Pressions sur le journaliste Iranien Sahameddin Bourghani pour l’obliger à faire de faux aveux télévisés

Pressions sur le journaliste Iranien Sahameddin Bourghani pour l’obliger à faire de faux aveux télévisés.

Nouvelles parvenues d’Iran ce 25 Février 2012 via le site Freedom Messenger et le collectif de l’agence Iranienne de défense des droits humains  Rahana news-Selon le site d’opposition  Jaras, le  journaliste Sahameddin Bourghani  qui était l’ancien directeur du site web de la « diplomatie iranienne ». Et qui n’avait pourtant aucune affiliation avec le réseau de la BBC en version persane .A été soumis à des pressions physiques et psychologiques intenses en raison de son amitié avec un certain nombre de journalistes Iraniens, qui avaient travaillés avec lui pour des publications dans le pays. Et qui avaient ensuite travaillés avec la BBC. Sahameddin Bourghani  et depuis victime de harcèlements continuels dans le but d’obtenir et de lui faire extorquer de faux aveux contre ses anciens amis. Ce qu’il a bien sur refusé de faire.

Selon ce rapport publié par Jaras, les agents des « gardiens de la révolution » de L’IRGC ou GRI ont mentis  et trompés Sahameddin Bourghani  en lui affirmant qu’il allait être libéré prochainement. Lui suggérant ensuite de dire à la télévision que sa femme et ses amis avaient bien accordé des interviews à la BBC au sujet de son arrestation.

-Ce  journaliste emprisonné dont le  grand-père et militant de la liberté de la presse  Ahmad Bourghani *1  était aussi celui du martyr Amir Bourghani. Qui après être allé à la prison d’Evin  visiter son petit-fils, avait été hospitalisé en raison d’une attaque cérébrale dont fut  victime, car il n’avait pas eu assez de forces physiques pour gravir la multitude de marches des escaliers menant à la prison.

-Sahameddin Bourghani a été arrêté à son domicile et transféré à la prison d’Evin le 15 Janvier 2012. Lors de son arrestation, les agents des forces répressives ont fouillé et saccagé son domicile avant l’escorter en prison. Il est maintenant détenu dans la section 2A de la prison d’Evin, qui est sous la supervision totale des « gardiens de la révolution » de L’IRGC ou GRI.

Voir aussi sur:
http://www.freedomessenger.com/archives/47260
Notes voir sur:
*2  Ahmad Bourghani  fut en son temps celui qui fut choisi par le président « réformateur »  Khatami pour tenter de libéraliser la presse, il fut stoppé dans cette tentative de réformes par les maneuvres de Khamenei et du juge  et procureur de Téhéran. Saïd Mortazavi qui avait été mis en cause dans l’assassinat de Zahra Kazemi, une grande journaliste et photo reporter canadienne, torturée et assassinée le 10 juillet 2003 après avoir été embarquée de force par les matons dans la prison d’Evin,  devant laquelle elle effectuait un reportage sur les familles de prisonniers politiques. Saïd Mortazavi  avait ensuite blanchi les gardiens d’Evin responsable du meurtre de Zahra Kazemi affirmant que celle ci « ne fut victime que d’une chute accidentelle ». Les Iraniens et les habitants de Téhéran qui le haïssent unanimement l’ont depuis  surnommé pour cela le boucher de la liberté de la presse en Iran.

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s