Suite des guerres internes au sein du régime entre Akbar Hachemi Rafsandjani et le clan Khamenei

Suite des guerres internes au sein du régime entre Akbar Hachemi Rafsandjani et le clan Khamenei.

Ahmadinejad et Akbar Hachemi Rafsandjani du temps de leurs « amitiés » de 32 ans


Leur « presse » Agence Faut pas payer comme dirait nos camarade du Jura Libertaire, vérifications faites encore aujourd’hui  7 Janvier 2012 le site du Mollah et Ayatollah Akbar Hachemi Rafsandjani est bien toujours bloqué et inaccessible  comme on peut s’en apercevoir en cliquant sur le site Democratic Republic Of Iran à la section Mullah Watch

http://droi.wordpress.com/

Nouvelle parvenue via la nuit du 30 au 31 Décembre 2011 via L’AFP: TEHERAN – Le site internet de l’ancien président iranien Akbar Hachemi Rafsandjani a été bloqué, a annoncé vendredi son frère Mohammad Hachemi à l’agence Isna.

« Hier soir (jeudi, ndlr), la société de fourniture de services nous a contacté pour nous dire qu’on leur avait ordonné de cesser de nous fournir du service et 15 minutes plus tard, le site n’était plus accessible », a déclaré M. Hachemi.

« Nous allons voir samedi (vendredi étant un jour de congé hebdomadaire en Iran, ndlr) qui a donné cet ordre« , a-t-il poursuivi.

« Il y a quelques jours, la commission de la surveillance de l’internet avait envoyé un mail*1 pour demander de retirer une partie du contenu du site (…) notamment les discours prononcés par M. Rafsandjani lors des prières du vendredi », a-t-il ajouté, en précisant qu’ils avaient refusé de le faire ».

Lors de sa dernière participation à la prière du vendredi à Téhéran, en juillet 2009, après la réélection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad et alors que la capitale était le théâtre de manifestations de l’opposition, il avait demandé la libération des personnes arrêtées et une plus grande liberté de presse et d’opinion pour ramener le calme dans le pays.

Il avait été très critiqué par les conservateurs. Depuis, il a été empêché de participer à la prière du vendredi et de faire des discours.

M. Rafsandjani, qui dirige toujours le Conseil de discernement du régime*2, la plus haute instance d’arbitrage politique du pays, est également la cible d’attaques des durs du régime pour ne pas avoir condamné les leaders de l’opposition Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, qui avaient pris la tête de la contestation, avant d’être placés en résidence surveillée au début de l’année.

M. Rafsandjani avait soutenu indirectement   Mir Hossein Moussavi lors de la présidentielle de 2009 contre le président Ahmadinejad. Il avait lui-même été battu par M. Ahmadinejad lors de la présidentielle de 2005.

Sa fille, Faezeh Hachemi, a été convoquée samedi dernier devant le tribunal de Téhéran et accusée de « propagande contre le régime de la République islamique ». Mme Hachemi avait été appréhendée lors des manifestations de l’opposition en 2009.

Un fils de M. Rafsandjani, Mehdi Hachemi, *3 également visé par une procédure judiciaire, a quitté l’Iran il y a plus de deux ans et vit depuis à Londres.

Notes :

*1 Il s’agit de la Fatay Police ou  la toute récente police du Net Iranienne dont la direction à été confiéé il y a peu par le « guide suprême «  Ali Seyed Khamenei a la milice Bassidj’i dirigée par Mohammad Reza Naqdi.

*2  C’est d’autant plus étrange car  de par ces faits Akbar Hachemi Rafsandjani  fait donc toujours officiellement partie, du cercle de plus en plus restreint des « conseillers » du dictateur et « guide suprême » Khamenei.

Le Conseil de discernement de l’intérêt supérieur du régime  qui peut abrégé en Conseil de discernement est une des institutions iranienne créée en 1988 par l’ayatollah Rouhollah Khomeini . Composé de six  Ayatollahs (parfois 7) membres religieux du « conseil des gardiens de la Constitution « , celui regroupe les chefs des pouvoirs législatifs, judiciaires et exécutif- c’est à dire aussi  le « Président de la République islamique d’Iran » même si celui ci n’y a plus trop son mot a dire en son sein , depuis les soulèvements populaires qui on précédés les résultat des dernières élections présidentielles contestées du 12 Juin 2009 dont il a été tenu responsable par les « hard liners » de la ligne dure les plus ultras conservateurs du régime

Ce « conseil des gardiens de la constitution »  est également censé aussi arbitrer les litiges apparus entre lui et le parlement (le Majlis)  et dispose du droit d’édicter des solutions ( en fait des Oukazes pures et simples) pour les cas les plus graves. L’Ayatollah  Akbar Hachemi Rafsandjani en est pourtant toujours  le président depuis février 2007.

 *3 Quand a Rafsandjani ne vous en faites pas pour lui, il est englué depuis des années dans des affaires de corruption financière ayant trait a des opérations immobilières et bancaire, il détient le quasi monopole du commerce de la pistache (dont l’Iran est l’un des principaux producteur mondial) en 1979 il s’était autoproclamé représentant des petits commerçants du Bazar, a l’époque encore l’un des secteurs et principal pilier économique du pays depuis peu supplanté par les « gardiens de la révolution »  de L’IRGC ou GRI. Depuis que Khamenei et Ahmadinejad les ont transformé en un véritable complexe policier militaro-industriel qui possède  et pille littéralement plus de 75 pour cent des ressources économiques du  pays.

Tout comme Khamenei  la fortune personnelle de l’Ayatollah Akbar Hachemi Rafsandjani  est estimée à plusieurs milliards de dollars. Cette guerre interne au sein du régime n’est donc pas seulement qu’idéologique, il s’agit aussi littéralement d’une énorme et colossale course au fric et au profit, bien évidemment faite sur le dos, la sueur, le sang et les larmes de millions d’Iraniens des couches populaire et même des classes moyennes, qui se retrouvent de plus en plus précarisées et paupérisées , par les dernières mesures économique ultras libérale du gouvernement Ahmadinejad pourtant officiellement félicitées en Juin 2011 par le FMI et chez nous en France par le  tartuffe et ultra libéral et  « journaliste et éditorialiste » Alexandre Adler .

voir et relire sur :

L’ultralibéralisme le Fmi et Alexandre Adler au secours de la dictature Iranienne.

https://soliranparis.wordpress.com/2011/06/30/lultraliberalisme-le-fmi-et-alexandre-adler-au-secours-de-la-dictature-iranienne/

Soliran paris contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s