Deraz-Shamshir

Nouvelle parvenue d’Iran ce 12 Avril 2012 via site Iranien Iranian Com : le prisonnier politique Nasser Deraz-Shamshir, un militant civil de l’Azerbaïdjan Iranien, a été arrêté le 5 Août 2011 à Jafarabad Moghan près de la ville d’ Ardabil. Huit mois après les débuts de sa détention, il reste  à l’intérieur de la prison centrale de Tabriz sans procès,  dans l’incertitude la plus totale quand au sort qui lui est réservé.

-Nasser Deraz-Shamshir a passé quatre mois dans la prison d’Ardabil en cellule d’isolement. Il a ensuite été transféré à Tabriz  dans un centre de détention du ministère des renseignements, pour des interrogatoires et des enquêtes supplémentaires, où il  a passé ensuite deux mois supplémentaires à l’isolement,  en  y subissant des tortures et des pressions psychologiques.

Le juge d’instruction du « tribunal révolutionnaire » de Tabriz a basé son « jugement » sur cinq accusations portées contre Nasser Deraz-Shamshir,  comprenant « l’espionnage », « la participation à l’assemblage et à une collusion contre la sécurité nationale », « propagande contre l’Etat », et  » gain  de fonds illégitimes »  tout en lui reprochant d’avoir donné par le passé ,un cours de formation en journalisme au sein du  Caucuses Media Investigation Center  situé  à Bakou dans l’Azerbaïdjan.  Le ministère iranien des renseignement a déterminé cette session de formation , comme  d’un « exemple de  formation pour le renversement  de régime par des révolutions de velours ».

-Dans le rapport du ministère des renseignement et  la mise en accusation contre  Nasser Deraz-Shamshir,  celui ci l’a également présenté comme un membre d’un groupe séparatiste Azerbaïdjanais Iranien, le Mouvement pour l’Eveil national du Sud Azerbaïdjan,  ou GAMOH. Et son arrestation à été mentionnée comme  faisant partie d’une série d’arrestations d’autres membres de  cette organisation, faites  au cours de l’année écoulée.

-Nasser Deraz-Shamshir a pourtant toujours  constamment nié et rejeté, toutes ces allégations mensongères au cours de tous ses interrogatoires.

-La direction du «  tribunal révolutionnaire » de Tabriz n’a toujours pas donné d’accord à la demande de ses avocats pour l’application d’une décision de remise en liberté sous caution, en vue  sa libération éventuelle. Et la date de son procès n’est toujours pas connue actuellement.

-Nasser Deraz-Shamshir  souffre de migraines aiguës qui ont été exacerbées par des mois d’interrogatoires et de pressions  psychologiques, une maladie  que les médecins de la prison ou il est actuellement détenu refusent de traiter médicalement.  Il n’a pas été autorisé non plus  à donner des appels téléphoniques à sa femme qui vit en Turquie. Ce qui est pourtant Illégal aux yeux des lois Iraniennes relatives aux règlements pénitentiaires du pays.

-Nasser est titulaire d’un doctorat d’étudiant en relations internationales à l’Université Hajat Tappeh. En Turquie, Il a mené des recherches approfondies et écrit plusieurs articles,  sur l’identité du  peuple azerbaïdjanais et  les demandes populaires de  la minorité Azérie  qui vit dans la partie Iranienne de cette région du monde, qui ont été publiés dans diverses publications et sites Web de renommées internationales.

La partie Azerbaïdjanaise de l’Iran connait de fortes tensions sociales et politique depuis plusieurs années, du fait du mépris du pouvoir central de Téhéran envers la minorité Azérie qui la peuple, a ce fait s’ajoute le problème de la catastrophe écologique  majeure, qui menace le lac Ourmia situé  prés de la ville d’Orumiyeh.

Ce  lac qui est un des plus grands lacs salés du pays, est en voie d’assèchement entrainant une sur salinité de terres arables des environs, qui sont dues  en majorité à des constructions désastreuses  de retenues d’eaux  sur des rivières qui l’alimentaient auparavant. Ces chantiers ont étés décidés sans concertations depuis plusieurs années, par le gouvernement et le ministère de l’environnement Iranien,  qui refuse systématiquement de prendre en compte les préoccupations des  populations locales à ce sujet.

Voir aussi sur:
http://www.iranian.com/main/2012/apr/nasser-deraz-shamshir-prisoner-day

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s