Un rapport publié pas le site des militant défenseurs des droits humains Justice For Iran accuse l’IRGC et son projet de cyber flicage Gerbad

Un rapport publié pas le site des militant défenseurs des droits humains Justice For Iran accuse l’IRGC et son projet de cyber flicage Gerbad.

Nouvelles parvenues d’Iran via le site Radio Zamaneh– Le site Justice For Iran a déclaré qu’un  centre de cyber surveillance placé sous le commandement du  » corps de gardiens de la révolution » de L’IRGC ou GRI  qui est  chargé d’enquêter sur le crime organisé sur le net Iranien, devrait être mis sur la liste internationale de ceux qui pratiquent chaque année , les plus graves des violations contre les droits de l’homme.

-Cette organisation de défense des droits humains a publié un nouveau rapport intitulé « Gerdab: Un scénario dicté » qui détaille le rôle précis  et les responsabilités dans la violation des droits de l’homme en Iran,  commis par ce centre  de cyber- surveillance de ce  » corps de gardiens de la révolution »  connu aussi  sous le nom de » Bureau cyber-criminalité ».

-Ce centre de L’IRGC ou GRI  a été créé en 2007 pour travailler sur son premier projet, baptisé  Gerdab  (ou projet tourbillon en persan Ndlr) ce projet à abouti à la  fermeture de 90 sites  » pornographiques » persans et  à l’arrestation de 45 personnes accusées  d’avoir administrés ces sites.

-Les activistes du site Justice For Iran nous apprennent  dans ce rapport qu’ils ont publié , que des aveux de détenus ont étés  enregistrés diffusés à la télévision Iranienne , ces  détenus  « admettaient »  prétendument selon les juges du régime  « qu’ils avaient l’intention d’attaquer les fondements culturels de la République islamique par le biais du net,  de corrompre et de conduire la jeunesse  hors  du droit chemin , de fomenter des programmes politiques contre le gouvernement ou l’Islam , de recevoir de l’argent du gouvernement américain , tout en produisant  des  contenus pornographiques immoraux » . Sauf qu’un an et demi plus tard  le rapport de Justice For Iran nous  relate qu’un certain nombre de ces détenus ou leurs familles ont  déclarés qu’ils avaient fait ces « aveux » sous la contrainte et qu’ils avaient subis des violences , des mauvais traitements et  des tortures en prison.

Certains de ces détenus ont déposé des plaintes officielles contre leurs enquêteurs et l’appareil répressif et  judiciaire Iranien, mais aucunes de  ces plaintes à ce jour n’ont  étés traitées, alors même que la loi Iranienne stipule pourtant bien en « principe » qu’un « aveu » produit sous la contrainte et la torture ne peut être considéré comme valable aux yeux de celle ci.

Le rapport  se poursuit en indiquant que sept de ces personnes qui ont étés arrêtées  par les agents de la cyber police du projet Gerdab , ont été condamnées à mort. Mais aussi que trois d’entre elles comme;  Saeed Malekpour, Ahmadreza Hashempour et Mehdi Alizadeh, sont en danger imminent d’exécution. Justice For Iran ajoute que ce centre  de cyber flicage du  » corps de gardiens de la révolution » à contribué à identifier  a faire arrêter et interroger  des  manifestants,  qui contestaient les résultats des dernières  élections présidentielles Iraniennes controversée  du 12 Juin  2009.

-Le groupe Justice For Iran  accuse aussi  ce centre de l’IRGC  d’avoir faits  des menaces  et des pression contre des journalistes et des blogueurs  comme;  Parastoo Dokouhaki, Marzieh Rasouli et Sahameddin Bourghani , en  les accusant de liens vers le site  persan de la BBC , afin de  les contraindre à faire de faux aveux télévisés.

Ces journalistes  avaient finalement été libérés,  mais leurs « aveux »  enregistrés avaient  été diffusés sur la principale chaine de télévision nationale,  ainsi que sur Press TV le réseau de désinformation et de propagande du régime  de la  « république islamique »,  en langue anglaise et française.

Le site et le collectif Justice For Iran  a déjà identifié trois des personnes  parmi celles les plus  directement impliquées dans la réalisation du projet Gerdab;  leurs noms  apparaissent sur la dernière liste publiée ce 24 Mars 2012 par l’Union Européenne , qui recense des personnes qui ont commis les actes les plus graves et les plus violents, en matière d’atteintes et de violations des droits de l’homme dans le monde.

-Justice For Iran  affirme que la communauté internationale doit aller plus loin dans ses efforts , pour mettre sur la liste noire ce centre de cyber police Iranienne , ainsi que  toutes les personnes impliquées dans son fonctionnement, le collectif  demande  également le blocage de l’infrastructure du site Gerdab, qui  selon lui  est utilisé comme un véritable  centre de répression et de violations généralisées  contre les droits des citoyens et des  cyber militants de l’opposition en  Iran

-Les activistes du site Justice For Iran  appellent également à ce  toutes les peines  de prison , qui sont le résultat  des actions de surveillance et de cyber flicage  du  projet Gerbab  soient annulées .ET que  tous les accusés dans le cadre de cette affaire, puissent   bénéficier de  révisions de leurs procès. Et que celles ci soient faites de manières  équitables  transparentes et non truquées.

Voir aussi sur:
http://www.radiozamaneh.com/english/content/rights-group-accuses-irgc-office
Voir  aussi sur Justice For Iran:
http://justiceforiran.org/gerdab/?lang=en
Le Texte complet de ce Rapport peut être téléchargé sur:
http://justiceforiran.org/wp-content/uploads/2012/03/Gerdab-a-dictated-scenario.pdf

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s