Urgent Ali Azari Balsi un autre réfugié politique Iranien menacé d’expulsion par la Suède ce 9 Mars 2012

Urgent Ali Azari Balsi un autre réfugié politique Iranien menacé d’expulsion par la Suède  ce  9 Mars 2012.

Ali Azari Balsi

-Ali Azari Balsi est un activiste politique un blogueur et un demandeur d’asile politique né à Rasht, Iran en 1984. Il est en danger de mort car la Suède veut l’expulser, après demain dans quelques heures, le 9 mars 2012, en tant qu’activiste anti dictature  il risque une arrestation et la peine de mort s’il est reconduit en Iran.

-La brutalité du régime de la « République islamique » a brisée jeune vie d’Ali Azari Balsi lorsque le régime a exécuté son père, Shokhrollah Azari, un militant ouvrier. Ali se souvient: « Ils n’ont jamais livré le corps de mon père à notre famille, et nous ne savons toujours pas où il est enterré. Il était  militant communiste et  syndicaliste dans l’usine lamp Pars Shahaab ».

-Ali Azari Balsi  a lui-même participé à l’insurrection iranienne 2009 contre la « République islamique. Il a été impliqué dans des affrontements avec les forces répressives de sécurité, il a  été arrêté et détenu  suite à une des plus grandes journées de protestation qui eue  lieue pendant le soulèvement, du 29 Khordad (19 Juin 2009). Ali a été soumis aux coups et à la torture, mais avait finalement été libéré pour  un court laps de temps, contre une  caution très lourde: sa famille a été contrainte de signer la vente de  sa maison au profit du régime en échange de la libération d’Ali.

Immédiatement après sa libération, Ali a fui l’Iran et a choisi d’aller en Suède pour demander l’asile. Il a vécu en Suède pendant 3 ans. Et a poursuivit ses activités contre le régime, il a participé et organisé des manifestations de protestation  contre la dictature de la « République islamique » au nom d’une organisation anti-régime connue sous le nom de Mission Free Iran   il a joué un rôle actif dans de multiples  blogs d’opposition. En raison de ses activités, Ali nous a rapporté que ses blogs ont étés filtrés et espionnés par la police du Net Iranienne, il a reçu des nombreuses menaces de mort à cause de ses écrits et de ses opinions politique. Par la suite il a appris que sa famille faisait l’objet de menaces et de pressions et qu’alors qu’elle avait déjà été contrainte de payer une lourde caution pour sa libération peu avant sa fuite d’Iran, avait vue ensuite sa maison hypothéquée puis confisquée par les agents du régime.

le père d’Ali Azari Balsi

-Shokhrollah Azari, le père d’Ali Azari Balsi. – Shokhrollah était un militant communiste ouvrier à l’usine de lampes de Pars Shahaab. En raison de son activisme, il a été exécuté par la République islamique d’Iran quand Ali avait à peine 14 ans.

 

Malgré tout cela, le gouvernement suédois a toujours l’intention d’expulser Ali vers l’Iran ce 9 Mars 2012, où il est certain de faire face à une nouvelle arrestation, à la détention, à la torture. Et  éventuellement a une peine d’exécution, comme son père l’avait été quelques années auparavant.

Même en laissant de côté la persécution dont il doit faire en Iran, les activités politiques d’Ali contre le régime en Suède,  sont plus qu’un motif suffisant pour lui faire valoir son droit à l’asile politique. Il est illégal en vertu du droit international pour tout gouvernement d’expulser un demandeur d’asile vers un pays où il y a une peur légitime de persécution ou de condamnation à mort. Le Bureau national Suédois des migrations a déjà publié une déclaration admettant l’intérêt et la capacité que la « République islamique » à surveiller les activistes politique jusqu’en Suède. Et  nous avons montré dans le cas de Peyman Najafi  un autre réfugié politique, que le régime totalitaire de Téheran conserve un œil très attentif sur la  situation des cas particuliers des demandeurs d’asile Iraniens, qui ont vus leurs dossiers et demandes refusées par le gouvernement de la Suède. La « République islamique » a déjà fait savoir qu’elle  poursuivrait  sans relâche tous les demandeurs d’asile politique qui verraient leurs dossiers refusés en vertu de l’article 7 de son code pénal, entrainant de facto pour eux des accusations de « propagande contre le régime ». Un « crime » passible de longues années de prison et même de la peine  capitale.

Le gouvernement suédois est pourtant bien au courant et  bien conscient de tout cela, mais il reste encore campé sur ses intentions de renvoi illégal de ce jeune homme, qui risque la détention,  la torture et la peine de mort comme « Moharebeh » (ennemi de dieu en persan Ndlr) en Iran. Nous condamnons cette expulsion qui est une violation totale et manifeste du droit  suédois sur l’asile politique, du droit de l’UE et du droit international.

