Le régime Iranien a décidé de pister et traquer les dissidents via leurs pages Face book

Le régime Iranien a décidé de pister et traquer les dissidents via leurs pages Face book.

Nouvelle illustration de la nervosité des hauts responsables politique de la dictature, à l’approche des prochaines élections législatives de mars 2012, la branche des « gardiens de la révolution » de L’IRGC ou GRI et la toute nouvelle cyber police Iranienne- la Fatay Police qui est chargée  de « surveiller la moralité et les séditieux de l’internet en Iran » ont décidées  qu’elles allaient pister et traquer les appels au boycott de ces élections , et  arrêter  le maximum de personnes qui tant en Iran  qu’a l’étranger utiliseraient des  pages Face Book  pour diffuser ces appels.

Cela augure encore de futurs coup tordus  accompagnés de pressions diverses comprenant l’usage de la violence, contre des réfugiés et exilés politiques Iraniens à l’étranger, qui seraient organisés conjointement  par la milice Bassidj’i , la Fatay police , l’IRGC et la Vevak qui est l’actuelle et sinistre police politique du régime. Des méthodes qui ne sont pas sans rappeler celle de la Savak qui était la police politique du Shah et du clan Pahlavi.
Nouvelle parvenue d’Iran via le site Shahrzadnews ce 17 Janvier 2012 : Un ancien employé de la télévision et  de organisation Radio nationale iranienne L’IRI) affirme que le régime de Téhéran a redoublé ses efforts pour traquer les journalistes dissidents et les blogueurs, en infiltrant leurs pages Face book (ou en surveillant les commentaires sur leurs blogs).

-Naimeh Namjou un ancien journaliste de la station de télévision iranienne Jame-Jam , avait déjà contacté le service persan de la BBC à travers sa page Face book, et par conséquent avait  pu quitter l’Iran  avant de rejoindre la BBC à Londres.

Des rapports publié sur le site web Alborz news indiquent que de nombreux journalistes iraniens ont rejoint des pages Face book  ou des organisations de médias dissidents en persan opérant en Europe et au Moyen-Orient, dans l’espoir de trouver du travail chez eux. Ceux qui ont réussi (ou qui ont eus la chance  Ndr) de  quitter le pays ont mis en garde  a plusieurs les utilisateurs d’Internet  Iraniens,  en leur disant d’êtres extrêmement vigilants et de ne jamais révéler leurs identités véritables,  lorsqu’ils se connectent sur ​​des sites web, des réseaux sociaux  de type Face Book ou des plateformes de publications de blogs appartenant à des médias étrangers.

-Les forces répressives  de sécurité iraniennes ont menacées de poursuivre quiconque aurait des  contacts à l’étranger et des organisations des médias occidentaux ,en vue de leur fournir des informations sur les difficultés sociales quotidiennes que vivent des millions de gens dans le pays  ; ainsi que toutes les autres informations parlant de la vie politique en Iran de manière critique contre le régime.

Voir aussi sur:

http://www.1oo1nights.org/index.php?page=1&newsitemId=6977

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s