Il n’y a aucun doute qu’Ali Azari Balsi, qui est un membre actif d’une organisation politique et qui  le fils d’une famille ciblée par la « République islamique », puisse à son tour être arrêté, torturé, et peut-être exécuté comme son père l’avait déjà été. Pourtant, le gouvernement suédois a prévu son expulsion vers l’Iran pour ce 9 Mars 2012. Nous ne permettrons pas qu’Ali subisse le même sort que celui de son père. C’est à nous de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour arrêter ce crime par le gouvernement suédois.

IL EST URGENT D’AGIR  : Un modèle de lettre est fourni  sur le site Mission Free Iran (voir ci dessous)  S’il vous plaît agissez rapidement car il  ne reste seulement que quelques heures avant le 9 Mars 2012. La  date d’expulsion d’Ali Azari Balsi  

 Lettre  de protestations et de Soutien à Ali Azari Balsi,  en Anglais à envoyer à Tobias Billström le ministre de l »inmigration Suédois

-SUBECT: Stop the Illegal Refoulement of Ali Azari Balsi (case #11.420.529)

To Tobias Billström, Minister for Migration and Asylum Policy, Sweden:

I am writing to you to demand an immediate halt to the deportation of Ali Azari Balsi, an Iranian asylum-seeker who has sought refuge in Sweden from persecution by the Islamic Republic of Iran (case no. 11.420.529). Hossein should be immediately released from detention and granted political asylum as is his right under international law.

1) Ali Azari Balsi has been visibly active in publicly protesting against the regime both inside Iran during the 2009 uprising, as well as in Sweden as activist with an established anti-Islamic Republic organization, Mission Free Iran. Anti-regime activists are usually charged by the Islamic Republic with “propagating against the regime” and “moharebeh,” which carries the death sentence in Iran. The case of Mohammad Amin Valian – sentenced to death for participating in the 2009 post-election protests (not to mention the thousands killed and raped in regime prisons during that period) underscores the threat to Hossein’s life see: http://www.iranhumanrights.org/2010/02/valian-student-sentenced-to-death. It is obviously illegal under international law to return such an anti-regime political activist to Iran.

Notably, Ali’s father was executed by the regime for his political views and his activism for workers’ rights. Ali himself has been detained and tortured. It is thus based on a reasonable fear of persecution that Ali fled for his life to Sweden, seeking asylum, which is his right. Yet the Swedish government has decided to detain him in preparation for an illegal refoulement on 9 March 2012. I do not accept this.

2) The Islamic Republic considers all Iranian political asylum-seekers to be criminals, deeming their quest for asylum as propagating against the regime. The Islamic Republic has on several occasions declared and applied its intent to prosecute returned political asylum-seekers, on the basis of Article 7 of the Islamic Republic’s Penal Code. Rahim Rostami, a teenaged Kurdish asylum-seeker returned to Iran by Norway and immediately imprisoned is only one such example. Ali Azari Balsi has sought political asylum and therefore, under the Islamic Republic, is subject to prosecution by the regime.

3) The Migration Office’s own Director for Legal Affairs “concludes that the Iranian regime has both a strong desire and the ability to monitor its citizens in Sweden.” Ali Azari Balsi’s anti-regime protest actions have been widely disseminated via Facebook, blogs, twitter, and other social media. Under the Migration Office’s own admission, the Islamic Republic’s monitoring of activists has required a change in policy with regard to asylum-seekers who are active against the regime while in Sweden. Both the Swedish government’s own policies and Article 94 of international refugee law (“sur place”) require that Ali Azari Balsi be granted asylum in Sweden.

4) It is illegal under international law for any country including Sweden to deport a person who has a legitimate fear of persecution in their home country. It is therefore undeniably illegal under the same international law for the Swedish government to participate in the crime of deporting Ali Azari Balsi to Iran, where he will be detained, tortured, and possibly executed if he is returned to the blood-soaked hands of the Islamic Republic.

Nevertheless, the Swedish government has repeatedly violated the rights of asylum-seekers. On September 3, 2010, in the case of R. c. v. Sweden (application no. 41827/07), the European Court of Human Rights in Strasbourg found that deporting an Iranian dissident to Iran would be a violation by the Swedish authorities of Article 3 of the European Convention on Human Rights and Fundamental Freedoms, “No one shall be subjected to torture or to inhuman or degrading treatment or punishment.”

Despite this finding, the Swedish government continues to illegally attempt to deport Iranian activists like Mohammadreza Hamedian Esfahani, Hossein Jafar Ali Jasbi, Marzieh Kamangar, Mehdi Maleki, Keivan Soufastaei, and others, all of whom are clearly and undeniably at risk not only of detention and torture by the Islamic Republic of Iran, but at unquestionable risk of execution.

We demand an urgent, immediate halt to Sweden’s intended illegal refoulement of Ali Azari Balsi, who is at clear risk of persecution if returned to the Islamic Republic. Given the the Migration Office’s blatant, incessantly repeated violations of international law regarding refugee rights, risking the lives of Iranian and other asylum-seekers, we demand that Sweden must not only immediately halt the illegal deportation of Ali Azari Balsi, but must immediately cease all deportations to Iran.

Voir aussi sur:
 http://missionfreeiran.org/2012/03/07/ali-azari-balsi-no-deport/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s